Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Mort d’Arnaud Dubus, ancien journaliste de RFi puis «Libé» à Bangkok

  1. #1
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 208

    Par défaut Mort d’Arnaud Dubus, ancien journaliste de RFi puis «Libé» à Bangkok

    Dans les année 90, à Hanoi avant internet, j'aimais bien écouter la voix joyeuse de ce "Tintin".
    RFI.fr étant bloqué au VN ; il faut faire toutes sortes de manip vpn pour acceder au site RFi ; je n'ai pas eu l'info.

    Disparition d'Arnaud Dubus, l'ancien correspondant de RFI en Thaïlande - Asie-Pacifique - RFI

    Disparition d'Arnaud Dubus, l'ancien correspondant de RFI en Thaïlande

    Par RFI Publié le 29-04-2019 Modifié le 30-04-2019 à 04:38
    Arnaud Dubus a été correspondant de RFI en Thaïlande pendant près de 30 ans. Archives personnelles d'Arnaud Dubus

    C'est avec une profonde tristesse que nous apprenons ce lundi 29 avril le décès brutal de notre collègue Arnaud Dubus, 55 ans, ancien correspondant de RFI à Bangkok. Arnaud était l'un des meilleurs connaisseurs de la Thaïlande, auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la société, la culture et l'histoire du peuple thaïlandais. La rédaction lui rend hommage.

    Arnaud Dubus assurait avec passion la correspondance de RFI en français en Thaïlande et dans toute la région, depuis 1988 jusqu’en octobre dernier. Grand reporter et fin analyste des situations parfois les plus complexes en Thaïlande, au Cambodge, en Birmanie, au Laos ou aux Philippines, c’était un des meilleurs connaisseurs de cette zone. Il a marqué de très nombreux journalistes de RFI qui l’ont rencontré, par sa grande gentillesse et son envie de transmettre ses compétences.

    Il avait cessé ses activités de journaliste en 2018 pour rejoindre l'ambassade de France en Thaïlande, où il était en charge de la communication. Dans un message qu’il avait envoyé à la rédaction de RFI avant d’occuper ses nouvelles fonctions, il confiait : « J’ai fait mes plus belles rencontres et connu mes plus belles heures comme journaliste avec RFI ».

    Ses collègues de RFI lui rendent hommage et évoquent la gentillesse et le professionnalisme d'Arnaud Dubus.

    Marie Normand l'a connu lorsqu'elle était correspondante à Bangkok :

    Marie Normand @normandmarie



    Difficile de trouver les mots après la disparition d’Arnaud Dubus. C’est en lisant ses papiers et en l’écoutant sur @RFI que j’ai commencé à aimer la #Thailande. Il m’avait accueillie pour le seconder avec gentillesse et patience. 1/2

    34

    16:00 - 29 avr. 2019



    Anne Corpet, envoyée spéciale permanente à Washington et ex-rédactrice en chef du service international de RFI, se souvient également :

    anne corpet @annecorpet



    Arnaud Dubus, correspondant de @rfi en Thaïlande pendant des décennies nous a quitté. Un homme adorable et aux compétences remarquables. Tristesse.. https://twitter.com/PravitR/status/1122807872562196480 …
    Pravit Rojanaphruk @PravitR

    Tragic news. Just learn that former French journalist & news staff at French Embassy @Arnaud_Dubus passed away. He fell from a BTS sky train station this afternoon. Circumstances unclear. RIP. #Thailand #France cc @stephffart @pakhead @FCCThai




