Page 4 sur 4 PremièrePremière ... 234
Affichage des résultats 31 à 40 sur 40

Discussion: LOL .... une "copine " de DédéHéo !

  1. #31
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 241

    Par défaut

    Citation Envoyé par ngjm95 Voir le message
    Dernier rebondissement ! une nouvelle vidéo montre les quatre hommes en question en compagnie d'un membre de l'ambassade de la Corée du Nord avant de quitter la Malaysie!
    Un indice qui donne du poids à la thèse qye les 2 femmes ont été manipulées par les services secrets du dictateur nord -coréen

    "...The four suspects, who were caught on airport camera talking to the women before they attacked Kim Jong Nam, were identified as North Koreans for the first time on Monday, a month since the trial in Kuala Lumour began.
    Three of them were seen meeting a North Korean embassy official and the Air Koryo official, both unidentified, at the main airport terminal within an hour of the attack, lead police investigator Wan Azirul Nizam Che Wan Aziz told the court."
    La Malaisie étant un état vaguement démocratique, un état de droit, on s'amuse bien a voir comment on pourrait cacher l'implication de 3 ou 4 équipes d'une douzaine d'espions du roi Kim "le 3" ayant travaillé pour ce meurtre dans 5 pays (Indonésie, Cambodge, Corée du Sud, Vietnam et Malaisie).

    En fait, avec quelques recoupement, on sait tout de cette affaire:

    1) Le roi de la Corée du Nord (CdN), Kim Jong un (Kim 3), a décidé de liquider son 1/2 frère (Kim Jong nam) à l'étranger. Une tentative avait raté en 2012. L'autre gros beauf se sait menacé mais s'épanche sur Facebook et ses déplacements sont très bien suivi. En CdN, Internet est à l'usage exclusif des espions hackers.

    2) Le roi Kim 3 décide de "mettre le paquet" : Une bonne douzaine d'espions NC en 3 - 4 équipes :

    2.1) L'équipe de Hanoi

    Nom : RI
    prenom: JI HYON
    Date of birth: 20/11/1984 (32 years old)

    Qui a maintenant la jolie Notice Rouge Interpol n° 2017-15136 :
    https://www.interpol.int/notice/sear...ted/2017-15136

    Il est le fils de l'ambassadeur Ri Hong qui était au Vietnam 4 ans ; 2000-2004 environ. Le fils travaille 10 ans à Hanoï comme espion - interprète (il est peut-être inutile de dire que tous les membres du personnel diplomatique CdN sont des espions LOL)

    Il était, bien sûr, fiché par les services secrets vietnamiens.

    Sa mission : Recruter une "chérie" pas trop bête mais "fo-folle" et vulnérable. (Espion et proxénete, c'est le même boulot).

    La proie est parfaitement choisie :
    Mademoiselle Đoàn Thị Hương (née 31/5/1988)

    Elle est originaire de la communauté catholique du sud de Nam Dinh - une communauté traditionaliste mais sans problème politique avec le gouvernement.

    Elle est toujours officiellement résidente à l'adresse de son papa, un veuf remarié, ancien combattant invalide. Son frère "Joseph" Doan à un rôle dans la communauté catholique.

    Assez bonne élève, en 2006, elle réussi l'examen d'entré à l'école de pharmacie de Hanoi et décroche le diplôme de "préparatrice en pharmacie" en 2008.
    En 2011 elle réussi un diplôme d'anglais commercial.

    Au Vietnam, (et partout) il faut de l'argent et des relations pour trouver un boulot.
    Bien sûr, avec nos lois, même après 10 ans, elle est seulement "résidente temporaire" à Hanoï. (Migrante dans son pays, mais ya pas de problème)

    Elle semble développer une pathologie psy : Mauvais relationnel - très peu d'amis - trouve pas de boulot - trouve pas de mari. Un visage ordinaire mais une bonne plastique. (ya très peu de psy au Vietnam - En Malaisie, y en n'a pas non plus ! - Les avocats ne semblent pas mettre en avance cette vulnérabilité.

    Elle a un rêve secret : Devenir une actrice et une chanteuse. Mon amis RDB (Notre expert en Kim Kardatian et Secret Story) vous expliquera qu'elle n'est pas la seule.

    Elle se cache un peu de sa famille car la Kpop (la pop coréenne)ce n'est pas le genre de son frère "Joseph", l'ecclésiastique.

    Problème : Seule et sans talant, elle est recalée au 1er round de Vietnam Idol (Elle chante 10 secondes : - Merci mademoiselle ! Vous pouvez rentrer chez vous. LOL)

    Elle ne trouve qu'un emploi de mannequin de publicité en bikini, mais elle n'est pas professionnelle (Le métier de mannequin, ça s'apprend).

    Miracle ! Elle rencontre son prince charmant : Le jeune riche, beau, faux Sud Coréen, en réalité Ri l'espion, qui l'entretient et la fait voyager.

    En 2005, elle fait un passeport à la préfecture de police de Namdinh ; sa résidence officielle.

    Elle visite la riche Corée du Sud avec son chéri.
    Probablement, la police vietnamienne la fiche "escort girl" mais ya pas de quoi fouetter un chat et rien d'illégal ; elle n'est même pas une prostitué professionnelle.

    Justement, le chéri a dans ses relations un "producteur de TV chinois" qui travaille au Cambodge, "Monsieur Chang" qui a maintenant la belle Notice Rouge Interpol n°2017-15146 :
    HONG, SONG HAC
    Wanted by the judicial authorities of Malaysia
    name: HONG
    Forename: SONG HAC
    Date of birth: 22/03/1984 (33 years old)
    https://www.interpol.int/notice/sear...ted/2017-15146

    Les Sud-Coréens se marrent : - Ce petit jeune a déjà une longue carrière d'espion. ("Long history")

    Ca, c'est l'équipe n°3, avec toute sa logistique.

    2.2 l'équipe n°2 (ya aussi la logistique de l'ambassade de CdN en Malaisie)

    Monsieur "James" (He was later identified as 30-year-old Ri Ji U

    Read more at http://www.channelnewsasia.com/news/...xed-into-killi
    ... (google www.channelnewsasia.com pranks-stardom-money-how-a-woman-was-allegedly-coaxed-into-killi pour lire)

    Monsieur "James" qui parle très bien indonésien, recrute une jeune femme indonésienne qui a besoin d'argent.

    La police indonésienne ne dit rien mais se mare bien (- Chut! A 30 ans, il a un bon pédigré d'espion ce petit "James" - Ri Ji U).

    Siti Aisyah est une jeune maman musulmane divorcée qui doit s’occuper de ses parents et de son fils ; le petit est gardé par l'ex beau-père dans la banlieue de Jakarta, Indonésie.

    Sans diplôme, elle fait des massages dans un spa à Kuala Lumpur en Malaisie. Elle est jolie, bosseuse, sérieuse et a un nouveau petit copain Malaisien.

    3) L'étape cambodgienne

    En janvier, les 2 jeunes femmes et leurs 2 équipes de faux coachs, le faux chéri - tous de vrais espions sauf les "actrices", se retrouvent à Phnom Penh et rencontrent la 3eme équipe ; monsieur "Chang" (HONG Song Hac ) producteur de sketches de caméra cachée pour le marché chinois.

    Le producteur "Chang" et son équipe, désignent des victimes dans des lieux publiques et les jeunes femmes doivent les "entarter" avec de l’huile pour bébé.

    Tous le monde est content. Personne porte plainte car les victimes sont aussi des espions dans un jeux de rôles

    Selon la "prod" : - Au "Chuang Shi", les trentenaires qui regardent cette émission sont mort de rire. Ne cherchez pas à comprendre ; si vous n'êtes pas du pays et de la bonne classe d'age ça ne vous fera pas rire.

    Elles font ça 3 fois et ça paye bien : 100 à 150 $ selon la prestation.
    Pas mal pour une masseuse migrante et une chômeuse de Hanoï !
    En plus, c'est hors taxe, nourrie logée.

    Les 2 femmes voyagent avec leurs vrai identités.
    Doan Thi Huong se croit une actrice et met à jour son compte Facebook avec des selfie de starlette ; il y a des dates et des photos de lieux.

    La police et l’hôtelier cambodgien ne se "rappel pas" quand c'était exactement. Les photos, les billets d'avion, ça sert à quoi ? LOL
    Les chambres sont réservé par la "prod".

