Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 25
Like Tree3Likes

Discussion: [Georges Boudarel] Avec le recul du temps

  1. #1
    Repose en paix Avatar de Marseille 13013
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Marseille
    Messages
    189

    Par défaut [Georges Boudarel] Avec le recul du temps

    Boudarel, un remarquable érudit sur le Viêt-Nam

    par Huu Ngoc*

    Cela s’est passé pendant la première guerre d’Indochine au coeur de la zone militaire du Viet Bac où se trouvait le quartier général du Département de Travail Politique parmi les Troupes Ennemies. En 1951-1952, alors que je circulais parmi les cabanes cachées sous des gigantesques bosquets de bambous dans la jungle, je tombais sur un jeune Français âgé de 24-25 ans. Il était grand, dégingandé, portait un short et un chapeau scout au-dessus d’un visage émacié avec des yeux rêveurs. Il était très loquace et voulait tout savoir et tout apprendre sur la résistance vietnamienne. Il venait juste d’accomplir une marche de six mois sur 2000 kilomètres le long de la future piste Ho Chi Minh. C’était Georges Boudarel, professeur de philosophie, qui venait d’abandonner un lycée français situé en zone occupée et avait rejoint le camp vietnamien. Après notre première entrevue je le rencontrais souvent en tant que cadre du Bureau chargé de la rééducation des prisonniers de guerre européens et africains. Plus d’un an après, Boudarel était devenu un des responsables à la tête du camp de prisonniers n° 113. Après Dien Bien Phu il se rendit à Hanoi où il épousa une Vietnamienne et il travailla comme secrétaire de rédaction du bulletin français de la radio Voix du Viet-Nam et également à la Maison des Éditions en langues étrangères.........

    Avec le recul du temps: vous pouvez voir la suite de ce récit sur le le site: http://www.inprecor.org/455/455-06.html, qui vous permettra de rendre a césar, ce qui appartient à César.

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs
     

  3. #2
    Passionné du Việt Nam Avatar de Son Lam
    Date d'inscription
    avril 2006
    Localisation
    Hérault - France
    Messages
    1 820

    Par défaut

    Merci Marseille pour ce récit...

    Citation Envoyé par Marseille 13013 Voir le message
    qui vous permettra de rendre a césar, ce qui appartient à César.
    Tout à fait. Controversé en France puis au Vietnam, on ne peut pas dire qu'il lui fut facile de défendre ses idéaux politiques.
    Reste sa connaissance éclairée du Vietnam, qui reste incontestable, même pour ses détracteurs.

  4. #3

  5. #4
    Invité Avatar de monclar
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Messages
    2

    Par défaut boudarel était pire qu'un nazi,

    Citation Envoyé par Marseille 13013 Voir le message
    Boudarel, un remarquable érudit sur le Viêt-Nam

    par Huu Ngoc*

    Cela s’est passé pendant la première guerre d’Indochine au coeur de la zone militaire du Viet Bac où se trouvait le quartier général du Département de Travail Politique parmi les Troupes Ennemies. En 1951-1952, alors que je circulais parmi les cabanes cachées sous des gigantesques bosquets de bambous dans la jungle, je tombais sur un jeune Français âgé de 24-25 ans. Il était grand, dégingandé, portait un short et un chapeau scout au-dessus d’un visage émacié avec des yeux rêveurs. Il était très loquace et voulait tout savoir et tout apprendre sur la résistance vietnamienne. Il venait juste d’accomplir une marche de six mois sur 2000 kilomètres le long de la future piste Ho Chi Minh. C’était Georges Boudarel, professeur de philosophie, qui venait d’abandonner un lycée français situé en zone occupée et avait rejoint le camp vietnamien. Après notre première entrevue je le rencontrais souvent en tant que cadre du Bureau chargé de la rééducation des prisonniers de guerre européens et africains. Plus d’un an après, Boudarel était devenu un des responsables à la tête du camp de prisonniers n° 113. Après Dien Bien Phu il se rendit à Hanoi où il épousa une Vietnamienne et il travailla comme secrétaire de rédaction du bulletin français de la radio Voix du Viet-Nam et également à la Maison des Éditions en langues étrangères.........

