Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 28
Like Tree1Likes

Discussion: Le Dê Thám

  1. #11
    Passionné du Việt Nam Avatar de Dông Phong
    Date d'inscription
    février 2010
    Messages
    2 276

    Par défaut

    Envoyé par HAN VIËT
    L'histoire de Hoàng hoa Tham est assez bien connue, en grande partie parce qu'il a été mis en valeur par les communistes VN à cause de ses origines , il semble qu'il ait été un pur prolétaire , bouvier dans sa jeunesse et illettré , la figure idéale du combattant socialiste . Sa figure contraste absolument avec celle des lettrés ( que les communistes par idéologie détestaient ) qui avaient mené la plupart des insurrections du mouvement Cân vuong .
    ...
    ...


    Citation Envoyé par Dông Phong Voir le message


    Hi hi hi, j'ai appris l'histoire du Đề Thám au lycée colonialiste Jean-Jacques Rousseau (ex-Chasseloup Laubat) de Saigon entre 1954 et 1960 !
    Comme quoi ...
    DP

    Je voulais dire que les faits sont têtus et que l'Histoire n'appartient à personne en particulier.
    DP


    Dernière modification par Dông Phong ; 08/01/2013 à 23h22. Motif: Faute de frappe
    Savant ne suis
    Poète ne puis
    Débauché ? bof...
    Gần bùn mà chẳng hôi tanh mùi bùn

    Mon blog : http://terrelointaine.over-blog.fr


  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Messages
    Plusieurs
     

  3. #12
    Passionné du Việt Nam Avatar de mekong
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    1 011

    Par défaut

    Bonsoir à tous

    Merci pour toutes ces infos interessantes. Je vais acheter le livre !!!
    mekong

    certains regardent la vase au fond de l'étang,
    d'autres contemplent la fleur de lotus à la surface de l'eau,
    il s'agit d'un choix.
    Dalaï Lama

  4. #13
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    7 800

    Par défaut

    Est-ce que dans le livre, l'auteur parle de la carrière cinématographique de madame

    Le wiki vini de sa maman samouraï de la Libération

    Hoàng Thị Thế 1901-1988.

    Khi cô Thế bị bắt, lúc ấy độ chừng 7, 8 tuổi. Theo Nguyễn Văn Kiệm, vì thương con gái bé bỏng của chủ tướng mà Cai Mễ, một nghĩa quân già, đã đến gặp Đại lý Nhã Nam là Bouchet xin hàng chỉ với một điều kiện là được trông nom cô Thế[1]. Sau, chính quyền thực dân đưa cô sang Pháp nuôi dưỡng. Năm 1965, bà Thế xin về nước, sống ở Hà Nội, và mất ngày 9 tháng 12 năm 1988, được an táng tại khu di tích Yên Thế (Bắc Giang).
    Mademoiselle Thế a été arrêté à l'age de 7, 8 ans. Selon Nguyen Van Kiem, parce que le ministre du propriétaire d'entreprise petite fille qui Cai moi, est venu à Nha Nam Bouchet pour l'agent avec une seule condition qui peut être pris en charge [1] . Plus tard, les autorités coloniales françaises l'ont emmenée en France pour l'elevée. En 1965, elle retourne au pays, a vécu à Hanoi , et mourut le 9 Juin 12, 1988, a été enterré dans le Yen ruines (Bac Giang).

    A-t'elle pris le nom de Bouchet ?

    Une carte postale qui dérange beaucoup de monde :
    Une vision d'un gendarme qui donne un jouet à une petite fille c'est bof bof pas signifiant du point de vue de la lutte de libération

    De l'autre coté, la famille française n'a pas envie de se faire traiter de voleur d'enfants. Pourtant on est en 1907 ! pas en 2007 avec l'histoire de l'ONG bidon de voleurs d'enfants tchadien.
    La famille
    Citation Envoyé par DédéHeo Voir le message
    Đề Thám bà Ba Cẩn sinh được hai người con là Hoàng Thị Thế và Hoàng Văn Vi.
    Monsieur Tham et madame Cân ont eu 2 enfants : mlle Hoàng Thị Thế vet monsieur Hoàng Văn Vi.