    Merci à Robin des Bois pour l'article cambodgien :

    https://www.cambodiadaily.com/news/k...attack-126689/

    Citation Envoyé par robin des bois Voir le message
    ... je suis tombé sur cet article [Cambodia daily] daté du 17 mars 2017:

    https://www.cambodiadaily.com/news/k...attack-126689/

    Kim Jong Nam Murder Suspect Seen at Hotels Before Attack
    by Hannah Hawkins and Ouch Sony | March 17, 2017

    ...
    While many accuse North Korea of orchestrating the attack, both women have said they believed they were participating in a prank for a reality television show.
    According to The Asahi Shimbun, the suspects rehearsed the attack several times, including three practice runs inside Cambodia.
    Long Panha, a supervisor at V Hotel Phnom Penh, said he recognized Ms. Huong from media reports as a woman he spoke to in the lobby of his hotel near Olympic Stadium in the middle of January.
    Mr. Panha said he could not recall the exact date of the encounter—and Ms. Huong’s name did not appear in the hotel’s reservation system when he checked earlier this month—but screenshots circulating on the internet purport to show Ms. Huong checking into V Hotel on a Facebook account on January 14.
    Photographs taken inside the hotel’s lobby, as well as in one of its rooms, were posted on the account with the caption:
    “I’m alone here, but I’m not lonely.”
    The account—under the name “Ruby Ruby”—no longer exists.
    Mr. Panha said he spoke briefly with the woman—whom Malaysian authorities have identified as an “entertainment worker”sometime between 9 a.m. and 10 a.m.
    When approached, Ms. Huong said she was “waiting for my friend,” and when asked for a room number, she said she could not remember, he said.
    She “was sitting here in the lobby alone. I just remember she only asked me where a clothes shop was,” he said.
    She then left to find the store, but returned to the lobby shortly afterward.
    Yann Samon, the manager of V Hotel, said investigators from the Interior Ministry’s anti-terrorism department had visited “many times” since about February 25, most recently last week.
    Police came to inspect and ask questions and we provided them with documents,” he said.
    The officials retrieved details—including copies of passports—for all guests who stayed at the hotel in January and last month, he added.
    Mr. Samon said Ms. Huong had initially tried to obtain a room at the Okay Boutique Hotel, but staff sent her to V Hotel as they were full.
    The two hotels direct customers to each other when they are overbooked.
    Okay hotel manager Vuth Em said police had also visited his hotel to collect guest details, as well as surveillance video.
    Anti-terrorism department head Y Sok Khy repeatedly said he was too busy to comment on Thursday.
    National Police spokesman Kirth Chantharith could not be reached.]
    ...
    En février, la "production" convoque les actrices pour une nouvelle saison de sketches en Malaisie. Ils jouent la blague 5 ou 10 fois, selon les sources. Personne ne se plaint avoir été la victime de la farce car les pseudo victimes sont aussi des espions de CdN.

    Pour le dernier sketche, la "production" reçoit un mystérieux produit binaire fourni par des officiels CdN.

    On n'a pas encore compris la nature exacte du produit : Une toxine inerte et un catalyseur ?

    Les actrices le mettent dans les yeux du gros qui meurt 2 heures plus tard.

    Les 4 espions de la "prod" prennent immédiatement l'avion pour la CdN.
    Monsieur "James" (Ri Ji U), le coach de Siti Aisyah se réfugie dans l'ambassade de CdN.

    Les actrices qui n'ont pas été payées ne trouvent plus leur "prod" et rentrent à l’hôtel en taxi. Le lendemain Huong retourne à l’aéroport rechercher la prod et son chéri ; elle est arrêtée.

    Le 15, la police malaisienne donne une conférence de presse avec photo, nom et numéro de passeport des 2 actrices et d'autres suspets. La police pense que les actrices sont complices et savaient que le produit était mortel.

    Réaction de l'Indonésie :

    Le chef de la police indonésienne Tito Karnavian se déplace et rencontre Siti Aisyah. Il est convaincu qu'elle lui dit la vérité : Elle est innocente et est une victime. Il fait son rapport au vice président. L'Indonésie paye un avocat.

    Réaction du Vietnam

    Les dirigeants (ou le Parti) décident en secret : "On veut pas avoir de problème. Nos amis Nord-Coréens sont des emmerdeurs mais il ne faut pas se brouiller avec eux. On écrase ! Ca va se tasser..."
    Pendant 5 jours, toute la presse vietnamienne ne publie même pas le nom "Doan thi Huong" et parle d'une "étrangère" LOL

    Pendant ce temps beaucoup d'info non officielles circulent sur les réseaux sociaux, principale source d'information des Vietnamiens. La BBC se rend au village natale de Hong et intervieweuve le frère, Joseph Doan, les sœurs et la belle mère.

    Plates excuses des policiers vn qui passent pour des idiots à cause des vieux du Party :
    - Y avait pas les accents. La police malaisienne a écrit "DOAN THI HUONG" alors que c'est "Đoàn Thị Hương", donc on croyait que c'était un faux passeport."

    Le gouvernement ragoute : Nous n'avons pas encore de loi qui permet de payer des avocats aux citoyens à l'étranger.

    Réaction de nombeux Vietnamiens
    C'est une salope de pute espionne en bikini : Peine de mort !

    Réaction d'une dame Viet Kieu en Bulgarie
    Cette fille est innocente ! Puisque le gouvernement ne protège pas ses citoyens à l'étranger, on fait une colecte et on lui paye un avocat.

    Réaction du peuple malaisien
    - Le mec "James" (Ri Ji U) est entrain de faire de la gym et du volley dans la cour de l'ambassade CdN.
    Le peuple est très mécontent que les Nord Coréens pouvaient venir en malaisie sans visa. Ainsi la Malaisie et Singapour étaient devenu depuis 10 ans le terrain de jeux de la CdN. Elle y fait son marché en technologie militaire et atomique.

    Réaction du roi Kim de Corée du Nord
    - Vous êtes tous des menteurs à la solde des Américains et de leur marionettes de Corée du Sud. Si vous ne libérez pas mes sujets et si vous ne me renvoyez pas le corps, je prend les Malaisiens d'ici en otage.

    Réaction du gouvernement malaisien
    "James" (Ri Ji U) est brièvement interrogé. Y a pas de preuves, on l’expulse avec l'ambassadeur. Le corps est illégalement renvoyé en CdN.

    Ainsi, le mec et 2 autres sont "cleared", blanchis.

    Par contre, la Malaisie est un état de droit. Les 2 suspects auront un procès équitable...

    Mais les 4 espions qui ont réussi à fuir, ni les expulsés ne doivent pas être mentionnés... Ca va être difficile !

    L'un des avocat déclare : "Avec l'expulsion de Ri Ji U, nous avons perdu la dernière chance d'amener les vrai coupables devans la justice"
    Dernière modification par DédéHeo ; 08/11/2017 à 12h26.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs


     

  3. #32
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 241

    Par défaut

    Citation Envoyé par ngjm95 Voir le message
    Dernier rebondissement ! une nouvelle vidéo montre les quatre hommes en question en compagnie d'un membre de l'ambassade de la Corée du Nord avant de quitter la Malaysie!
    Un indice qui donne du poids à la thèse qye les 2 femmes ont été manipulées par les services secrets du dictateur nord -coréen

    "The four suspects, who were caught on airport camera talking to the women before they attacked Kim Jong Nam, were identified as North Koreans for the first time on Monday, a month since the trial in Kuala Lumour began.
    Three of them were seen meeting a North Korean embassy official and the Air Koryo official, both unidentified, at the main airport terminal within an hour of the attack, lead police investigator Wan Azirul Nizam Che Wan Aziz told the court."
    On se rapel que sur demande de la police malaisienne, Interpol a publié une Notice Rouge (avis de recherche) pour les quatre espions Nord-Coréens recherchés en relation avec le meurtre.

    Les 4 du haut sur l'image ci dessous :



    Avec la photo très nette suivante :


    Les suspects nord-coréens Ri Jae Nam, 57 (avant L), Hong Song Hac, 34 (arrière L) et Ri Ji Hyun ou Rhi Ji Hyon, 33 (R)

    Ils ont été vue par les cameras de vidéo surveillance dans le terminal low-cost avec Doan Thi Huong - la starlette en T-shirt LOL (Laugh Out Loud) - et la masseuse Siti Aisyah la veille de l'attaque.

    O Jong Gil, 55 ans a pris un avion pour le Cambodge puis Thaïlande et Corée du Nord. Il a la Notice Interpol N° 2017-15142
    https://www.interpol.int/notice/sear...ted/2017-15142

    Ils sont parti pour Jakarta après l'attaque le 13 février. De là, ils se sont rendus à Dubaï puis à Vladivostok, en Russie, puis Pyongyang.