    Carol Isoux, la correspondante de RFI à Bangkok, où elle a remplacé sur ce poste Arnaud Dubus en octobre dernier, évoque un journaliste qui s'est fondu dans la culture locale.
    « C’était LA figure des journalistes francophones ici. Tout le monde le connaissait, pas seulement chez les Français. Chez les anglo-saxons, chez les Thaïs, il était considéré comme l’un des meilleurs connaisseurs du pays et de la région. Disons qu’il était considéré comme le plus Thaï des étrangers, peut-être. Il parlait le thaï. Il avait un accent exécrable, et on en rigolait souvent. Les Thaïs en rigolaient souvent, mais il parlait un thaï très raffiné. Il le lisait parfaitement. C’était l’un des seuls journalistes étrangers qui lisait aussi bien le thaï. Trente ans ici, c’est sûr, ça faisait la différence. Et puis aussi, avec la grande tolérance qu’il avait et ce rapport très apaisé, très doux, il plaisait beaucoup aux Thaïlandais. Il avait beaucoup d’amis thaïlandais. Il avait une compréhension du pays que la plupart des étrangers n’atteignent pas, même après 30 ans passés ici ».
    Arnaud a également collaboré avec le quotidien Libération. « C’est quelqu’un qui avait à la fois la passion du journalisme de terrain et le souci, la rigueur, l’exactitude d’un universitaire, d’un scientifique qui connaissait bien le terrain, la région où il était depuis trente ans. Cela faisait trente ans qu’il était installé en Thaïlande. Il connaissait très bien cette région, c’était remarquable. C’était un peu un journalisme, à la croisée du journalisme et du monde universitaire, un peu à l’anglo-saxonne. Il y vivait depuis 30 ans et c’est quelqu’un qui, tout en continuant à travailler comme journaliste, continuait à creuser des pistes de réflexion. Il venait de sortir un bouquin sur le bouddhisme et le politique (...) Son travail était nourri de tout ça, cette connaissance-là », a confié à RFI Arnaud Vaulerin, chef-adjoint du service international et journaliste en charge de l’Asie au journal Libération.
    Arnaud Dubus travaillait aussi pour d'autres médias. De nombreux hommages de confrères qui l'ont bien connu défilent sur les réseaux sociaux.


    Philippe Couve @couve



    Quelle tristesse en apprenant le décès du journaliste et diplomate français Arnaud Dubus https://buff.ly/2J2HkOi . Que de souvenirs à @rfi sur les ondes de la radio et dans les pages du site web.





    Pravit Rojanaphruk, journaliste thaïlandais, fait part de son émotion.« Tragique nouvelle. Je viens d'apprendre que l'ex-journaliste français et membre de l'ambassade de France Arnaud Dubus est décédé. Il est tombé d'une station du train aérien BTS cet après-midi. Circonstances non élucidées. Repose en paix. »


    Pravit Rojanaphruk @PravitR



    Tragic news. Just learn that former French journalist & news staff at French Embassy @Arnaud_Dubus passed away. He fell from a BTS sky train station this afternoon. Circumstances unclear. RIP. #Thailand #France cc @stephffart @pakhead @FCCThai

    Un Français installé en Thaïlande lui rend aussi hommage :