    Alors c'est Hoàng Thị Thế la star du cinéma muet ? Sous quel nom d'artiste ?

    Je cherche désespérément car je suis un cœur d'artichaut : J'ai les histoires qui se termine bien.

    mais le problème des cartes postales qui portent à confusion, c'est que la mémoire collective les élimine.

    Bon, mais quand même une actrice de cinéma, pas une seul foto !?

    Je trouve ça :


    cụ Hoàng Thị Thế đã từ Pháp trở về nước khoảng năm 1960
    La vielle dame Hoàng Thị Thế serait revenu de France Pháp dans les années 1960
    Après une longue carrière dans le cinéma muet ?
    Elle devait avoir une dizaine d'années quand ses parents on été capturée ?
    Sur sa pierre tombale c'est écrit : Née en 1901 décédée le 9/12/1988
    et on voit le portrait d'une femme élégante

    hihi j'ai trouvé cette page sur un grand cinéaste vietnamien :


    Nhà quay phim Nguyễn Đăng Bảybà Hoàng Thị Thế - con gái cụ Hoàng Hoa Thám

    C'est sûr qu'en tant que fille d'un grand héros de l'indépendance, il valait mieux prendre sa retraite au Vietnam que vivre de la caisse de retraite des intermittents du cinéma muet.

    Mais sous quel nom d'artiste jouet-elle

    Elle la photo avec son petit camion, pourquoi a t'elle disparue de la mémoire collective ?

    Bou bou bou
    Aidez moi ! Je pleure comme une Madeleine

  5. #14
    Passionné du Việt Nam Avatar de Dông Phong
    Date d'inscription
    février 2010
    Messages
    2 276

    Par défaut

    Citation Envoyé par HAN VIËT Voir le message
    L'histoire de Hoàng hoa Tham est assez bien connue, en grande partie parce qu'il a été mis en valeur par les communistes VN à cause de ses origines , il semble qu'il ait été un pur prolétaire , bouvier dans sa jeunesse et illettré , la figure idéale du combattant socialiste . Sa figure contraste absolument avec celle des lettrés ( que les communistes par idéologie détestaient ) qui avaient mené la plupart des insurrections du mouvement Cân vuong . Ces soulèvements se sont passés sur une longue période :
    Toàn văn Chiếu Cần Vương.



    Lors du mouvement Cần Vương, il y a eu d’autres révoltes.
    Ainsi, les habitants de la province de Khánh Hòa honorent encore aujourd’hui leurs héros qui ont participé à cette résistance.
    Malheureusement, ils sont peu connus hors de la province.
    Voir ci-dessous.
    Dông Phong


    … le jeune nouvel empereur Hàm Nghi, qui venait de monter sur le trône de Huế le 31 juillet 1884, se retira à Tân Sở, dans le Quảng Trị, et lança le 13 juillet 1885 l’ordonnance impériale Cần Vương (Soutenir le Roi) appelant les intellectuels et le peuple à s’opposer aux envahisseurs français. Pendant ce temps, ceux-ci remplacèrent Hàm Nghi par Đồng Khánh à Huế. L’appel Cần Vương reçut rapidement des réponses très favorables des habitants de Khánh Hòa, sous la conduite de « braves » comme Trịnh Phong, Trần Đường, Nguyễn Khanh, Phạm Chánh, Phạm Long, Nguyễn Sum et de nombreux autres. Mais équipés seulement d’armes archaïques, ces résistants, forts de presque 5 000 hommes, furent écrasés durant l’été 1886. Trịnh Phong et ses compagnons furent exécutés, et cent autres résistants envoyés au bagne de Cam Ranh. En souvenir de leur sacrifice, la postérité appelle Trịnh Phong, Trần Đường, Nguyễn Khanh « Khánh Hòa Tam Kiệt » (les Trois Grands Hommes de Khánh Hòa), et Phạm Chánh, Phạm Long, Nguyễn Sum « Quảng Phước Tam Hùng » (les Trois Héros de Quảng Phước[1])[2].

