Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Tranches de vie : serre-moi fort

  1. #1
    Passionné du Việt Nam Avatar de mekong
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    1 011

    Par défaut Tranches de vie : serre-moi fort



    Même si la voiture occupe de plus en plus de place dans les rues, la moto reste le moyen de déplacement favori du Vietnamien. Ce qui laisse à mon regard amusé de nombreuses occasions de savourer des scènes inhabituelles pour un Occidental…

    Rassurez-vous, je n'en rajouterai pas encore à tout ce qui a pu se dire sur ce que les Vietnamiens peuvent transporter en moto. Sujet aussi vaste que sont variés les poids et charges que peuvent subir ces petites "xe máy", baptisées motocyclettes en d'autres lieux. Je me pencherai plutôt sur la façon de se comporter dans ce type de transport. Allez, montez derrière moi et cramponnez-vous !

    Lui devant…

    Un des premiers constats que pourrait faire l'étranger qui débarque au Vietnam, c'est qu'en matière d'égalité des sexes, c'est ici comme dans beaucoup d'autres pays : l'homme conduit, la femme se laisse conduire… Quand le couple pilote-passager est mixte, il est très rare de trouver au guidon l'élément féminin, ou alors c'est que l'élément masculin est trop obsolète pour conduire sans danger, qu'il a un handicap quelconque le rendant inapte à la conduite, ou que son jugement et son sens de l'équilibre sont profondément perturbés par le degré d'alcool contenu dans son sang ! Décidément, rien n'y fait : voiture ou moto, il faut que le mâle ait quelque chose à tenir entre les mains pour affirmer sa virilité… Toutefois, si la séparation des genres impose au pilote une attitude stéréotypée, à savoir, en règle générale, le torse droit, le regard fixé sur la route et les mains maintenant fermement le guidon ; il n'en est pas de même pour la passagère, qui peut, comme pour le maquil-lage, donner libre cours à son inspiration. Petit tour d'horizon des manières d'être transportée…

    Voici la romantique. Tendrement lovée contre leur amour de conducteur, elle l'enlace comme s'il risquait de s'envoler. Menton posé sur l'épaule de son prédécesseur (et oui, le mot est correct : qui précède), elle transforme le couple en un motard casqué bicéphale. Ses formes épousant celle de celui qu'elle épousera peut-être, elle épouse virages, cahots et freinage. Parfois en les voyant ainsi fondu l'un en l'autre, je me demande comment ils font pour se désunir lorsqu'il s'agit de quitter la moto ! Ceci étant cette attitude peut aussi avoir une autre signification que l'expression d'un attachement passionnel l'un à l'autre…

    En effet, il arrive souvent que mon épouse adopte cette position, lors d'escapades à la campagne ou par les jours agités des saisons fraîches. Même si je ne doute de ses sentiments vis-à-vis de ma modeste personne, j'ai appris à relativiser le message qu'elle cherche à me transmettre, quand je sens ses formes féminines le long de ma colonne vertébrale et que ses bras entourent ma taille. Les premières fois, j'exprimais ma satisfaction en faisant ce geste, totalement inconscient et tellement attendrissant : lâcher le guidon d'une main pour la poser tendrement sur le mollet ou la cuisse de sa passagère (selon la hauteur des cale-pieds arrières) ! Ceci m'obligeant à bouger l'épaule du côté de ladite main, l'aérodynamisme de notre couple en était légèrement modifié ce que ma femme me signifiait aimablement, mais fermement, en me demandant de revenir à ma position initiale de… paravent ! C'est alors que j'ai compris qu'on pouvait aussi se blottir contre le pilote pour des raisons utilitaires ! Mais laissons là cette cruelle désillusion et continuons à observer ces couples motorisés qui nous côtoient.

    Voilà les actives. Celles-ci considèrent la moto comme un lieu de travail. Elles lisent, téléphonent, comptent leur monnaie, fouillent dans leur sac, oubliant l'équilibre précaire du deux-roues et ignorant totalement celui qui les conduit. Pour réussir cet exploit, il faut soit faire une confiance totale au pilote, soit être dans la totale inconscience que la préoccupation de la tâche à accomplir nous impose. Je dois dire, pour l'avoir vécu en tant que conducteur, qu'une telle attitude vous ramène à votre juste valeur…
    En effet, si vous avez la prétention de croire que vous êtes admiré pour la maestria avec laquelle vous vous faufilez dans les rues au guidon de votre magnifique moto customisée, vous vous rendez vite compte que vous n'êtes qu'une partie utile d'un moyen de locomotion destiné à assurer le confort et le déplacement de votre passagère. Au mieux vous fera-t-on remarquer que vous roulez un peu trop vite ou de façon trop anarchique, ce qui dérange votre passagère dans ses occupations… Vacuité de la condition humaine !