    Avec le recul du temps: vous pouvez voir la suite de ce récit sur le le site: inprecor.org - inprecor Resources and Information. This website is for sale!, qui vous permettra de rendre a césar, ce qui appartient à César.
    traitre à sa patrie, tortionnaire, bourreau, Boudarel est un fumier de la pire espèce, qu'il croupisse en enfer à tout jamais. il représente ce qu'il y a de plus abjecte dans l'endoctrinement communiste, et je plains ses soutiens et sa famille. Quand je pense à ce que le PC et la gauche ont pu donner comme leçons de moral, quand je pense à tout ce qui a été dit sur Papon, lui aussi un sale type, mais Papon n'a pas fait la moitié que ce qu'à fait cette ignoble individu. De grâce éviter de considérer cette saloperie, comme un érudit.

  6. #5
    Amoureux du Viêt-Nam Avatar de HAN VIËT
    Date d'inscription
    juillet 2011
    Messages
    610

    Par défaut

    Citation Envoyé par monclar Voir le message
    traitre à sa patrie, tortionnaire, bourreau, Boudarel est un fumier de la pire espèce, qu'il croupisse en enfer à tout jamais. il représente ce qu'il y a de plus abjecte dans l'endoctrinement communiste, et je plains ses soutiens et sa famille. Quand je pense à ce que le PC et la gauche ont pu donner comme leçons de moral, quand je pense à tout ce qui a été dit sur Papon, lui aussi un sale type, mais Papon n'a pas fait la moitié que ce qu'à fait cette ignoble individu. De grâce éviter de considérer cette saloperie, comme un érudit.
    _tortionnaire , bourreau ? n'est ce pas exagéré ?je crois savoir qu'il a juste participé dans les camps de prisonniers du CEFEO à l'endoctrinement
    _ traitre ? pourquoi ? ce n'était pas la France ni le peuple français qui étaient engagés au VN , qui se reconnaissaient dans cette infâme guerre de reconquête coloniale ; c'était le lobby colonial qui livrait un combat d'arrière garde , avec le CEFEO et ses supplétifs
    _ je ne connais pas l'histoire de la vie de Boudarel , les détails de sa démarche politique ; je supposerais qu'il a été indigné par les exactions colonialistes et qu'il s'est engagé pour aider les Vietnamiens ; on dirait de nos jours que c'est un engagement humanitaire
    comme en Lybie .
    Les premiers tortionnaires et bourreaux sont les colonialistes et leurs collaborateurs locaux .

  7. #6
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    7 808

    Par défaut 7554

    "traitre à sa patrie, tortionnaire,..." Non ! RÉSISTANT à Une République de COUILLONS (la 4eme République) qui après avoir été libérée de l'envahisseur fasciste par les Américains, se lance dans une guerre de reconquête coloniale !
    Cette république essaye d'anéantir la République Vietnamienne crée le 2 septembre 1945.
    Les conneries commencent en 1946 :
    Après avoir bombardé Haïphong, les troupes françaises se dirige vers Hanoi.
    Le Gouvernement Vietnamien doit prendre le maqui et une poignée de soldat reçoit la mission suicide de défendre le siège du gouvernement, la Bac Bo Phu, l'ex Résidence Supérieure du Tonkin ; une grande maison qui ressemble à un bassin de femme avec une vulve devant et un anus coté jardin (Les grandes lèvres sont le double escalier devant et la véranda Art Déco représente les petits lèvres et le capuchon du clitoris, lequel est un gros truc rond au dessus de la porte)

    Pour connaitre la suite, il faut jouer au jeux qui vient de sortir : 7554
    7554 - Wikipedia, the free encyclopedia

    Moi, j'aime bien Boudarel car j'ai chez moi "Le Grillon", une fable poétique vietnamiene qu'il a traduit et que les Français ont essayé de censurer.

