Page 1 sur 11 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 104

Discussion: Les nouvelles Vietnamiennes

  1. #1
    Passionné du Việt Nam Avatar de Son Lam
    Date d'inscription
    avril 2006
    Localisation
    Hérault - France
    Messages
    1 820

    Par défaut Les nouvelles Vietnamiennes


    Les nouvelles Vietnamiennes

    Véronique Couzinou

    La Presse

    Collaboration spéciale




    Gracieuses sur leur moto, le rouge aux lèvres, les sandales à talon aux pieds, en pantalon de soie ou en jean et t-shirt moulant: les Vietnamiennes de Hanoi ou Hô Chi Minh-Ville ont l'air de jeunes femmes modernes, dans un pays où l'économie se libéralise à vitesse grand V. Mais le prix du féminisme est encore élevé dans une société toujours très machiste, surtout loin des villes.

    La République socialiste du Vietnam est un pays de contrastes, entre tradition et modernité, comme bien des pays en voie de développement. Il faut dire qu'ici, la moitié de la population a moins de 20 ans! Le «Pays du dragon» a par ailleurs un taux de croissance économique fulgurant depuis les années 90. Autant dire que la révolution est en marche. Pas celle du communisme, non, mais plutôt du... capitalisme! Les Vietnamiens eux-mêmes le disent: ils vivent dans un pays «communiste libéral». La loi du marché devient aussi importante que les enseignements de Confucius. Les jeunes ont l'avenir devant eux, et il pourrait bien se traduire en un mot: émancipation.

    «Les conflits de générations commencent», note Luce Cloutier, chargée à Hanoi du programme de lutte contre la traite des humains pour Oxfam Québec. «Les jeunes Vietnamiens, filles comme garçons, ont envie de vivre autre chose, de voyager, d'avoir une vie différente qui ne soit pas dirigée par la famille et soumise au poids de la tradition.» Ce n'est pas une mince affaire dans une culture où les relations sont toujours très cloisonnées. «Soyons honnêtes: les hommes sont encore très machos et les femmes soumises. Et il est courant pour les Vietnamiens d'avoir une maîtresse.» Dans les bars karaoké à la devanture fumée, les hommes ne font pas que pousser la chansonnette et les attentions des serveuses ne se traduisent pas seulement par de la courtoisie verbale... Mais la prostitution est interdite au Vietnam, bien sûr!



    Si la société change peu à peu, du fait de sa jeunesse, les femmes pourront-elles prendre une place plus importante? «Actuellement, elles font énormément de choses: elles travaillent, elles s'occupent de la famille au sens large, c'est à dire des enfants mais aussi des parents et beaux-parents, et pourtant leur rôle dans la société est encore secondaire. Une chose est sûre, elles sont épuisées!» poursuit Luce Cloutier.

    Et qu'arrive-t-il aux jeunes filles «recrutées» dans leur village pour aller travailler en Chine ou au Cambodge, avec la promesse d'un avenir meilleur? Sans forcément tomber dans la prostitution, elles deviennent au mieux des esclaves modernes, sans droits ni salaire décent, sans papiers, dans un pays qui n'est pas le leur; si elles arrivent à s'échapper pour rentrer chez elles, démunies, elles seront probablement rejetées par leur famille rongée par la honte.

    Le prix de la liberté

    Il est plus facile pour une citadine de s'en sortir. Dans les villes, il n'est plus si rare de voir des jeunes femmes parler des relations hommes/femmes sans tabou. Il suffit d'écouter Pham Kieu Phuc, une jeune entrepreneure de 36 ans qui a créé sa société d'exportation de produits artisanaux et de stylisme (www.dongphuonghouse.com). Son parcours ressemble à bien des égards à celui d'une Occidentale, mais elle vit au Vietnam, ce qui change beaucoup de choses: «Je suis styliste par passion. Je crée des vêtements inspirés par les minorités ethniques du Vietnam. Les femmes des montagnes font des broderies merveilleuses, et d'ailleurs, j'ai créé un atelier avec les femmes de Sapa, dans le nord du pays. Je fais aussi du design de meubles», raconte Phuc, qui s'exprime dans un français presque parfait, appris pendant cinq ans à l'université d'Hanoi.