    Seul ces 4 là sont recherchés. LOL
    Il suffit de sélectionner "Korea (Democratic Rep...)" dans cette page Interpol :
    https://www.interpol.int/notice/search/wanted

    ngjm95 citait Reuters :"The four suspects, who were caught on airport camera talking to the women before they attacked Kim Jong Nam, were identified as North Koreans for the first time on Monday, a month since the trial in Kuala Lumour began.
    Three of them were seen meeting a North Korean embassy official and the Air Koryo official, both unidentified :LOL:, at the main airport terminal within an hour of the attack, lead police investigator Wan Azirul Nizam Che Wan Aziz told the court."

    L'avocat principal interroge le policier et on apprend :
    Ces 6 là arrivent à l'aéroport dans un van (MPV - multi purpose vehicule).
    Ce minibus est immatriculé au nom du chimiste Ri Jong Chol (il a été expulsé).
    Mais le véhicule a été payé par... l'ambassade de Corée du Nord.

    Based on CCTV footage taken at 2.38pm on Feb 13, a North Korean Embassy representative and the Air Koryo airline manager were seen buying a flight ticket at the airport for O Jong Gil.

    “Other footage showed the three other suspects meeting with the embassy representative and airline manager at 10.30am on the same day for the same purpose.

    “The embassy representative and the manager used a special lane for certain staff members or others who have passes, at 4.15pm,” he said.

    Read more at http://www.thestar.com.my/news/nation
    /2017/11/07/
    identities-of-four-revealed-n-koreans-implicated-in-murder-of-pyongyang-leaders-halfbrother/
    Basé sur des images de vidéosurveillance prises à l'aéroport le 13 février à 10h30, les trois suspects rencontraient un représentant de l'ambassade nord-coréenne et un manageur de la compagnie aérienne Air Koryo pour acheter des billets d'avion.

    A 13h38 le même jour, le représentant de l'ambassade et le manageur d'Air Koryo ont été vus en train d'acheter un billet pour O Jong Gil.

    "A 16h15, le représentant de l'ambassade et le directeur ont utilisé une voie spéciale pour certains membres du personnel ou d'autres personnes qui ont des laissez-passer."
    On se rappelle que le crime a été commis vers 10h.

    L'avocat continu
    Les 2 autres personnes soit disant non identifiées sont :
    le représentant de l'ambassade et le manageur d'Air Koryo

    En fait, c'est le 10 novembre qu'on apprend qu'ils roulent dans le van du chimiste dont le studio aurait été utilisé comme laboratoire pour fabriquer le poison. Le chimiste a été blanchi et expulsé au cour de la crise diplomatique.

    http://www.thestar.com.my/news/nation
    /2017/11/10/
    condo-unit-used-as-lab-to-make-nerve-agent

    L'avocat Gooi: - Je suggère que Ri Jong Chol est diplômé en sciences, spécialisé en chimie.

    Le surintendant Wan Azirul: - Je suis d'accord. Il est également un expert en informatique. [On se rappelle que la police a toujours présenté RJC comme un ingénieur informatique.)

    Le tribunal a appris que Jong Chol avait été arrêté le 17 février et placé en détention provisoire pendant deux semaines.

    Ri Jong Chol a dit qu'il était un commerçant dans sa déclaration à la police, a été expulsé de Malaisie le 3 mars, après déclaration.




    He was arrested at his condominium in Jalan Kuchai Lama five days after Jong-nam was attacked at klia2 by two women, who allegedly killed him using the VX ...
    Dernière modification par DédéHeo ; 17/11/2017 à 11h13.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  4. #33
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 241

    Par défaut James (Ri Ji u) le retour

    Bonne nouvelles : Le proces va se prolonger jusqu'en avril-mai 2018 Les gens de justice savent justifier leur salaire... Partout dans le monde.
    Mais on s'amuse bien :
    L'avocat de Siti Aisyah commence a 'tirer les vers du nez' du policier (ASP - c'est des grades en anglais, genre : Deputy Superintendent of Police DSP ; lui c'est un "Asst" Assitant) qui avoue , à moitié mots, qu'il a les mains liées dans son enquête.

    On se rappelle de la conférence de presse de la police malaisienne, le 19 février 2017, avec l'écran de projection, les foto et les noms des suspects :
    Ri Ji U - Naples Herald

    James (Ri Ji u, de son vrai nom) est de retour. Avec le même passeport n°745320046... Normal, il a été blanchi lors de l'écchange d'otages diplomatiques.

    Il est le jeune homme qui a recruté l'Indonésienne Siti Aisyah pour la présenter à son "amis" le "Chinois Chang", producteur de sketch de caméra cachée publicitaire pour le marché chinois.
    PS) Le producteur Chang a la belle Notice Rouge Interpol n° 2017-15146
    https://www.interpol.int/notice/sear...ted/2017-15146
    Present family name: HONG
    Forename: SONG HAC
    Sex: Male
    Date of birth: 22/03/1984 (33 years old)
    Place of birth: Korea (democratic people's republic of)



    If you have any information please contact Your national or local police
    General Secretariat of INTERPOL

    This extract of the Red Notice has been approved for public dissemination


    A North Korean man whose photo was found in Indonesian Siti Aisyah’s handphone could still be in Malaysia, the High Court heard.

    Investigating officer Asst Supt Wan Azirul Nizam Che Wan Aziz agreed with defence lawyer Gooi Soon Seng’s suggestion that he did not make a record of Ri Ji-u's goings in and out of the country.

    L'implication de l'homme mystérieux de 30 ans dans l'affaire n'a pas été établie, sauf que la premiere accusée [Madame Siti Aisyah] avait deux photos de lui dans son téléphone.

    Gooi: Avez-vous déjà enquêté sur quelqu'un connu sous le nom de Ri Ji-u, numéro de passeport 745320046?
    ASP Wan Azirul: Oui.
    Gooi: Ji-u [James] est parti de Kuala Lumpur pour Phnom Penh sur le vol MAS 763 le 17 janvier.
    ASP Wan Azirul: Je ne suis pas sûr.
    nota DD : Si je me rappel bien, il avait été expulsé de Malaisie avec le corps du défunt
    Gooi: Je vous l'ai dit, Ji-u était entré en Malaisie par le vol MAS 750, le 21 janvier de Phnom Penh.
    ASP Wan Azirul: Je ne suis pas sûr. J'ai déjà répondu à cela.
    Gooi: Ma question précédente était sur lui lors qu'il quittait la Malaisie. Maintenant je demande au sujet de son entré en Malaisie.
    ASP Wan Azirul: Je ne sais pas.
    Gooi: Donc vous ne savez pas si Ji-u est toujours en Malaisie ou pas?
    ASP Wan Azirul: Je suis d'accord.

    T'es un espion Nord Coréen, Tu rentres, tu sorts, comme dans un moulin
    The 30-year-old mystery man's involvement in the case has not been established except that the first accused had two photos of him in her handphone.

    Gooi: Have you ever investigated about somebody known as Ri Ji-u, passport number 745320046?
    ASP Wan Azirul: Yes.
    Gooi: Ji-u departed from Kuala Lumpur to Phnom Penh on Flight MAS 763 on Jan 17.
    ASP Wan Azirul: I'm not sure.
    Gooi: I put it to you, Ji-u had entered Malaysia on Flight MAS 750 on Jan 21 from Phnom Penh.
    ASP Wan Azirul: I'm not sure. I have already answered this.
    Gooi: My earlier question was on him leaving Malaysia, now I'm asking about him entering Malaysia.
    ASP Wan Azirul: I don't know.
    Gooi: So you don't know whether Ji-u is still in Malaysia or otherwise?
    ASP Wan Azirul: I agree.

    On the condominium unit that was believed to be used as a laboratory to produce VX nerve agent, the witness said the unit was rented to Ri Jong Chol since May 19, 2015 for RM1,700 monthly.
    “The payment was done in cash where the owner came by to pick up the money after the tenant contacted him between the 20th and the 23rd of each month,” ASP Wan Azirul said.
    On Thursday, the witness testified that the police seized a bottle of chloride, gloves, a toothbrush and US$38,000 (RM160,626), among others, during the raid at the condominium in Kuala Lumpur.
    Yesterday, ASP Wan Azirul also told the court that the money that was seized was given to Jong Chol by four North Korean men in October last year “to buy soft noodles to be sent back to North Korea”.
    The witness also admitted that he did not conduct further investigation into the matter.
    The police officer was testifying in the trial of Indonesian Siti Aisyah, 25, and Vietnamese Doan Thi Huong, 28

    Read more at http://www.thestar.com.my/news/natio...2kT87oQVHX6.99

    Les 2 foto de monsieur Ri Ji u, publiées par la police malaisienne ;

    En routard :



    et en uniforme

    Dernière modification par DédéHeo ; 22/11/2017 à 08h53.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  5. #34
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 241

    Par défaut

    Que devient notre jeune bonne sœur de Nam Định ?

