Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: traduction en idéogrammes

  1. #1
    Invité Avatar de Hérisson
    Date d'inscription
    March 2018
    Messages
    3

    Par défaut traduction en idéogrammes

    bonjour à toutes et tous!
    j'ai fait une demande de traduction il y a quelques jours mais,je ne suis pas sur de l'avoir mise ou il faut
    c'est pourquoi je la renouvelle ici .
    il s'agit des termes suivants không điển hình
    que je voudrait traduits en idéogrammes.
    merci à toutes et tous celles et ceux qui m'apporteront leurs aides.

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Messages
    Plusieurs


     

  3. #2
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    August 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 977

    Par défaut

    hi hi hé ; không điển hình
    atypique (médical)
    Yo : Không est un mot moderne ; je ne suis pas sûre qu'il existait à l'époque des "idéogrammes" LOL
    Je suis même certaine qu'il n'existait pas ca(car l'époque où on n'a inventé le Quoc ngu, l’écriture nationale latine, on ne disait pas "non" mais "point"
    LOL : Je ne suis point sûre que "khong" existait.

    De plus la médecine moderne vn était très francophone, puis anglophone, pas du tout chinoise.

    Dans la médecine traditionnelle (Đông Y)ou médecine orientale, c'est très chinois mais ya que du typique, jamais de l’atypique. LOL

    Je me demande si "maladie atypique" se traduit de chinois traditionnel
    Je tente une traduction google

    非典型的
    Fēidiǎn xíng de

    Je vais esaiyer le cinois moder Mao :
    非典型的
    Pareil


    LOL LOL
    非典 = SRAS
    On se rapel que le médecin italien Carlo Urbani a identifié SRAS à L’hôpital français de Hanoi.
    Une maladie camouflée par le gouvernement chinois (
    2013 :
    Dix ans après la pandémie de SRAS qui avait suscité la panique dans le monde, un cas d'infection respiratoire aiguë par un nouveau virus proche du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), a été confirmé en France sur une personne ayant séjourné dans la péninsule arabique. «C'est le premier et seul cas confirmé en France à ce jour», a expliqué le ministère de la Santé, en précisant qu'il concernait «une personne de retour d'un séjour aux Émirats arabes unis» et «qu'une enquête épidémiologique approfondie» avait été lancée.

    L'homme contaminé, âgé de 65 ans, a été hospitalisé le 23 avril. Il est actuellement en réanimation et bénéficie de «soins de suppléance», soit d'une assistance respiratoire et d'«échange sanguin», a précisé Jean-Yves Grall, directeur général de la santé, lors d'une conférence de presse. L'homme avait séjourné à Dubaï (Émirats arabes unis) du 9 au 17 avril, puis a été hospitalisé pour des troubles respiratoires aigus. Les coronavirus sont une vaste famille de virus susceptibles de provoquer un large éventail de maladies chez l'homme, qui vont du rhume banal jusqu'au SRAS, mortel.
    Un virus rare mais dangereux
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  4. #3
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    August 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 977

    Par défaut

    Je me demande si "maladie atypique" se traduit de chinois traditionnel
    PS) on sait que c'est pour un tatouage et les lettres chinoise, ça fait plus sexy... sauf quand on sait lire LOL
    Je tente une traduction google :

    非典型的
    Fēidiǎn xíng de

    Je vais essayer le chinois modern Mao :
    非典型的
    Pareil

    LOL LOL
    非典 = SRAS syndrome respiratoire aigu sévère lié au coronavirus ou plus simplement syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS)

    On rigole avec Wikipédia car on n'a pas le droit de dire le nom du professeur qui travaillait pour la Grande République Populaire Dictature Militaire néo-Nazi (la recherche sur les armes biologiques de destruction massives est interdite donc c'est secret défense):

    Le syndrome respiratoire aigu sévère est apparu à Hong Kong à l'hôtel Métropole, au 9e étage, puis à Singapour et à Hanoï au Viêt Nam. Une alerte mondiale a été lancée par l'OMS (Organisation mondiale de la santé) le 12 mars 2003. (C'est Carlo Urbani qui a alerté l'OMS)

