Page 3 sur 22 PremièrePremière 1234513 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 30 sur 217

Discussion: L'agent orange

  1. #21
    Passionné du Việt Nam Avatar de calimero
    Date d'inscription
    mars 2006
    Messages
    1 135

    Par défaut Re : L'agent orange

    Bonjour Mike,
    je viens de recevoir un mail de mon beau frère nim, je me permets de mettre son lien www.n-naos.com et de coller un passage de son newsletter au sujet de l’agent orange.
    Newsletter n° 3


    Pour les enfants ORANGE
    Le capitaine Zumwalt était un jeune patriote américain qui voguait sur le Mékong.

    C'était dans les années 70 et ça pourrait n'intéresser personne.


    Oui, mais voilà, son père, l'amiral Zumwalt fut celui qui décida de répandre l'agent ORANGE pour dégager le Mékong de sa végétation.
    Et comme, en tant que guerrier, on aime les noms qui tuent, il appela cette opération"Hadès", le dieu des morts. Hadès n'est pas un dieu sourd. La mort est son rayon et, apparemment,
    les mutilations également. Il n'a donc pas fait les choses à moitié et le capitaine
    Zumwalt est décédé en 1988 d'avoir trop ingéré la dioxine de l'agent ORANGE...

    En bon père, l'amiral Zumwalt fit un procès contre les sociétés Monsanto et Dow Chemical, productrices de cet agent. Et il le gagna. Les vétérans US touchés (68.000 soldats sur 450.000 engagés) furent dédommagés au cas par cas... Mais pas le million passé de vietnamiens touchés.
    nano-naos vous demande votre aide : une association vietnamienne, la VAVA,
    traîne actuellement Monsanto et Dow Chemicals devant la justice américaine.
    Si notre morceau "Enfants ORANGE" vous a touché, allez signer la pétition qui sera adressée au Président américain sur http://www.petitiononline.com/AOVN/

    Nous arrivons à près de 700.000 signatures.
    Vous trouverez des infos complémentaires sur www.n-naos.com, dans les "Liens".
    Et vous nous aiderez à faire en sorte que notre univers se concrétise. Celui dans lequel Monsieur Liu ou Madame Zhou ne sont pas des inconnus menaçants, contre qui on développe des armes telles que l'agent ORANGE, mais bien des personnes heureuses de vivre et accueillantes.

    Nous vous disons à très bientôt !
    Vos alcôves électroniques sur les plages d'Asie.

    Ling et nîm.

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Messages
    Plusieurs


     

  3. #22
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    merci pour le lien

    Si notre morceau "Enfants ORANGE" vous a touché, allez signer la pétition qui sera adressée au Président américain sur http://www.petitiononline.com/AOVN/
    :-xan21-:...signons tous la pétition..

  4. #23
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    Croix-Rouge : Nécessité d'aider davantage les victimes de la dioxine

    Le président de la République, Trân Duc Luong, a souligné la nécessité d'aider davantage toutes les victimes de l'agent orange/dioxine.
    Lors d'une réunion de travail hier à Hanoi avec la Croix-Rouge vietnamienne, M. Luong a affirmé la volonté de l'État d'élaborer de nouvelles politiques pour augmenter les aides destinées aux victimes et de mobiliser le budget d'État dans certains cas. Il a aussi demandé à la Croix-Rouge nationale de faire de telle sorte que les organisations internationales participent également au soutien des victimes.
    La Croix-Rouge a ses ramifications dans toutes les communes et quartiers, et compte 5 millions de membres et son personnel ne cesse de se renforcer. Ces dernières années, la Croix-Rouge nationale a obtenu des résultats encourageants via de petits et moyens projets d'aide aux personnes démunies. Les fonds recueillis sont de plus en plus élevés.
    Depuis le début de l'année, elle a mobilisé 135 milliards de dôngs contre 127 milliards sur l'année 2005. Des millions de victimes de l'agent orange ont reçu des aides de la Croix-Rouge.

