Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 23

Discussion: Enterrement bouddiste

  1. #11
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de robin des bois
    Date d'inscription
    décembre 2005
    Messages
    5 105

    Par défaut

    Citation Envoyé par hoa lan Voir le message
    Bonjour RDB,
    Il semble que nous ayons une certaine connexion. A votre avis :
    Les satellites sont plus rapides que les antennes d' E.T ?



    H.L

    Je ne saisis pas bien .... excusez-moi , j'ai loupé quelque chose ???

    (on se connait ...ou vous avez déjà posté ce lien ou cet article ??? ??)


    ( je reviens de mon jardin où je faisais le tri parmi mes cactus plus ou moins gelés !!!



  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Messages
    Plusieurs
     

  3. #12
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    L
    16
    Les secondes funérailles chez les
    populations du Vietnam
    Les secondes funérailles constituent une tradition
    commune pour la plupart des populations du Vietnam
    bien que leurs pratiques soient très variées d’une
    région à une autre.
    Dans le delta du Fleuve Rouge, les Viet, population
    majoritaire du pays, exhument leur mort en mettant
    les os dans une nouvelle urne qui est enterrée désormais
    définitivement. Thay ao, littéralement « changer
    le vêtement », est le terme le plus populaire
    pour cette pratique qui se déroule autour de la 3e
    année après l’enterrement, selon la disponibilité de
    la famille. Cette cérémonie marque l’achèvement
    des funérailles. Les villageois considèrent que, dès
    lors, leur mort a sa « tombe définitive, tombe belle

    On peut rendre visite à la tombe, mais on évite de la
    déplacer s’il n’y a pas de raison impérieuses.
    Traditionnellement, l’exhumation d’un cadavre, en
    vue des secondes funérailles ou pour d’autres raisons,
    doit être effectuée durant la nuit, souvent avant l’aube.
    Si ce n’est pas le cas, il est nécessaire de dresser un
    abri provisoire, souvent on étend une natte, maintenant
    imperméable, qui recouvre juste la fosse, car
    laisser « le mort à ciel ouvert » est fortement interdit.
    Notons que normalement les Catholiques ne pratiquent
    pas les secondes funérailles. Cependant, dans
    certains villages où ils sont très peu nombreux par
    rapport aux non catholiques, plusieurs familles le
    font.
    Sur les Hauts Plateaux du centre du pays, la tradition
    de la plupart des autochtones ne demande pas une
    exhumation du mort lors des secondes funérailles,
    mais la construction d’un nouveau tombeau soigneusement
    décoré qui est laissé dès que la cérémonie
    est achevée. Ces secondes funérailles sont appelées
    « cérémonie de l’abandon de la tombe » qui marque
    la fin du deuil. Elle est attachée au cycle agricole et
    se déroule au printemps, avant l’arrivée de la saison
    des pluies. Les Jörai, population de langue austronésienne
    qui est nombreuse dans la région de Pleiku,
    organisent l’abandon de la tombe plusieurs années
    après l’enterrement. Tant que cette cérémonie n’est
    pas organisée, la famille nourrit les morts quotidiennement.
    On apporte la nourriture à la tombe, on parle
    avec le mort, on nettoie la tombe, etc. Bien qu’actuellement,
    les tombes individuelles dominent les cimetières,
    traditionnellement, les familles enterrent au fur
    et à mesure leurs morts dans une même tombe. Pour
    les villageois, cette cérémonie de l’abandon de la
    tombe a pour but de conduire définitivement les morts
    dans l’au-delà pour leur nouvelle vie. C’est donc la
    dernière occasion pour les vivants de s’occuper de
    leurs morts. Ils essaient de remplir leurs devoirs et
    leur présentent leurs meilleurs sentiments. Le tombeau
    est l’oeuvre centrale de la cérémonie. Il montre
    le style de la population et diffère légèrement d’une
    région à une autre. Les familles sont soumises à une
    longue préparation (parfois des mois) des matériaux,
    des sculptures et d’autres décors, avec la participation
    de presque tout le village. On monte enfin le tombeau
    et on y présente des jarres, des hottes, des bols, des
    calebasses, ainsi que d’autres outils de travail en modèle
    réduit – tous les biens partagés avec les morts.
    Des sacrifices de buffles et de boeufs dont le nombre
    d’animaux varie selon les défunts dans le tombeau et
    la condition des familles, sont indispensables.
    L’abandon de la tombe est la cérémonie la plus importante
    chez les Jörai qui concerne non seulement
    les familles en deuil mais toute la communauté. Autour
    du nouveau tombeau, tout le village fait la fête
    pendant au moins trois jours. Des mets traditionnels,
    de la viande sacrifiée et des rangées de jarres d’alcool
    fermenté sont partagés entre les villageois. Des
    danses collectives se déroulent aux sons des gongs.
    Désormais, les veuves et veufs des morts peuvent se
    remarier.

