Page 1 sur 22 12311 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 217

Discussion: L'agent orange

  1. #1
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut L'agent orange

    Une délégation de victimes de l'agent orange bientôt aux Etats-Unis

    Une délégation de trois victimes de la dioxine partira le 12 novembre aux États-Unis, a annoncé, hier à Hanoi, Nguyên Trong Nhân, vice-président de l'Association des victimes vietnamiennes de l'agent orange (AVVA).
    Durant son séjour d'un mois aux États-Unis, la délégation participera à la projections de films, à des causeries ou expositions de photos sur les victimes vietnamiennes de l'agent orange, et ce dans 12 grandes villes. L'objectif est de dévoiler aux Américains les séquelles des produits chimiques largués par leur armée au Vietnam pendant la guerre, et de mobiliser leur soutien et leur aide aux victimes en procès contre les compagnies américaines fournisseuses des produits toxiques.
    Conduite par le vice-président de l'AVVA, Nguyên Trong Nhân, la délégation sera composée d'un vétéran, Hô Si Hai, et d'une femme, Dang Thi Hông Nhât. Le premier, âgé de 61 ans, est père de trois enfants malformés, d'un mort du cancer et de deux autres décédés intra-utéro. Il a aussi un petit enfant à la fois sourd-muet et malformé. Quant à la deuxième victime, âgée de 69 ans, à part son premier enfant né en 1960 - avant les épandages d'agent orange -, elle n'a pas pu donner la vie en dépit de quatre grossesses après avoir été en contact avec ce produit chimique.
    Les frais de cette tournée des victimes de l'agent orange seront pris en charge par l'Association américaine des vétérans de guerre pour la paix et l'Organisation de la campagne d'assistance et de responsabilisé vis-à-vis des victimes vietnamiennes.

    Thu Hà/CVN
    ( 11/11/05 )

    Source : Le Courrier du Vietnam

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs


     

  3. #2
    Jeune Viêt Avatar de Tiger
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    165

    Par défaut Re : L'agent orange

    cela semble être un grand changement du côté des américains. ces derniers ont toujours refusé d'indemniser officiellement le vietnam en quoi que ce soit, malgré les requêtes répétées. certains orphelinats sont remplis de ces enfants nés malformés. je ne pense pas que l'argent versé par un pays repentant les aide beaucoup, mais ce serait un geste d'une grande valeur symbolique.

  4. #3
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    je pense que les efforts fournis par les différentes associations et le gouvernement vietnamien ont porté leur fruit et vu les dégats causés par l'agent orange, de quoi de plus normal de demander réparations..

  5. #4
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    Vietnam,30 ans après la fin de la guerre,
    « l'agent Orange » continue d'empoisonner




    Née sans bras, cette petite fille n'a pas eu d'autre choix que d'apprendre à écrire avec ses orteils.


    Aujourd'hui, à l'approche du trentième anniversaire de la fin de la guerre du Vietnam, environ 60.000 adultes et plus de 200.000 enfants (1) souffrent toujours de « l'agent Orange » (2). Malformations congénitales, cancers, handicapes physiques et mentaux, sont dans la majorité des cas, la conséquence des plus de 70 millions de litres de défoliants dont le célèbre « agent Orange », déversé au centre et Sud Vietnam de 1961 à 1971 par l'armée américaine. Pays agricole, 20 % du sol vietnamien ont reçu quelque 170 kg de dioxine (3). En plus des combattants de tous bords, la population civile fut durement touchée. À New York, va s'ouvrir le plus grand procès jamais mené aux Etats-Unis contre les responsables du gouvernement et des industries chimiques concernés (4). Les associations de victimes, représentées par des avocats américains, demandent réparations et justice. Les implications et les conséquences sociales, économiques et financières de ce procès sont considérables au regard de la plus grande guerre chimique de l'histoire.

    L'Opération « Ranch Hand »


    Mme Kan Lay et son fils, Kê Van Bac, devant le panneau dénonçant l'opération Ranch Hand dans la vallée d'A Luoi.