    A propos Nam Định est une ville catholique et pour bien que tout le monde le sache, les catholiques ont choisit des toles bleu comme toi pour leur maison. LOL vue de l'espace,toute la ville est bleu. Ya des gens qui "votent avec leur pieds", ya des gens qui votent avec leur toit ! C'est mieux !

    Comparons avec une ville de même statut, les villes de l'autre coté du fleuve, Thai Binh et la très bouddhiste Hung Yen.

    Toutes ces foto sont prise le même jour par le satellite Sentinel-2

    Nam Định : https://flic.kr/p/ETjfey
    https://www.flickr.com/photos/130409...7/25522258378/



    Nam Định toute bleue = Catholique

    Thai Binh, quelques Catholiques



    Hung Yen, très bouddhiste, toute rouge marron



    ***
    Alors, ce procès ? Normalement, il a repris. Maintenant que Kim et Trump sont presque copains ; va t'on oublier et écraser que Kim a fait assassiner son frère ? Les Malaisiens adorent faire durer les procès, surtout quand il y a des accusés étrangers : Les juges, les avocats reçoivent leurs salaires. Les prisons aussi. (Il faut envoyer de l'argent aux prisonnier.)

    Avec les Malaisiens, il faut s'attendre à tout ; on n'est jamais déçu ! Le premier ministre n’hésite pas a envoyer 2 de ses barbouzes pour "éclater" à l'explosif C4 Altantuya Shaariibuu, l'ex interprète et maitresse de son chef de cabinet. En plus, cette jeune mère de famille était un mannequin sexy. Il ne reste d'elle qu'une clairière dans la jungle et quelque bouts d'os. Les explosifs, même très puissant, c'est une méthode de barbouze mais ce ni efficace, ni discret pour faire disparaitre un corps. Les Malaisiens aurait du s'inspirer des "crevettes Bigeard" !

    Comme il y a de nombreux témoins du kidnapping et de l'explosion, ça fait un gros scandale. En plus il y a de la corruption et une vente de sous-marins français :

    Le père d'Altantuya n'est pas content qu'on ai atomisé sa fille.

    https://dinmerican.wordpress.com/201...n-sub-scandal/



    Altantuya Shaariibuu – A Mongolian model who was blown to bits. I met her dad Dr. Stev in Bangsar with Raja Petra Kamaruddin a few years ago. Pete was charged under ISA by the UMNO regime for his article “Let’s send the Altantuya murderers to Hell” (April 25, 2009). –Din Merican

    Although Abdul Razak Baginda, the central figure in what was previously Malaysia’s most notorious scandal, has been charged with “active and passive complicity in corruption” by French prosecutors, according to Agence France Press on Aug. 1, it is unlikely that they are going to catch up with him anytime soon.

    Razak remains in Malaysia, a close friend of Prime Minister Najib Razak, with extradiction doubtful since the premier himself also figures in a case involving a €114 million bribe to the United Malays National Organization for the purchase of French submarines. It is a case that involves political corruption, murder, sex and allegations that reach high up into both the Malaysian and French governments. Neither Najib nor Razak Baginda is likely to go touring in France anytime soon.

    LIRE LA SUITE à l'adresse CI DESSUS.

    La clairière de madame Altantuya Shaariibuu





    Kes Altantuya: Jangan ubah fakta, kata bekas KPN

    Antara Pos
    Ajoutée le 7 janv. 2013

    Apparemment, ça les fait rire

    *** le process depuis 2015 ***

    4 possible reasons to why Altantuya’s murder trial took so long


    The site where Altantuya’s remains were found.

    1. The two policemen seem to have no reason to murder her

    2. The one guy that seemed to have motive wasn’t convicted

    Le commanditaire n'est pas dans le box (razak ; Abdul Razak Baginda)
    COMME D'Habitude

    3. The lawyers involved seemed to keep changing

    COMME D'Habitude


    The people involved in the trial.


    4. The appeal process took longer than the trial itself


    Altantuya_Whoswho.jpg

    Commando killer Sirul Azhar Uman breaks silence over 2006 murder of Mongolian socialite

    THE MALAYSIAN commando who killed and blew up a Mongolian socialite has spoken for the first time about why he did it.
    ROHAN SMITH

    news.com.au February 20, 2015


    Sirul hides his face after being charged with the murder of Altantuya Shaariibuu in 2006.Source:Supplied

    WARNING: GRAPHIC CONTENT nota DD "Graphic" en anglais, ça veut dire "peut choquer les personnes sensibles "

    THE MALAYSIAN commando who killed and blew up a Mongolian socialite has spoken for the first time about why he did it.
    Sirul Azhar Uman, 43, who is locked up at Sydney’s Villawood Detention Centre after fleeing Malaysia last month, said he was “under orders” to kill Altantuya Shaariibuu, 28, in 2006.

    Sirul Azhar Uman says he was forced to kill Altantuya Shaariibuu in 2006.Source:Supplied

    The former Malaysian police officer and bodyguard to prime minister Najib Razak fled to Australia in January after being convicted of the murder in absentia and sentenced to be hanged.
    He was detained in Brisbane for a visa violation. Under Australian law, immigration officials cannot remove a person who could face capital punishment.
    Speaking about the ordered hit for the first time, Sirul told the Malaysiakini news portal that he shot the glamorous model twice before wrapping her body with military explosives and blowing her up.

    Translator Altantuya Shaariibuu was shot twice then blown up.Source:No Source

    “I was under orders,” he said. The important people with motive are still free.”
    It has long been alleged that Altantuya’s murder was linked to her connections with Malaysian government officials and specifically related to her year-long affair with Abdul Razak Baginda, a friend of Malaysian Prime Minister Najib Razak. The pair’s relationship did not end amicably.
    Altantuya had helped Abdul Razak broker a deal that would allow Malaysia to purchase submarines from the French. It is alleged that Sirul was then asked to carry out the hit.

    Abdul Razak Baginda (L) and Altantuya Shaariibuu (R).Source:Supplied

    Asia Sentinel reported in 2007 that Altantuya appeared to demand money from Abdul Razak for the care of her child — a baby he may have fathered.
    Altantuya’s remains were found in a jungle clearing near Kuala Lumpur. She was shot twice before her body was blown up. All that was left were bone fragments and pieces of flesh.

    Sirul spoke for the first time from Villawood Detention Centre. Picture: Tim Clapin.Source:News Corp Australia

    Sirul was charged with the murder alongside former Malaysian chief inspector Azilah Hadri.
    Malaysian Home Minister Wan Junaidi Tuanku Jaafar told the Bernama news agency last month that Malaysia would consider bringing legal action against Australia if the government refused to extradite Sirul.
    Fairfax media reports Sirul is considering a tell-all interview with Australian media.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  6. #35
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 241

    Par défaut

    Par mediapress24.fr
    Une preuve très faible dans le procès pour meurtre du demi frère de Kim Jong Un.

    "L’affaire, qui a repris mercredi après une pause depuis le mois d’avril, devrait se terminer vendredi lorsque les juges auront jusqu’à un mois pour décider si les femmes seront libérées ou appelées à se défendre davantage contre les accusations."
    La justice malaisienne sait se faire payer !

    Mais "Le procureur Wan Shaharuddin Wan Ladin a déclaré à l’Associated Press avant l’ouverture de la cour, cependant, qu’aucun bouc émissaire ne peut accomplir cette mission ».

    Le procureur a pour mission de "dépolitiser" donc il accuse sans preuve : "Elles se sont lavé les mains... (...) Elles sont entrainées comme dans un film de James Bond."

    On se rappel qu'outre les 4 espions Nord coréens qui ont une Notice Rouge Interpol "Recherché pour meurtre" (que vous pouvez consulter), 3 autres nord Coréen ont été libéré... et "blanchi" ; Parmi eux, "James", le faux producteur de TV qui payait les "actrices" et qui s'était caché dans l'ambassade de Corée du Nord. Tous ce beau monde de barbouzes est réfugié chez le roi Kim.
    Le "producteur" aurait pu au moins être appelé comme témoin.

    Du coup, les journalistes ne sont même pas au courant de son existence.

    Une preuve très faible dans le procès pour meurtre du demi frère de Kim Jong Un.

    Une preuve très faible dans le procès pour meurtre du demi frère de Kim Jong Un.
    28 juin 2018

    Les avocats de la défense affirment que la preuve est trop faible pour condamner les deux femmes passibles de la peine de mort pour l’empoisonnement à l’aéroport.