    --------------
    Merci Robin pour le document!
    Effectivement, le texte affirme que certains catholiques pratiquent cette coutume. Aussi, ma famille est bouddhiste depuis toujours, et on n’a jamais « nettoyé les os » de nos ancêtres.

  4. #13
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    7 800

    Par défaut

    Dans le delta du Fleuve Rouge, les Viet, population majoritaire du pays, exhument leur mort en mettant les os dans une nouvelle urne qui est enterrée désormais définitivement. Thay ao, littéralement « changer de vêtement », est le terme le plus populaire pour cette pratique qui se déroule autour de la 3e année après l’enterrement, selon la disponibilité de la famille. Cette cérémonie marque l’achèvement des funérailles. Les villageois considèrent que, dès lors, leur mort a sa « tombe définitive ».
    On peut rendre visite à la tombe, mais on évite de la déplacer s’il n’y a pas de raison impérieuses.
    Traditionnellement, l’exhumation d’un cadavre, en vue des secondes funérailles ou pour d’autres raisons, doit être effectuée durant la nuit, souvent avant l’aube.
    Si ce n’est pas le cas, il est nécessaire de dresser un abri provisoire, souvent on étend une natte, maintenant imperméable, qui recouvre juste la fosse, car laisser « le mort à ciel ouvert » est fortement interdit.
    Notons que normalement les Catholiques ne pratiquent pas les secondes funérailles. (***)
    Le terme thay ao, littéralement « changer de vêtement » n'est le terme le plus populaire, c'est de l'argot nuance ! On dit ça pour rigoler car c'est une cérémonie éprouvante. Peut-être que cette dame ne l'a jamais fait ?
    On compte les os qu'on nettoie avec de l’alcool.

    Problème : La graisse, les antibiotiques...

    Les premiers Grands communistes n'étaient pas déplacés non plus car au début, la religion était interdite. On pouvait voir leur tombe au cimetière de Van Dien dans le carré des Grands communistes.
    Dernière modification par DédéHeo ; 12/03/2012 à 18h34.

  5. #14
    Nouveau Viêt Avatar de tôidibo
    Date d'inscription
    mai 2010
    Messages
    34

    Par défaut

    Admettons que ma question soit mal formulée : je ne cherchais pas à savoir si l'enterrement provisoire est une pratique bouddhiste (le fait est que ce n'est pas une pratique chrétienne aujourd'hui, même si dans des temps plus anciens les sarcophages que l'on voit dans certaines églises aient pu servir à plusieurs cadavres - Philippe Ariès), mais quel était le nom vietnamien de cette pratique. Ça n'a pas grande importance pour la nouvelle que j'écris, alors merci à tous ceux qui ont pris un peu de leur temps pour me répondre.

  6. #15
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de robin des bois
    Date d'inscription
    décembre 2005
    Messages
    5 105

    Par défaut

    Citation Envoyé par tôidibo Voir le message
    Admettons que ma question soit mal formulée : je ne cherchais pas à savoir si l'enterrement provisoire est une pratique bouddhiste

    Ça n'a pas grande importance pour la nouvelle que j'écris, alors merci à tous ceux qui ont pris un peu de leur temps pour me répondre.

    Ah bon .. on vous a servi de "nègre" : heureux de l'apprendre !!

