Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: Un professeur d’anglais haut comme trois pommes !

  1. #1
    Passionné du Việt Nam Avatar de mekong
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    1 011

    Par défaut Un professeur d’anglais haut comme trois pommes !

    Une classe d’anglais organisée régulièrement chez un particulier... jusque-là pas de quoi sauter au plafond tant le phénomène est répandu. Sauf qu’ici, l’enseignant est un gamin de neuf ans ! Histoire de Trân Lê Huu Gioi, un écolier en troisième classe (équivalent au CE2) dans la ville de Vinh, au Centre.

    La classe du «professeur» Gioi se tient tous les mercredis et vendredis, dans une pièce au 3e étage d’une maison nichée dans une ruelle au N°3, rue Pham Huy, ville de Vinh, province de Nghê An.

    La classe du «professeur» Gioi. Photo : CTV/CVN

    À peine les heures de classe sont-elles terminées qu’une dizaine d’écoliers, de 8 à 11 ans, se hâtent de s’y rendre, car le cours d’anglais commence à 18h45 pétantes. Le «professeur» Gioi, qui lui aussi vient de quitter les bancs de l’école, les attend à l’entrée. Ce gamin haut comme trois pommes, avec son visage rondouillard et ses binocles, a tout du parfait «intello».

    Une classe toute ouïe

    «Hello teacher !». Le salut spontané des enfants est suivi naturellement de celui d’un autre, leur professeur : «Hello students !». Les onze élèves du jour s’installent côte à côte derrière les trois tables juxtaposées à cet effet, les yeux rivés sur le tableau mural. «Nous allons d’abord revoir la leçon précédente : les pays», commence Gioi, avec un ton professoral digne des plus grands. À tour de rôle, chaque élève répond à la question du professeur : Russia, Japan, France, England… Vient ensuite l’implémentation de ces noms de pays au sein d’une phrase : «He/She is from Japan»… Avec un enthousiasme palpable, les enfants lèvent la main, se disputant le droit de répondre. Et c’est un sans faute ! En bon professeur, Gioi inscrit la mention «Good» dans le registre de classe, n’oubliant pas d’ajouter quelques mots de félicitations, in english, of course !

    Les devoirs remis, le «professeur» les évalue au moyen d’une simple appréciation.
    Photo : CTV/CVN


    «La leçon du jour sera consacrée aux noms des habitants des pays», poursuit Gioi. Et de monter sur une chaise pour écrire au tableau les mots du jour : French, English, Russian, Scottish, etc. À l’aide d’une longue règle, le gamin désigne tour à tour les mots au tableau, les prononce correctement et est répété en chœur par ses élèves. Le processus se répète une dizaine de fois pour être sûr que la prononciation soit bien assimilée. Puis, c’est l’heure du «devoir parlé», où chaque erreur ou approximation est rectifiée sur-le-champ par le professeur, qui veille au grain. Après avoir effacé les nouveaux mots du tableau, vient ensuite le «devoir écrit». La consigne est toute simple, puisqu’il s’agit de récrire le vocabulaire nouvellement appris, ce en cinq minutes. Les devoirs sont ensuite remis au professeur, qui les évalue au moyen d’une simple appréciation.

    Toujours muni de sa fidèle règle, Gioi sonne la récréation sur un tube d’acier placé près du tableau: ding, ding, ding ! Le moment est à la détente, et notre petit bonhomme se joint sans se faire prier à la partie de foot improvisée. La classe reprend quinze minutes après, quand tout le monde a les joues bien rougies par l’effort. Les élèves planchent cette fois attentivement sur leurs exercices, tant à l’oral qu’à l’écrit. La séance se termine à la tombée de la nuit, par un courtois «Goodbye teacher !», «Goodbye students !».

    Un don suscité par sa grand-mère

    Ce bambin fait la fierté de sa famille. «Il a su lire le journal à l’âge de deux ans et demi», révèle sa grand-mère, Mme Hà, une ancienne professeure d’anglais de l’École normale supérieure de Nghê An. C’est elle qui a pris soin d’apprendre cette langue à son petit-fils dès ses trois ans. «Il a appris avec délectation, retenu ses leçons, et progressé un peu plus chaque jour», confie Mme Ha.

    Mais d’où est venue cette idée - qui peut paraître saugrenue au premier abord - d’ouvrir cette classe ? Vers septembre 2011, au moment de sa rentrée scolaire en CE2, certains des amis de classe de Gioi passèrent chez lui pour lui demander de les aider dans la révision des leçons d’anglais. «+Allez. Vous le ferez au 3e étage+, ai-je dit aux enfants, désireuse de leur donner un terrain de jeu. Et depuis, ils viennent tous les jours !», raconte Mme Hà.

    Un jour, par hasard, la porte étant entrouverte, elle regarda le déroulement de la «séance de classe», persuadée alors qu’il ne s’agissait que d’un jeu d’enfant. Et quelle ne fût pas sa surprise ! Gioi se tenait avec une fière posture devant ses amis, livre main gauche et règle main droite : «Maintenant, on va faire un exercice écrit. Voici le sujet». À la question de sa mémé, Gioi répondit : «J’enseigne l’anglais», tout simplement. «Ses parents et moi ne voulions pas qu’il continue ce petit jeu, de peur qu’il n’ait plus de temps pour ses études. Notre décision l’a fait pleurer à chaudes larmes», se souvient Mme Hà.

    Mais la classe ne s’est pas terminée là pour autant, au contraire. Les jours suivants, des parents d’élèves ont fait le déplacement pour demander une place dans la classe du «professeur Gioi» pour leurs enfants. La passion et la volonté de ce petit professeur ont finalement eu raison de la réticence de sa grand-mère et de ses parents, qui l’ont permis d’animer sa classe d’anglais, laquelle comprend maintenant 11 élèves, de la 3e à la 5e classe en primaire (CE2-CM2). «J’ai dû en refuser tant d’autres, faute de place», explique Mme Hà. Pour Quynh Anh, une écolière de 5e classe : «Les leçons du professeur Gioi sont claires et précises. Étudier ici est un vrai bonheur !».

    Hormis l’anglais qu’il apprend aussi sur Internet, Gioi est féru de lecture. Il a déjà de nombreux livres à son actif, notamment des romans étrangers comme La case de l’oncle Tom, Sans famille, Les aventures de Tom Sawyer, en anglais. «J’aime bien l’anglais. C’est ce que je veux faire plus tard : professeur d’anglais !», confie-t-il avec un sourire.

    Nghia Dàn/CVN
    mekong

    certains regardent la vase au fond de l'étang,
    d'autres contemplent la fleur de lotus à la surface de l'eau,
    il s'agit d'un choix.
    Dalaï Lama

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Messages
    Plusieurs
     

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. De là-haut, Coluche vous salue bien
    Par robin des bois dans le forum Discussion Libre
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/05/2012, 18h51
  2. les aventuriers du haut Mékong
    Par kilian dans le forum La Culture au Vietnam
    Réponses: 3
    Dernier message: 19/01/2012, 23h58
  3. Cherche prof vietnamien dans le haut rhin
    Par tchain dans le forum le vietnamien / Tiếng Việt
    Réponses: 4
    Dernier message: 24/11/2011, 23h23
  4. Recherche de professeur d'anglais
    Par pierrequyen dans le forum Offres et recherches d'emplois au Vietnam
    Réponses: 5
    Dernier message: 09/02/2011, 01h22

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Nous avons pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2021 - Copyright Forumvietnam.fr® - Tous droits réservés
Nous rejoindre