Page 5 sur 6 PremièrePremière ... 3456 DernièreDernière
Affichage des résultats 41 à 50 sur 51

Discussion: Poésie et poèmes chantés

  1. #41
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Bao Nhân
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    En seine Saint-Denis
    Messages
    5 370
    Bảo Nhân : fascination, impression and passion

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs
     

  3. #42
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Bao Nhân
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    En seine Saint-Denis
    Messages
    5 370
    Bảo Nhân : fascination, impression and passion

  4. #43
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de robin des bois
    Date d'inscription
    décembre 2005
    Messages
    5 105

    Par défaut

    Bonjour TLM

    Certainement pas l'ideal pour apprendre le français du XXI e siècle, mais

    quel texte et quel chanteur !


    YouTube - Reggiani/Villon La ballade des pendus


    LA BALLADE DES PENDUS

    François de Montcorbier dit Villon

    Frères humains, qui après nous vivez,
    N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
    Car, si pitié de nous pauvres avez,
    Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
    Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
    Quant à la chair, que trop avons nourrie,
    Elle est piéça dévorée et pourrie,
    Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
    De notre mal personne ne s'en rie ;
    Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

    Se frères vous clamons, pas n'en devez
    Avoir dédain, quoique fûmes occis
    Par justice. Toutefois, vous savez
    Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
    Excusez-nous, puisque sommes transis,
    Envers le fils de la Vierge Marie,
    Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
    Nous préservant de l'infernale foudre.
    Nous sommes morts, âme ne nous harie,
    Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

    La pluie nous a débués et lavés,
    Et le soleil desséchés et noircis.
    Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
    Et arraché la barbe et les sourcils.
    Jamais nul temps nous ne sommes assis
    Puis çà, puis là, comme le vent varie,
    A son plaisir sans cesser nous charrie,
    Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
    Ne soyez donc de notre confrérie ;
    Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

    Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
    Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
    A lui n'ayons que faire ne que soudre.
    Hommes, ici n'a point de moquerie ;
    Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !


    Villon, Epitaphe Villon ou ballade des pendus




    Le même poème, superbement récité par Gérard PHILIPPE (avec le texte en sous-titrage)


    YouTube - Villon - Ballade des pendus (Gérard Philipe)
    Dernière modification par robin des bois ; 27/01/2011 à 07h14.

  5. #44
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Ti Ngoc
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    6 121

    Par défaut

    François?, bien sur!

    (un vieil ami, souvenir de 2° héhéhé)


    Ballade des Dames du temps jadis

    Dites-moi où, n'en quel pays,
    Est Flora la belle Romaine,
    Archipiades, ne Thaïs,
    Qui fut sa cousine germaine,
    Echo, parlant quant bruit on mène
    Dessus rivière ou sur étang,
    Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?
    Mais où sont les neiges d'antan ?

    Où est la très sage Héloïs,
    Pour qui fut châtré et puis moine
    Pierre Esbaillart à Saint-Denis ?
    Pour son amour eut cette essoine.
    Semblablement, où est la roine
    Qui commanda que Buridan
    Fût jeté en un sac en Seine ?
    Mais où sont les neiges d'antan ?

    La roine Blanche comme un lis
    Qui chantait à voix de sirène,
    Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,
    Haramburgis qui tint le Maine,
    Et Jeanne, la bonne Lorraine
    Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ;
    Où sont-ils, où, Vierge souvraine ?
    Mais où sont les neiges d'antan ?

    Prince, n'enquerrez de semaine
    Où elles sont, ni de cet an,
    Que ce refrain ne vous remaine :
    Mais où sont les neiges d'antan ?

    François Villon (1431-?)


    YouTube - Brassens BALLADE DES DAMES DU TEMPS JADIS


  6. #45
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Ti Ngoc
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    6 121

    Par défaut

    LE CHAT

    Dans ma cervelle se promène,
    Ainsi qu'en son appartement,
    Un beau chat, fort, doux et charmant.
    Quand il miaule, on l'entend à peine,

    Tant son timbre est tendre et discret;
    Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
    Elle est toujours riche et profonde.
    C'est là son charme et son secret.