    Hoàng Long/CVN
    ( 12/04/06 )



  5. #24
    Nouveau Viêt Avatar de go11um
    Date d'inscription
    avril 2006
    Messages
    21

    Par défaut Re : L'agent orange

    bonjour je me permet de vous poster ce lien, j'ai été moi aussi sensibilisé au problème de l'agent orange il y a quelques années via des groupes de musique et je pense que cet article du monde diplomatique peut interesser tout le monde.
    http://www.monde-diplomatique.fr/200...agent%20orange

  6. #25
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    Merci pour le lien..l'article est très interessant..

    quelle c***** cet "agent orange".. :evil:


  7. #26
    Nouveau Viêt Avatar de go11um
    Date d'inscription
    avril 2006
    Messages
    21

    Par défaut Re : L'agent orange

    D'ailleurs existe t'il encore des risques à l'heure actuelle? J'avoue que je me pose la question, car dans l'article du monde diplo si je me souviens bien il était précisé que certaines régions étaient encore plus ou moins fermées à cause de cette contamination.

    Y a t'il un risque, je ne pense pas puisque de toute facon je suppose qu'il faut en prendre une grosse dose pour avoir vraiment des problèmes.
    Si quelqu'un à des infos à ce sujet ca m'interesserait.
    Merci

  8. #27
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    Apparement, il reste encore une quantité non négligeable de dioxine dans certaines zones qui ne sont pas encore désaffectées...


    Vietnam Trente ans après, la dioxine américaine continue à faire des victimes enfants au Vietnam. La guerre chimique a déjà eu lieu

    La guerre chimique dont il est tant question pour justifier une attaque contre l’Irak n’est pas devant nous. Elle a déjà eu lieu, ici, au pays d’Oncle Ho. De 1961 à 1971 directement, puis jusqu’en 1975 par l’intermédiaire de l’armée sud-vietnamienne tout à fait dépendante d’eux, les États-Unis ont mené une guerre chimique, d’une ampleur incroyable, notamment par l’emploi de l’" agent orange ", à forte teneur en dioxine, produit hautement toxique. En visitant l’orphelinat Phu My, à Hô Chi Minh-Ville, et le Village de l’amitié, dans la banlieue de Hanoi, on touche du doigt un phénomène encore trop peu connu : bien que la guerre ait été terminée en 1975, elle continue à faire des victimes.

    Gisants vivants

    Les éventuelles guerres de demain ont maintenant pour moi des visages. À l’orphelinat de Phu My, des dizaines d’enfants sont étendus dans leurs lits dans cette immense salle à la propreté étonnante. Ce sont des gisants vivants, yeux brillants de vie, corps tout disloqués, très lourdement handicapés. La sour Marie Nguyen Thi Huu, la directrice, appartient à la congrégation Saint-Paul basée à Chartres. Elle me fait visiter cet orphelinat qui accueille 353 enfants abandonnés certainement sous la pression de la honte sociale, de la charge pour la famille pauvre ou de l’entrave que constitue une telle progéniture dans la vie urbaine. Elle me dit franchement ne pouvoir assurer qu’on voit là le fruit amer de la dioxine, " les analyses coûtant trop cher et l’histoire des familles manquant ". Pour Irène, une bénévole venant de Thiers, dans le Puy-de-Dôme, " peu importe la dioxine ou autre chose. Aujourd’hui, il faut ne penser qu’aux enfants et tout mettre en ouvre pour les aider au maximum ". Yen, seize ans, nous accroche en anglais. Elle a les yeux blancs et retournés des aveugles et me promet, si je reste assez, de m’écrire quelque chose en braille. Très vite on oublie. Les enfants restent des gosses, bien portants ou malades à mourir : mêmes sourires et même soif de vivre. Sour Marie Hon s’occupe de l’hôpital de jour, où sont accueillis des cas moins lourds, 162 enfants en tout. Phuong, la mère de jumeaux handicapés, a vu un reportage à la télé sur la dioxine et est convaincue que les produits chimiques sont responsables d’une partie au moins des maladies qui peuplent l’orphelinat. Les larmes lui montent aux yeux lorsqu’elle raconte la naissance des jumeaux, moment de joie intense transformée en honte et en tristesse profonde. " Pourquoi les miens ne sont-ils pas comme les autres ? " Puis l’amour, les progrès enregistrés lui ont donné ce courage de supporter une double, voire une triple journée, et l’injustice de la situation.