    Georges Boudarel - Wikipédia
    Georges Boudarel rejoint l'Indochine en avril 1948 et il est nommé professeur de philosophie au lycée Yersin de Dalat. En 1949, il est nommé au Lycée Marie-Curie à Saigon. Il anime l'antenne indochinoise du PCF, le Groupe culturel marxiste, auquel Jean Chesneaux a appartenu.

    Il abandonne son poste le 17 décembre 1950 pour rejoindre le Việt Minh. Il est affecté comme rédacteur créateur de l'émission en langue française de La voix de Saïgon-Cholon libre, station de radio clandestine du Việt Minh dissimulée dans une boucle de la rivière Song Bé. Il y restera 18 mois. En juin 1952, il est désigné pour rejoindre le Tonkin. Ce voyage à pied durera 6 mois. (...) Pendant ce temps, il est appelé sous les drapeaux en Indochine et, ne se présentant pas, sera considéré comme « insoumis par l'armée française puis déserteur et condamné à mort par contumace ». Arrivé au Tonkin, il est nommé commissaire politique dans un camp de rééducation de prisonniers, le camp 113[3], et est appelé Dai Dong[4]. D'après de nombreux témoignages de rescapés du camp, il se serait rendu coupable de tortures contre des soldats de l'armée française. Durant l'année de son activité au camp 113, Boudarel reconnait lui même un taux de mortalité de 50%[5], les survivants eux assurent qu'il y eu 278 morts sur 320 prisonniers[6].
    (... nota DD: Mais il n'a pas inventé les Crevettes Bigeard car c'était en 1960 en Algérie)

    Il rentre en France en 1966, profitant de la loi d'amnistie votée en juin 1966[8] : devenu l'assistant de Jean Chesneaux — professeur et fondateur, avec Emmanuel Le Roy Ladurie, de la section Histoire du Département de « Géographie – Histoire et Sciences de la Société » et membre du PCF —, il est ensuite promu maître de conférences à l'Université de Paris VII et chercheur au CNRS, se spécialisant dans l'histoire du Vietnam et acquérant dans ce domaine une renommée internationale[réf. nécessaire].

    Affaire Boudarel I

    Le 13 février 1991, lors d'un colloque organisé au Sénat par le Centre des hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes, il est reconnu par Jean-Jacques Beucler, ancien secrétaire d'État aux Anciens combattants ayant lui-même participé à la guerre d'Indochine durant laquelle il avait été prisonnier pendant 4 ans dans le camp 113. (...) Cette plainte a donné lieu à un rejet de la Cour de cassation motivé par la loi d'amnistie de 1966[9].

    Affaire Boudarel II

    L'affaire Boudarel II commence en mai 1993[10]. Boudarel décide, malgré l'arrêt des poursuites contre lui à la suite de la décision de la cour de cassation, de maintenir la plainte en diffamation qu'il avait déposée en retour contre ses accusateurs.

    Il précise son accusation dans les mois suivants en isolant cinq accusations dont il assure qu'elles sont sans fondements, et donc diffamatoires. (...)

    Le feuilleton ne s'arrête pas là, puisque les accusateurs lancent à la suite de cette décision une nouvelle procédure contre Boudarel(...)i.

