Page 14 sur 14 PremièrePremière ... 4121314
Affichage des résultats 131 à 133 sur 133
Like Tree2Likes

Discussion: 55 ans de la victoire de Dien Bien Phu

  1. #131
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    7 803

    Par défaut

    Moi, par contre je doute de la base historique de cette bande dessinée là :
    La Grande évasion
    Tome 5. Diên Biên Phu


    • Éditeur : Delcourt
    • Scénario : Thierry GLORIS
    • Dessin : Erwan LE SAËC
    • Série : La grande évasion
    • Collection : CONQUISTADOR
    • Format : 320x230
    • Pages : 72 pages
    • Sortie : 17 avril 2013
    • Prix : 16 € 95
    • ISBN : 978-2-7560-2612-1

    Résumé de l’épisode :

    1954. Au moment où la défaite paraît inéluctable pour le corps expéditionnaire français encerclé par le Viêt-Minh à Diên-Biên-Phu, quelques rescapés des troupes d’élite assiégées refusent ce constat d’échec. Plus réalistes ou plus fous que les autres, ces têtes-brûlées décident de s’échapper et d’opérer une percée à travers les lignes ennemies pour une mission dont la seule issue sera la vie ou la mort...

    Décryptage :
    Novembre 1953, les troupes de l’armée française sont en place à Diên-Biên-Phu (district du nord Viêt-Nam dans la province de Dien-Biên dans le haut Tonkin, merci wiki) et sont en guerre contre les Viêt-Minh. Les affrontements sont violents et de plus en plus rapprochés. Les français se retrouvent retranchés, isolés et entourés. L’issue de cette bataille semble jouée d’avance.

    Ici, on ne rentre pas dans les comment ni les pourquoi de la guerre, ici il est question de suivre ces jeunes soldats français, coloniaux ou locaux qui sont là pour faire la guerre à une peuplade étrange et inconnue pour eux. Le récit raconte les événements de la vie de ces soldats, plongés dans ce conflit qui les dépasse. Il est alors question de haine, de racisme, d’incompréhension, de tensions, de violence mais surtout de gens perdus et véritablement dépassés par ce qui leur arrive.

    La guerre ici y est présentée par plusieurs biais, Rachid le soldat des troupes coloniale qui nous raconte la guerre à travers les lettres qu’il envoie à sa femme et puis Bruno le jeune bleu qui découvre la vie avec l’armée et enfin la jeune prostitué vietnamienne. L’évasion de ce tome peut être lu à plusieurs niveaux, l’évasion de l’esprit pour ces hommes que ce soit par le biais du courrier envoyé à sa famille ou alors par la découverte de l’amour avec une jeune fille locale. Mais il s’agit aussi de s’évader de ce cul-de-sac qui causera la mort de milliers de soldats, traverser les lignes ennemies sans se faire prendre et sans prendre une balle. La tâche sera ardue, le but étant de survivre et de s’extirper de cet enfer.

    La BD montre la détermination, la camaraderie et le courage de ces frères d’armes mais aussi et surtout la débâcle de l’armée française, l’abandon de l’état-major français à Hanoï jusqu’à la toute fin, le 7 mai 1954, la fin de la bataille de Diên Biên Phu qui marqua la fin de la guerre d’Indochine. Inventés de toute part, ces personnages hauts en couleurs auraient eu leur place dans les tranchés du fin fond du nord Viêt-Nam. Ils apportent une certaine candeur ainsi qu’une fraîcheur au dessin et à l’histoire comme cette prostituée qui se prend d’affection pour le jeune soldat puceau. Le dessinateur illustre à merveille l’ambiance pesante avec un réalisme mêlé à un certain classicisme dans son trait.