    Et sa vie affective, à quoi ressemble-t-elle? «Dans mon milieu, je suis un peu marginale parce que j'ai une petite fille de 6 ans que j'ai eu avec un homme de 32 ans mon aîné, sans être mariée». Son conjoint l'a quittée lorsqu'elle était enceinte. Depuis, pas d'homme dans sa vie et elle ne semble pas s'en plaindre car, dit-elle, cela lui confère une plus grande liberté de faire ce qui lui tient à coeur. Cette simple vision des choses est tout un défi dans un pays comme le Vietnam!

    «Je crois que je suis trop Occidentale pour les Vietnamiens et trop Vietnamienne pour les Occidentaux!» lance Phuc avec humour. «J'ai plus de liberté mais plus de difficultés aussi. Il faudrait que je cache le fait que j'ai une fille si je voulais avoir une relation avec un homme. Et ça, je ne le veux pas. De toute façon, tout est plus compliqué pour la femme, ici. Neuf fois sur 10, tu tombes sur un homme trop autoritaire qui t'empêche d'être autonome.» À moins de rencontrer un Occidental qui acceptera facilement la situation. C'est souvent ce qui redonne le goût d'une relation aux mères célibataires, ou à celles qui ont mis de côté leur vie de femme pour s'occuper de leur famille.

    Pas de bisous en public

    Gilles Boutin, un autre Québécois travaillant pour Oxfam, en sait quelque chose: installé à Hanoi depuis de nombreuses années, il a épousé une Vietnamienne. Elle travaille à l'ambassade du Canada et lui a simplifié bien des démarches administratives - toujours compliquées au Vietnam - lorsqu'il est arrivé. Elle était alors dans la quarantaine et ne s'était jamais mariée. Sa famille a mis du temps à accepter son mari «blanc». «C'est aujourd'hui plutôt bien vu de se marier avec un Occidental mais il y a quelques années encore, c'était tout un défi pour une femme vis à vis de sa famille!», explique Gilles Boutin. Pas question d'avoir des gestes tendres ou de s'embrasser en public, par exemple.

    Nguyen Hoai Thu, 43 ans, a elle aussi choisi un «Blanc». Agente de voyages, elle a épousé le Canadien Wayne Sjöthun, originaire de Vancouver et qui possède le Cafe Thyme, dans le coeur du vieux Hanoi. «Je n'étais pas heureuse avec les hommes vietnamiens», dit-elle. «J'ai été mariée à un médecin qui me voulait soumise. Moi, je voulais aller à l'université, apprendre le français, voir la vie! Lui voulait que je travaille dur, que je reste à la maison et que je sois là quand il rentrait.» Elle est restée mariée huit ans. «C'était très difficile de décider de partir, par rapport à ma famille et à la sienne», reconnaît-elle. Son ex-mari a retrouvé une femme, tandis que Thu a aujourd'hui deux petites jumelles avec son époux canadien. «Les Vietnamiens veulent de grandes familles vivant dans de grandes maisons, moi je veux découvrir des choses, aller à l'opéra ou au cinéma quand je veux, voir mes amies», dit-elle.

    «Aux femmes de changer ça»


    Luce Cloutier croit à la détermination des Vietnamiennes pour acquérir un statut plus égalitaire. «Il n'y a qu'elles qui pourront changer ça, en discutant entre elles, en imposant peu à peu leur point de vue face aux hommes», songe-t-elle. Mme Tran, 46 ans, fiscaliste au gouvernement, a connu son mari à l'université et coule avec lui des jours heureux, sans vagues, dit-elle. Sans doute est-ce parce qu'il n'a pas voulu la confiner à la maison. Avec fierté, elle raconte que leur fils de 19 ans est parti étudier aux États-Unis. Elle a économisé pour cela et ne nie pas le fait que bien souvent, les mères poussent davantage les garçons pour qu'ils fassent de longues études, idéalement en Occident. Mme Tran est pourtant une exception en la matière. Elle a pu apprendre le français à l'Alliance française d'Hanoi et à la maison, car son père avait vécu en France. Lorsqu'elle a reçu une bourse pour aller étudier à Paris plus d'un an, elle n'a pas hésité à laisser son fils en bas âge pour saisir cette chance; elle le lui rend aujourd'hui en lui permettant d'étudier en Amérique.

    Treize mois de séparation, c'est énorme... mais imaginez presque 18 ans! C'est ce qu'ont vécu les parents de Mme Tran, une situation impossible à concevoir aujourd'hui. «En 1939, mon père est parti travailler en France. Il y est resté jusqu'en 1956. Ma mère n'a pas eu de nouvelles pendant tout ce temps mais elle est restée fidèle à son mari. Quand mon père est revenu, c'était comme s'il était parti la veille.»