    Trois générations de victimes

    Au Village de l’amitié, Hoan recroqueville ses neuf ans sur son siège et paraît d’une timidité insurmontable. Je m’accroupis près de lui pour causer. Ses grands yeux aux cils impressionnants semblent seuls écouter les questions que traduit la petite secrétaire, Ha. Il respire à peine, difficilement, tandis qu’il me dit à l’école préférer la lecture et l’écriture. Ses parents et ses frères et sours lui manquent. Ils ne viennent que deux ou trois fois par an. Hoan soulève son maillot. Au niveau du sternum, la poitrine est enfoncée comme si un énorme poing l’avait pénétrée. Un trou. Hoan est comme tous les autres gosses : il aime la télé. Ce qu’il préfère, c’est les films de castagne, sûrement chinois, où hommes et femmes bondissent comme des tigres, sautent des toits sur leurs proies, assènent des coups terribles. Toutes choses interdites à la petite victime.

    Le Village de l’amitié de Van Canh est né d’une démarche unique. Des anciens combattants français, allemands, britanniques, américains et japonais ont décidé de réaliser ensemble, en accord avec les vétérans vietnamiens, un projet qui deviendrait un symbole de la réconciliation et de la fraternité. Estimé à 2,5 millions de dollars, dont plus de la moitié ont déjà été réunis, le Village est constitué d’un ensemble de pavillons et de bâtiments abritant 90 enfants et 30 vétérans, victimes en majorité de la dioxine. Même s’il ne peut traiter qu’une infime partie des victimes de la guerre chimique - leur nombre est estimé à plusieurs centaines de milliers, voire plus d’un million, dont cent mille enfants -, le Village contribue à évaluer, à analyser et à soigner les effets de la dioxine tout en mettant en ouvre des méthodes susceptibles d’être appliquées dans les villages et les familles. Une réalisation qui a amené la télé américaine CNN à commenter : une bombe à retardement contre le gouvernement US ! L’Association républicaine des anciens combattants (ARAC) et le Comité français du Village, présidé par Georges Doussin et animé par Jocelyne Commaret, se sont vu décerner par le gouvernement français le prix des Droits de l’homme pour l’année 2001 pour son activité concernant le Village. Les 100 000 francs du prix ont contribué à y édifier un nouveau pavillon.

    La particularité, au Village, c’est que trois générations de victimes s’y côtoient. Le grand-père qui a combattu au Sud, parfois le fils mais plus souvent encore le petit-fils né, comme Hoan, bien après la guerre, qui a pris fin en 1975. C’est une injustice qui fait bouillir de colère la trentaine de vétérans qui partagent douleurs physiques et morales, et souvenirs. La paix venue, ils pensaient goûter l’indépendance retrouvée, la douceur d’un foyer s’agrandissant dans la joie. Cette guerre très longue a empêché le Vietnam de décoller comme la Thaïlande et d’autres " dragons " de l’Asie de l’Est. Après les sacrifices, ces combattants ont eu le revers de la médaille : des enfants et des petits-enfants handicapés, malformés, monstrueux, cancéreux. L’après-guerre a pour eux un goût de cendre.

    Dioxine au petit matin...

    Le 11 mai 1961, Kennedy annonça son intention d’utiliser les herbicides et autres produits chimiques au Vietnam. Le 10 août, un épandage avait lieu au nord de Kontum à l’aide d’un hélicoptère. La première guerre chimique de l’histoire de l’humanité venait de commencer.