    stephff cartoonist @stephffart



    En réponse à @PravitR et 2 autres

    À lire aussi quelques articles d'Arnaud Dubus sur notre site.
    ►À écouter quelques reportages d’Arnaud Dubus sur RFI :
    • Thailande : à la veille du verdict du procès de Thaksin Shinawatra
    La température politique monte en Thaïlande à l’approche du verdict vendredi 26 février 2010, de la Cour suprême concernant la fortune de l’ancien Premier ministre, Thaksin Shinawatra. La cour doit décider de confisquer ou non l’équivalent d’1 milliard 700 millions d’euros. Thaksin est accusé d’avoir utilisé sa position à la tête du gouvernement pour favoriser son conglomérat familial : Shin Corp. Pourquoi ce procès déclenche-t-il les passions dans le pays ?
    (Reportage international diffusé le 25 février 2010)
    • Au cœur du bastion des « chemises rouges » à Bangkok
    En Thaïlande, la capitale Bangkok a vécu plusieurs nuits consécutives de violence en mai 2010. Incendies, explosion de grenades, tirs incessants, les combats de rues ont gagné en intensité. L’armée a resserré son étau sur le camp principal des manifestants antigouvernementaux, les « chemises rouges », dans le quartier commercial de Bangkok, mais n’a pas encore tenté de faire tomber ce bastion.
    (Reportage international diffusé le 18 mai 2010)
    La Thaïlande, miroir aux alouettes pour les footballeurs africains
    Plus de 3 000 footballeurs africains jouent dans des clubs hors de leur continent d’origine. Si les destinations favorites sont celles des grands championnats européens – l’Italie, la France, l’Espagne, l’Angleterre et l’Allemagne-, beaucoup doivent se résoudre à déployer leurs talents sur des terres plus lointaines, comme celles de la Thaïlande, de la Birmanie ou de l’Indonésie. Ils y arrivent après être passés par les mains d’agents plus ou moins scrupuleux.
    (Grand Reportage diffusé le 5 janvier 2011)
    La Thaïlande, 10 ans après le passage du tsunami
    Le 26 décembre 2004, le tsunami ravageait la côte occidentale de la péninsule thaïlandaise. 5 400 personnes périrent en Thaïlande dans l’assaut des vagues géantes. Parmi les zones les plus touchées, le village de Baan Nam Khem, un village de pêcheurs d’environ 5 000 habitants. 1 400 d’entre eux perdirent la vie dans la catastrophe. Dix ans après, notre correspondant en Thaïlande, Arnaud Dubus, est revenu sur les lieux. Quelles marques a laissées la catastrophe ? Comment a-t-elle transformé la vie du village ?
    (Grand Reportage diffusé le 5 janvier 2015)
    • Thaïlande : 40e anniversaire du massacre des étudiants à Bangkok
    La Thaïlande commémore un triste anniversaire, celui du massacre du 6 octobre 1976. Il y a quarante ans, la police et des groupes d’extrême droite organisés par les militaires attaquaient des centaines d’étudiants retranchés dans l’université Thammasat de Bangkok. Les étudiants étaient accusés d’être communistes. Certains furent pendus, d’autres brûlés vifs. Officiellement, il y a eu 46 morts, mais beaucoup pensent que le vrai bilan est d’une centaine d’étudiants tués. Ce massacre est une tâche noire dans l’histoire du pays. D’autant plus qu’aucun gouvernement depuis n’a voulu y faire face.
    (Reportage international du 5 octobre 2016)


    En 2016, dans OutsideNews, Arnaud Dubus parle de son métier de journaliste et de sa vie en Thaïlande :




    ************************************************** **********

    liberation.fr

    Mort d’Arnaud Dubus, ancien journaliste de «Libé» à Bangkok


    Par Arnaud Vaulerin et Carol Isoux , (à Bangkok)

    29 avril 2019

    Arnaud Dubus en 2012. Photo Bruno Carette.