    Déjà le 5ème volet de cette étonnante série qu’est "La grande évasion". Elle reste une BD très adulte et très ancrée dans un pan de l’histoire souvent uniquement représenté par les héroïques américains qui se sont tout autant embourbés dans ce pays juste après les français. Faisant partie des meilleurs épisodes de la série, c’est ici un récit bouleversant, qui porte une charge émotionnelle toute particulière surtout au final lorsque l’on connait le sort que subiront les derniers soldats en place à la fin du conflit. Prisonniers de guerres maltraités, une grande majorité ne rentrera jamais au pays. Diên-Biên-Phu reste une bataille des plus meurtrière post seconde guerre mondiale, au 20ème siècle. 3.500 hommes de l’union française périrent lors des affrontements, 9.500 furent faits prisonniers et seulement 300 reviendront (chiffres de l’auteur). Une boucherie que l’auteur n’hésite pas à comparer à Verdun. Un bilan humain et moral bien inquiétant.
    J'ai lue quelques récits de Dien Bien Phu.
    Il me semble que personne ne s'est enfuit sauf les déserteurs. Ils ne sont pas abandonnés mais constamment réapprovisionné par des parachutages.
    On comprend que la critique n'est pas très bonne :
    "(...) Simple et efficace, a priori. Sauf que Thierry Gloris semble hésiter sans cesse entre bande dessinée historique et véritable récit d’évasion. Résultat, son album se révèle être une bonne fiction sur une toile de fond réelle, porté par le trait d’une raideur pas désagréable et bien dans le ton de Erwan Le Saëc (Mafia Story, Ce qui est à nous…). Mais l’ensemble n’a que peu à voir avec le thème imposé, qui dès lors pèse sur l’histoire tel un vrai handicap."

    Le livre le plus inintéressant est Erwan Bergot - 2ème classe à Diên Biên Phu

    On comprend que paradoxalement beaucoup de résistants sympathisants communistes, se retrouvent dans le corps expéditionnaire. Il y a mêmes des anarchistes, des républicains espagnoles...
    Paradoxalement, ceux qui désertent le plus sont les Allemands recrutés dans les débris des armées d'Hitler.

    D'où cette histoire complétement délirante :
    Le Viêt au porte-voix :
    - Rendez vous, colonialistes ! le combat est inutile.
    Geo n'a retenu que le terme de colonialiste.
    - Voilà qu'ils nous insultent encore. Y a de l'abus. Comme si nous nous battions pour la solde.
    Il se hisse au bord du trou et crie, à l'intention du Viêt au porte-voix :
    - Les colonialistes te disent merde.


    Raymond Aubrac raconte aussi que beaucoup de militants communistes de base sont passés de la résistance à la guerre colonialiste.

    Il faut comprendre qu'en 1945, 80% des Français pensent que les colonies sont une bonne chose. Même en 1958, ils sont une large majorité a rappeler le général de Gaules au pouvoir, avec l'espoir qu'il sauve l'Algérie française. En fait, ils ne savent même pas que les colons sont des colonialistes

    Seuls quelques intellectuels savent que la colonisation est injuste.
    Dernière modification par DédéHeo ; 03/06/2013 à 13h53.

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs
     

  3. #132
    Amoureux du Viêt-Nam Avatar de HAN VIËT
    Date d'inscription
    juillet 2011
    Messages
    610

    Par défaut

    Il y a 60 ans , le 13 mars 1954 , éclataient les premiers obus tirés par les soldats Vietminh sur la garnison colonialiste française de Dien bien Phu . Successivement les points d'appui Anne Marie ( Ban keo ) , Gabrielle (Dôc lâp ) et Béatrice ( Him lam ) allaient tomber en 4 jours , scellant le sort de la base . Le 7 mai , ce fut la chute de Dien bien Phu et celle de l'empire colonial français d'Indochine Ce fut pour le peuple VN la revanche de la chute de Huê' en juillet 1885 et la fin de 80 années d'oppression , d'humiliation et d'exploitation colonialiste .
    IMAGE SYMBOLIQUE DU VN A GENOUX PENDANT 80 ANS

    L'En Dehors - Mesdames et Messieurs les Députés de France, regardez ces photos d’Indochine : par André Bouny : autres images du VN sous la botte colonialiste