    Rien n’est plus beau qu’un lever du jour sur l’Asie. C’est justement au petit matin, quand le calme régnait, le vent dormant encore, que les avions arrivaient et pulvérisaient leurs produits chimiques. Plus de 66 millions de litres ont été épandus par les Américains entre 1961 et 1971. Plus de deux millions d’hectares ont été ainsi arrosés, soit le huitième de la surface du Sud-Vietnam. Des nombreux produits utilisés - agents blanc, bleu, pourpre, rose, vert, insecticides, pesticides, gaz CS, neuro-toxiques, napalm, phosphore blanc, etc. -, le plus célèbre reste l’agent orange, car il contenait de la dioxine. La dioxine est le nom commun pour le 2,3,7,8-TCDD (Tétrachloro-dibenzo-p-dioxine), poison puissant, 100 000 fois plus toxique que le plus puissant des poisons trouvés dans la nature. Selon les estimations américaines, 170 kg de dioxine ont été pulvérisés sur le Vietnam. Or, d’après des scientifiques, il suffirait de 80 grammes de dioxine dans le système de distribution d’eau pour tuer tous les habitants de New York. La particularité de ce produit hautement nocif est sa persistance. Les herbicides persistent quelques jours ou quelques semaines, alors que la dioxine reste dans l’environnement - notamment dans la terre et la boue - durant plusieurs décades. C’est donc une véritable " empreinte digitale " qu’a laissée la guerre chimique au Vietnam. Mais un test pour déterminer la dioxine dans l’environnent ou le corps humain coûte entre 1 000 et 3 000 dollars. Néanmoins, plus de 4 000 échantillons de toutes sortes ont été analysés grâce à la coopération internationale. Que donnent les résultats pour l’homme ? Notons d’abord que les échantillons à analyser sont toujours prélevés dans deux populations : un groupe exposé aux produits chimiques et l’autre qui n’a pas eu de contact. Les résultats des analyses de 149 échantillons du Nord (non exposé) et du Sud (vaporisé) donnent les résultats suivants : dans le Sud, la dioxine apparaît dans 83,3 % des échantillons et seulement dans 12 % au Nord.

    Lait maternel empoisonné


    Si on prend le lait maternel, des études faites en 1970, vers la fin de l’utilisation massive des produits chimiques par les Américains, donnent une concentration de dioxine très élevée, atteignant le taux le plus élevé jamais mesuré dans n’importe quel endroit dans le monde. Trois ans plus tard, des échantillons prélevés au même endroit montraient une brutale diminution de la dioxine. Enfin le taux de dioxine dans le lait est trois fois plus élevé au Sud qu’au Nord. Et même à ce jour les taux de dioxine dans le lait maternel au Vietnam est encore plus élevé que dans de nombreux pays, y compris industrialisés. C’est l’empreinte d’une tragédie : car en même temps que la charge de dioxine diminue chez la mère, elle est transférée à l’enfant. Pour étudier ce transfert, des échantillons du tissu hépatique de fotus atrocement déformés morts avant la naissance ont été analysés. Les résultats montrent que la dioxine peut traverser le placenta pour pénétrer dans le fotus. Ce dernier est donc directement contaminé dans l’utérus de la mère. De plus a été mise en évidence la relation entre la concentration de la dioxine dans l’organisme et la quantité de produits chimiques vaporisés pendant la guerre. Et le gouvernement américain et les multinationales qui leur ont livré les poisons peuvent continuer à affirmer qu’ils ne voient pas de relation de cause à effet entre la guerre chimique et les nombreuses maladies provoquées ! Sauf pour les vétérans américains (voir l’encadré ci-contre : " Monsanto... "). En tous cas, l’ensemble des études sur ceux qui ont été exposés aux produits chimiques démontrent une tendance nette à souffrir de maladies digestives, désordres nerveux, maladies de peau, cancers, dépressions, ulcères, avortements spontanés, morts fotales, malformations à la naissance, difformités monstrueuses, affaiblissement du système immunitaire... Si ces produits hautement toxiques ne devaient avoir aucune influence sur la santé humaine, pourquoi les interdit-on ? Pourquoi les craint-on comme la peste, aux USA et ailleurs, effrayés que nous sommes à l’annonce d’une éventuelle attaque chimique ? Le principe de précaution ? Alors il faut reconnaître que des millions d’habitants, non seulement n’ont pas bénéficié de ce luxe, mais, de plus, ont servi de cobayes à l’armée américaine pour tester l’efficacité de ses nouvelles armes. Heureusement, une coopération scientifique avec les Américains semble s’amorcer, des conférences internationales ont eu lieu. Feront-elles bouger dans le sens de la responsabilité ceux qui ont joué les apprentis sorciers ?