    Ce fut lors de ces batailles que l’artillerie française détruisit en partie la citadelle de Diên Khánh, et qu’un grand incendie donna son nom au Đồng Cháy, le Champ Brûlé, un lieu maudit que hantent encore les âmes errantes des résistants massacrés : d’où l’expression ma Đồng Cháy ou les fantômes du Champ Brûlé. Mais d’autres révoltes se poursuivirent à Khánh Hòa et dans les provinces voisines en 1887 et 1888. Pris par les Français, l’empereur Hàm Nghi fut exilé en 1888 en Algérie. Il avait alors 18 ans.

    D’autres tentatives de rébellion contre les Français eurent encore lieu dans la province, comme celle de Trần Quý Cáp[3] qui fut exécuté en 1908 au pont du Sông Cạn.


    (Extrait de mon livre Monts et merveilles au pays du Bois d’Aigle, Éd. Publibook, 2009)




    [1] Sous-préfecture de Vạn Ninh actuellement.

    [2] Ces héros locaux sont devenus des sujets de culte dans les temples de la province : par exemple, Trịnh Phong a son culte dans un petit temple qui lui est dédié au village de Phú An Nam, commune de Diên An, sous-préfecture de Diên Khánh ; et comme d’autres célébrités, Trịnh Phong et Trần Đường ont aussi donné leur nom à deux rues de Nha Trang.

    [3] Trần Quý Cáp a aussi son temple au hameau Dinh de Diên Khánh.
    Dernière modification par Dông Phong ; 09/01/2013 à 15h08.
    Savant ne suis
    Poète ne puis
    Débauché ? bof...
    Gần bùn mà chẳng hôi tanh mùi bùn

    Mon blog : http://terrelointaine.over-blog.fr


  6. #15
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    Citation Envoyé par Dông Phong Voir le message


    Hi hi hi, j'ai appris l'histoire du Đề Thám au lycée colonialiste Jean-Jacques Rousseau (ex-Chasseloup Laubat) de Saigon entre 1954 et 1960 !
    Comme quoi ...
    DP
    Ce serait intéressant si vous nous racontiez ce qu’on dit sur Dê Tham dans les cours d’histoire au lycée Jean-Jacques Rousseau en 1954 quand les Français contrôlaient encore tout le Sud, et en 1960 quand c’est les Américains qui reprenaient le contrôle.

    Ils parlaient de pirates ou de résistance en 1954 et 1960 ?

    Moi je l’ai appris dans les années 80 dans une école 100% sous propagande communiste. Alors c’était clair comme l’eau de roche : Dê Tham était un demi Dieu, intelligent, rusé, patriote. Il aurait chassé toute l’armée française s’il ne s’est pas fait avoir par des traites un jour de 1913.

  7. #16
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    Voici une histoire romancée de Dê Tham
    Lê Minh Qu
    Très réaliste.

  8. #17
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    Citation Envoyé par DédéHeo Voir le message
    Est-ce que dans le livre, l'auteur parle de la carrière cinématographique de madame

    Le wiki vini de sa maman samouraï de la Libération



    Mademoiselle Thế a été arrêté à l'age de 7, 8 ans. Selon Nguyen Van Kiem, parce que le ministre du propriétaire d'entreprise petite fille qui Cai moi, est venu à Nha Nam Bouchet pour l'agent avec une seule condition qui peut être pris en charge [1] . Plus tard, les autorités coloniales françaises l'ont emmenée en France pour l'elevée. En 1965, elle retourne au pays, a vécu à Hanoi , et mourut le 9 Juin 12, 1988, a été enterré dans le Yen ruines (Bac Giang).

    A-t'elle pris le nom de Bouchet ?

    Une carte postale qui dérange beaucoup de monde :
    Une vision d'un gendarme qui donne un jouet à une petite fille c'est bof bof pas signifiant du point de vue de la lutte de libération

    De l'autre coté, la famille française n'a pas envie de se faire traiter de voleur d'enfants. Pourtant on est en 1907 ! pas en 2007 avec l'histoire de l'ONG bidon de voleurs d'enfants tchadien.
    La famille
    Hoàng Thi Thê a été adoptée à 8 ans en 1913 par ceux qui ont tué son père et déporté sa mère. Et elle trouve encore la force de revenir au pays en 1965 pour partager les bombardements américains de 1972 avec ses compatriotes et d’y mourir plus tard. J’en connais d’autres qui auraient resté planquer en France.