    Les temps changent, bien sûr, et toutes ces femmes qui luttent pour une égalité réelle entre les sexes, qui sont ouvertes au monde sans renier le meilleur de leurs traditions, vivent un tournant dans leur culture et leur vie sociale. Les femmes des campagnes vietnamiennes n'en sont pas encore là, elles. Pas plus que celles qui ont arrêté l'école tôt, dans les villages comme dans les villes. Vaillantes ouvrières (elles travaillent de 12 à 14 heures par jour), ce sont elles que l'on voit draguer de lourdes charges de sable dans les rivières, s'occuper des travaux publics dans les rues ou repiquer le riz le dos courbé à longueur de journée. Et pendant la guerre du Vietnam, ce sont des femmes que l'armée avait enrôlées, au péril de leur vie, pour reconstruire au fil des bombardements la piste Hô Chi Minh qui traverse le pays sur 2000 km de long. Frêles mais fortes, les Vietnamiennes. À tout point de vue.


    http://www.cyberpresse.ca/article/20.../1015/CPACTUEL

    L'avenir du Vietnam et passé et re-passera par les femmes...

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs


     

  3. #2
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Nem Chua
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    3 467

    Par défaut Re : Les nouvelles Vietnamiennes

    Mouais.

    Encore du sensationalisme à la petite semaine.

    Les femmes vietnamiennes sont soumises. Cool. Heureusement que je ne suis pas venu ici pour trouver une femme soumise. (Une fois, un grand-père vietnamien m'a pris par le bras et m'a dit "tu as raison d'aller au Vietnam. Cherche une femme vietnamienne, tu ne porteras jamais plus les courses". Et aujourd'hui, devinez qui porte. Heureusement que ce n'était pas pour suivre ce genre de conseils que je suis parti.)

    Les femmes vendues qui rentrent sont rejetées par leur famille honteuse. Encore n'importe quoi. Il y a de tout, et c'est aussi varié que par chez nous. Une cousine est rentrée de Chine après 8 ans. Elle a été très bien accueillie --c'est normal ici de recevoir une dot quand on donne sa fille. Elle était consentante.

    Une mère seule un défi au Vietnam? Pourtant le nombre de femmes seules (les businesswomen ne se marient que tard ou pas) et de mères seules est largement croissant, et la limite traditionnelle de 34 ans "ế" (cad femme dont personne ne veut) est en train de tomber. Elles ne sont pas méprisées pour autant.
    Ca va avec l'arrivée de la libéralisation sexuelle, qui est une forme d'extension du domaine de la lutte, comme le décrit Houellebecq (on aime ou pas, mais là il marque un point), òu il y a des vainqueurs et des vaincus, et òu certains courront toutes les filles ou auront tous les garcons à leurs pieds et d'autres seront sevrés ou sevrées d'affection. "Un homme - une femme" et la famille traditionnelle, ca avait le mérite de garder des gens disponibles pour tout-un-chacun. On ne peut pas souhaiter la libération et regretter qu'il y ait des femmes seules. Ou des hommes. Je connais* des femmes dont l'époux supporte un, deux, trois amants, et souvent de n'être que l'un d'entre eux, celui avec le papier, pas celui avec qui elle vit.

    Les femmes luttent pour l'égalité.

    Mouais, ca me parait surtout être le point de vue d'une militante. Oui les hommes vont souvent au karaoké ôm, et les réunions de réseau de vente se font en deux mi-temps, oui c'est une insulte à l'épouse et à la mère, mais c'est aussi beaucoup les femmes qui prennent les rennes. Le rôle traditionnel de la femme soumise, ca fait sourire ceux qui vivent ici.