    Non loin de la piste Ho chi Minh, Kan Lay, une femme de 55 ans, tiens dans ses bras son fils, Kê Van Bac, un garçon de 14 ans, handicapé physique et mental. Pendant la guerre, Kan Lay vivait dans la région de A Luoi. « J'étais dans la forêt, j'ai vu les avions jeter la poudre sur nous, cela piquait les yeux, brûlait la peau ... » Depuis, son mari et ses trois enfants sont décédés de cancers. Pour les besoins de la photo, ils posent devant le panneau dénonçant l'opération "Ranch hand" (ouvrier agricole) installé sur l'ancien aéroport militaire A Sho, dans la vallée de A Luoi. En effet, c'est en janvier 1962, approuvée par J.F. Kennedy, que l'armée américaine met en place l'opération « Ranch hand ». Des avions à hélices Fairchild C.123 ainsi que des hélicoptères effectuent les missions d'épandages de défoliant sur les montagnes du centre et Sud Vietnam. Une véritable guerre chimique dont les buts sont de détruire toute végétation gênant les bombardements de l'aviation américaine, en particulier sur la piste logistique Hô Chi Minh qui longe la frontière Est du Laos, détruire les récoltes et la végétation pour affamer les Viêtcongs et la population des zones sous leur contrôle. Enfin, la destruction de la forêt permet une meilleure observation et protége les abords des installations militaires des embuscades. Les conséquences à ce jour sont une catastrophe écologique dont les effets rémanents et à long terme de la dioxine touchent environ 60 000 adultes et plus de 200 000 enfants (1), sans parler de la destruction de plus de 2 millions d'hectares de forêt, provoquant l'extinction de la faune et de la flore, la désertification et l'érosion des sols (5).

    Contrairement aux applications civiles, « l'agent Orange » est en grande majorité, épandu non dilué. La pulvérisation est de 28 litres par hectare contenant approximativement 5,5 kg de 2,4 D et 6,25 kg de 2,4,5-T. Des milliers de soldats américains, mais aussi alliés, sont contaminés par ces produits. Alors que le Département de la Défense (DOD) américain ne considère pas l'herbicide « agent Orange » comme toxique pour l'être humain, des experts de l'Institut national de la Santé des Etats-Unis révèlent, en 1969, des malformations congénitales chez les animaux de laboratoire. L'opération « Ranch Hand » est seulement arrêtée en 1971... Vingt années durant, pour ne pas avoir à dédommager les anciens combattants malades et-ou parents d'enfants handicapés, certains hauts responsables américains ont occulté, falsifié des rapports scientifiques alarmants concernant la toxicité à long terme des dioxines (6).

    Un véritable « Tchernobyl chimique »
    À ce jour, les abords de l'ancien aéroport de A Sho sont toujours pollués par la dioxine. Entre 1994 et 2000, les recherches effectuées par le comité 10/80 et l'organisme Canadien "Hatfield Consultants" montrent que cet aéroport est profondément contaminé. Véritable "Tchernobyl chimique", le gouvernement a récemment obligé les habitants à quitter la zone. Élevage et culture sont interdits ; dans la région, les malformations génétiques se comptent par centaines. À la souffrance physique de Kê Van Bac, s'ajoute la charge des soins de l'enfant et le sentiment de culpabilité et d'infériorité pour sa mère.


    Dans de nombreuses régions où l'armée américaine a déversé des herbicides en quantité, la dioxine reste persistante dans l'environnement et peut frapper les habitants qui vivent dans ces régions.

    Hô Van Moi, ancien combattant Vietcong et blessé à la jambe à la suite d'un éclat d'obus, aujourd'hui médecin et directeur de l'hôpital de A Luoi, me raconte d'une façon calme, et sans ressentiment, ses années de guerre alors qu'il était soldat Vietcong. « Avant il y avait la forêt, et puis lorsqu'ils ont déversé les produits, tout est devenu mort ; les arbres, les animaux, et les personnes... À cause de la faim, les gens étaient si faibles qu'ils ne pouvaient pas enterrer les morts... Vous ne pouvez pas imaginer ce que nous avons souffert... Les produits ont été déversés sur les villages, puis sur les collines sous forme de liquide ou bien aussi de poudre... Si la population respirait ces produits, c'était la mort... C'est de la barbarie d'avoir utilisé ces produits chimiques, il faut dire la vérité... » A Luoi compte à ce jour plus de 2000 handicapés dans la région... Plus au Nord, dans la région du Quang Tri, Trân Van Tram, 55 ans, et sa femme Trân Thi Dân, 54 ans, peu après la guerre, partent à la recherche de métaux pour les revendre. Sans le savoir, ils vont travailler dans une zone touchée par les défoliants. Sur sept enfants, quatre, nés après la guerre, sont handicapés physiques et mentaux. Les drames familiaux sont nombreux, comme pour Nguyên Duc Thang, 9 ans, abandonné par ses parents, mais protégé par sa grand mère.