  8. #7
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Bao Nhân
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    En seine Saint-Denis
    Messages
    5 370

    Par défaut

    Citation Envoyé par monclar Voir le message
    traitre à sa patrie, tortionnaire, bourreau, Boudarel est un fumier de la pire espèce, qu'il croupisse en enfer à tout jamais. il représente ce qu'il y a de plus abjecte dans l'endoctrinement communiste, et je plains ses soutiens et sa famille. Quand je pense à ce que le PC et la gauche ont pu donner comme leçons de moral, quand je pense à tout ce qui a été dit sur Papon, lui aussi un sale type, mais Papon n'a pas fait la moitié que ce qu'à fait cette ignoble individu. De grâce éviter de considérer cette saloperie, comme un érudit.
    Inversement, si c'était le Vietnam qui venait faire la guerre pour conquérir la France, alors dans ce cas-là, sans hésitation, je me mettrais au côté des français !

    PHT
    Bảo Nhân : fascination, impression and passion

  9. #8
    Habitué du Việt Nam Avatar de Phúc_44
    Date d'inscription
    novembre 2008
    Messages
    504

    Par défaut

    On peut lire cette courte biographie sur le site de l'ANAPI :

    " Georges Boudarel (21-12-1926 - 29-12-2003)

    Né le 21-12-1926 à Saint-Etienne (Loire) dans une famille catholique, Geoges Boudarel fait de bonnes études chez les Pères Maristes, puis obtient sa licence de philosophie.

    Prend sa carte du Parti Communiste Français en 1946. Nommé enseignant en Indochine, alors qu’il n’a pas encore effectué son service militaire et se trouve en situation de « sursis », embarque sur le SS « PASTEUR » au début d’avril 1948. Débarqué en Cochinchine, il est affecté au Lycée Yersin de Dalat comme professeur de philosophie.

    Entre temps, à Saïgon, il établit des contacts suivis avec la cellule du Kominform appelée « Groupe culturel marxiste numéro 106 ».

    Il remplit alors diverses missions pour l’Education Nationale : correction du baccalauréat à Hanoï (juin 1949), stage au Collège de Vientiane au Laos (automne 1949), affectation au lycée Marie Curie à Saïgon (fin 1949).

    En 1950, il décide de sauter le pas, écrit-il, et rejoint le maquis viet-minh. Il y sert pendant deux ans. Plus tard, il sera appelé sous les drapeaux sur le territoire indochinois et, ne se présentant pas aux autorités militaires françaises, il sera considéré comme « insoumis », et non comme déserteur.

    Pendant cette période, il devient membre du Parti Communiste Indochinois qui se transforme peu après, le 3 mars 1951, en Parti des travailleurs (Dang Lao Dong). Il est affecté à la radio « Saïgon-Cholon libre » où il a en charge l’émission en français. Il prend le nom vietnamien de Daï Dong, c’est-à-dire : Fraternité universelle.

    Fin 1951, il est désigné pour servir au Nord en vue de faire de la propagande en faveur de la paix et du rapatriement du Corps Expéditionnaire français (CEFEO) auprès des prisonniers que le Viet Minh envisage de libérer pour faciliter la fin des hostilités.

    Il est mis en route début 1952 et mettra presque un an à rejoindre le Tonkin, en passant par les pistes de montagne de la Cordillère Annamitique, et en évitant soigneusement les forces françaises.

    Le 22 décembre 1952, il arrive au Viet-Bac (Zone « libérée » par le Viet Minh au Tonkin) et se voit nommé Instructeur Politique adjoint au commissaire politique du Camp 113. Il est assimilé à un chef de compagnie (Daï Dôï Truong) avec une rémunération triple, soit trois kilos de paddy par jour. Le kilo de paddy, riz non décortiqué, est alors l’unité monétaire dans les zones occupées par le Viet-Minh.

    Il arrive le 7 février 1953 au camp 113, situé à Lang-Kieu non loin de la frontière de Chine, au sud d’Ha-Giang, dans le bassin de la Rivière Claire (Song Lô), à une vingtaine de kilomètres de Vinh Thuy.

    Il y appliquera consciencieusement le programme de lavage de cerveau conçu par le Dich Van, organisme du gouvernement central chargé de la rééducation politique des prisonniers de guerre.