    Les preuves contre deux femmes condamnées à la peine de mort pour avoir tué le demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un ont été qualifiées de « doutes et lacunes » par les avocats de la défense lors de la présentation de leurs arguments finaux en Malaisie à la Haute Cour mercredi.
    L’Indonésien Siti Aisyah, 25 ans, et Doan Thi Huong, 28 ans, un Vietnamien (SIC... donc l'article est traduit), sont accusé[e]s de complicité avec quatre Nord-Coréens pour assassiner Kim Jong-nam en lui barbouillant le visage avec le poison chimique interdit VX à l’aéroport international de Kuala Lumpur le 13 février 2017 .

    L’affaire, qui a repris mercredi après une pause depuis le mois d’avril, devrait se terminer vendredi lorsque les juges auront jusqu’à un mois pour décider si les femmes seront libérées ou appelées à se défendre davantage contre les accusations.

    notaDD : Ca doit etre décidé car on est lundi... Mais pas encore de nouvelles.

    Les femmes avaient auparavant dit à la cour qu’elles ne savaient pas qu’elles participaient à une attaque meurtrière et que leurs présumés co-conspirateurs nord-coréens les avaient amenées à croire qu’elles faisaient une blague pour une émission de télé-réalité.

    L’avocat d’Aisyah, Gooi Soon Seng, a déclaré que l’absence des Nord-Coréens, qui avaient depuis quitté la Malaisie, « laissait beaucoup de questions et de problèmes sans réponse ».

    « Le rôle prétendument joué par les quatre personnes toujours en liberté continuera à rester un mystère jusqu’à ce qu’elles soient amenées à la cour de justice », a-t-il dit.
    Il a dit que sa cliente [Siti Aisyah], contrairement à Huong, n’avait aucune trace de VX dans ses ongles et ne souffrait d’aucun symptôme d’empoisonnement au VX.
    Il a également mis en doute la preuve que la chemise d’Aisyah a été testée positive aux substances à l’état de trace VX, disant que l’objet a été détruit après les tests, ce qui l’a empêché d’être examiné par le tribunal.
    Des images de vidéosurveillance montrant une silhouette non identifiée qui s’éloignait de la scène après l’attaque ont également été montrées.

    Le comportement des femmes prouve l’innocence

    L’avocat de Huong, Hisyam Teh Poh Teik, a déclaré que le comportement des femmes pendant et après l’incident a démontré qu’elles ne réalisaient pas ce qu’elles faisaient.

    « Au cours de nos 90 années de pratique juridique, nous n’avons pas rencontré de cas de meurtre où un accusé commet un meurtre en plein jour et sous les caméras de vidéosurveillance, retourne sur les lieux du crime deux jours plus tard dans des circonstances similaires. La force de cette pièce de preuve subséquente de conduite enfouit l’affaire de l’accusation, « Teh a rapporté.

    En revanche, les Nord-Coréens ont changé de vêtements à l’aéroport et se sont enfuis rapidement, a-t-il dit.


    nota DD: foto ancienne

    Implication nord-coréenne

    Les deux avocats ont suggéré que les attaques étaient motivées par des considérations politiques.
    « C’est un assassinat politique entrepris par la Corée du Nord, c’est évident, il est tout aussi évident que les tueurs étaient des Nord-Coréens », a dit M. Teh.
    Kim Jong-nam, le fils aîné du défunt leader nord-coréen Kim Jong-il, s’était publiquement opposé au contrôle dynastique de sa famille sur la nation isolée et dotée de l’arme nucléaire.
    Il vivait en exil, sous la protection de Pékin, sur le territoire de Macao, et avait critiqué le régime de sa famille et de son demi-frère.
    Mais le gouvernement malaisien a évité d’accuser Corée du Nord d’implication et a cherché à dépolitiser l’affaire autant que possible.

    Les deux avocats ont déclaré que les femmes, par comparaison, n’avaient aucun motif donné ni connu pour tuer Kim Jong-nam.
    Selon M. Gooi, cela équivaudrait à «une déclaration de guerre» si les Nord-Coréens étaient la source du VX, ce qu’ils ne pouvaient pas dire à coup sûr parce que la police malaisienne n’avait pas enquêté de manière adéquate.
    Le procureur Wan Shaharuddin Wan Ladin a déclaré à l’Associated Press avant l’ouverture de la cour, cependant, qu’aucun bouc émissaire ne peut accomplir cette mission ».
    Notez que les journaux de Gauche se sont désintéressé de l'affaire (Car leur lectorat aussi !)

    Je vous épargne Le Figaro, il reste CNews (groupe Boloré) et La Croix.

    Le contenu de CNews est intéressant malgré des titres de merde (Surement pour plaire au lectorat)

    @RDB : Je n'ai pas encore étudié Boloré, est-ce un "concurrent" de Dassault ?


    Les femmes qui ont tué le frère de Kim Jong-un «entraînées comme dans James Bond» | http://www.cnews.fr

    Les femmes qui ont tué le frère de Kim Jong-un «entraînées comme dans James Bond»
    NotaDD : Un titre de merde, accusateur, pour plaire au lectorat !

    Par CNEWS - Publié le 30/06/2018 à 10:01


    La ressortissante vietnamienne Doan Thi Huong est escortée par la police malaisienne après une audience au tribunal de Shah Alam, près de Kuala Lumpur, le 27 juin 2018. [Mohd RASFAN / AFP]

    NotaDD : Excellente foto sexy mignonne et d'actualité ! Huong, la catholique qui rêvait de devenir une actrice de TV réalité un peu pute. Regardez ! Elle a mis le costume musulman local. S'est-elle convertie? Elle avait l'air de sympathiser avec ses geôlières. Elle rêvait d'être Kim Kardatian et elle a tué Kim le gros bouffon bouffi. C'est bizarre les catholiques vietnamiens ! A 20 km de chez nous, ils ont une plage à putes, Quất Lâm avec des commentaires élogieux sur Wiki : https://vi.wikipedia.org/wiki/Qu%E1%BA%A5t_L%C3%A2m

    Quất Lâm : Accueil et services enthousiasmes et prix ajustés. Je la conseille aux messieurs du Forum! La famille de Huong habite à 10 km au sud. Son frère doit être diacre ou quelque chose comme ça.


    Les deux jeunes femmes accusées d’avoir tué le demi-frère du dirigeant nord coréen dans un aéroport, en février 2017, comparaissent depuis mercredi soir devant la justice malaisienne.

    Le procureur a lancé, à leur sujet : «On ne voit ce genre d'assassinat que dans les films de James Bond». Wan Shaharuddin Wan Ladin en est persuadé : les accusées, Siti Aisyah, indonésienne et masseuse, et Doan Thi Huong, vietnamienne et actrice, sont des tueuses bien entraînées. «Aucune place pour l'échec. Elles savaient ce qu'elles avaient à faire et y sont parvenues», a-t-il estimé.

    Le 13 février 2017, Kim Jong-nam, 45 ans, et demi-frère aîné du célèbre dirigeant nord-coréen Kim-Jong-un, attendait son vol pour Macao à l'aéroport de Kuala Lampur, en Malaisie. Il avait alors été attaqué par deux femmes qui avaient aspergé son visage d'un puissant agent neurotoxique, classé arme de destruction massive. L'attaque n'avait duré que quelques secondes, mais elle fut fatale à Kim Jong-nam, qui décéda 20 minutes plus tard dans l'ambulance qui l’emmenait à l'hôpital. Les deux femmes, âgées d'une vingtaine d'années, sont arrêtées peu après.

    Une défense bancale (nota DD: Encore un titre de merde ! C'est l'accusation qui est bancale.)

    Siti Aisyah et Doan Thi Huong, qui clament leur innocence, se disent victimes d’une «farce du style caméra cachée», orchestrées par quatre nord-coréens qui leur auraient demandé d'administrer «une huile pour bébé» dans le cadre d'une sorte de jeu télévisuel. Le procureur ne croit pas à cette version car selon lui, les jeunes femmes n’auraient pas appliqué le produit directement dans les yeux de Kim Jong-nam et ne se seraient pas lavé les mains dans la foulée.
    Aucun des quatre nord-coréens mentionnés par les jeunes femmes n'a pu être interpellé. D'après le Washington Post, ils avaient été filmés par une caméra de surveillance dans un café, en train de donner un sac plastique à Thi Huong avant l'agression.
    La Corée du Sud et les États-Unis soupçonnent Pyongyang d'avoir commandité le meurtre, car Kim Jong-nam, en tant que frère aîné du dirigeant nord-coréen, aurait pu être considéré comme le légitime héritier au trône, avant de tomber en disgrâce en 2001, après avoir été arrêté à Tokyo avec un faux passeport pour aller à Disneyland.