    « Eux, ils savent... »


    Des foetus malformés, conservés dans des bocaux en verre, remplissent des étagères entières à l'Hôpital Tu Du, Hô Chi Minh-Ville.
    Le taux de dioxine chez les Vietnamiens du Sud est 900 fois plus élevé que celui des Vietnamiens du Nord (7).

    À l'hôpital d'obstétrique et de gynécologie Tu Du, Hô Chi Minh-Ville, sont gardés dans des bocaux de verre des douzaines de f½tus victimes de malformations congénitales dont beaucoup furent causés par « l'agent orange ».
    Mme Nguyen Thi Ngoc Phuong, Directrice et Professeur de médecine : « Eux, ils savent... Avec leurs c½urs, avec leurs âmes, ils doivent reconnaître leurs erreurs devant l'opinion internationale et devant le peuple américain... Ils doivent prendre leurs responsabilités pour aider non seulement les Vietnamiens, mais aussi les autres pays impliqués dans le conflit » (Australie, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Philippines...). À Hô Chi Minh-Ville, le pourcentage des malformations congénitales est supérieur à la moyenne nationale. Les deux tiers des enfants handicapés dont je m'occupe viennent des régions touchées par « l'agent orange ». C'est le cas de Nguyên Duc, 23 ans, né avec deux têtes. Opéré avec succès, Nguyên Duc travaille aujourd'hui à des tâches administratives à l'hôpital Tu Du.

    Les docteurs Nguyen Van Hoai et Trân Duc Cuong du centre hospitalier pour enfants victimes de « l'agent orange » de Binh Duong sont des médecins calmes et déterminés. Leurs besoins sont d'ordre matériel et financier. Le docteur Tran Duc Cuong exprime pourtant son sentiment : « Je leur demande de ne jamais refaire ce qu'ils ont fait au Vietnam car les conséquences sont terribles, inimaginables. » Les différents hôpitaux ont besoin de matériel d'échographie en 4 dimensions afin de détecter les malformations. Plus au sud, vers le delta du Mékong, une région elle aussi fortement touchée, Huynh Van Cam, ancien combattant Viêtcong, est à l'origine de la construction d'une école pour les enfants handicapés. C'est un homme calme, posé et prudent. A la fin de notre rencontre, lorsque je lui demande quel est son sentiment, il me regarde dans les yeux et me dit : « Ce qu'ils ont fait est inhumain, et mon souhait le plus cher est que cela ne se reproduise plus jamais... »


    La guerre chimique, menée par l'armée américaine il y a plus de trente ans, fait encore des victimes parmi la population vietnamienne de nos jours.

    En conclusion, même si la liste des diverses maladies que la dioxine provoque reste à établir, et même s'il est parfois difficile d'obtenir des preuves entre la cause et les effets, des faits indéniables montrent clairement la toxicité redoutable de « l'agent Orange » sur la santé humaine. Les études scientifiques menées par les Américains et les Vietnamiens, mais aussi par la coopération internationale, restent pourtant modestes. Ainsi, 30 ans après la fin de la guerre, le Vietnam reste « un grand laboratoire humain pour l'étude des effets de la dioxine sur la santé humaine ». Au-delà des études scientifiques et des statistiques, ce reportage photographique tente de montrer la souffrance et la détresse d'enfants victimes de la barbarie chimique. Des milliers d'entre eux attendent et espèrent que la justice se prononce pour reconnaître les responsabilités des uns et des autres.(8)


    Texte et Photos : Alexis DUCLOS


    Mes remerciements à Madame Nguyên Xuân Phuong,
    Aide et dons peuvent êtres envoyés à « Vietnam, les enfants de la dioxine »
    7 Square Dunois, 75013 PARIS, FRANCE
    Tél : +33 (0)1 45 83 12 69
    Web : http://vned.free.fr/



    --------------------------------------------------------------------------------

    Alexis DUCLOS est reporter photographe indépendant depuis septembre 2004. Auparavant, il a travaillé pour Associated Press (1981-1985) et pour l'agence de presse Gamma (1985-2004). Il a participé à de nombreuses expositions photographiques et a reçu de nombreux prix pour ses ½uvres.



