Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 13

Discussion: [livre] A nos vingt ans de Huy-Thiêp Nguyên

  1. #1
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    700

    Par défaut [livre] A nos vingt ans de Huy-Thiêp Nguyên

    A nos vingt ans de Huy-Thiêp Nguyên

    Paru le : 11/02/2005
    Editeur : AUBE (EDITIONS DE L')

    J'aimerai vous présenter ce livre qu'un membre m'a gentiment offert (merci à lui ) que je suis en train de lire...
    Nguyên Huy Thiêp nous fait partager son regard assez réaliste sur la société vietnamienne d'aujourd'hui, confrontant les valeurs traditionnelles et modernes dans le regard d'un jeune vietnamien joué par Khuê..Saisissant, surprenant..Pour l'instant, c'est que du bonheur..
    Juste un conseil : allez vite l'acheter..



    Résumé de A nos vingt ans

    " Je m'appelle Khuê. J'ai vingt ans cette année et je vais vous dire franchement : personne ne capte rien. Tenez, ma famille, par exemple. J'ai un père, une mère et un grand frère qui sont cons comme leurs pieds. Non, mes parents ne sont pas cons, simplement des gens normaux, voire des parents qui ont réussi dans la vie. [...] Mon père est un écrivain célèbre qui, il fut un temps, a été la coqueluche des jeunes générations.
    Il a toujours su garder l'honneur sauf, j'en suis pas peu fier et lui sais gré de n'avoir jamais rampé devant personne. " D'emblée les personnages et leur histoire sont campés : un père et un fils s'aiment et se déchirent. Heureusement, grâce à la sagesse des adultes - celle qu'il fuit ! - le jeune homme révolté comprendra vite l'inanité, pour ne pas dire le danger, véhiculés par la nouvelle donne d'une prétendue modernité. " "Une espèce de tristesse angoissée m'étreint.
    Alors, en Amérique aussi, l'existence n'est pas si peinarde que ça ?" se demande le narrateur. Faillite des anciennes valeurs, des valeurs nouvelles qui n'en sont guère. Pas facile d'être jeune au Viêt Nam. À nos vingt ans se lit comme un conte initiatique - un conte pour grandir, "devenir homme". Avec ce premier roman, Nguyên Huy Thiêp a voulu écrire, sous des allures picaresques, une exhortation à l'espoir.
    Ne pas se lasser de la Terre, regarder aussi vers le bleu du ciel où flottent toujours les cerfs-volants de l'enfance. " (Sean James Rose.)
    • La présentation de l'éditeur


    Nguyên Huy Thiêp, considéré comme le plus grand écrivain du Viêt-nam tant par ses compatriotes que par les critiques, vit à Hanoi où il est né en 1950. Aujourd'hui, c'est dans l'art que l'homme peut exprimer sa liberté, surtout dans un régime totalitaire. Et l'oeuvre de Thiêp, dans toute son expression, est l'illustration même de cette conviction. Il a décidé de ne plus faire que ce qu'il aime : écriture, peinture, sculpture, céramique. Sont déjà publiés, aux éditions de l'Aube : Un général à la retraite, Le coeur du tigre, La vengeance du loup, Conte d'amour un soir de pluie, Une petite source douce et tranquille, l'Or et le feu.

    Après 5 recueils de nouvelles et 2 pièces de théâtre, Thiêp nous propose ici son premier roman, à la fois très fort et émouvant. En effet, écrit à la première personne, il ressemble à un double cri : celui d'un adolescent qui hurle sa révolte et son mal être et celui d'un père démuni et inquiet.
    "Je m'appelle Khuê. J'ai vingt ans cette année. Et je vais vous dire franchement : personne ne capte rien. Tenez, ma famille, par exemple. J'ai un père, une mère et un grand frère qui sont cons comme leurs pieds. Non, mes parents ne sont pas cons, simplement des parents normaux, voire des parents qui ont réussi dans la vie. [...] Moi, je suis un cas à part. Je vous dirai de but en blanc que des connaissances, j'en ai zéro [...]. Je me demande bien comment j'ai pu faire des études secondaires, passer mon bac et entrer en fac. Même si mes parents ont pratiqué un peu de magie blanche dans les coulisses, cette magie n'a pas donné grand-chose. Mon père est un écrivain célèbre qui, il fut un temps, a été la coqueluche des jeunes générations. Il a toujours su garder l'honneur sauf, j'en suis pas peu fier et lui sais gré de n'avoir jamais rampé devant personne. [...]"
    D'emblée les personnages et leur histoire sont campés : un père et un fils s'aiment et se déchirent, le fils partant dans une dérive que le père ne peut plus contrôler, sauf peut-être encore par le biais de l'écriture. Un roman terriblement contemporain et pourtant universel, qui confirme, si besoin est, que Thiêp est un immense écrivain.