    Les deux prévenues risquent la peine de mort.[/QUOTE]

    La croix a une dépèche de l'AFP:

    Assassinat de Kim Jong-Nam: la défense dénonce une enquête "bâclée"

    NotaDD : La Croix respecte la présomption d’innocence. afp le 27/06/2018 à 12h54

    La Vietnamienne Thi Huong (2e d) et l’Indonésienne Siti Aisyah (2e g arrière-plan), escortées par des policiers à l'issue de leur comparution devant la Haute cour de Shah Alam, le 27 juin 2018 à la périphérie de Kuala Lumpur, en Malaisie / AFP

    L'enquête sur l'assassinat en Malaisie Kim Jong Nam, demi-frère en disgrâce du dirigeant de la Corée du Nord, a été "bâclée", a critiqué mercredi un avocat des deux femmes accusées de cet homicide digne de la guerre froide.
    L’Indonésienne Siti Aisyah et la Vietnamienne Thi Huong comparaissent devant la Haute cour de Shah Alam, un district à la périphérie de la capitale Kuala Lumpur, proche de l'aéroport où le demi-frère de Kim Jong Un avait été assassiné le 13 février 2017.

    Les deux femmes sont accusées de lui avoir projeté au visage une substance qui s'est révélée être du VX, un agent neurotoxique, version hautement mortelle du gaz sarin considérée comme une arme de destruction massive. Kim Jong Nam avait succombé peu après.

    L’Indonésienne Siti Aisyah (c), escortée par des policiers à l'issue de sa comparution devant la Haute cour de Shah Alam, le 27 juin 2018 à la périphérie de Kuala Lumpur, en Malaisie / AFP

    Au cours de sa plaidoirie, l'avocat de l'Indonésienne, Gooi Soon Seng, a estimé que les accusations contre sa cliente étaient "vagues" et qu'il n'y avait pas de preuve que celle-ci ait manipulé du VX.
    "L'enquête n'a pas été seulement bâclée mais aussi déséquilibrée", a lancé l'avocat.
    Le procès, qui a débuté l'an passé, a repris mercredi après avoir été suspendu pendant près de trois mois.
    Depuis le début de l'affaire, les deux femmes, qui risquent la peine de mort, ont nié toute intention de tuer. Elles affirment avoir été recrutées pour participer à ce qu'elles croyaient être une farce du style "caméra cachée", mais qui s'est révélé être un complot fomenté par des agents nord-coréens.

    Lors d'une précédente audience, l'avocat de Thi Huong avait déclaré que l'un des quatre suspects nord-Coréens en fuite avait recruté la Vietnamienne et lui avait fait commettre ce qu'elle pensait être une plaisanterie. (..]

    La Croix rappel un ancien article :


    Dorian Malovic, envoyé spécial à Kuala Lumpur , le 29/05/2017 à 16h20

    L’ASSASSINAT D’UN PARIA DE PYONGYANG. Deux jeunes femmes, Siti Aishah, indonésienne de 25 ans et Doan Thi Huong, vietnamienne de 28 ans, ont été identifiées sur les vidéos comme les deux assassins de Kim Jong-nam dans l’aéroport de Kuala Lumpur. Savaient-elles qu’elles allaient commettre un crime ou bien, comme elles le clament, pensaient-elles participer à un jeu de télé réalité ? Dans le premier cas elles risquent la peine de mort, dans le second la prison à vie.

    Deux jours après l’assassinat de Kim Jong-nam, les deux jeunes femmes de la vidéo sont arrêtées. L’une, Siti Aishah, est Indonésienne, âgée de 25 ans ; l’autre, Doan Thi Huong, est Vietnamienne, âgée de 28 ans. Les images de surveillance de l’aéroport révèlent à la police qu’elles n’étaient pas seules au moment des faits. Dans un café du hall de l’aéroport quatre Nord-coréens, âgés de 33 à 57 ans, surveillaient le déroulement de l’opération.

    On apprend très vite qu’ils ont quitté la Malaisie le jour même de l’assassinat, direction Pyongyang via Dubaï et la Russie. De toute évidence cet assassinat a été préparé de longue date. Kim Jong-nam était sur une liste de « personne à éliminer » depuis 2012 et il aurait déjà échappé à un attentat la même année.

    Méprise de la police malaisienne
    notaDD : a ne pas oublier !

    On apprendra presque deux mois plus tard, selon l’agence Reuters mais aussi l’agence japonaise Kyodo, que les autorités malaisiennes ont commis une grave erreur le jour même de l’assassinat. Lorsque Kim Jong-nam, alias « Kim Chol », (le nom imprimé dans son passeport diplomatique nord-coréen) se rend à l’infirmerie du Terminal 2 de l’aéroport international de Kuala Lumpur, les policiers confondent le nom du pays inscrit sur son passeport. Ils lisent « République démocratique et populaire de Corée » (nom officiel de la Corée du Nord) et pensent « République de Corée » (nom officiel de la Corée du Sud). Ils appellent l’ambassade de… Corée du Sud qui la première identifie la victime et rend publique l’information au monde entier, accusant Pyongyang d’être derrière ce meurtre.

    Le plan initial aurait voulu que la police appelle l’ambassade de Corée du Nord qui aurait envoyé une équipe de diplomates sur place pour confirmer que « Kim Chol » est bien un diplomate nord-coréen qu’il faut rapatrier dans l’anonymat le plus total. Sans cette méprise de la police malaisienne, personne n’aurait jamais entendu parler de l’assassinat de Kim Jong-nam et de la piste nord-coréenne privilégiée dès le premier jour.

    Entraînements dans des centres commerciaux


    Les deux jeunes femmes ont raconté leur « aventure » avec leurs « agents recruteurs ». Interrogées par la police malaisienne qui distille jour après jour ce qu’elle juge important ou utile à dévoiler à la presse internationale, elles affirment avoir été dupées par leurs amis. Elles auraient cru participer à un vidéogag pour un programme télévisé.

    [...] La police indonésienne assure que « Aishah » aurait été dupée.

    Mais on apprendra plus tard que les « amis » coréens ont « recruté » les deux filles dans leur pays respectif plusieurs mois auparavant. Rencontre, séduction, confiance, liaison, voyages touristiques… un vrai recrutement d’agent [...] DD: Là des bêtises de journaliste ! Agent ou victime ?
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  7. #36
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de ngjm95
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    3 151

    Par défaut

    Une instruction à charge!

  8. #37
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 241

    Par défaut

    Plutot qu'un oposant politique, Kim Jong-Nam me fait l'effet d'avoir ete un gros connard qui claque le fric du regime au casino et aux putes. Donc le jeune roi et sa petite soeur on decide d'eliminer leur cafard de demi- frere et ont choisi le bon insecticide - On n'a pas compris comment ca marche. Bravo les Kim !

    Huong et son papa, le veteran
    Chờ ngày Hương được trở về, bà Nguyễn Thị Vỳ (mẹ kế) nói gia đình sẽ mổ lợn để mời họ hàng và làng xóm. Nhiều món ngon bà sẽ làm để cho con ăn. "Tôi còn mong nó sớm lấy chồng để ổn định cuộc sống", bà nói.

    Ông Thạnh và con gái Đoàn Thị Hương tại phiên toà ở Malaysia. Ảnh: Nhân vật cung cấp
    N'esperez pas etre dedomage par la justice malaisienne : Doan Thi Huong est inocente et a déjà effectué deux années de prison depuis son arrestation le 15 février 2017.
    Alors la justice baisse le niveau de l'accusation et l'accusee doit plaider coupable. Resultat 4 ans de prison et peut-etre 30% de remise de peine.
    Huong explique son histoire avec Monsieur Y ; elle ne connait pas les vrais noms des 6 espions Nord-Coreens.

    Curieusement, les journalistes VN ne font pas la "traduction" : Mister Y est Ri Ji Hyong, le fils d'un ex ambassadeur NK a Hanoi. Il a travaille 10 ans comme espion.... pardon ... interprete.

    Curieusement, les journalistes francais ne parlent jamais de la petite soeur du roi Kim.
    Cette famille (leur pere Kim 2) a invente une nouvelle sorte de regime : Le communime royal et hereditaire.
    Le Logo : Une faucille, un peinceau, un marteau

    Assassinat du demi-frère de Kim Jong-un : la dernière suspecte bientôt libre
    http://www.leparisien.fr/international/assassinat-du-demi-frere-de-kim-jong-un-la-derniere-suspecte-bientot-libre-01-04-2019-8043840.php#xtor=AD-32280599"][/URL]
    J.Cl. avec agences


    01 avril 2019, 8h13
    |
    Shah Alam (Malaisie), ce lundi 1er avril. La dernière suspecte dans le meurtre du demi-frère de Kim Jong-un a été condamnée à de la prison, peine couverte par sa détention provisoire. AFP/Mohd Rasfan

    En modifiant les charges pesant sur elle, la justice malaisienne a fait en sorte de libérer rapidement Doan Thi Huong, co-accusée du meurtre de Kim Jong-Nam.