    Guerre avec préméditation

    Quant aux aides dont bénéficient les victimes de la dioxine, elles sont de trois sortes, comme l’explique le lieutenant général Vu Xuan Vinh, haut responsable de l’Association des vétérans du Vietnam, accompagné notamment du colonel Huyn Van Trinh. Il existe d’abord un fonds en faveur des victimes des l’agent orange, géré par la Croix-Rouge vietnamienne. Ensuite des aides de l’État pour les plus défavorisés et enfin l’aide des différentes associations provinciales des vétérans, qui passent ainsi le plus clair de leur temps à s’occuper d’enfants. Mais le général admet que ces aides sont insuffisantes. Puis la conversation roule sur la guerre chimique, qui demande une préparation, une préméditation, pourrait-on dire, beaucoup plus poussée qu’une guerre conventionnelle. Et puis, explique l’officier, une guerre à l’ancienne est faite de campagnes et se termine un jour. Alors que celle-ci est assez interminable dans ses effets : ils continuent alors que la paix est signée. Concernant les responsabilités des Américains, le général assure qu’il leur a été tenu le discours suivant : ne parlons pas de réparations de guerre mais d’action humanitaire. Et pour faciliter celle-ci, occupons-nous vite des hommes, et moins de l’environnement. Mais pour l’instant, aucune réponse n’est venue.

    L’attaché de presse de l’ambassade américaine à Hanoi, Thomas R. Carmichael, affirme que les États-Unis ont arrêté d’épandre l’agent orange en 1971 parce que " des études scientifiques suggéraient que la dioxine avait potentiellement des effets dommageables sur la santé ". Mais pour ajouter aussitôt : " Il n’est pas encore clair que des effets sur la santé résulteraient de l’usage de l’agent orange au Vietnam. " Il semble que ce soit le cas aux USA, puisque des vétérans bénéficient de pensions pour des affections liées à la dioxine (voir encadré " Monsanto... "). Soulignant que les USA consacraient plusieurs millions de dollars à des programmes humanitaires depuis 1991, les représentants du gouvernement américain insistent sur le fait qu’un mémorandum a été signé le 10 mars 2002 entre l’Institut national de la santé US et l’Agence nationale pour l’environnement vietnamienne pour mener " des recherches conjointes sur les effets de l’agent orange et de la dioxine sur la santé humaine et sur l’environnement ". Certains voient dans cette position américaine une façon de gagner du temps. Plus le temps passe et plus la dioxine perd de sa virulence. C’est aussi une façon de retarder le moment de payer. De plus, les USA considèrent certainement que les considérables échanges commerciaux mis en place avec le Vietnam, l’un des pays les plus pauvres du Sud-Est asiatique, suffisent. Ainsi les exportations vers les États-Unis se sont élevées à près de 2 milliards de dollars en 2002, contre la moitié en 2001. Les USA sont devenus le deuxième plus grand débouché de Hanoi. Ces liens permettent un certain développement auquel les autorités vietnamiennes tiennent comme à la prunelle de leurs yeux. Malheureusement, ce relatif développement ne bénéficie pas à tout le monde de la même façon. Ainsi, d’après les statistiques officielles, si les salaires ont augmenté en moyenne de 12,2 % par rapport à 1999, les portant à 331 000 dôngs mensuels, soit environ 20 euros, le revenu moyen des plus riches (10 % de la population) est 12,5 fois plus élevé que celui des plus démunis, contre 10,6 fois en 1996. Sans compter l’argent facile de la corruption, phénomène structurel contre lequel les autorités lancent régulièrement des campagnes. Il est évident que les corrompus, mais aussi des entrepreneurs honnêtes, ont plus à gagner avec le commerce qu’à s’occuper des victimes de la guerre chimique. Dans les familles pauvres, aux prises avec les conséquences de la dioxine, si la patience, voire la résignation, est de mise, souvent une certaine colère se fait ressentir. Ainsi, à l’orphelinat de Phu My, sur les 162 familles qui paient 410 000 dôngs par mois pour l’hôpital de jour, seules cinq d’entre elles bénéficient d’une aide assez chiche de 50 000 dôngs mensuels. Et souvent elles sont obligées de retirer leurs enfants de l’institution alors que des progrès sont enregistrés. Devant cet entêtement US, parfois on se met à imaginer une manif qui arpenterait un grand boulevard de Hanoi et dont les images feraient le tour du monde : les enfants de la dioxine, suivi des vétérans et de la population, surtout des jeunes, précédés d’une banderole qui porterait : " Les victimes de la guerre chimique exigent justice ". Sans parler de ce qui revient parfois dans les conversations : un recours des familles devant le Tribunal pénal international.