    Critiques presses :
    • La revue de presse Thierry Leclère - Télérama du 9 février 2005
    ... «Le plus jeune de mes deux fils a plongé dans la drogue au moment où il est entré à l'université. Comme il n'arrivait pas à s'en sortir, j'ai décidé de m'isoler avec lui pendant trois mois sur la petite île de Cat Ba, dans le golfe du Tonkin. Un ami m'avait prêté une baraque sur un petit terrain. Ce fut une bonne période entre mon fils et moi...» Nguyên Huy Thiêp décide de faire un livre de cette expérience, au moment même où il la vit, fin 2002. Et pour pousser plus loin encore cette thérapie littéraire, il se glisse dans la peau de son propre fils, et écrit A nos vingt ans à travers le regard de ce dernier.

    Le roman oscille ainsi entre un autoportrait savoureux (ce père qui «ne capte rien» est aussi un écrivain célèbre qui, naguère, fut la coqueluche de la jeune génération. Un homme intègre qui n'a jamais rampé devant personne.... et une fresque sombre de la jeunesse vietnamienne, individualiste, matérialiste, tourneboulée par une société qui bouscule brutalement les valeurs traditionnelles... Il est pessimiste, aussi, sur le Vietnam qu'il décrit, avec force exemples, ravagé par la drogue et la prostitution... Cette vision noirissime de la société n'a pas plu, on s'en doute, aux autorités vietnamiennes, qui, selon leur technique habituelle de censure a posteriori, ont laissé l'éditeur imprimer le livre... avant de l'interdire à la distribution...
    • La revue de presse Natalie Levisalles - Libération du 3 mars 2005
    Khiê a 20 ans. Dans sa vie, il a un père, écrivain à la grande notoriété et à l'«expérience de vieux con», une mère à la «dévotion de serpillière» et un frère qui passe des heures à chatter sur le Net avec des filles qui se révèlent être «des mochetés qui arborent le foulard rouge des jeunesses communistes». «Ils me font tous vomir», dit logiquement Khiê qui est en principe étudiant, mais préfère traîner avec des apprentis voyous, aller à l'Aquaparc mater les filles des nouveaux riches,... Le dernier livre de Nguyên Huy Thiêp, et son premier roman (il n'avait publié que des nouvelles et du théâtre), est une description sociologique de la jeunesse de Hanoï, fascinée par les merveilles du capitalisme triomphant. C'est aussi un récit très autobiographique. L'histoire du jeune Khiê est largement celle de son fils cadet, aujourd'hui âgé de 22 ans, et de sa plongée dans l'héroïne... Né en 1950 à Hanoï, Thiêp est un des écrivains vietnamiens les plus connus. Longtemps considéré comme le porte-parole d'une génération qui a grandi dans la guerre, il était devenu célèbre quasi instantanément en 1987 avec la publication d'Un général à la retraite, une nouvelle qui décrivait l'accablement d'un vieil homme face au matérialisme et au cynisme de la nouvelle société socialiste...

    Ce roman a été écrit dans des circonstances très particulières. Quand Thiêp a compris que son fils était devenu toxicomane, il a décidé de s'occuper lui-même de son sevrage et l'a emmené dans l'île de Cát Bà... Il y a quelques années, parlant de son pays, Thiêp disait : «Je n'attaque pas la société actuelle, je constate ce qu'elle est, je regrette ce qu'elle n'est pas.» Aujourd'hui, il dit : «Ces quinze dernières années ont vu des changements radicaux : les famines ont disparu, les gens peuvent apprendre, nous avons découvert les loisirs, la technologie, l'Internet, le Vietnam s'est ouvert sur le monde. Mais ce développement trop rapide a des conséquences terrifiantes : la tradition familiale et culturelle a été détruite.»...
    • La revue de presse Christophe Ono-dit-Biot - Le Point du 21 avril 2005
    C'est l'histoire d'un gamin aux poches percées qui n'a pas d'idéal... le héros d'«A nos vingt ans» n'a pas pour muse la poésie, mais une prostituée de Hanoi et quelques grammes d'héroïne... Ecrit en un mois pour tenter d'oublier les crises de manque de son fils toxicomane, c'est le premier roman du nouvelliste vietnamien Nguyên Huy Thiêp. A l'heure où l'on fête le 30e anniversaire de la chute de Saigon, cette confession offre un éclairage inédit sur l'état d'un pays qui, écartelé entre communisme doctrinal et libéralisme économique, promeut Britney Spears mais refuse toujours de publier ce roman pourtant beaucoup moins «toxic».