    Doan Thi Huong, une Vietnamienne jugée pour l’assassinat du demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, devrait être libérée en mai après avoir accepté un nouveau chef d’accusation remplaçant celui de meurtre.
    « Elle rentrera à la maison pour la première semaine de mai », a annoncé Hisyam Teh Poh Teik, l’un de ses avocats devant la Haute cour malaisienne de Shah Alam, proche de la capitale Kuala Lumpur. Doan Thi Huong a déjà effectué deux années de prison depuis son arrestation le 15 février 2017.
    Huong, 30 ans, et une Indonésienne, Siti Aisyah, ont été accusées d’avoir tué Kim Jong Nam, le demi-frère de Kim Jong Un, en l’aspergeant de poison VX, une arme chimique mortelle, à l’aéroport principal de Kuala Lumpur en février 2017. Il y a trois semaines, alors que devait reprendre le procès des deux femmes, la Haute cour de Shah Alam a libéré Siti Aisyah, sans doute après des négociations diplomatiques entre l’Indonésie et la Malaisie. La justice malaisienne avait dans la foulée refusé de lever les charges pesant sur la dernière suspecte.
    Contrairement à Siti Aisyah, Doan Thi Huong a été condamnée. Les procureurs lui ont proposé une autre accusation, non plus de meurtre mais pour avoir « causé des blessures par des armes ou des moyens dangereux ». La jeune femme n’encourait plus la peine de mort mais jusqu’à dix ans de prison ou une peine de flagellation assortie d’une forte amende. Elle a alors reconnu sa culpabilité et a été condamnée à trois ans et quatre mois d’emprisonnement.
    Vêtue d’un baju kurung rouge, une robe traditionnelle malaise, avec un foulard, Huong a hoché la tête tandis que le juge prononçait la sentence. Des représentants du gouvernement vietnamien ont, eux, vivement applaudi.
    Très critique du régime de Pyongyang, le demi-frère du leader nord-coréen - en exil depuis 2011 - avait été attaqué alors qu’il attendait un avion pour Macao, l’ancien comptoir portugais devenu le paradis des casinos dans le sud de la Chine. Il avait succombé au bout d’une vingtaine de minutes d’agonie. Le corps de Kim Jong-Nam avait été rapatrié à Pyongyang après un mois et demi de tractations, et en échange de la libération de neuf ressortissants malaisiens détenus par la Corée du Nord.
    La Corée du Sud avait immédiatement accusé le Nord d’avoir orchestré cet assassinat, ce que Pyongyang a toujours démenti. Les deux femmes ont toujours dit qu’elles avaient été piégées par des agents nord-coréens et qu’elles pensaient participer à une farce pour un jeu télévisé. Quatre Nord-Coréens avaient réussi à fuir la Malaisie peu après les faits. Ils restent accusés de meurtre par la justice malaisienne.





    InternationalKim Jong-unKim Jong-NamassassinatCorée du NordMalaisie
    Dernière modification par DédéHeo ; 04/04/2019 à 03h24.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  9. #38
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 241

    Par défaut

    Malaisie: Doàn Thi Huong sera rapatriée en sécurité au Vietnam
    lundi, 1 avril 2019 - 17:00:00


    Hanoi (VNA) – Le ministère des Affaires étrangères a indiqué travailler avec les organes compétents et avoir demandé à l’ambassade du Vietnam en Malaisie de prendre des mesures nécessaires pour rapatrier une ressortissante condamnée après sa libération.

    Doàn Thi Huong à la sortie de la Haute Cour de Shah Alam, le 1er avril. Photo : VNA

    La Vietnamienne Doàn Thi Huong a été arrêtée le 15 février 2017 dans l’affaire du meurtre du ressortissant nord-coréen Kim Chol à l’aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie.

    Elle a été condamnée le 1er avril 2019 par la Haute Cour de Shah Alam, en banlieue de la capitale malaisienne, à 3 ans et quatre mois de prison pour "blessure" au lieu de "meurtre".

    Ce changement du chef d’accusation contre Doàn Thi Huong est intervenu suite aux mesures de protection des citoyens prises par les organes compétents vietnamiens pour s’assurer qu’elle soit jugée de manière équitable et objective et remise en liberté rapidement.

    Le juge Azmi Ariffin de la Haute Cour de Shah Alam a félicité Doàn Thi Huong après la lecture du verdict au procès auquel ont participé l’ambassadeur du Vietnam en Malaisie, Le Quy Quynh, et le père de l’accusée, Doàn Van Thanh.

    Doàn Thi Huong et son père Doàn Van Thanh ont exprimé leurs remerciements au gouvernement vietnamien, aux organismes compétents vietnamiens et aux avocats pour la défense de ses intérêts dans ce procès. – VNA
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  10. #39
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de ngjm95
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    3 151

    Par défaut

    DD: "Malaisie: Doàn Thi Huong sera rapatriée en sécurité au Vietnam
    lundi, 1 avril 2019 - 17:00:00 "

    Oups ,j'ai failli prendre la nouvelle pour un poisson d'avril


  11. #40
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    9 241

    Par défaut

    4eme procès pour le meurtre du mannequin mongol (et espione travailant pour la France ?) Altantuya Shaariibuu en 2006

    l'affaire Scorpène, avex du sexe, des sous-marins, des assassins en fuite et un malheureux mannequin et traducteur mongol atomisée.
    Elle repose sur des allégations selon lesquelles le fabricant de sous-marins français DCNS aurait payé des "commissions" de plus de 114 millions d'euros (180,50 millions de dollars singapouriens) à une société écran liée à M. Abdul Razak Baginda, un proche associé de Najib qui a négocié le contrat de sous-marin de 1,1 milliard de dollars.
    Les opposants de M. Najib ont déclaré que les paiements étaient des pots-de-vin.
    L'ancien commando malaisien Azilah Hadri, condamné à mort pour le meurtre du mannequin mongol Altantuya Shaariibuu en 2006, demande à être rejugé, un jour après avoir publié une déclaration statutaire choquante dans laquelle il a accusé l'ancien Premier ministre Najib Razak d'avoir ordonné l'exécution.
    L'avocat d'Azilah, J. Kuldeep Kumar, a déposé hier la demande d'annulation de la décision de la Cour fédérale de 2015, qui a annulé les acquittements d'Azilah et de son collègue, l'ancien commando Sirul Azhar Umar.
    Najib, à son tour, cherche à intervenir dans la tentative d'Azilah de faire réexaminer l'affaire de meurtre devant la Cour fédérale, la cour suprême de Malaisie.

    Azilah, dans sa déclaration solennelle, a affirmé que Sirul et lui avaient tué Mme Altantuya sur un ordre explicite de "tirer pour tuer" de Najib.
    Najib a nié lundi toute implication dans le meurtre et a déclaré que la déclaration sous serment d'Azilah était une "fabrication complète" et un stratagème par l'administration Pakatan Harapan pour détourner l'attention du public.
    Les revendications sensationnelles et les demandes reconventionnelles ont remis le meurtre de Mme Altantuya, 28 ans, à l'honneur. Son corps, qui a été explosé en morceaux par des explosifs, a été retrouvé dans une jungle dégagée au sommet d'une colline à Shah Alam.

    Azilah et Sirul étaient membres de l'unité d'action spéciale des forces de police, ou unité Tindakan Khas, et leurs fonctions comprenaient la garde de VVIP comme Najib, alors vice-Premier ministre.

    Les deux commandos ont été, le 9 avril 2009, initialement condamnés à mort pour le meurtre de Mme Altantuya avant d'être acquittés le 23 août 2013 par la cour d'appel. L'accusation a fait appel de la décision et la Cour fédérale a annulé les acquittements des deux individus le 13 janvier 2015. Tous deux ont été reconnus coupables de meurtre et condamnés à mort à nouveau.

    Au cours du procès qui a duré des mois, ni Azilah ni Sirul n'avaient été interrogés sur les motifs du meurtre de Mme Altantuya.
    Sirul est dans un centre de détention en Australie, après avoir fui vers le pays en 2014 alors qu'il était en liberté sous caution, et a demandé l'asile.

    Le tribunal, lors du procès du duo, a appris que Mme Altantuya était la maîtresse de l'analyste politique Abdul Razak Baginda, qui est marié et a une fille.
    M. Abdul Razak était un associé de haut niveau de Najib.
    Mme Altantuya a été vue pour la dernière fois vivante devant la maison de M. Abdul Razak le 19 octobre 2006, lorsqu'elle a été emmenée dans une voiture. On pense que le meurtre a eu lieu entre le 19 et le 20 octobre de la même année.

