Page 1 sur 10 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 100
Like Tree1Likes

Discussion: [Ecriture vietnamienne] Le chữ nôm

  1. #1
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    700

    Par défaut [Ecriture vietnamienne] Le chữ nôm




    Le chữ nôm (字喃, littéralement « écriture du sud »), encore appelé Quốc ngữ 國 語, Quốc âm 國 音, Nam âm 南 音 dans les textes, était l'écriture vietnamienne utilisant les Hanzi chinois (appelés hán tự en vietnamien). Ce système logographique était le seul moyen de noter le vietnamien jusqu'au XIVe siècle, et n'était utilisée que par les élites instruites en chinois. Le chu nôm a désormais presque totalement disparu du Viêt Nam, remplacé par une « romanisation » en caractères latins agrémenté de diacritiques, le Quốc ngữ.


    Origine :

    Le chu nôm était connu à l'origine sous le nom de quốc âm (國音, littéralement « prononciation du pays »), supposé être apparu vers le Xe siècle. L'ancien nom du Viêt Nam, Đại (Cồ) Việt, utilisait justement le quốc âm. La plus ancienne trace du chu nôm connue à ce jour se trouve sur une stèle du temple de Bao Ân et est datée de 1209. Une autre inscription en chu nôm a été trouvé sur une cloche en bronze à Do Son. Elle est datée de 1076, mais l'exactitude de cette datation est sujette à caution.
    Après l'indépendance du Viêt Nam vis à vis de la Chine en 939, les intellectuels commencèrent à développer leur sytème d'écriture propre du chu nôm, basé sur les sinogrammes chinois mais représentant le vietnamien (les deux langues n'ont en effet rien en commun). À partir de cette date, et pendant presque 1 000 ans, le vietnamien fut noté quasi-exlusivement en chu nôm, que ce soit la littérature, la philosophie, l'histoire, les lois, les édits, etc. Durant les 14 ans de règne des empereurs Tây Sơn (1788-1802), tous les documents administratifs furent écrits en chu nôm. Au XVIIIe siècle, la plupart des grands poètes et écrivains écrivaient en chu nôm. Avec l'invention au XVIIe siècle du quôc ngu — une transcription basée sur l'alphabet latin — le chu nôm disparut progressivement. De plus, en 1920, le gouvernement colonial promulga un décret contre son utilisation, au profit du quôc ngu. Ce phénomène de disparition a évolué à un point tel qu'aujourd'hui, moins de 100 spécialistes sont capables de lire couramment le chu nôm, ce qui fait que 80 millions de locuteurs vietnamiens n'ont pas accès à l'histoire écrite du Viêt Nam. Quelques moines bouddhistes, ainsi que les Jing (vietnamiens exilés en Chine) sont capables de déchiffrer globalement un texte en chu nôm.
    Des efforts du gouvernement vietnamien ont été faits pour redonner une place au chu nôm dans le système éducatif. Les caractères propres au chu nôm ont été intégrés au standard Unicode, et des logiciels ont été conçus pour taper en chu nôm. Les polices le contenant n'ont été développées que récemment.

    Principes :

    Les sinogrammes étaient utilisés à l'origine pour noter exclusivement le chữ nho (du chinois classique). Le chu nôm a étendu l'usage de ces caractères de diverses manières, de même que de nouveaux sinogrammes furent créés, à l'instar des kokuji au Japon.
    Il existe plusieurs types de structures qu'on peut subdiviser en plusieurs catégories.

    Extrait de Wikipedia reference-linkChu nom

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs
     

  3. #2
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de BenP
    Date d'inscription
    mars 2007
    Localisation
    Orléans
    Messages
    2 772

    Par défaut

    Je n'ai toujours pas très bien compris pourquoi on est passé des caractères chinois aux caractères latins...
    Sois heureux en rendant les gens heureux !

    Ne fais jamais aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse...

  4. #3
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    700

    Par défaut

    Voici quelques explications :

    Citation Envoyé par wikipedia
    Avec l'invention au XVIIe siècle du quôc ngu — une transcription basée sur l'alphabet latin — le chu nôm disparut progressivement. De plus, en 1920, le gouvernement colonial promulga un décret contre son utilisation, au profit du quôc ngu
    Citation Envoyé par wikipedia
    Le quốc ngữ a été un outil de démocratisation de l'éducation, puisque plus simple à apprendre que l'écriture vietnamienne traditionnelle qui réclame un aprentissage préalable du chinois. Il est l'écriture officielle des administrations vietnamiennes depuis 1954. Le chinois ayant été conservé dans son statut de langue officielle de l'administration impériale par les colonisateurs.