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs
     

  3. #2
    Jeune Viêt Avatar de virgin
    Date d'inscription
    septembre 2007
    Messages
    170

    Par défaut

    ça fait un moment que je l'ai lu et j'ai beaucoup aimé.
    as-tu autant aimé la suite?

    à+
    Virgin

  4. #3
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    700

    Par défaut

    salut Virgin,

    je suis à 1/3 du livre..

    je savais pas qu'il y avait une suite...c'est quoi le titre du bouquin ?

  5. #4
    Jeune Viêt Avatar de virgin
    Date d'inscription
    septembre 2007
    Messages
    170

    Par défaut

    Bonjour Mike,

    comme tu disais que tu etais en train de le lire, j'ai voulu dire par
    la suite: la fin du livre.
    haie !la langue française....pas toujours facile de trouver les bons mots!
    mais sinon je ne crois pas qu'il y aie de suite.:bigthumbup:

    à +
    Virgin

  6. #5
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Bao Nhân
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    En seine Saint-Denis
    Messages
    5 370

    Par défaut

    De Nguyen Huy Thiep, j'ai déjà lu "Le Général en retraîte". Donc, je pense que, pour pouvoir être vraiment touché par l'histoire qu'il raconte, alors il faut avoir déjà vécu plus ou moin dans des conditions qu'ont connu les Vietnamiens pendant et après les années de guerre.
    Bảo Nhân : fascination, impression and passion

  7. #6
    Jeune Viêt Avatar de virgin
    Date d'inscription
    septembre 2007
    Messages
    170

    Par défaut

    Citation Envoyé par Bao Nhân Voir le message
    De Nguyen Huy Thiep, j'ai déjà lu "Le Général en retraîte". Donc, je pense que, pour pouvoir être vraiment touché par l'histoire qu'il raconte, alors il faut avoir déjà vécu plus ou moin dans des conditions qu'ont connu les Vietnamiens pendant et après les années de guerre.
    Bonjour Bao Nhan,
    Je ne suis pas sure de bien comprendre le sens de tes mots,
    Est-ce que tu veux bien en dire un peut plus?

    Virgin

  8. #7
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Bao Nhân
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    En seine Saint-Denis
    Messages
    5 370

    Par défaut

    Citation Envoyé par virgin Voir le message
    Bonjour Bao Nhan,
    Je ne suis pas sure de bien comprendre le sens de tes mots,
    Est-ce que tu veux bien en dire un peut plus?
    Sans problème. Mais est-ce que tu as déjà lu ce livre qui est sorti en France il y a un peu plus de dix ans, dont le titre est "Le général en retraîte". L'auteur raconte l'histoire d'une petite famille qui, comme la plupart d'autres familles vietnamiennes dont le destin est plus ou moins lié à la guerre ainsi qu'à sa fin où une autre guerre, celle de débrouillage, commence...

    Quant au général qui a passé toute sa vie sur des champs de bataille sans avoir vu naître son fils ni assité à l'enterrement de sa femme qu'il connaissait à peine. Une fois avoir pris sa retraîte et est revenu à la vie civile qu'il vivera mal et ne supportaitera pas le matérielisme et la mesquinerie de la société de consommation où on est prêt à tout pour gagner le maximum de sous que possible...

    Enfin, des la guerre sino-vietnamienne s'éclate à la frontière, ses homme sont venus le chercher. Sans hésitation, il repart avec eux...

    En résumé : certe, pour les communs lecteurs que nous sommes, on peut lire sans relache, des début jusqu'à la fin de ce livre, mais on ne ressentira pas la même émotion que ceux qui l'ont vécu.
    Bảo Nhân : fascination, impression and passion

  9. #8
    Jeune Viêt Avatar de virgin
    Date d'inscription
    septembre 2007
    Messages
    170

    Par défaut

    merci pour tes précisions
    non ,je n'ai pas encore lu "le général à la retraite,mais j'ai lu "le coeur du tigre" et vu"les coupeurs de bois"de Vuong Duc ,adapté d'une des nouvelles du recueuil.
    Je suis d'accord que ça ne peut pas faire sens de la meme manière,évidemment,puisque ça ne touche pas à cette émotion meme du vécu,
    mais peut-etre à d'autre niveaux et puis déjà de savoir . ça vaut surement pour tous les témoignages d'histoires dramatiques qu'on a pas vécu.