    Il n’y a rien de honteux à montrer sa photo avec le gendarme français.

    Si Dédé veut la voir en jeune fille, s’il est en France, il suffit d’aller chercher un de ses 3 films à la médiathèque de son quartier. Hoang Thi-The

  9. #18
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    7 800

    Par défaut

    simultanéité
    PS) Merci dannyboy :


    Hoang Thi-The

    sur IMDb.com »

    Actrice:

    Le secret de l'émeraude (1935) .... Barbara Lee
    La donna bianca (1931) .... Li-Ti
    La lettre (1930) .... Li Ti

    Elle rentre en 1965 à l’appel de l'Oncle Ho : "Les Viet Kieu qui rentre seront les bienvenus"

    Ce n'est pas encore vraiment la guerre, y avait de l'espoir...

    Mais elle n'a pas de descendance en France malgré cette carrière d'actrice ?

    Citation Envoyé par dannyboy Voir le message
    Pas sûr que c'est une erreur puisque wiki a donné la date à la fois dans le calendrier lunaire et solaire Hoàng Hoa Thám

    sáng mồng 5 Tết năm Quý Sửu, tức ngày 10 tháng 2 năm 1913
    On trouve ce PDF :
    Hoàng Hoa Thám (1858-1913)

    www.acvr-asso.fr/resources/Ho$C3$A0ng+Hoa+Th$C3$A1m+pdf.pdf

    "Le nouveau district de Nhã Nam : l’administrateur Alfred Bouchet"

    "Le matin du 10 février 1913, le Đề Thám est abattu de deux coups de pioche."

    "sa troisième épouse est arrêtée (déportée pour la Guyane, elle meurt à Alger le 25 novembre 1910)"
    Alors, elle n'a pas "sauté du bateau"

    extraits:
    Après les manifestations paysannes de Vinh en 1905, on voit en 1908 se développer en Annam un vaste mouvement de protestation contre les corvées et les impôts qui sera très durement réprimé. À Hanoi, c’est une tentative d’empoisonnement de la garnison française de la citadelle dans les derniers jours de juin 1908 qui redonne au Đề Thám sa qualité d’« ennemi public n° 1 ». La poudre de graines de datura n’a pas d’autres effets – dit la rumeur (Clause Gendre, op. cit., p. 103) – que de faire grimper quelques soldats aux arbres et d’en pousser un, tout nu, à faire du vélo toute la nuit dans les rues de Hanoi. Mais cet empoisonnement n’était que la première phase d’une insurrection qui, pour avoir échoué, n’en est pas moins extrêmement grave. La réaction est à la mesure de la rébellion et la Commission criminelle du Tonkin prononce pas moins de 13 exécutions capitales et 4 condamnations aux travaux forcés à perpétuité, 26 à des travaux forcés de 5 à 20 ans, et autres peines de prison. Quoi qu’il n’apparaisse pas parmi les comploteurs, tout le monde s’accorde pour voir la main du Đề Thám derrière cet acte de résistance. Ainsi du gouverneur général par intérim, Louis Bonhoure, dans un rapport :
    Nous devons considérer le Dê Tham comme le représentant, aux yeux de la population indigène de l’Annam et du Tonkin, de la résistance à la domination française, et le chef de la rébellion de demain. […] Son nom est prononcé par tous ceux qui rêvent d’indépendance, de soulèvement, de la Cochinchine aux frontières de la Chine.
    (Cité par Clause Gendre, op. cit., p. 105)
    Après qu’on s’est défait des réformistes chinois, le nouveau gouverneur général, Klobukowski, décide d’en finir avec le Đề Thám. De multiples opérations sont de nouveau engagées en 1909 et 1910. J’emprunte au romancier Paul Chack le résumé de ces manœuvres :
    Un très gros livre ne suffirait pas à décrire les opérations. […] Tout n’est d’ailleurs qu’une série de poursuites, reconnaissances, marches et contremarches dans la forêt du Yên Thê […]. On agit d’après des renseignements souvent faux. On prend la piste, on la perd, on la retrouve. Guérilla entre toutes décevante et sans gloire. Dure existence pour les soldats français et tonkinois et pour la milice, plus dure encore pour les pirates.
    (Paul Chack, Hoang-Tham pirate, Paris, Éditions de France, 1933, p. 199).
    Le romancier conclut ainsi: « Et, lorsqu’après 328 jours de luttes et de poursuites, nos soldats regagneront leurs garnisons et les miliciens leurs provinces, le Dé Tham sera toujours en vie, mais traqué, impuissant, misérable. » Mais c’est en 1933. Les contemporains des faits, colons et opinion de métropole retirèrent des opérations menées en 1909 et 1910 une impression d’échec, d’impuissance et de mauvaise foi des autorités qui contribua à déconsidérer Klobukowski.