  6. #5
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    Les victimes de l'agent orange exigent la vérité

    La groupe des victimes vietnamiennes de l'agent orange a récemment présenté à New York, un premier exposé sur les conséquences de la dioxine utilisée pendant la guerre au Vietnam.
    La délégation conduite par le professeur Nguyên Trong Nhân, vice-président de l'Association des victimes vietnamiennes de l'agent orange, a demandé au peuple américain d'accorder son aide matérielle et morale aux victimes, en particulier dans le procès en cours intenté au Tribunal américain.
    Le professeur Nguyên Trong Nhân a réfuté les argumentations américaines qui nient l'existence des victimes de l'agent orange au Vietnam. Selon lui, les victimes vietnamiennes doivent être dédommagées comme les vétérans américains. Il a affirmé la volonté de ces dernières de rétablir la vérité sur les séquelles de l'agent orange au travers le dialogue.
    La délégation a présenté récemment à New York son premier exposé sur les conséquences de l'agent orange/dioxine, utilisé par les forces armées américaines pendant la guerre au Vietnam. C'était le début d'une tournée de travail prévue du 13 novembre au 13 décembre dans 13 villes américaines.
    Dang Thi Hông Nhut, de Hô Chi Minh-Ville, et Hô Sy Hai, de Thai Binh (Nord), deux victimes, se sont exprimés sur les séquelles pour eux et leurs familles. Ils ont aussi demandé que les compagnies américaines de produits chimiques soient tenues pour responsables des souffrances du Vietnam et se sont entretenus avec des vétérans américains contaminés lors de la guerre.
    Les victimes vietnamiennes et américaines de l'agent orange ont alors partagé leurs expériences et se sont engagées à conjuguer leurs efforts dans la demande de dédommagement des conséquences de l'arme chimique sur eux et leurs descendances.
    La délégation a par ailleurs rencontré des vétérans américains ayant participé à la guerre en Irak et d'autres victimes des armes chimiques.
    Lors du premier exposé, la délégation vietnamienne a présenté son film documentaire L'agent orange/dioxine et le droit de vivre qui a vivement ému les spectateurs.
    À cette occasion, la Télévision américaine ABC a diffusé un reportage intitulé Les énigmes restantes de la guerre au Vietnam, qui affirme la contamination des vétérans américains par l'agent orange/dioxine durant la guerre au Vietnam et les relations entre leurs séquelles et les herbicides.

    Émotion et partage
    Les spectateurs belges ont assisté récemment à Bruxelles, à un concert de monocorde donné par Nguyên Thanh Tùng, un jeune musicien victime de l'agent orange.
    Le jeune artiste a interprété des airs folkloriques du Nord et du Sud du Vietnam, avec les pianistes et les élèves de l'Académie de musique de Woluwe Saint Pierre.
    À travers le récital, les spectateurs ont pu ressentir toute l'émotion de ce pays et de ses victimes innocentes. Nguyên Thanh Tung se produit en Belgique à l'invitation de l'Académie de musique de Woluwe Saint Pierre. Auparavant, il a joué à Cahors et à Rouen (France).

    Huong Linh/CVN
    ( 21/11/05 )

    Source : Le Courrier du Vietnam

  7. #6
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    Répandre de l'agent orange est "un acte criminel"