    Virgin

  10. #9
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    7 800

    Par défaut

    Quand on commence à lire livre ce livre, on est pris par le rythme soutenu et on n’a pas envie de le lâcher avant de l’avoir lu intégralement.
    Seulement à la relecture, je confirme une impression étrange que j’avais :
    Bon, la happy end est bien sûr totalement invraisemblable : Le fils voyou se transforme en Zorro policier justicier écologique ; mais ça c’est du roman.
    Par contre l’histoire est supposée se dérouler en 2002 et être très autobiographique, inspirée de la vie du propre fils de Thiep. Or on a l’impression qu’il décrit le Vietnam des années 90, même si de temps en temps, il insiste sur la date 2002 et l’age de son fils, né dans l’année du Chien quelque gadget comme l’Aquaparc. Dans un Vietnam au développement fulgurant, 5 ans c’est comme 20 ans, donc on doit réfléchir a un Vietnam préolympique avant la folie de construction. Donc possible : l’immobilier qu’il décrit, c’est 1994 : maisons de 2 étages et 1 étage, traditionnelle en banlieue. Peut-etre que le pays n’avait pas encore beaucoup changé, même si des 10zaines de grands chantiers ont été fini en 2003.
    Il y a beaucoup d’autres manques :
    - Une société sans téléphone portable ; même dans les boutiques de mont de piété, il n’y a que des « téléphone sans fil » !
    - Un Vietnam sans touristes, Le garçon arrive même dans la rue Ta Hien sans rencontrer un touriste. Maintenant, il y a une foule de Routard. Il passe devant le temple de la Littérature et ne voit que 2 drogués.
    Franchement ce n’est pas le Vietnam de 2002 et encore moins celui d’aujourd’hui, plus
    Je me demandais même si Nguyen Huy Tiep était devenu Viet Kieu et avait inventé toute cette histoire. Mais non.
    Peut-être que ce livre est écrit dans la douleur par un homme efface inconsciemment la société moderne qu’il pense source de tous les maux. Le résultat est noir et irréel.
    Je me demande si c’est la raison pour laquelle ce livre a été censuré ?
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  11. #10
    Amoureux du Viêt-Nam Avatar de claudio
    Date d'inscription
    mai 2007
    Localisation
    Alpes Maritimes
    Messages
    746

    Par défaut

    Citation Envoyé par DédéHeo Voir le message
    la happy end est bien sûr totalement invraisemblable : Le fils voyou se transforme en Zorro policier justicier écologique ;
    Dammed! J'ai commandé le livre etje ne l'ai pas encore lu et DéDéHeo nous livre la fin!ops:ops:;D
    ça mérite un gage!!!
    a+
    Peintures lacquées du Vietnam sur www.galerie-xc.fr

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. [Livre] Minh Tran Huy La princesse et le pêcheur
    Par robin des bois dans le forum La Culture au Vietnam
    Réponses: 19
    Dernier message: 08/11/2009, 17h25
  2. Le Vietnamien serait une langue difficile ... pour nos oreilles ! Your Comments ?
    Par Thanh Ba.ch dans le forum La Culture au Vietnam
    Réponses: 17
    Dernier message: 31/10/2007, 17h20
  3. [Livre] « Parlons vietnamien » de Hoàng-Mai Nguyên-Tôn Nu
    Par mike dans le forum le vietnamien / Tiếng Việt
    Réponses: 6
    Dernier message: 16/02/2007, 00h17
  4. Áo trắng - Poème de Huy Cận
    Par Léon dans le forum La Culture au Vietnam
    Réponses: 12
    Dernier message: 07/09/2006, 20h35
  5. [Lettre] question a nos compatriotes Vietnamiens rédidents au pays
    Par Marseille 13013 dans le forum L'actualité générale du Vietnam (Archives)
    Réponses: 3
    Dernier message: 27/07/2006, 15h10

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Nous avons pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2021 - Copyright Forumvietnam.fr® - Tous droits réservés
Nous rejoindre