    La tête du Đề Thám est désormais mise à prix. L’homme est isolé ; il est coupé de sa famille, son fils meurt, sa troisième épouse est arrêtée (déportée pour la Guyane, elle meurt à Alger le 25 novembre 1910). La traque commence. Mais d’abord, on fait le vide autour de lui.
    On arrête tous ses anciens lieutenants quoiqu’ils aient fait soumission : vingt sont condamnés aux travaux forcés en Guyane, soixante à 20 ans d’emprisonnement au bagne de Poulo Condore, treize à de la prison au Tonkin. Deux personnalités annamitisantes sont placées à la tête du nouveau district de Nhã Nam : l’administrateur Alfred Bouchet et le colonel Bonifacy.
    Mais il y a toujours autant de bisbilles entre les autorités civile et militaire et une tentative d’empoisonnement du Đề Thám initiée par le premier échoue à cause des troupes du second… On voit le Đề Thám un peu partout (chaque résident aimerait qu’il lui revienne de l’arrêter !) et dans le même temps on a tendance à le croire mort… jusqu’à ce qu’il soit de nouveau repéré le 22 novembre 1911. Il sont trois, lui seul a un fusil. Ils échappent aux deux colonnes lancées contre eux. « L’homme blanc se ridiculise face à l’Annamite », fulmine le colonel Rondony, commandant de la 2e brigade pour l’Indochine. Le Đề Thám est devenu l’homme à abattre, d’autant qu’il trouve le moyen d’exécuter lui-même deux hommes qui l’ont trahi.
    Puisqu’on ne peut plus décemment négocier avec le chef rebelle, puisque les opérations militaires semblent irrémédiablement vouées à l’échec, on retient l’idée d’une opération de basse police. Trois Chinois vont jouer les hommes de main. Ces anciens
    réformistes ont pour mission d’approcher le Đề Thám et de le tuer. Le matin du 10 février 1913, le Đề Thám est abattu de deux coups de pioche. Alfred Bouchet voit arriver les trois Chinois couverts de boue, en loques, qui lui remettent le Lebel du Đề Thám et les mousquetons de ses deux compagnons.
    Puis, écrit-il encore, avant que j’aie eu le temps de poser la moindre question, toujours le Chinois au bec de lièvre, s’emparant d’un sac que tenait un de ses camarades, m’en vida l’effrayant contenu sur la natte de jonc qui recouvrait le sol de mon bureau. J’ai froid dans le dos… Je regarde, les yeux grands ouverts. À mes pieds… la tête du chef !!!
    (Alfred Bouchet, Au Tonkin, La Vie aventureuse de Hoang-hoa-Tham chef pirate (pages vécues, Paris, Les Livres nouveaux, sd, p. 212)

    Cette tête sera exposée trois jours au marché de Nha Nam ; le corps est brûlé : « Il convenait, écrit le résident de Bac Giang, que le corps ne fut pas subrepticement enlevé par quelques fanatiques, qu’une pagode, qui deviendrait un sanctuaire vénéré, un lieu de pèlerinage pour les pirates à venir, ne s’élève
    Dernière modification par DédéHeo ; 09/01/2013 à 17h08.