  5. #4
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de BenP
    Date d'inscription
    mars 2007
    Localisation
    Orléans
    Messages
    2 772

    Par défaut

    Service rapide, Mike, merci !
    Deux raisons, donc : colonisation et facilités d'éducation...
    Sois heureux en rendant les gens heureux !

    Ne fais jamais aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse...

  6. #5
    Repose en paix Avatar de Léon
    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    Asnières, FRANCE
    Messages
    360

    Par défaut

    Citation Envoyé par BenP Voir le message
    Je n'ai toujours pas très bien compris pourquoi on est passé des caractères chinois aux caractères latins...
    Tout simplement parce qu'il est beaucoup plus facile d'apprendre 28 lettres de l'alphabet + quelques accents que quelques 3500 idéogrammes les plus usités dont certains dépassent une trentaine de traits...
    De plus pour écrire le nôm il fallait maîtriser à la fois le vietnamien et le chinois.

    Grâce au Quốc Ngữ l'écriture et la lecture sont accessibles à la population entière du pays et donnent par là l'accès à l'instruction qui n'était réservée jusque là qu'à un nombre assez réduit de lettrés...

  7. #6
    Repose en paix Avatar de Léon
    Date d'inscription
    mars 2006
    Localisation
    Asnières, FRANCE
    Messages
    360

    Par défaut

    Ooops, je n'avais pas vu la réponse de Mike qui était complète...ops:

  8. #7
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de BenP
    Date d'inscription
    mars 2007
    Localisation
    Orléans
    Messages
    2 772

    Par défaut

    Citation Envoyé par Léon Voir le message
    Ooops, je n'avais pas vu la réponse de Mike qui était complète...ops:
    No problemo, Léon !
    Je suis contre la censure des infos...mais aussi contre la débauche de tonnes d'infos inutiles !!!
    Tu te situes entre les deux, donc ça va ! (je ne prends pas de risques, hein ?).
    Merci à toi aussi !
    Sois heureux en rendant les gens heureux !

    Ne fais jamais aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse...

  9. #8
    mai
    mai est déconnecté
    Amoureux du Viêt-Nam Avatar de mai
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    781

    Par défaut

    Citation Envoyé par Léon Voir le message
    Tout simplement parce qu'il est beaucoup plus facile d'apprendre 28 lettres de l'alphabet + quelques accents que quelques 3500 idéogrammes les plus usités dont certains dépassent une trentaine de traits...
    De plus pour écrire le nôm il fallait maîtriser à la fois le vietnamien et le chinois.

    Grâce au Quốc Ngữ l'écriture et la lecture sont accessibles à la population entière du pays et donnent par là l'accès à l'instruction qui n'était réservée jusque là qu'à un nombre assez réduit de lettrés...
    et les coréens et les japonais ?Ils sont des cerveaux supérieurs aux vietnamiens?

  10. #9
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    700

    Par défaut

    Citation Envoyé par mai Voir le message
    et les coréens et les japonais ?Ils sont des cerveaux supérieurs aux vietnamiens?
    Sauf erreur de ma part, les coréens et les japonais n'ont pas eu la possibilité et le choix de différentes écritures, dans leur passé contrairement aux vietnamiens..

  11. #10
    Ne mérite pas notre confiance Avatar de frère Singe
    Date d'inscription
    avril 2006
    Localisation
    Paris (plus qu'un an à tirer!)
    Messages
    1 804

    Smile

    Citation Envoyé par mike Voir le message
    Sauf erreur de ma part, les coréens et les japonais n'ont pas eu la possibilité et le choix de différentes écritures, dans leur passé contrairement aux vietnamiens..
    Et quand bien même l'auraient-ils eue...

    Il ne suffit pas d'affirmer que le quốc ngữ est plus simple d'accès que le Nôm pour expliquer son abandon. Comme le dit Mai, d'autres langues s'accomodent fort bien de leur écriture "compliquée", et ça ne freine pas leur développement (exemple, le Japon). En fait, le vrai problème du Nôm est qu'il n'a pas eu le temps d'être normalisé. Il y avait très souvent plusieurs manières de transcrire un même morphème, ce qui rendait très difficile la diffusion du Nôm ou même la création d'un dictionnaire à l'époque. C'est aussi pour cette raison que l'apprentissage préalable du chinois était nécessaire.