    … Elle derrière !

    Voici encore les endormies. À l'opposé des précédentes, elles ont choisi d'utiliser le temps de transport pour se reposer. L'épaule du conducteur devient un oreiller, ce qui avec un casque est loin d'être confortable ! En général, on les reconnaît facilement : le corps est avachi, les mains sont mollement entrelacées pour ne pas rompre la ceinture brachiale, la tête rebondit sur la partie supérieure du trapèze masculin au rythme des suspensions, et on se demande par quel miracle le corps reste sur la selle dans les virages prononcés. Sans doute une mutation génétique due à l'utilisation précoce de ce mode de locomotion ?

    Et là, cette passagère agitée qui fait de grand gestes, comme si elle chassait des insectes importuns. C'est une représentante de la famille des bavardes. Contrairement à la voiture, dont l'espace clos favorise la discussion à voix feutrée, la moto n'autorise pas les mots susurrés le soient-ils à l'oreille, casque, vitesse et bruit ambiant oblige. Il faut donc parler d'une voix forte si l'on veut se faire entendre, au risque de dévoiler des propos intimes aux oreilles de ses voisins de feux de signalisation, et parfois joindre le geste à la parole. Geste que par ailleurs le chauffeur a peu de chance de voir, sauf si, comme lorsque mon épouse veut m'indiquer de façon péremptoire une direction, les mains viennent d'agiter devant ses yeux, lui masquant momentanément la circulation ! Mais si la bavarde solitaire ne fait qu'occuper un espace restreint, la bavarde conviviale dispose d'un pouvoir de nuisance plus important…

    En effet, comme on l'a vu, la moto ne permet pas, contrairement à la voiture, un dialogue en côte à côte, ce qui limite l'action du métalangage dans la compréhension mutuelle : mimiques, regard, posture, etc. Donc pour résoudre ce problème basique de communication interpersonnelle, il suffit de discuter avec la passagère d'une moto voisine. Et c'est comme cela que l'on peut voir circuler des motos à couple, roulant à la vitesse d'un gastéropode pour permettre à leurs passagères de papoter. Inutile de dire que lorsque vous suivez ce genre de véhicule improbable alors que la route est dégagée, il vous vient des pensées assassines !

    Et je ne peux pas terminer cette étude anatomique des postures féminines à moto sans évoquer les amazones. Non, n'allez pas imaginer que j'ouvre un chapitre sur ces dames qui utilisent la moto comme moyen de promouvoir leurs charmes ! Je fais simplement allusion à l'engouement de la Vietnamienne pour la jupe étroite ! De plus en plus de femmes quittent le pantalon et optent pour des robes ou des jupes, qui pour la plupart sont portées très près du corps. Eh oui ! La Vietnamienne n'a pas encore à masquer des rotondités incongrues, même si parfois elle en dévoile des insolentes ! Or, pour enfourcher une moto, la jupe étroite n'est pas très adaptée, et comme en équitation, la femme est obligée de choisir la monte en amazone, assise de profil, les deux jambes légèrement croisées du même côté. J'ose risquer les foudres de la bienséance, en affirmant que le spectacle de ces élégantes aux jambes fuselées offre une certaine sensualité à la circulation encombrée de nos rues ! Ceci étant, je prendrais garde d'y attarder mon regard, car mon épouse doit avoir un sixième sens : à chaque fois que je croise une jolie fille ou une belle femme, un petit coup sec sur l'épaule ou sur le bras me rappelle que c'est la route sur laquelle je dois porter mon attention !

    Comme quoi il ne suffit pas de faire de la moto, il faut aussi savoir être en moto !