    Lors d'un point de presse organisé le 24 novembre à Hanoi par l'Association vietnamienne des victimes de l'agent orange/dioxine, le chimiste français Pierre Vermeulin a souligné que "bien que l'armée américaine ait déversé l'agent orange/ dioxine depuis plus de trois décennies, de nombreuses localités vietnamiennes souffrent encore de ce toxique". Le risque de contamination pour les populations demeure très élevé. "Pour moi, l'épandage d'agent orange est vraiment un crime", a affirmé ce chimiste français.
    Selon lui, pendant la guerre, l'armée américaine a déversé au Vietnam environ 300 kg de dioxine qui ont provoqué des malformations congénitales pour les f½tus et de nombreuses maladies. Dans les régions soumises à des épandages, le risque pour les habitants de développer un cancer est 40 fois supérieures aux autres régions. M. Vermeulin a fait savoir que la décontamination des écosystèmes devait être réalisée. Dans les temps qui viennent, il compte élaborer, en coopération avec des scientifiques vietnamiens, des modèles d'une restauration écologique reliée à un développement économique durable. Dans un premier temps, ces modèles seront déployés dans les provinces les plus contaminées tels que Quang Tri, Quang Nam et Tây Ninh.
    Concernant le procès intenté par les victimes vietnamiennes contre les compagnies chimiques américaines ayant fabriqué et commercialisé l'agent orange, P. Vermeulin a estimé que "les victimes ont su établir des relations élargies et solides avec la communauté internationale. Elles se sont entourées de scientifiques pour démontrer que la dioxine était bien la cause de leur malheur. Cela les aidera à obtenir gain de cause", a -t-il dit.

    Huong Linh/CVN
    ( 25/11/05 )


    Source : le Courrier du Vietnam

  8. #7
    Repose en paix Avatar de Marseille 13013
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Marseille
    Messages
    189

    Par défaut Agent Orange

    Témoignage de: Francis Gendreau, président de l'Association d'Amitié Franco Vietnamienne

    Une conférence internationale pour informer mobiliser et dénoncer !

    La conférence internationale qui s'est tenue au Sénat en mars dernier, à l'initiative de l'AAFV, avait pour but d'informer de mobiliser et de dénoncer ce qui est considéré aujourd'hui comme étant "la plus grande guerre chimique" de l'histoire. Plusieurs experts internationaux étaient réunis à cette initiative dans le cadre de cette conférence internationale dont le thème était " les effets des épandages de défoliants au Vietnam entre 1961 et 1971 ". Durant cette période, I'armée américaine a répandu des millions de tonnes de produits chimiques. toxiques, faisant de ce conflit "la plus grande guerre chimique que le monde ait connue", selon les termes de M. Tran Xuan Thu, viceprésident de l'Association vietnamienne des victimes de l'agent orange présent à cette occasion. " Ce sont plus de 80 millions de litres d'herbicides, contenant de la dioxine (agent orange), qui ont été répandus sur le quart de la superficie du Vietnam du sud ". " Entre 2, 1 et 4,8 millions de personnes " ont été exposées à ces produits, soulignait Tran Xuan Thu, précisant que la quantité cumulée de dioxine pourrait atteindre "jusqu'à 600 kg ". Destinés à détruire la forêt qui protégeait les combattants communistes, ces défoliants, 30 ans après, continuent de polluer. La dioxine, un des poisons chimiques les plus dangereux, peut rester actif pendant plus de vingt ans, a ajouté M Tran Xuan Thu. Affections digestives, nerveuses, dermatologiques, cardiovasculaires ou sanguines, cancers de la sphère ORL et du foie, et anomalies de la reproduction, avortements, naissances prématurées et difformité% cancers, sont les conséquences les plus répandues de l'exposition à la dioxine. Selon I'lnstitut de médecine des académies nationales des sciences américaines, I'exposition à la dioxine peut déboucher sur la leucémie Iymphoïde chronique (LLC), une forme de cancer du sang.
    Une étude remontant aux années 80 révèle cinq malformations très j caractéristiques des nouveauxnés au Vietnam. La directrice de l'hôpital Tu Du à Ho-Chi-Minh-Ville, Nguyen Thi Ngoc Phuong, rappelait a cet occasion que sur 294 enfants exposés in utero à 1'agent orange, 5,4% souffraient de malformations, contre 0,4% parmi 6 690 enfants non exposés à ce produit chimique. " Une autre étude portantsur deux groupes de femmes d'une même région montre que le risque de malformation est dix fois plus élevé (2,28% contre 0,22%) parmi les 394 femmes nées et allaitées lorsque des défoliants étaient déversés sur le Vietnam que parmi les 2 281 autres femmes nées et allaitées entre 1938 et 1963 " Le Dr Arnold Schecter de l'Université de Santé publique du Texas et un des chefs de file des recherches menées sur I'agent orange depuis plus de vingt ans de rajouter: " on ne peut pourtant rien en déduire: même si on peut le suspecter, personne ne peut affirmer que la dioxine soit responsable de malformations congénitales. La malnutrition ou des virus comme le paludisme peuvent induire ce genre de maladies, et c'est souvent le cas au Vietnam." En fait, il existe peu d'études à grande échelle Il faudrait, devait souligner Mme Ngoc Phuong, "une véritable coopération entre le Vietnam, les ÉtatsUnis et d'autres pays comme la France pour faire des études épidémiologiques à grande échelle Mais ces études sont difficiles à mener. Comment savoir par exemple si les parents étaient contaminés lors de la naissance de l'enfant ?