    Avec un Nôm normalisé (par consensus et à l'usage, il est convenu que tel morphème = tel caractère et pas un autre), pas besoin d'apprendre le chinois. Tout au plus un certain nombre de caractères empruntés au chinois, de même que le français regorge de mots anglais. Il aurait suffit à un vietnamien de connaître chaque caractère correspondant aux morphèmes qu'il utilise quotidiennement. Pour les mots d'origine chinoises (dits aussi mots "sino-vietnamiens", c-à-d environ 60% du vocabulaire), on utilisait le caractère chinois correspondant, et pour les mots d'origine vietnamienne (c-à-d les plus courants, dans le vietnamien populaire), on aurait utilisé les caractères Nôm (chữ Nôm). En effet, un Vietnamien qui écrit en Nôm, écrit en fait en Hán-Nôm, c-à-d en utilisant les chữ Nôm pour les mots d'origine vietnamienne et les caractères chinois (chữ Hán) pour écrire les mots sino-vietnamiens. Même si les chữ Nôm étaient créés en utilisant une logique plus ou moins chinoise, ainsi que des radicaux chinois, rien n'aurait obligé le tonkin moyen à les connaître pour savoir écrire en Hán-Nôm, pas plus qu'il n'est nécessaire à un Français de connaître les racines latines pour savoir écrire français.

    Mais voilà, le Nôm n'ayant pas été normalisé, il fallait, pour comprendre ou créer un nouveau caractère, maitriser la langue de Lao Tseu. C'est sûr, apprendre deux écritures, c'est plus difficile qu'une seule. S'il avait été normalisé, il aurait pu en être autrement.


    Le quốc ngữ existait depuis des siècles, mais ce n'est qu'au XXe siècle qu'il s'est imposé. Pas seulement parce qu'il est plus facile à apprendre, mais aussi, et surtout, pour des raisons logistiques et politiques.

    Pour les Français, c'est vite vu. L'utilisation du quốc ngữ comme interface de communication entre les Français et les Vietnamiens était plus évidente. Le quốc ngữ est plus transparent aux yeux d'un occidental qui peut, sans l'avoir appris, lire approximativement et comprendre certains mots, notamment les noms de personnes et les noms de lieux. Pour un Français, le Nôm, c'est du chinois... Et quitte à investir dans l'éducation des Anamites, la colonie avait intérêt à enseigner l'écriture d'une langue que la population connaît, et qui était plus facile à apprendre pour les français (car c'est une écriture alphabétique)

    Pour les Vietnamien, le choix du quốc ngữ s'est imposé pour d'autres raisons. Se démocratisant (contrairement au Nôm qui ne concernait que les lettrés formés à la chinoise), le quốc ngữ est devenu un moyen de toucher différentes classes de vietnamiens, et un élément déterminant du courant de modernisation de la société vietnamienne (c-à-d une occidentalisation, sur le modele japonais, afin d'accéder au pouvoir des occidentaux, et à terme de s'en libérer). Ces arguments ont été repris en grande pompe par le nouveau régime qui a vite fait de s'approprier le mérite de cette volonté de démocratisation de l'écriture, pour l'unification du pays , le développement économique et l'intégration dans la scène internationale... Et les caractères chinois (et tout ce qui s'en rapproche : Nôm, lettrés, mandarinat), symbole du système féodal tant combatu, n'avaient naturellement aucune place dans l'idée de progrès à la vietnamienne. Quoi qu'il en soit, ça a plutôt bien marché, et le Vietnam a un taux d'alphabétisation qui n'a rien à envier à d'autres pays plus développés.


    Bref, tout ça mériterait d'être nuancé, c'est plus complexe qu'un simple choix. Si des âneries se sont glissées dans mon brouillon, merci de le signaler.

Page 1 sur 10 123 ... DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. Qui connaît le nôm ?
    Par PIM dans le forum le vietnamien / Tiếng Việt
    Réponses: 26
    Dernier message: 21/04/2010, 22h26
  2. comprendre le vietnamien en Nôm
    Par Thay dans le forum le vietnamien / Tiếng Việt
    Réponses: 16
    Dernier message: 14/11/2006, 16h33

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Nous avons pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2021 - Copyright Forumvietnam.fr® - Tous droits réservés
Nous rejoindre