    A cette occasion , nombreuses manifestations au VN
    Diverses activités célébrant l’anniversaire de la victoire de Dien Bien Phu

    Il reste deux mois avant la grande célébration à l’échelle nationale du 60e anniversaire de la victoire de Dien Bien Phu (7 mai). En écho à ce grand événement, plusieurs activités sont prévues. 60 n

    Idées d'excursion au VN
    Du lịch Tây Bắc năm 2014. K? ni?m 60 n?m Chi?n Th?ng ?i?n Biên Ph?
    Theo Kế hoạch, Lễ kỷ niệm 60 năm Chiến thắng Điện Biên Phủ sẽ được bắt đầu vào sáng ngày 7/5/2014 với Lễ dâng hương tại Nghĩa trang liệt sĩ A1 (phường Mường Thanh, thành phố Điện Biên Phủ, tỉnh Điện Biên). Tiếp đó, tổ chức Mít tinh, diễu binh, diễu hành tại sân vận động tỉnh Điện Biên.
    Danh nghĩa tổ chức Lễ kỷ niệm là Ban Chấp hành Trung ương Đảng, Quốc hội, Chủ tịch nước, Chính phủ, Ủy ban Trung ương Mặt trận Tổ quốc Việt Nam và tỉnh Điện Biên.
    1 ngày trước Lễ kỷ niệm, Chương trình nghệ thuật đặc biệt kỷ niệm 60 năm Chiến thắng Điện Biên Phủ sẽ được tổ chức vào 20h ngày 6/5/2014 tại Quảng trường Trung tâm Hội nghị - Văn hóa tỉnh Điện Biên.
    Dernière modification par HAN VIËT ; 22/03/2014 à 01h50.

  4. #133
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    7 803

    Par défaut

    Vietnam : à Dien Bien Phu, les derniers vétérans français invités à commémorer la bataille, 70 ans après

    56 jours de combats acharnés

    Dans le nord-ouest de l'actuel Vietnam, après 56 jours de combats acharnés, l'armée viêt-minh lançait l'assaut final sur les positions françaises, tenues par les parachutistes. Le 7 mai 1954, la cuvée de Dien Bien Phu tombait. Dans l'autre camp, personne n'a oublié cette bataille. Les vétérans vietnamiens aiment afficher leurs médailles. Plus de 10 000 Viêt-Minh y ont perdu la vie. Presque trois mois après la bataille, le gouvernement français mettait fin aux hostilités en Indochine.
    -----------------------------

    https://www.lunion.fr/id597439/artic...-comme-invitee

    Le Vietnam fête les 70 ans de Dien Bien Phu, avec la France comme invitée
    Image auteur par défaut
    Par Par Alexis HONTANG, TRAN Thi Minh Ha et © 2024 AFP
    Publié: 6 mai 2024 à 23h00

    Coups de canon, discours et soldats: le Vietnam a célébré mardi le 70e anniversaire de la victoire de Dien Bien Phu contre les troupes françaises, sous le signe de la réconciliation avec l'ancienne puissance coloniale.

    La cérémonie de près de deux heures, débutée sous la pluie, a rassemblé environ 12.000 personnes, dans un stade où des banderoles géantes exaltaient le triomphe du 7 mai 1954 qui a conduit à l'indépendance du pays.

    "Cela m'émeut de me souvenir des personnes qui sont mortes pour accomplir cette victoire qui a secoué la planète", a déclaré Pham Duc Cu, 90 ans, un des derniers anciens combattants vietnamiens de Dien Bien Phu, dans un discours.

    Le défilé regroupant soldats, pompiers, et autres composantes de la société mises en avant par le parti communiste -- employés, intellectuels, agriculteurs, femmes, minorités ethniques, etc. -- s'est prolongé dans les rues de la ville, où habitants et touristes ont agité le drapeau national à leur passage.

    "Je suis là depuis 4 heures du matin. C'est un grand jour que je ne pouvais manquer", a lancé Nguyen Thi Lan, une résidente de 55 ans, au milieu d'une foule colorée, où des membres des ethnies locales thaï et hmong se détachent en portant leurs tissus traditionnels.