    Quant à la difficulté qu'on avait à sortir en couple mixte à Hanoi il y a 10 ans, c'est vrai aussi, mais pas si fréquent que ca. Je n'ai jamais vraiment été soumis au racisme, et la seule à l'avoir porté a été ma femme, et pas dans sa famille (même si son grand-père, qui nous a quitté cette année, s'était battu contre les Francais puis contre les Ricains, nous nous sommes toujours bien entendus --si je peux dire, il était officiellement** presque sourd)

    * de loin.
    ** je pense en grande partie pour échapper à sa femme (chut!)
    The Curse of the Were-Nem Chua

  4. #3
    Habitué du Việt Nam Avatar de posecafe
    Date d'inscription
    juin 2006
    Localisation
    Nouméa
    Messages
    473

    Par défaut Re : Les nouvelles Vietnamiennes

    un article comme celui là après le 8 mars ça a un gout de réchauffé mais ça a le mérite de montrer la femme vietnamienne vue par une femme (journaliste tout de même) tây.
    Cataloguer l'homme de macho et la femme de soumise ça fait un peu scolaire comme raisonnement. La journaliste nous décrit ce qu'elle a vu et entendu sans expliquer le comment du pourquoi de la chose.
    Apres les tour-opérators et les businessmen le vietnam attire les journalistes
    Qu'en pensent les forumeuses viet et autres.


  5. #4
    Passionné du Việt Nam Avatar de Son Lam
    Date d'inscription
    avril 2006
    Localisation
    Hérault - France
    Messages
    1 820

    Par défaut Re : Les nouvelles Vietnamiennes

    Citation Envoyé par Nem Chua

    Une mère seule un défi au Vietnam? Pourtant le nombre de femmes seules (les businesswomen ne se marient que tard ou pas) et de mères seules est largement croissant, et la limite traditionnelle de 34 ans "ế" (cad femme dont personne ne veut) est en train de tomber. Elles ne sont pas méprisées pour autant.
    Comme tu le dis si bien : il y a de tout. Et je ne pense pas que Saigon soit représentatif de tout le Vietnam : dans les campagnes il y a encore très peu de businesswomen...et sur le nombre de mères seules, celles qui ont réellement choisit cette situation sont loin d'être majoritaires...

    Mouais, ca me parait surtout être le point de vue d'une militante. Oui les hommes vont souvent au karaoké ôm, et les réunions de réseau de vente se font en deux mi-temps, oui c'est une insulte à l'épouse et à la mère, mais c'est aussi beaucoup les femmes qui prennent les rennes. Le rôle traditionnel de la femme soumise, ca fait sourire ceux qui vivent ici.
    J'ai pas mal d'exemples dans la famille de ma femme : Elles tiennent les rennes, oui c'est vrai, mais se tapent également tout le boulot. L'homme n'est pas le seul à travailler. Être responsable de l'éducation, de la bouffe, des taches ménagères et assurer un emploi en sus ça commence à faire pas mal. Je ne sais pas si cette responsabilité est enviable mais je pense qu'elle doit être au minimum partagée.

    Quant à la difficulté qu'on avait à sortir en couple mixte à Hanoi il y a 10 ans, c'est vrai aussi, mais pas si fréquent que ca. Je n'ai jamais vraiment été soumis au racisme, et la seule à l'avoir porté a été ma femme, et pas dans sa famille
    Je peux t'assurer que sur Hai Phong, c'est toujours d'actualité et vérifié à chaque fois que nous nous baladons en Jupiter...les regards (et même les mots) ne trompent pas. :no: Quant à moi, j'ai droit aux regards des touristes qui m'imaginent en tourisme sexuel (pourtant, son attitude ou son apparence n'ont rien de provoquant).

    Je pense au contraire qu'il reste beaucoup à faire pour l'évolution des mentalités que ce soit au Vietnam ou en France.

  6. #5
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Nem Chua
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    3 467

    Par défaut Re : Les nouvelles Vietnamiennes

    Accordé, les mentalités sont encore à travailler.

    Ce que tu décris à Hải Phòng, je suis d'accord que ce n'est pas facile à vivre. À vivre dans ce petit paradis qu'est Cần Thơ*, j'ai sans doute commis l'erreur de généraliser. Et puis c'est vrai que j'y suis en permanence et que ma femme comme moi sommes connus ici et donc bien moins exposés.

    Je reconnais que les villes de province (pardon pour Hải Phòng, mais c'est presque l'archétype de la ville de province velléitaire --un peu comme Rouen chez nous: les Rouennais sont des Parisiens mais en plus extrèmes: ils ont quelque chose à prouver) les villes de provinces, donc, peuvent être dures pour un couple mixte. Ma femme et moi nous étions fait jeter des pierres et du sable à Hội An il y a 10 ans, etc...