    Il était encore en France, mais avait déjà la tête en Asie du Sud-Est. C’était en 1987. Un jeune étudiant met la dernière main à un mémoire de maîtrise en information et communication (Celsa-Université Paris-IV) qui aurait pu lui fermer un paquet de portes dans la profession : «Journalisme et objectivité. Exemple de l’attitude de Libération, le Monde, le Nouvel Observateur face au Cambodge des Khmers rouges (1975-1978) : entre l’aveuglement et la partialité.» Déjà indépendant, curieux, scrupuleux, l’étudiant s’appelle Arnaud Dubus. Il a 24 ans cette année-là. Et déjà une grande passion pour cette captivante Asie qui deviendra son lieu de vie et son terrain de reportage et de recherche. Lundi soir, Arnaud s’est suicidé à Bangkok. Il aurait eu 56 ans le 25 juin. Il vivait en Thaïlande depuis trente ans.
    Esbroufe. Bouclettes blondes et regard bleu insondable, l’enfant de Roubaix arrive à Bangkok en 1989. La région est en effervescence : Aung San Suu Kyi s’est dressée face à la junte birmane, les militaires tentent un coup d’Etat aux Philippines, une paix fragile se dessine dans le Cambodge post-Khmers rouges que va bientôt quitter l’envahissante armée vietnamienne… Arnaud s’immerge, parcourt ces pays en curieux. Il commence à écrire pour le Mékong, puis très vite RFI et Libération qu’il rejoint en janvier 1999. Pas sûr que son premier article sur la «stabilisation monétaire du FMI en Asie» l’ait franchement emballé. Arnaud préfère le terrain, l’immersion, les lectures d’ouvrages spécialisés (lui-même en signera plusieurs pour l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine), les curiosités et le temps long. Un journalisme sans esbroufe à la croisée des chemins entre reportage et recherche.
    Sa couverture du conflit des chemises rouges et jaunes qui déchire la Thaïlande à partir de 2008 est impeccable : au plus près des manifestants, au plus profond des racines culturelles et politiques de la Thaïlande. Et toujours en soutien aux reporters victimes de l’arbitraire ou d’exécution, comme le photographe Fabio Polenghi, tué en 2010 à Bangkok, dont il défend la mémoire et le travail. De l’avis de nombreux journalistes, il devient l’un des meilleurs connaisseurs de la région. Aux réunions entre confrères, il est celui que l’on consulte sur les élections, sur la monarchie, sur le bouddhisme. Toujours disponible. «Il y avait chez lui le souci d’être profond, à l’écoute des autres. Il était d’une grande honnêteté intellectuelle», se souvient le documentariste Bruno Carette avec qui Arnaud a réalisé Bonzes Farangs.
    Avec le temps, il était lui-même devenu bouddhiste, pratiquant la méditation depuis quelques années. Quand on lui posait une question, il prenait le temps de la réflexion avant de répondre. Il était doux, parlait bas. Avec sa compagne thaïlandaise de toujours, Nou, dont il avait élevé la fille, ils se rendaient souvent ensemble sur les événements. Il parlait un thaï raffiné, avec un accent exécrable et le lisait parfaitement. Assoiffé de connaissance sur l’histoire, sur la culture de la région, il prenait des cours de sanskrit. Il avait une fascination pour le chevauchement des cultures hindouiste et bouddhiste.
    Enigmatique. L’année dernière, il avait rejoint le service de presse de l’ambassade de France à Bangkok. Il était apaisé de l’angoisse du pigiste, mais le métier de journaliste lui manquait. Arnaud était un bon compagnon de reportage. On se souviendra d’un fou rire devant les pingouins enfermés dans une pièce glacée du zoo désert de Naypyidaw, en Birmanie en 2012. Il avait l’allure d’un éternel ado, mince, toujours l’air rêveur, dans la lune, énigmatique, souvent un béret de titi parisien vissé sur la tête. On le pensait secret, discret, timide, et tout à coup il sortait une blague absurde, avec un goût prononcé pour l’humour des années 70, à la Charlie. Puis, il repartait, avec un petit sourire en coin. C’est ce sourire-là que l’on gardera en mémoire. Salut Arnaud.
    Arnaud Vaulerin , Carol Isoux (à Bangkok)
    Dernière modification par DédéHeo ; 16/08/2019 à 18h33.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs


     

  3. #2
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 208

    Par défaut

    Un ex colègue, Pravit Rojanaphruk, journaliste thaïlandais dit : « ... Arnaud Dubus est décédé. Il est tombé d'une station du train aérien BTS cet après-midi. Circonstances non élucidées.

    Le Monde et les autres journaux annoncent des le lendemain que le reporter s’est suicidé lundi 29 avril. Un peu bizarre !


    Le Monde.fr

    Arnaud Dubus, journaliste et écrivain, est mort


    Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, le reporter s’est suicidé lundi 29 avril à l’âge de 55 ans.
    Par Bruno Philip

    Publié le 30 avril 2019

    Article réservé aux abonnés
    Avec Khun Sa (1934-2007), seigneur de la guerre birman, à Homein, en Birmanie, en 1990. FCC Bangkok

    Analyste subtil des réalités complexes de la société et de la politique thaïlandaise, Arnaud Dubus a mis fin à ses jours, lundi 29 avril, en se jetant du haut d’une passerelle du métro aérien, à Bangkok. Il allait avoir 56 ans en juin.