    Il mesure parfaitement les absurdités du système, et parfois même son ignominie, surtout lorsqu’il constate le taux très élevé de la mortalité parmi les captifs : 50%, au sujet duquel il alerte sans succès sa hiérarchie. Il écrira par la suite : « Comme les détenus, j’étais prisonnier du système » (Voir son Autobiographie).

    Il quitte le camp 113 en février 1954 et se voit affecté à l’émetteur radio La voix du Vietnam, situé dans un endroit tenu secret du Tonkin.

    En octobre 1954, à la suite des accords de Genève, il rejoint Hanoï où il restera dix ans.

    Déçu par l’évolution du régime communiste et les purges de 1955-1956 qu’il décrira plus tard dans un livre témoignage Cent fleurs éclosent dans la nuit du Vietnam (Jacques Bertoin-1991), il quitte le Vietnam et se réfugie à Prague en 1964. Il y obtient un poste à l’Institut d’Etudes Orientales, puis il entre comme rédacteur à la Fédération Syndicale Mondiale. Il découvre alors la sclérose du système communiste kafkaïen dénoncé par Kroutchev.

    Entre temps, en France, il a été condamné à mort pour insoumission et désertion.
    Le 17 juin 1966, à Paris, l’Assemblée Nationale vote la loi d’amnistie relative aux infractions commises en relation avec les évènements d’Algérie. Un amendement communiste constitue l’article 30 de cette loi. Il stipule que « sont amnistiés de plein droit tous crimes et délits commis en liaison avec les évènements consécutifs à l’insurrection vietnamienne, et antérieurement au 1er octobre 1957 ».

    Georges Boudarel profite de ces dispositions pour rentrer en France après dix-huit ans d’absence qu’il qualifiera pudiquement, par la suite, de « voyage d’études en Extrême- Orient ». Il reprend une vie normale sans être ennuyé, y compris en ce qui concerne son service militaire qu’il n’a pas encore effectué. Grâce à l’amnistie, il est redevenu simple sursitaire. Le réalisme politique prévalant, il en est « exempté pour raison médicale».

    Il entre à l’université Jussieu-Paris-7, dès sa création en 1970,et y devient maître de conférence d’Histoire. Il milite pendant un temps au sein du « Front de solidarité Indochine » trotskiste, puis fait deux courts séjours au Vietnam en 1978 et 1989.

    Il prend position contre le régime d’Hanoï dont il dénonce les méthodes d’endoctrinement et le système en publiant : La bureaucratie au Vietnam (L’Harmattan-1983).

    Il vivra tranquille jusqu’au 13 février 1991. Ce jour-là, au cours d’un colloque organisé au Sénat par le Centre des Hautes Etudes sur l’Afrique et l’Asie Modernes, il doit prendre la parole. Il est alors pris à partie par Jean-Jacques Beucler, ancien ministre et ancien député, qui a été lui-même captif en Indochine quatre ans durant et parle au nom des nombreux anciens prisonniers du Viet-Minh qui l’entourent.

    Alors débute « l’affaire Boudarel ».
    Il sera soutenu par de nombreuses personnalités de gauche, au nombre desquelles Monsieur Pierre Vidal Naquet, qui, sans pour autant l ‘exonérer, « refuse de cautionner, même par un simple silence, la chasse à l’homme qui est en train de se dérouler » (Le Monde, 23 mars 1991).
    Plus tard il quittera le Parti communiste, déclarant au Monde en 1991 : « J’étais stalinien, je le regrette à 100% »…C’était bien tard, le mal était fait.

    Il cesse d’exercer à Jussieu en 1992, date de son départ à la retraite."