    C'eut été plus "cool" de nous informer avant !




  7. #16
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    Citation Envoyé par tôidibo Voir le message
    Admettons que ma question soit mal formulée : je ne cherchais pas à savoir si l'enterrement provisoire est une pratique bouddhiste (le fait est que ce n'est pas une pratique chrétienne aujourd'hui, même si dans des temps plus anciens les sarcophages que l'on voit dans certaines églises aient pu servir à plusieurs cadavres - Philippe Ariès), mais quel était le nom vietnamien de cette pratique. Ça n'a pas grande importance pour la nouvelle que j'écris, alors merci à tous ceux qui ont pris un peu de leur temps pour me répondre.
    Il est préférable de ne pas raconter des bêtises quand on écrit « une nouvelle ». Le sujet des coutumes funéraires des peuples vietnamiens est déjà couvert en long et en large par une littérature conséquente en langue vietnamienne. Il suffit peut être de les acheter et de les faire traduire par des amis vietnamiens.

  8. #17
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    Citation Envoyé par tôidibo Voir le message
    Quelqu'un peut-il me dire le nom vietnamien de l'enterrement provisoire, ou temporaire, chez les Bouddhistes ?
    Ca s'appelle “Hung táng“. C’est expliqué ici Th

  9. #18
    Nouveau Viêt Avatar de tôidibo
    Date d'inscription
    mai 2010
    Messages
    34

    Par défaut

    Il n'était pas utile de mettre des guillemets à "nouvelles", j'en ai déjà publié des dizaines. Et il se trouve que ma femme vietnamienne ne connaissait pas le mot (elle l'a trouvé depuis dans le dictionnaire des éditions Thời Thế qui date de 1952). Je n'ai pas besoin de "nègre", je demandais UNE précision. Je n'aime pas les gens condescendants qui font étalage de leur culture en croyant écraser les autres de leur mépris.
    Pour moi le sujet est clos et ce débat aussi, je n'y reviendrais pas.

  10. #19
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    Citation Envoyé par tôidibo Voir le message
    Il n'était pas utile de mettre des guillemets à "nouvelles", j'en ai déjà publié des dizaines. Et il se trouve que ma femme vietnamienne ne connaissait pas le mot (elle l'a trouvé depuis dans le dictionnaire des éditions Thời Thế qui date de 1952). Je n'ai pas besoin de "nègre", je demandais UNE précision. Je n'aime pas les gens condescendants qui font étalage de leur culture en croyant écraser les autres de leur mépris.
    Pour moi le sujet est clos et ce débat aussi, je n'y reviendrais pas.
    Il ne faut pas être si susceptible cher ami. Il est loin de moi une quelconque « condescendance » envers qui que ce soit. On utilisait simplement ta question pour creuser un peu plus le sujet des rites funéraires. C’est comme ce que tout le monde fait dans les autres topics sur ce forum. Il faut être un peu parano pour y voir un quelconque « étalage de leur culture en croyant écraser les autres de leur mépris ».

    Le fait est que tu ne maîtrise pas le sujet, à la fois sur le lien avec le bouddhisme et aussi sur le vocabulaire. On t’a donné la réponse et on t’a conseillé d’aller lire un bouquin en vietnamien avant d’écrire des bêtises dans ta « nouvelle ». C’est un conseil amical. Il n’y a rien de condescendance là dedans.

  11. #20
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    Citation Envoyé par tôidibo Voir le message
    Et il se trouve que ma femme vietnamienne ne connaissait pas le mot (elle l'a trouvé depuis dans le dictionnaire des éditions Thời Thế qui date de 1952).
    Ne dis pas n’importe quoi. Un dictionnaire, ça sert à trouver la signification d’un mot qu’on n’a pas compris. Si on ne connait même pas le mot, on ne va pas lire toutes les explications dans le dictionnaire pour trouver ce mot. Il faut plus tôt chercher dans une encyclopédie ou dans des articles traitant des rites funéraires.

Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Nous avons pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2021 - Copyright Forumvietnam.fr® - Tous droits réservés
Nous rejoindre