    Extrait du journal "Marseille-Mékong" Novembre 2005

  9. #8
    Avatar de mike
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Localisation
    Côte d'Azur, France
    Messages
    707

    Par défaut Re : L'agent orange

    Soutien français et américain aux victimes de la dioxine

    La ville de Chevilly-Larue du Val-de-Marne (Île-de-France) a organisé une soirée de solidarité avec les victimes de l'agent orange du Vietnam. Dans le but de mieux informer des effets meurtriers des produits chimiques largués par l'armée américaine pendant la guerre, ainsi que de la souffrance quotidienne engendrée. "Cet événement vise à mobiliser le soutien des organisations et des particuliers, afin d'apporter le meilleur soin aux victimes", a déclaré le maire adjoint de Chevilly-Larue, Jean-Paul Homasson.
    À cette occasion, des documentaires sur la vie quotidienne des victimes ont été projetés. L'Union générale des Vietnamiens de France (UGVF) a également présenté des projets de soutien opérationnels dans certaines localités du Sud de France.
    La rencontre a réuni des autorités locales, l'association vietnamienne des enfants victimes de la dioxine, l'UGVF ainsi que de nombreux Viêt kiêu et sympathisants français.
    La délégation de l'association vietnamienne des victimes de l'agent orange et de la dioxine (AVAOD), en visite aux États-Unis, a rencontré avant-hier des intellectuels, des politiciens de Washington et de l'État de Virginie. Le professeur Nguyên Trong Nhân, vice-président de l'AVAOD a présenté un rapport sur la question des victimes, ainsi que la situation du procès contre les fabricants chimiques américains impliqués pendant la guerre. Les deux victimes, Dang Hông Nhât et Hô Sy Hai, ont partagé avec le public américain, leur horrible souvenir de la guerre. Les récits des deux témoins et les photographies d'enfants victimes ont suscité une forte émotion du public américain. La délégation vietnamienne poursuit ses rencontres dans l'État de Caroline du Nord.

    Thanh Tu/CVN
    ( 28/11/05 )

    Source : Le Courrier du Vietnam


  10. #9
    Apprenti Viêt Avatar de Thu Hong
    Date d'inscription
    novembre 2005
    Messages
    60

    Par défaut Re : L'agent orange

    je vous mets un lien vers un site sur Jones Griffiths, un reporter photographe très connu pour ses articles sur l'agent orange. Dommage qu'il soit en anglais, mais pour ceux que cela intéressent...

    Allez droit à l'entrée de la gallerie, sinon.

    http://digitaljournalist.org/issue0401/griffiths.html

  11. #10

Page 1 sur 22 12311 ... DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. Réponses: 17
    Dernier message: 27/07/2013, 05h37
  2. [Agent Orange] INIQUITY
    Par Thanh Ba.ch dans le forum Le Vietnam, son passé, son histoire
    Réponses: 15
    Dernier message: 16/07/2013, 18h44
  3. film agent orange
    Par mai dans le forum Le Vietnam, son passé, son histoire
    Réponses: 8
    Dernier message: 25/02/2007, 17h03

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Le site Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® a pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2013 E-metis Network | Site by E-metis Webdesign
Nous rejoindre
Forumvietnam.fr est propulsé par le moteur vBulletin®.
Copyright © 2013 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Content Relevant URLs by vBSEO 3.6.1