    Gérard BONNAFONT/CVN
    4/9/2011
    mekong

    certains regardent la vase au fond de l'étang,
    d'autres contemplent la fleur de lotus à la surface de l'eau,
    il s'agit d'un choix.
    Dalaï Lama

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Messages
    Plusieurs
     

  3. #2
    Avatar de thuong19
    Date d'inscription
    septembre 2007
    Localisation
    Corrèze
    Messages
    4 422

    Par défaut

    Citation Envoyé par mekong Voir le message


    Même si la voiture occupe de plus en plus de place dans les rues, la moto reste le moyen de déplacement favori du Vietnamien. Ce qui laisse à mon regard amusé de nombreuses occasions de savourer des scènes inhabituelles pour un Occidental…

    Rassurez-vous, ...........
    Gérard BONNAFONT/CVN
    4/9/2011
    merci mekong d'avoir posté cet article de Gérard BONNAFONT qui alimente la rubrique "tranches de vie" du CVN.

    Un petit rappel, Gérard est expat à Hanoï, et membre de FV (http://www.forumvietnam.fr/forum-vie...html#post85986).

    En ce qui concerne les "Viêtnamiens " et la moto, il serait plaisant que les membres qui possèdent des photos illustrant ce thème les postent dans ce fil.

  4. #3
    Avatar de thuong19
    Date d'inscription
    septembre 2007
    Localisation
    Corrèze
    Messages
    4 422

    Par défaut

    je commence,

    Citation Envoyé par mekong Voir le message


    .........Or, pour enfourcher une moto, la jupe étroite n'est pas très adaptée, et comme en équitation, la femme est obligée de choisir la monte en amazone, assise de profil, les deux jambes légèrement croisées du même côté. J'ose risquer les foudres de la bienséance, en affirmant que le spectacle de ces élégantes aux jambes fuselées offre une certaine sensualité à la circulation encombrée de nos rues ! ..............

    Gérard BONNAFONT/CVN
    4/9/2011
    L'amazone, c'est celle qui est en tenue traditionnelle, (pantalon et ao dai ) et celle qui enfourche la moto "normalement" est en jupe étroite.


  5. #4
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Buuhoa
    Date d'inscription
    août 2007
    Messages
    4 454

    Par défaut

    Bonjour Mekong,

    Merci pour cet article agréable à lire et plein d'humour !
    "Il est plus urgent de vivre que de compter !" Françoise SAGAN
    On n'est riche que de ses amis.

  6. #5
    Habitué du Việt Nam Avatar de sompinette
    Date d'inscription
    juin 2009
    Messages
    251

    Par défaut

    oui j'adore cet humour, bon article

  7. #6
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    7 800

    Par défaut

    l'article est bien mais a un coté sexyste : "les femmes vina conduisent mal :
    "Voilà les actives. Celles-ci considèrent la moto comme un lieu de travail. Elles lisent, téléphonent, comptent leur monnaie, fouillent dans leur sac,..
    Voici encore les endormies..."


    Et bien les homme vina font tout ca aussi et meme pire :

    Quand ils ont un accident parce qu'ils ont fait une infraction et qu'ils sont en tort,
    s'ils sont encore vivant, alors ils se batent

    On ne voit ca que dans les banlieues francaise :
    - Ah? tu veux faire le Français ? Attend, j'appelle le 17 de la cité.
    Puis ya sa bande qui raplique
    Dernière modification par DédéHeo ; 08/09/2011 à 12h22.

  8. #7
    Habitué du Việt Nam Avatar de bidji
    Date d'inscription
    janvier 2011
    Messages
    507

    Par défaut

    Voir les gens en scoter faire leur vie comme si ils n'étaient pas en scooter m'a toujours fasciné. J'aime beaucoup cette facon de vivre.
    Ne croire en rien car rien ne possède d'espoir

  9. #8
    Jeune Viêt Avatar de Gavrinis
    Date d'inscription
    mars 2009
    Messages
    217

    Par défaut motobike.

    Oui,lors de mes séjours au VN,toutes ces motos et cette circulation m'ont frappée.
    J'ai même du monter en moto bike taxi à Ho chi minh ou Hanoï.Je n'étais pas très à l'aise au départ,mais j'ai oser dépasser ma peur,
    pour suivre mon épouse;d'autant plus que j'avais eu un grave AVP en 2006 justement en scooter en France.Je garde encore des séquelles de ce choc où j'ai bcq souffert(jambe raccourcie de 3 cm!!).
    Hélas,j'ai même vu des accidents de motorbikes à Saïgon.
    Mon épouse me dit que cela arrive souvent.
    Je pense souvent à ces viets,tombés légèrement ou lourdement de leur motos et les conséquences...

    Bien à vous tous

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Nous avons pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2021 - Copyright Forumvietnam.fr® - Tous droits réservés
Nous rejoindre