    Arrivé en Thaïlande en 1989, il aura passé les trente dernières années à s’intéresser avec une passion jamais démentie à ce royaume d’Extrême-Orient, finalement assez méconnu et mal compris en Occident, en dépit de son statut de destination touristique de masse. Mais ses activités de journaliste écrivain et de correspondant régional l’amenèrent à se spécialiser sur l’Asie du Sud-Est en général : collaborateur de longue date de Libération, de Radio France et du quotidien suisse Le Temps, il aura couvert le Cambodge de l’après-Pol Pot, la Birmanie du temps des généraux, le scandale de la vente des sous-marins français à la Malaisie, où son entêtement d’enquêteur lui avait permis de dénicher des informations exclusives.

    Une photo publiée ce mercredi par le Club des correspondants étrangers de Thaïlande le représente, en 1990, en train de serrer la main du célèbre seigneur de guerre et trafiquant d’opium birman Khun Sa : si Arnaud Dubus était à la fois un intellectuel qui aimait à se plonger dans les livres, savait le thaï, s’initiait au sanskrit, s’efforçait de comprendre les liens entre le bouddhisme Theravada et la société dans l’ancien royaume de Siam, il fut aussi un homme de terrain. Soucieux d’aller au plus près des lieux où surgissent et évoluent les événements.
    Douleur impalpable

    Arnaud Dubus était également écrivain. Il avait publié un certain nombre de livres, notamment un ouvrage portant sur l’armée thaïlandaise et sa propension au coup d’Etat permanent, un petit guide éclairé sur l’histoire et la culture thaïlandaise, un opuscule consacré aux liens entre le bouddhisme et la politique en Thaïlande.

    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Thaïlande : distance respectueuse au pays du Sourire

    On sentait chez Arnaud Dubus, regard parfois lointain, toujours coiffé d’une casquette de Parigot des années 1930 par 35 degrés, comme une douleur impalpable. Ce qui n’empêchait pas une certaine propension à un humour volontiers sarcastique et décalé. L’homme avait une qualité rare : la modestie et la capacité de douter. Sans conteste l’un des meilleurs déchiffreurs du monde thaïlandais parmi la communauté des correspondants de presse à Bangkok, il était prudent, évitait d’asséner des vérités définitives. Il était conscient que ce que l’on croit savoir sur l’énigmatique royaume n’est rien par rapport au degré de l’ignorance collective à propos d’une monarchie souvent impossible à décrypter, tant l’espace royal reste un univers impénétrable.


    La suite est réservée aux abonnés...

    Une photo publiée ce mercredi par le Club des correspondants étrangers de Thaïlande

    Arnaud Dubus, 1964-2019, RIP

    The Foreign Correspondents’ Club of Thailand expresses its deepest condolences to the family and many colleagues and friends of Arnaud Dubus, who fell to his death at about 4pm on Monday, 29 April, from the Taksin SkyTrain station in Bangkok’s Yannawa district.


    (Arnaud Dubus meets Khun Sa, the well-known opium warlord in Ho Mong, Shan State, Myanmar, in 1990.)

    Arnaud was described in press reports as a French diplomat due to his recent employment as deputy information officer at the French embassy. Arnaud was a long-time member of the FCCT who contributed much to club life over the past three decades, most recently as second vice president in 2017. A gentle and modest person, Arnaud was thoughtful, well informed, and always exceptionally considerate toward others.

    Arnaud had been based in Thailand since 1989. He worked for Radio France Internationale, Liberation newspaper, Le Temps, and TV 5 covering news and providing in-depth analysis of Thailand and the region. He was the author of several books on Southeast Asia, and his grasp of regional politics, cultures, and religions made him a much respected commentator.

    Arnaud’s tragic death at only 56 is a shocking loss for all of us, and we mourn along with all those close to him.

    Funeral arrangements will be posted when they are confirmed.
    Dernière modification par DédéHeo ; 16/08/2019 à 19h48.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  4. #3
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 208

    Par défaut

    Il tombe de ce truc... Regardez la vidéo. Ya de la foule, de la bousculade.

    Le lendemain, les journaux francais nous annoncent un suicide...

    Arnaud Dubus, décédé lundi, le 29 avril, à environ 16 heures, en tombant de la station Taksin SkyTrain du district de Yannawa à Bangkok.