    Cette voix, qui perle et qui filtre,
    Dans mon fonds le plus ténébreux,
    Me remplit comme un vers nombreux
    Et me réjouit comme un philtre.

    Elle endort tous les cruels maux
    Et contient toutes les extases;
    Pour dire les plus longues phrases,
    Elle n'a pas besoin de mots.

    Non, il n'est pas d'archer qui morde
    Sur mon coeur, parfait instrument,
    Et fasse plus royalement
    Chanter sa plus vibrante corde,

    Que ta voix, chat mystérieux,
    Chat séraphique, chat étrange,
    En qui tout es, comme un ange,
    Aussi subtil qu'harmonieux!

    - De sa fourrure blonde et brune
    Sort un parfum si doux, qu'un soir
    J'en fus embaumé, pour l'avoir
    Caressée une fois, rien qu'une.

    C'est l'esprit familier du lieu;
    Il juge, il préside, il inspire
    Toutes choses dans son empire;
    Peut-être est-il fée, est-il dieu ?

    Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
    Tirées comme un aimant,
    Se retournent docilement
    Et que je regarde en moi-même,

    Je vois avec étonnement
    Le feu de ses prunelles pâles,
    Clairs fanaux, vivantes opales,
    Qui me contemplent fixement.

    Charles Baudelaire - Les Fleurs du Mal


  7. #46
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Ti Ngoc
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    6 121

    Par défaut


    L'échafaud

    C'était fini. Splendide, étincelant, superbe,
    Luisant sur la cité comme la faulx sur l'herbe,
    Large acier dont le jour faisait une clarté,
    Ayant je ne sais quoi dans sa tranquillité
    De l'éblouissement du triangle mystique,
    Pareil à la lueur au fond d'un temple antique,
    Le fatal couperet relevé triomphait.
    Il n'avait rien gardé de ce qu'il avait fait
    Qu'une petite tache imperceptible et rouge.

    Le bourreau s'en était retourné dans son bouge ;
    Et la peine de mort, remmenant ses valets,
    Juges, prêtres, était rentrée en son palais,
    Avec son tombereau terrible dont la roue,
    Silencieuse, laisse un sillon dans la boue
    Qui se remplit de sang sitôt qu'elle a passé.
    La foule disait : bien ! car l'homme est insensé,
    Et ceux qui suivent tout, et dont c'est la manière,
    Suivent même ce char et même cette ornière.

    J'étais là. Je pensais. Le couchant empourprait
    Le grave Hôtel de Ville aux luttes toujours prêt,
    Entre Hier qu'il médite et Demain dont il rêve.
    L'échafaud achevait, resté seul sur la Grève,
    Sa journée, en voyant expirer le soleil.
    Le crépuscule vint, aux fantômes pareil.
    Et j'étais toujours là, je regardais la hache,
    La nuit, la ville immense et la petite tache.

    A mesure qu'au fond du firmament obscur
    L'obscurité croissait comme un effrayant mur,
    L'échafaud, bloc hideux de charpentes funèbres,
    S'emplissait de noirceur et devenait ténèbres ;
    Les horloges sonnaient, non l'heure, mais le glas ;
    Et toujours, sur l'acier, quoique le coutelas
    Ne fût plus qu'une forme épouvantable et sombre,
    La rougeur de la tache apparaissait dans l'ombre.

    Un astre, le premier qu'on aperçoit le soir,
    Pendant que je songeais, montait dans le ciel noir.