    Je voudrais encore revenir sur ce que tu soulèves, quand tu dis que oui elles tiennent les rennes, mais qu'elles fournissent aussi le travail (boulot + maison). Là encore tu dis vrai. Et c'est à la force du poignet qu'elles s'imposent, ces femmes-piliers (pas de bar mais) de famille.

    Combien d'hommes qui friment dehors sont tout doux à la maison? C'est la fameuse histoire...

    Quant à la femme seule, c'est surtout un phénomène urbain, et si beaucoup n'ont pas choisi, est-ce parce qu'elles sont soumises, ou plutôt à cause de cette libéralisation des moeurs qui laisse tant de monde sur le carreau? En tout cas, en ville ou elles sont plus fréquentes, les femmes seules ne sont pas méprisées. Par contre, c'est sur qu'avec un ou des enfants, c'est plus dur pour elles de s'approcher d'un homme.

    Maintenant, si on regarde l'évolution actuelle des moeurs, le jeunes sortent plus jeunes ensemble, ne se cachent plus (en tout cas au Sud que je connais**) ils veulent leur appart' ou leur maison, leur moto, et ne pas vivre avec les parents... Ca, c'est une mutation beaucoup plus profonde qu'elle n'en a l'air à première vue dans nos yeux d'occidentaux: Ca veut dire individualisme, détachement du respect des traditions, ca veut dire moindre attention aux rôles et aux devoirs de chacun, (et au passage perte d'une partie de l'identité de la famille, et de son rôle régulateur), ca veut dire moindre habitude de l'engagement envers un tiers, et c'est clairement les prémisses de l'éclatement familial et social qu'on vit en Occident actuellement.

    Les ignares. On ne leur en veut pas, mais on est en droit de regretter. C'est aussi parce qu'ils sont à la poursuite de cette émancipation tant vantée que les vietnamiens de la jeune génération sont moins attentifs en couple, avec tout ce que ca entraine de filles-mères et de détresse sociale.

    Nous avions évoqué les motivations qui donnaient naissance à la prostitution, un secteur en plein boom (tiens, il y a peut-être du blé à se faire ;D***) et il y en a une qui vaut vraiment qu'on s'y attarde: des filles désoeuvrées essaient tout simplement pour essayer, et y trouvent leur compte. La misère morale qui en découle ne doit pas masquer qu'à l'origine, il n'y avait pas forcément de misère.

    je déroule tout ca pour dire que le monde n'est pas aussi simple que ce que veulent bien dire des journalistes qui "font" un sujet. Ca n'enlève rien à ce qu'elle a écrit, et en 4-500 mots, il a bien fallu qu'elle fasse des choix: à tout prendre, son article a le mérite de mettre le doig sur une grande vérité au Vietnam:
    Citation Envoyé par Nem Chua
    Il y a 48% de femmes au Vietnam, mais si on les enlève,
    il ne restera rien.

    * (n'en parlez surtout à personne)
    ** toujours Cần thơ, mais ne le dites pas. Je prêche pour ma chapelle, mais je suis tout pardonné nhé, parce que j'ai habité longtemps au Nord et que j'aimais beaucoup.
    *** pour ceux qui n'auraient pas suivi, c'est du second degré, nhé.
    The Curse of the Were-Nem Chua

  7. #6
    Passionné du Việt Nam Avatar de Son Lam
    Date d'inscription
    avril 2006
    Localisation
    Hérault - France
    Messages
    1 820

    Par défaut Re : Les nouvelles Vietnamiennes

    Citation Envoyé par Nem Chua

    Maintenant, si on regarde l'évolution actuelle des moeurs, le jeunes sortent plus jeunes ensemble, ne se cachent plus (en tout cas au Sud que je connais**) ils veulent leur appart' ou leur maison, leur moto, et ne pas vivre avec les parents... Ca, c'est une mutation beaucoup plus profonde qu'elle n'en a l'air à première vue dans nos yeux d'occidentaux: Ca veut dire individualisme, détachement du respect des traditions, ca veut dire moindre attention aux rôles et aux devoirs de chacun, (et au passage perte d'une partie de l'identité de la famille, et de son rôle régulateur), ca veut dire moindre habitude de l'engagement envers un tiers, et c'est clairement les prémisses de l'éclatement familial et social qu'on vit en Occident actuellement.