    On se rappel que le médecin italien Carlo Urbani a identifié SRAS à L’hôpital français de Hanoi.
    Une maladie camouflée par le gouvernement chinois ( La Chine s'est fait remontée les bretelles par l'OMS pour avoir camouflée la maladie qui s'était probablement échappée d'un laboratoire militaire chinois - après les Chinois ont accusé les civettes et les chauve souris. Mais oui, on vous croit

    Le professeur Chinois à fait sortir le virus du laboratoire, il se sait malade ; il ne dit rien (il n'est pas tout seul dans son laboratoire - les gens du laboratoire ne disent rien non plus) et par en vacances à Hong Kong.
    Dans ascenseur, il croise un malheureux jeune homme d'affaire chinois du Canada, Johnny Chen

    On connait la suite



    Carlo Urbani (Castelplanio, Italie 19 octobre 1956 – Bangkok, Thaïlande 29 mars, 2003) est un médecin italien et le premier à identifier le SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) comme étant une maladie nouvelle et contagieuse. Son avertissement précoce à l'OMS a permis une réponse massive et rapide qui a probablement permis de sauver des millions de vies. Carlo Urbani a ensuite été infecté par le SRAS et en est mort.

    L'identification du SRAS

    En 2003, Urbani fut appelé à l'hôpital français de Hanoï pour examiner un patient, Johnny Chen, un homme d'affaires américain qui était malade de ce que les médecins pensaient être une mauvaise grippe. Urbani réalisa alors que Chen n'était pas atteint de la grippe, mais probablement d'une maladie nouvelle et très contagieuse. Il avertit immédiatement l'OMS, qui déclencha en retour une réponse très efficace. Il a également convaincu le ministère de la santé vietnamien de commencer à isoler les patients et à dépister les voyageurs, ce qui a permis de ralentir le rythme de l'épidémie.

    L'Organisation mondiale de la Santé a reconnu que le Dr Urbani a probablement sauvé un grand nombre de vies grâce à sa détection précoce du SRAS.

    Lors de son contact avec des patients infectés par le SRAS, le Dr Urbani a été infecté lui-même par le virus. Le 11 mars, alors qu'il s'envolait pour une conférence à Bangkok, Thaïlande, il s'est senti fiévreux. Transporté à l'hôpital de Bangkok dans une chambre d'isolement de fortune, il ne put ensuite parler à sa femme que par l'intermédiaire d'un interphone. Ses poumons étant atteints, il fut placé sous respirateur artificiel. Dans ses derniers moments, il demanda à un prêtre de lui administrer les derniers sacrements, et déclara qu'il voulait que ses poumons soient donnés à la science.
    Après 18 jours de soins intensifs, Carlo Urbani est décédé le 29 mars 2003 à 11h45.
    Carrière

    Carlo Urbani a reçu son diplôme de docteur en médecine de l'Université polytechnique des Marches et a travaillé un temps comme médecin généraliste avant de commencer une carrière dans le domaine des maladies infectieuses. Il a été président de la section italienne de Médecins sans frontières et à ce titre a été l'une des personnes qui ont accepté en 1999 le Prix Nobel, au nom de cette organisation. Il a été employé par l'Organisation Mondiale de la Santé et basé à Hanoï, Viêt Nam, où il a principalement travaillé à la lutte contre les maladies parasitaires, mais était plus généralement expert en maladies infectieuses.
    Sa vie et ses expériences professionnelles ont été racontées par :
    - Marco Albonico et Lorenzo Savioli (d'anciens collègues de l'OMS) dans le livre Le malattie dimenticate (Les maladies négligées) publié par Feltrinelli en 2004.
    - La journaliste Lucia Bellaspiga, dans le livre "Carlo Urbani - il primo medico contro la SARS" ("Le premier médecin contre le SRAS") publié par Ancora en 2005.
    Vie privée

    Urbani était marié à Giuliana Chiorrini et était père de 3 enfants âgés de 4 à 7 ans. À sa femme qui lui reprochait de prendre trop de risques en soignant des patients gravement contagieux, Urbani avait répliqué : "Si je ne peux pas travailler dans de telles situations : à quoi est-ce que je sers alors ? À répondre aux e-mails, à assister aux réceptions et à faire de la paperasse ?"