    Sa lumière rendait l'échafaud plus difforme.
    L'astre se répétait dans le triangle énorme ;
    Il y jetait ainsi qu'en un lac son reflet,
    Lueur mystérieuse et sacrée ; il semblait
    Que sur la hache horrible, aux meurtres coutumière,
    L'astre laissait tomber sa larme de lumière.
    Son rayon, comme un dard qui heurte et rebondit,
    Frappait le fer d'un choc lumineux ; on eût dit
    Qu'on voyait rejaillir l'étoile de la hache.
    Comme un charbon tombant qui d'un feu se détache ;
    Il se répercutait dans ce miroir d'effroi ;
    Sur la justice humaine et sur l'humaine loi
    De l'éternité calme auguste éclaboussure.
    " Est-ce au ciel que ce fer a fait une blessure ?
    Pensai-je. Sur qui donc frappe l'homme hagard ?
    Quel est donc ton mystère, ô glaive ? " Et mon regard
    Errait, ne voyant plus rien qu'à travers un voile,
    De la goutte de sang à la goutte d'étoile.

    3o mars 1856.




    Victor Hugo (1802- 1885)




  8. #47
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Ti Ngoc
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    6 121

    Par défaut



    Au fond du coeur


    Au fond du coeur, au fond de notre coeur, un beau jour, le beau jour de tes
    yeux continue. Les champs, l'été, les bois, le fleuve. Fleuve seul animant
    l'apparence des cimes. Notre amour c'est l'amour de la vie, le mépris de la mort. A même la lumière contredite, souffrante, une flamme perpétuelle. Dans tes yeux, un seul jour, sans croissance ni fin, un jour sur terre, plus clair en pleine terre que les roses mortelles dans les sources de midi.
    Au fond de notre coeur, tes yeux dépassent tous les ciels, leur coeur de nuit. Flèches de joie, ils tuent le temps, ils tuent l'espoir et le regret, ils tuent l'absence.
    La vie, seulement la vie, la forme humaine autour de tes yeux clairs.

    Paul Eluard . (Donner à voir.)


  9. #48
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Ti Ngoc
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    6 121

    Par défaut

    Avec tes yeux


    Avec tes yeux je change comme avec les lunes

    Et je suis tour à tour et de plomb et de plume,

    Une eau mystérieuse et noire qui t'enserre

    Ou bien dans tes cheveux ta légère victoire


    Paul Eluard : Capitale de la douleur.


  10. #49
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Ti Ngoc
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    6 121

    Par défaut


    Aube



    J'ai embrassé l'aube d'été.


    Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombre ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.

    La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.


    Je ris au wasserfall qui s'échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.


    Alors je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l'ai dénoncée au coq. A la grand'ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.


    En haut de la route, près d'un bois de lauriers, je l'ai entourée avec ses voiles amassés, et j'ai senti un peu son immense corps. L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois.


    Au réveil il était midi.


    Arthur Rimbaud


  11. #50
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Ti Ngoc
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Messages
    6 121

    Par défaut

    NOUS DORMIRONS ENSEMBLE

    Que ce soit dimanche ou lundi
    Soir ou matin minuit midi
    Dans l'enfer ou le paradis
    Les amours aux amours ressemblent
    C'était hier que je t'ai dit

    Nous dormirons ensemble

    C'était hier et c'est demain
    Je n'ai plus que toi de chemin
    J'ai mis mon coeur entre tes mains
    Avec le tien comme il va l'amble
    Tout ce qu'il a de temps humain

    Nous dormirons ensemble

    Mon amour ce qui fut sera
    Le ciel est sur nous comme un drap
    J'ai refermé sur toi mes bras
    Et tant je t'aime que j'en tremble
    Aussi longtemps que tu voudras

    Nous dormirons ensemble
    Louis Aragon


    YouTube - Jean Ferrat chante Aragon Nous Dormirons Ensemble


Page 5 sur 6 PremièrePremière ... 3456 DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Nous avons pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2021 - Copyright Forumvietnam.fr® - Tous droits réservés
Nous rejoindre