    Les ignares. On ne leur en veut pas, mais on est en droit de regretter.
    Tout à fait ok avec toi. Cet aspect positif du Vietnam, en regard de ce qu'on trouve en France, est en passe de disparaître. Toutefois, il nous reste tout de même quelques années devant nous avant de retrouver l'individualisme régnant en Europe. Et je compte bien profiter de ces années


  8. #7
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Nem Chua
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    3 467

    Par défaut Re : Les nouvelles Vietnamiennes

    Citation Envoyé par Son Lam
    je compte bien profiter de ces années
    Voilà un vrai épicurien contemporain. Je te suis entièrement: inutile de regretter, à la place, profitons avec plénitude de ce qui est encore là.
    The Curse of the Were-Nem Chua

  9. #8
    Amoureux du Viêt-Nam Avatar de VNbylove
    Date d'inscription
    décembre 2005
    Messages
    838

    Par défaut Re : Les nouvelles Vietnamiennes

    cet article sent la pige a deux euros non? avec un exemple de poids: la business women, tres representatif n'est ce pas :tdr1: quelle investiguation, un truc ciblé occidentale avec le coté les valeurs qui se perdent .

    bon alors pour commencer, comment était les anciennes vietnamienne? parceque en resumé, les nouvelles ne visent qu'une seul chose, etre aussi penible que les francaises :bigthumbup:. on va pouvoir decompter le nombre de demoiselle sur le forum au nombre de baffe que je vais prendre d'ici peu .

    pour ce qui est de l'evolution des moeurs, de la progression de l'individualisme, c'est amusant de voir que cela suis le rythme du developpement economique vers l'enomie de marché capitaliste y aurait il une quelconque relation :bigthumbup:.

    bon entre hommes, c'est vrai, c'est fichu, pas la peine de chercher la perle rare, la femme soumise, affectueuse, fidele etc .

  10. #9
    Passionné du Việt Nam Avatar de Son Lam
    Date d'inscription
    avril 2006
    Localisation
    Hérault - France
    Messages
    1 820

    Par défaut Re : Les nouvelles Vietnamiennes

    Citation Envoyé par VNlover

    bon alors pour commencer, comment était les anciennes vietnamienne? parceque en resumé, les nouvelles ne visent qu'une seul chose, etre aussi penible que les francaises :bigthumbup:. on va pouvoir decompter le nombre de demoiselle sur le forum au nombre de baffe que je vais prendre d'ici peu .

    pour ce qui est de l'evolution des moeurs, de la progression de l'individualisme, c'est amusant de voir que cela suis le rythme du developpement economique vers l'enomie de marché capitaliste y aurait il une quelconque relation :bigthumbup:.
    pété de rire devant mon écran...

    Pour la seconde partie : :kimouss:

  11. #10
    Apprenti Viêt Avatar de Trai Tim
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages
    92

    Par défaut Re : Les nouvelles Vietnamiennes

    Citation Envoyé par VNlover
    bon alors pour commencer, comment était les anciennes vietnamienne? parceque en resumé, les nouvelles ne visent qu'une seul chose, etre aussi penible que les francaises :bigthumbup:. on va pouvoir decompter le nombre de demoiselle sur le forum au nombre de baffe que je vais prendre d'ici peu .
    Je t'attends dans le post de Son Lam sur l'éventuelle "rencontre nationale" :girlbad:
    ... je ne sais pas si ton billet retour est vraiment utile...

    ... ... ;D ...

Page 1 sur 11 123 ... DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. La formation: un terreau pour les relations franco-vietnamiennes
    Par Bao Nhân dans le forum L'actualité générale du Vietnam (Archives)
    Réponses: 6
    Dernier message: 21/08/2007, 19h14
  2. [Annuaire] Les pages jaunes vietnamiennes
    Par mike dans le forum Vos Origines, vos Racines
    Réponses: 2
    Dernier message: 02/07/2007, 12h26
  3. [Annuaire] Les pages jaunes vietnamiennes
    Par mike dans le forum Travailler au Vietnam
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/06/2007, 11h27
  4. la famille, les familles vietnamiennes
    Par Marseille 13013 dans le forum Le Vietnam sur le net
    Réponses: 11
    Dernier message: 24/10/2006, 20h39

Les tags pour cette discussion

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Le site Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® a pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2013 E-metis Network | Site by E-metis Webdesign
Nous rejoindre
Forumvietnam.fr est propulsé par le moteur vBulletin®.
Copyright © 2013 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Content Relevant URLs by vBSEO 3.6.1