    Dans la publication Passions Vietnam, Nguyen Thi Binh, négociatrice des accords de Paris, aujourd’hui vice-présidente de la République, décrit ainsi celle que rêvait le père de la nation vietnamienne : " Hô Chi Minh a dit que si, avec l’indépendance nationale, le pays, le peuple n’est pas heureux, s’il ne jouit pas de ses droits politiques, culturels et sociaux, alors l’indépendance nationale n’a pas de sens. " Les enfants de la dioxine, plus que quiconque, ont vraiment besoin de cette politique-là.

    Pierre Olivieri

    Les dons pour le Village de l’amitié peuvent être adressés au Comité français, 2 place du Méridien, 94807 Villejuif ; compte bancaire nø 08-813-1993 A, CFCVAV à la BNP Louis-Aragon de Villejuif.

    Pour l’Orphelinat Phu My, s’adresser à Anai Parrainage, Mme Lucas Potier, 69 rue Sainte-Croix, 44270 Machecoul. (Porter la mention " Pour l’orphelinat Phu My " au dos du chèque.) E-mail : phumy@online.fr.

    On pourra se procurer le précieux rapport de la Croix-Rouge vietnamienne l’Agent orange dans la guerre du Vietnam. Historique et conséquences, du professeur Le Cao Dai, auprès de l’association " Viet Nam, Les enfants de la dioxine ", 7 square Dunois, appt 1201, 75013 Paris.

    source : l'humanité

  9. #28
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    Dioxine : Un recueil de photos en soutien aux victimes

    Nguyên Quôc Uy, directeur général p.i. de l'Agence Vietnamienne d'Information (AVI), a remis symboliquement, hier à Hanoi, 700 exemplaires du recueil de photos sur les victimes de l'agent orange au général Dang Vu Hiêp, président de l'Association des victimes de l'orange/dioxine vietnamiennes.
    Afin de présenter de manière complète à la communauté internationale le problème de l'agent orange au Vietnam et en soutenir les victimes dans leur parcours judiciaire aux États-Unis, l'AVI a élaboré un recueil de photos La souffrance due à l'agent orange/ dioxine, a déclaré Trân Mai Huong, directeur général adjoint de l'AVI, lors de la cérémonie de remise organisée par l'AVI. Avec plus d'une centaine de photos, ce recueil, en anglais et en vietnamien, est l'"œuvre bilingue la plus complète, la plus intéressante sur les conséquences de l'agent orange au Vietnam", a renchéri le général Dang Vu Hiêp. Il a estimé que ce livre était le "fruit d'un énorme effort des photographes, traducteurs, rédacteurs, auteurs, maquettistes... de l'AVI ". Un travail colossal qui prendra une part importante dans la valorisation du mouvement de soutien aux victimes de l'agent orange et au procès en 2e instance intenté par les victimes vietnamiennes contre les fabricants américains de produits chimiques toxiques.
    L'ouvrage permet aux lecteurs de mieux comprendre les conséquences terribles de l'agent orange sur la santé humaine et le calvaire des victimes et de leurs familles, a fait remarquer le général Hiêp.
    L'élaboration de ce livre a reçu les aides financières de 17 partenaires, dont l'Agence de presse Reuter à Hanoi, Indian Business Chamber in Vietnam et 7 unités de l'AVI.
    À noter que 70 photos de cet ouvrage avaient fait l'objet d'une exposition en juillet dernier au Vietnam, puis au Festival mondial des jeunes et étudiants au Venezuela.
    Les victimes sont au nombre d'environ 4,8 millions.