    Bien sûr dans Wiki, même en anglais, on ne met pas le nom du salopard de docteur chinois qui passe au "9ème étage" de l'Hôtel Métropole Accor Hong Kong et contamine l'ascenseur.

    L'Histoire:
    The viral outbreak can be genetically traced to a colony of cave-dwelling horseshoe bats in China's Yunnan province.[21]
    The SARS epidemic appears to have started in Guangdong Province, China in November 2002 where the first case was reported that same month. The patient, a farmer from Shunde, Foshan, Guangdong, was treated in the First People's Hospital of Foshan. The patient died soon after, and no definite diagnosis was made on his cause of death. Despite taking some action to control it, Chinese government officials did not inform the World Health Organization of the outbreak until February 2003. This lack of openness caused delays in efforts to control the epidemic, resulting in criticism of the People's Republic of China from the international community. China has since officially apologized for early slowness in dealing with the SARS epidemic.

    The outbreak first appeared on 27 November 2002, when Canada's Global Public Health Intelligence Network (GPHIN), an electronic warning system that is part of the World Health Organization's Global Outbreak Alert and Response Network (GOARN), picked up reports of a "flu outbreak" in China through Internet media monitoring and analysis and sent them to the WHO. While GPHIN's capability had recently been upgraded to enable Arabic, Chinese, English, French, Russian, and Spanish translation, the system was limited to English or French in presenting this information. Thus, while the first reports of an unusual outbreak were in Chinese, an English report was not generated until 21 January 2003.

    Subsequent to this, the WHO requested information from Chinese authorities on 5 and 11 December. Despite the successes of the network in previous outbreak of diseases, it didn't receive intelligence until the media reports from China several months after the outbreak of SARS. Along with the second alert, WHO released the name, definition, as well as an activation of a coordinated global outbreak response network that brought sensitive attention and containment procedures. By the time the WHO took action, over 500 deaths and an additional 2,000 cases had already occurred worldwide.

    In early April, after Jiang Yanyong pushed to report the danger to China, there appeared to be a change in official policy when SARS began to receive a much greater prominence in the official media. Some have directly attributed this to the death of American James Earl Salisbury. It was around this same time that Jiang Yanyong made accusations regarding the undercounting of cases in Beijing military hospitals. After intense pressure, Chinese officials allowed international officials to investigate the situation there. This revealed problems plaguing the aging mainland Chinese healthcare system, including increasing decentralization, red tape, and inadequate communication.

    Many healthcare workers in the affected nations risked and lost their lives by treating patients and trying to contain the infection before ways to prevent infection were known.

    Spread to other countries and regions



    Areas of the World Affected by SARS in 2002 – 2003


    The epidemic reached the public spotlight in February 2003, when an American businessman traveling from China became afflicted with pneumonia-like symptoms while on a flight to Singapore. The plane stopped in Hanoi, Vietnam, where the victim died in The French Hospital of Hanoi. Several of the medical staff who treated him soon developed the same disease despite basic hospital procedures. Italian doctor Carlo Urbani identified the threat and communicated it to WHO and the Vietnamese government; he later succumbed to the disease...
    Dernière modification par DédéHeo ; 19/05/2018 à 08h35.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. Traduction
    Par gogui289 dans le forum Discussion Libre
    Réponses: 4
    Dernier message: 08/11/2012, 21h30
  2. trop de traduction tue la traduction !
    Par Xuânvui dans le forum Les demandes de traduction
    Réponses: 23
    Dernier message: 07/05/2011, 17h24
  3. Traduction
    Par maily dans le forum Les demandes de traduction
    Réponses: 9
    Dernier message: 25/04/2007, 13h54
  4. traduction
    Par methadrone dans le forum Vos Origines, vos Racines
    Réponses: 4
    Dernier message: 09/08/2006, 01h56

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Le site Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® a pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2013 E-metis Network | Site by E-metis Webdesign
Nous rejoindre
Forumvietnam.fr est propulsé par le moteur vBulletin®.
Copyright © 2013 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Content Relevant URLs by vBSEO 3.6.1