  10. #19
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    Citation Envoyé par DédéHeo Voir le message
    Mais elle n'a pas de descendance en France malgré cette carrière d'actrice ?
    Si si ... Roussilon Vietnam,le site de Claude Gendre
    http://leminhquoc.vn/lmq/van-xuoi/tr....html?start=15


    Khi trở về Việt Nam, thì bà Thế mất liên lạc với con trai Jean Marie Bourges của mình. Mãi đến năm 1993 con gái ông Phồn là bà Hoàng Thị Hải mới nối được liên lạc. Người hồi âm là con dâu của bà Thế, trong thư có viết: “tìm được họ hàng nhà mẹ chồng, gia đình chúng tôi như hồi sinh”. Vậy là Đề thám đã có 3 chắt mang quốc tịch Pháp: chắt trai Gerald (học luật), Hubart (học điêu khắc) và chắt gái Florence (học nghệ thuật sân khấu ở Paris).
    Dernière modification par dannyboy ; 09/01/2013 à 17h44.

  11. #20
    Passionné du Việt Nam Avatar de Dông Phong
    Date d'inscription
    février 2010
    Messages
    2 276

    Par défaut

    Citation Envoyé par dannyboy Voir le message
    Ce serait intéressant si vous nous racontiez ce qu’on dit sur Dê Tham dans les cours d’histoire au lycée Jean-Jacques Rousseau en 1954 quand les Français contrôlaient encore tout le Sud, et en 1960 quand c’est les Américains qui reprenaient le contrôle.

    Ils parlaient de pirates ou de résistance en 1954 et 1960 ?

    Moi je l’ai appris dans les années 80 dans une école 100% sous propagande communiste. Alors c’était clair comme l’eau de roche : Dê Tham était un demi Dieu, intelligent, rusé, patriote. Il aurait chassé toute l’armée française s’il ne s’est pas fait avoir par des traites un jour de 1913.


    Figurez-vous, Dannyboy, que, durant toute ma scolarité secondaire dans ce lycée français, je n'ai jamais entendu de propagande colonialiste.
    Les professeurs, en majorité des agrégés venus de France, plutôt "intellectuels de gauche", nous y enseignaient surtout l'esprit des Lumières, de la révolution de 1789, de Diderot, Montesquieu, Voltaire, Rousseau...
    Ils nous parlaient avec respect des "opposants à la colonisation française", tels que Nguyễn Tri Phương, Hoàng, Diệu, Đề Thám, etc...
    J'y ai plus appris sur l'histoire du Viêt Nam que mes cousins qui fréquentaient des lycées vietnamiens de l'époque. Un comble !
    Mais peut-être que, étant dans un lycée français, mes camarades et moi étions plus attentifs à tout ce qui concerne notre pays.
    Dông Phong


    PS : j'ai déjà raconté, dans une autre discussion ("Les comptines..."), que c'est dans ce lycée que j'ai appris les caractères Hán-Việt et nôm.


    Dernière modification par Dông Phong ; 09/01/2013 à 19h29. Motif: Fautes de frappe
    Savant ne suis
    Poète ne puis
    Débauché ? bof...
    Gần bùn mà chẳng hôi tanh mùi bùn

    Mon blog : http://terrelointaine.over-blog.fr


Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. Tour ngắn tham quan Hà thành
    Par DédéHeo dans le forum Activités, visites et lieux au Vietnam
    Réponses: 0
    Dernier message: 14/04/2011, 10h21
  2. Sách bị cấm phát hành (mật thám kinh tế, gián điệp ...)
    Par dokuan dans le forum Diễn Ðàn Tiếng Việt ( Forum en Vietnamien)
    Réponses: 12
    Dernier message: 27/07/2010, 12h10
  3. Livre : le Dê Tham sorti en France
    Par mike dans le forum La Culture au Vietnam
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/04/2007, 23h08
  4. Livre : Le Dê Tham
    Par Agemon dans le forum La Culture au Vietnam
    Réponses: 1
    Dernier message: 20/09/2006, 21h02

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Nous avons pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2021 - Copyright Forumvietnam.fr® - Tous droits réservés
Nous rejoindre