    Lê Bich Hà/CVN
    ( 5/5/06 )

    Source : le Courrier du Vietnam

  10. #29
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de Bao Nhân
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    En seine Saint-Denis
    Messages
    5 472
    朴善美

  11. #30
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    Soutenir les victimes de l'agent orange/dioxine, c'est soutenir la paix mondiale


    Soutenir les victimes de l'agent orange/dioxine du Vietnam, c'est soutenir la paix du monde, c'est ce qu'a déclaré André Bouny, président du Comité international de soutien (CIS) aux victimes vietnamiennes de l'agent orange lors des 2es Rencontres internationales pour le désarmement nucléaire, biologique et chimique, qui a pris fin hier après 3 jours de travaux dans la ville de Saintes, région de Poitou-Charentes (France).
    Dans son intervention, André Bouny a qualifié la deuxième guerre indochinoise de "la plus grande des États-Unis au 20e siècle". D'après lui, le Vietnam est devenu un laboratoire de guerre pour les armes américaines, car les GI's ont lâché sur ce pays un volume de bombes plusieurs fois plus importants que celui largué pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il a condamné la campagne "Ranch Hand" menée en 10 ans durant par l'US forces, de 1961 à 1971, pour détruire la vie au Vietnam à l'aide de 84 millions de litres de défoliants contenant de la dioxine.
    Concernant le procès des victimes vietnamiennes de l'agent orange contre les 37 compagnies fournisseuses de ces produits chimiques toxiques, A.Bouny a critiqué la décision du Tribunal fédéral américain de l'arrondissement de Brooklyn (New York). En appelant les conférenciers de ces 2es Rencontres au soutien en faveur des victimes de la dioxine, il la dit que c'est une "manifestation pour soutenir la paix dans le monde".
    Prenant la parole à cette occasion, Nguyên Viêt Hà, premier secrétaire de l'ambassade vietnamienne en France, a affirmé que ces dernières années, le gouvernement et le peuple vietnamiens ont fait des efforts, sous toutes formes et par toutes sortes de mesures, afin d'aider les millions de victimes de l'agent orange/dioxine au Vietnam, et pourtant, cette aide ne peut répondre à leur besoin. Il a souhaité que l'assistance appelle la communauté internationale à témoigner de sa solidarité envers les victimes vietnamiennes et de leur venir en aide, tant matériellement que moralement, dans leur lutte pour la justice. Quant au procès des victimes vietnamiennes, il a fait savoir que l'opinion progressiste mondiale soutient ce procès, le considérant comme une action légitime, non seulement pour les victimes actuelles, mais aussi pour celles à venir, et non seulement pour le Vietnam, mais également pour l'humanité.
    Ces 2es Rencontres internationales pour le désarmement nucléaire, biologique et chimique ont reçu la participation d'une centaine de chercheurs, professeurs, militants sociaux... d'une vingtaine de pays, dont la France, les États-Unis, le Japon, la Norvège, l'Inde, la Russie, l'Iran... Les participants ont exprimé leur inquiétude devant la situation actuelle de l'énergie, les effets et conséquences de l'énergie nucléaire, et enfin, ont condamné toutes guerres, surtout celles utilisant des armes de destruction massive, des armes nucléaires, chimiques et biologiques.

    Lê Hanh/CVN
    ( 09/05/06 )

    Source : le Courrier dy Vietnam

Page 3 sur 22 PremièrePremière 1234513 ... DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. Réponses: 17
    Dernier message: 27/07/2013, 05h37
  2. [Agent Orange] INIQUITY
    Par Thanh Ba.ch dans le forum Le Vietnam, son passé, son histoire
    Réponses: 15
    Dernier message: 16/07/2013, 18h44
  3. film agent orange
    Par mai dans le forum Le Vietnam, son passé, son histoire
    Réponses: 8
    Dernier message: 25/02/2007, 17h03

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Le site Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® a pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2013 E-metis Network | Site by E-metis Webdesign
Nous rejoindre
Forumvietnam.fr est propulsé par le moteur vBulletin®.
Copyright © 2013 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Content Relevant URLs by vBSEO 3.6.1