    Biographie de Georges Boudarel

  10. #9
    Jeune Viêt Avatar de lemmy
    Date d'inscription
    juillet 2007
    Messages
    169

    Par défaut

    Citation Envoyé par HAN VIËT Voir le message
    _tortionnaire , bourreau ? n'est ce pas exagéré ?je crois savoir qu'il a juste participé dans les camps de prisonniers du CEFEO à l'endoctrinement
    _ traitre ? pourquoi ? ce n'était pas la France ni le peuple français qui étaient engagés au VN , qui se reconnaissaient dans cette infâme guerre de reconquête coloniale ; c'était le lobby colonial qui livrait un combat d'arrière garde , avec le CEFEO et ses supplétifs
    _ je ne connais pas l'histoire de la vie de Boudarel , les détails de sa démarche politique ; je supposerais qu'il a été indigné par les exactions colonialistes et qu'il s'est engagé pour aider les Vietnamiens ; on dirait de nos jours que c'est un engagement humanitaire
    comme en Lybie .
    Les premiers tortionnaires et bourreaux sont les colonialistes et leurs collaborateurs locaux .
    fais preuve d'intelligence dans tes propos sur les colonialistes et leurs collaborateurs locaux, évite de généraliser, tu auras fait un grand pas, d'ailleurs, à bien y réfléchir il y a fort à parier que sans les colonialistes, ni toi, ni moi, ni une grande partie de ce forum seraient présents ici ...

    ras le bol de cette vision manichéene de la colonisation, de cette autoflagellation constante de la part de certains, les méchants français contre les gentils viets, qui va croire cela ? même l'oncle ho et giap avaient plus de subtilité que cela !

    quant à boudarel, si son engagement communiste au vn est respectable, il l'est beaucoup moins dans ses fonctions de commissaire politique du camp 113, les méthodes des camps de réeducation, on les connait, elles sont tellement proches de ce que tu dénonces et boudarel y est impliqué directement.

    il paraitrait même que les camps de réeducation ayant accueillis les soldats francais après dien bien phu (dont le camp 113) ont eu un taux de mortalité supérieure aux camps de concentration nazis. Les collaborateurs locaux comme tu le dis ou bien les supplétifs (termes que je déteste) ont eux été intégralement assassinés sur le champ de bataille aprés la reddition, considérés comme des traitres à la patrie, boudarel a eu beaucoup de chance d'être du bon côté.

    dédého va bien nous confimer cela !

  11. #10
    Passionné du Việt Nam Avatar de dannyboy
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    1 120

    Par défaut

    Citation Envoyé par DédéHeo Voir le message
    Moi, j'aime bien Boudarel car j'ai chez moi "Le Grillon", une fable poétique vietnamiene qu'il a traduit et que les Français ont essayé de censurer.
    On peut acheter son bouquin ici Les aventures de Grillon - Hoài Tô, Georges Boudarel - Livre - Libfly

    Boudarel a participé aux tortures des prisonniers. C’est pas bien.
    Bigeard a fait la même chose, et pourtant il se retrouve aux Invalides.
    Le VN devrait faire quelque chose pour Boudarel pour qu’il n’y ait pas de jaloux ?

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. Témoignage : le temps
    Par BenP dans le forum Anecdotes et histoires de voyage
    Réponses: 26
    Dernier message: 27/01/2008, 17h53
  2. Témoignage : le manque de temps
    Par BenP dans le forum S'installer et vivre au Vietnam
    Réponses: 70
    Dernier message: 08/09/2007, 12h08
  3. Une lettre adressée au président Georges W. Bush
    Par Bao Nhân dans le forum La Culture au Vietnam
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/08/2007, 02h07
  4. [cinéma] le temps révolu
    Par Tiger dans le forum La Culture au Vietnam
    Réponses: 2
    Dernier message: 02/01/2006, 17h31
  5. [Fête le 30/10/05] Têt Trung Thu à Bussy St Georges (77)
    Par mike dans le forum Sorties entre membres
    Réponses: 19
    Dernier message: 23/11/2005, 21h12

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Nous avons pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2021 - Copyright Forumvietnam.fr® - Tous droits réservés
Nous rejoindre