    Bangkok - From BTS Saphan - Taksin Station to Boat Station

    2 147 vues


    cocolo food

    Ajoutée le 30 avr. 2017

    To take hotel shuttle boat, go to right side. To take Tourist boat, go to left side.
    Dernière modification par DédéHeo ; 16/08/2019 à 20h06.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  5. #4
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de ngjm95
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    3 130

    Par défaut

    Vue la foule,on se demande si c'était aux heures de pointe!

  6. #5
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 208

    Par défaut

    Un ex collègue, Pravit Rojanaphruk, journaliste thaïlandais dit : « ... Arnaud Dubus est décédé. Il est tombé d'une station du métro aérien BTS cet après-midi. Circonstances non élucidées.
    Il est tombé à 16 heures, c'est l'heure de pointe ! Il n'y a pas ce décalage stupide de 2 heures que les Européens appellent "heure d'été". Ici on sort du boulot à 16h et à 18 il fait nuit. TOUTE l'année pour le SUD ; On est près de l'équateur.

    Bangkok est plus au nord que Saigon ; à la hauteur de Quy Nhon mais ca change pas grand chose.

    Dans la 1ere partie de sa vie le mec est pigiste et cour au jour le jour pour vendre des articles. 30 ans plus tard il obtient un poste a l'ambassade de France. Diplomate ; plus de soucis d'argent ni de visa. Le mec se suicide dans le métro en sortant du boulot. Peu crédible !

    C'est comme la petite fille qui s’échappe de sa chambre d'hôtel en Malaisie par la fenêtre en pleine nuit et qu'on retrouve morte dans un ruisseau 10 jours plus tard... "Une fugue" Qu'ils nous disent.

    Il faut traduire l'article du Club de presse étrangère :

    Le Club des correspondants étrangers de Thaïlande adresse ses plus sincères condoléances à la famille et aux nombreux collègues et amis d’Arnaud Dubus, décédé lundi, le 29 avril, vers 16 heures, de la station Taksin SkyTrain dans le district de Yannawa, à Bangkok.


    (Arnaud Dubus rencontre Khun Sa, le célèbre chef de guerre de l'opium à Ho Mong, État Shan, au Myanmar, en 1990.)

    Arnaud a été décrit dans la presse comme un diplomate français en raison de son récent emploi en tant que chargé de l'information adjoint à l'ambassade de France. Arnaud était un membre de longue date de la FCCT qui a beaucoup contribué à la vie du club au cours des trois dernières décennies, plus récemment à titre de deuxième vice-président en 2017. Arnaud était une personne douce et modeste, réfléchie, informée et toujours exceptionnellement attentionnée envers les autres. .

    Arnaud est basé en Thaïlande depuis 1989. Il a travaillé pour Radio France Internationale, le journal Libération, Le Temps, et TV 5, couvrant l'actualité et fournissant une analyse approfondie de la Thaïlande et de la région. Il était l'auteur de plusieurs livres sur l'Asie du Sud-Est, et sa compréhension de la politique, des cultures et des religions régionales fait de lui un commentateur très respecté.

    La mort tragique d’Arnaud à seulement 56 ans est une perte choquante pour nous tous, et nous pleurons avec tous ses proches.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 25/04/2016, 20h05
  2. [Libération] Reportage de arnaud VAULERIN :
    Par robin des bois dans le forum Discussion Libre
    Réponses: 6
    Dernier message: 15/02/2016, 07h14
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 19/10/2015, 11h03
  4. Une boulette impardonnable d'un journaliste de l'AVI
    Par Bao Nhân dans le forum Discussion Libre
    Réponses: 5
    Dernier message: 07/05/2012, 17h24
  5. dur métier que celui de journaliste
    Par thuong19 dans le forum Discussion Libre
    Réponses: 4
    Dernier message: 03/06/2011, 09h56

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Le site Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® a pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2013 E-metis Network | Site by E-metis Webdesign
Nous rejoindre
Forumvietnam.fr est propulsé par le moteur vBulletin®.
Copyright © 2013 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Content Relevant URLs by vBSEO 3.6.1