    Organisée tous les deux ans, la démonstration de force, avec hélicoptères et obusiers en soutien, a accueilli pour la première fois des membres du gouvernement français, accompagnés par trois anciens combattants tricolores.

    La présence du ministre des Armées Sébastien Lecornu et de la secrétaire d'Etat chargée des Anciens combattants et de la Mémoire, Patricia Mirallès, a témoigné de la réconciliation à l'oeuvre, sur fond d'intérêts stratégiques en commun.

    "Cette journée marque, à coup sûr, un nouveau départ. Elle nous permet de regarder sereinement notre passé pour construire ensemble notre avenir", a déclaré le ministre dans une courte allocution devant le mémorial français.

    "Soixante-dix années après, l’émotion demeure" a-t-il ajouté.

    Les relations entre les deux pays autrefois en guerre sont aujourd'hui cordiales, en dépit des atteintes aux droits humains dont est régulièrement accusé le régime communiste.

    - 13.000 morts ou disparus -

    La bataille de Dien Bien Phu, qui a scellé une quasi siècle de domination française en Indochine, symbolise "la victoire pour la justice", a déclaré le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh lors d'un discours en ouverture de la cérémonie.

    "Beaucoup de martyrs n'ont pas pu être identifiés. Le sang versé dans le Nord-Ouest a coulé pour le bonheur que nous avons aujourd'hui, a poursuivi le dirigeant.

    A une dizaine de kilomètres du Laos à vol d'oiseau, le site est cerné par les montagnes, dans une "cuvette" à jamais synonyme de triomphe pour les héros communistes Ho Chi Minh et Vo Nguyen Giap -- et d'humiliation militaire pour les Français.

    La chute du camp retranché, le 7 mai 1954, a mis fin à 56 jours de déluges d'obus et d'affrontements au corps à corps, qui ont fait 13.000 morts ou disparus, dont 10.000 du côté vietnamien.

    Le corps expéditionnaire français, fort de quelque 15.000 hommes de nombreuses nationalités, avait sous-estimé la puissance de feu de ses ennemis, nourrie par l'installation, sur les collines surplombant le camp retranché, de canons transportés en pièces détachées sur des centaines de kilomètres dans la jungle, parfois à vélo.

    "Les blessures et les morts étaient normaux sur le champ de bataille, il n'y avait pas à avoir peur. Nous nous battions pour notre indépendance et notre liberté", se rappelle un ancien combattant vietnamien, Hoang Van Bay, 93 ans, qui a creusé des kilomètres de tranchées sur le champ de bataille.

    Dien Bien Phu a débouché sur les accords de Genève, le 21 juillet 1954, qui ont acté la fin d'un quasi siècle de domination française en Indochine, ainsi que la partition du Vietnam, prélude à l'engagement américain à venir.

    - Equilibre diplomatique -

    Des sites commémoratifs de la bataille ont récemment été rénovés, dans un contexte de promotion touristique de la région souhaitée par les autorités locales.

    Au musée de la Victoire, des dizaines de visiteurs se bousculent pour admirer la fresque peinte retraçant le film de la bataille, où des tanks avancent sur des tas de cadavres.

    L'évolution des lieux témoigne de l'ouverture du Vietnam, à la suite de grandes politiques de libéralisation économique initiées dans les années 1980.

    "Il y avait une sorte de rétention côté vietnamien, car le 7 mai est sacré pour eux. Il y a 20 ans, c'était beaucoup plus discret", estime Pierre Journoud, professeur d'histoire contemporaine à l'université Paul Valery-Montpellier.

    "L'aspect politique n'est pas innocent non plus", poursuit-il, Hanoï étant à la recherche d'alliés qui puissent l'aider à maintenir son équilibre diplomatique entre Pékin et Washington, auquel il est attaché.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

Page 14 sur 14 PremièrePremière ... 4121314

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Nous avons pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2021 - Copyright Forumvietnam.fr® - Tous droits réservés
Nous rejoindre