    Altantuya murder: Bid for retrial by former Malaysian commando

    Published 23 min ago

    Nadirah H. Rodzi
    Malaysia Correspondent In Kuala Lumpur

    Former Malaysian commando Azilah Hadri who was sentenced to death for the murder of Mongolian model Altantuya Shaariibuu in 2006 is seeking a retrial, a day after issuing a shocking statutory declaration in which he accused former prime minister Najib Razak of ordering the execution.
    Azilah's lawyer J. Kuldeep Kumar yesterday filed the application to set aside the 2015 Federal Court ruling, which overturned the acquittals of Azilah and his fellow former commando Sirul Azhar Umar.
    Najib, in turn, is seeking to intervene in Azilah's attempt to have the murder case reviewed at the Federal Court, Malaysia's apex court.



    Azilah, in his statutory declaration, claimed he and Sirul killed Ms Altantuya on an explicit "shoot to kill" order by Najib.
    Najib on Monday denied any involvement in the murder and said Azilah's sworn statement was a "complete fabrication" and a ploy by the Pakatan Harapan administration to divert public attention.
    The sensational claims and counter-claims have brought the murder of Ms Altantuya, 28, back in the spotlight. Her body, which was blown to bits by explosives, was found in a jungle clearing atop a hill in Shah Alam.


    Azilah and Sirul were members of the police force's special action unit, or Unit Tindakan Khas, and their duties included guarding VVIPs like Najib, then Deputy Prime Minister.

    The two commandos were, on April 9, 2009, initially sentenced to death for Ms Altantuya's murder before they were acquitted on Aug 23, 2013, by the Court of Appeal. The prosecution appealed against the decision and the Federal Court overturned the acquittals of both individuals on Jan 13, 2015. Both were found guilty of murder and again sentenced to death.

    During the months-long trial, neither Azilah nor Sirul had been asked about the motive for killing Ms Altantuya.
    Sirul is at a detention centre in Australia, after fleeing to the country in 2014 while on bail, and has applied for asylum.
    The court, during the duo's trial, heard that Ms Altantuya was the mistress of political analyst Abdul Razak Baginda, who is married with a daughter.
    Mr Abdul Razak was a high-profile associate of Najib.
    Ms Altantuya was last seen alive outside Mr Abdul Razak's house on Oct 19, 2006, when she was taken away in a car. It is believed the murder took place some time between Oct 19 and Oct 20 that year.
    Azilah's lawyer, Mr Kuldeep, told reporters yesterday: "I confirm that… there is a Rule 137 application and a review application supported by an affidavit." He was referring to Rule 137 of the Federal Court Rules 1995, which states that the court can hear any application or make any order as may be necessary to prevent injustice or to prevent an abuse of the process of the court.
    The Federal Court has fixed April 20 for the hearing.
    Meanwhile, speaking to reporters at the Federal Court yesterday, Najib's lawyer Muhammad Shafee Abdullah said: "The application to intervene will be made because one cannot be condemned without the person being there in court to defend himself."
    Mr Shafee claimed that based on "very reliable information", several VVIPs had met Azilah outside the Sungai Buloh prison since February, but he declined to name the persons.
    "I cannot disclose who they are, but they are 'agents' of the Malaysian government and a reporter," Mr Shafee was quoted as saying by news site Free Malaysia Today. He also said this was a "coordinated effort".








    A version of this article appeared in the print edition of The Straits Times on December 18, 2019, with the headline 'Bid for retrial by former Malaysian commando'. Print Edition | Subscribe

    Former Malaysian commando claims Najib told him to kill Mongolian model Altantuya


    Azilah Hadri (right), who was sentenced to hang for killing model Altantuya Shaariibuu (left), claims the ex-PM gave him an explicit order to kill her.PHOTOS: AFP / MONGOLIAN CONSULATE


    Published
    Dec 16, 2019, 4:11 pm SGT

    Hazlin Hassan
    Malaysia Correspondent

    KUALA LUMPUR - Convicted murderer Azilah Hadri has alleged that he was ordered to kill model Altantuya Shaariibuu in 2006 by former Malaysian prime minister Najib Razak and the politician's close associate Abdul Razak Baginda - claims that were immediately rejected by the former premier.
    In a statutory declaration (SD) Azilah filed on Oct 17, 2019 and reported by news site Malaysiakini on Monday (Dec 16), the former police commando said he and his former colleague Sirul Azhar Umar killed the Mongolian national, following an explicit "shoot to kill" order by Najib.
    Azilah and Sirul were members of the police force's special action unit, or unit tindakan khas (UTK), and their duties included guarding VVIPs, like Najib who was then deputy prime minister (DPM).

    Azilah, who was found guilty in 2009 of the murder and sentenced to hang along with Sirul, claimed Najib had ordered him to "arrest and destroy" Ms Shaariibuu because she was a "foreign spy" and a "threat to national security."
    "I asked the DPM what he meant by arrest and destroy the foreign spy, he responded: 'Shoot to kill', and indicating it with a 'slit the throat' gesture," Azilah, 43, said in the statutory declaration, as quoted by Malaysiakini.
    He also claimed that Najib had told him to destroy the body with explosives to remove all traces of it, adding that Najib warned him to be "cautious" of the spy and that she would claim she was pregnant.


    Sirul is now held in a detention centre in Australia, after having fled there in 2014 while on bail, and has applied for asylum.


    Azilah, who is behind bars and seeking a retrial, said there was suppression of evidence and material facts during the previous trials and that he was willing to provide full evidence on the matter in open court.
    "My purpose for disclosing the evidence and material facts (of this case) is not only because I feel I have been betrayed by interested parties but also to express the truth on what happened in the murder of Altantuya," he said, according to the SD as quoted by Malaysiakini.
    "I also hope that my colleagues in the UTK and the police force will be careful in executing orders so that the issue of betrayal and being made a scapegoat will not recur."

    Najib's former close associate Abdul Razak was charged in 2006 with aiding and abetting the murder of 28-year-old Altantuya, in one of Malaysia's most sensational trials.
    Her body was blown up with explosives in a jungle near Shah Alam in Selangor.
    Abdul Razak was a high-profile political analyst who used to be an adviser to Najib, heading the Malaysia Strategic Research Centre, a think-tank specialising in defence and strategic issues.
    Married with a daughter, Abdul Razak, 59, admitted in court that Altantuya was his mistress. But he had maintained that he gave no instructions for her to be killed.
    She was last seen outside Abdul Razak's home on Oct 19, 2006 when she was taken away in a car.
    Azilah and Sirul, who is now 47, were jointly charged with her murder, which was believed to have occurred some time between Oct 19 and Oct 20 2006.
    In 2008, Abdul Razak was acquitted by the High Court, while Azilah and Sirul were found guilty in 2009 and sentenced to death.



    Najib on Monday decried Azilah's allegations as a "complete fabrication," and a ploy by the Pakatan Harapan administration to divert public attention.
    "This is a complete fabrication by a desperate person seeking to escape the gallows," he was quoted as saying.
    "I believe this is a deal struck between the Harapan government and Azilah, with the latter's death sentence being commuted or delayed in return. This is an attempt to distract attention and to hit out at me," he added.
    Najib, 66, maintained that he had never met Altantuya despite Azilah claiming otherwise in his statutory declaration.
    Abdul Razak in a statement on Monday issued by his lawyer said the issues raised by Azilah "concerns and impacts an ongoing Shah Alam Court civil suit and is in the circumstances sub judice. " Abdul Razak asked the Attorney-General to take steps to start contempt proceedings against those who issued such statements which could prejudice the case.
    He was referring to a RM100 million civil suit filed by Ms Altantuya's father Shaariibuu Setev and his wife Altantsetseg Sanjaa as well as a grandson against Azilah, Sirul, Abdul Razak and the Malaysian government, over her death.

    Lurid tale of bribery and murder looms anew for Malaysia's Najib

    Former Malaysian prime minister Najib Razak has denied that he and his wife were involved in the killing of Altantuya Shaariibuu in 2006. PHOTO: REUTERS


    Published
    May 19, 2018, 1:38 pm SGT


    KUALA LUMPUR (AFP, REUTERS) - Ousted Malaysian premier Najib Razak is already in hot water over allegations he looted state funds, but his legal woes could worsen as calls grow for a fresh look at an even darker past scandal involving the grisly slaying of a young model.
    The lurid earlier affair centred on allegations that Malaysian officials took huge kickbacks in the 2002 purchase of Scorpene submarines from France when Mr Najib was defence minister.

    The sensational saga transfixed Malaysia for years until the authoritarian former regime used its leverage to eventually bury it, though whispers persist that Mr Najib, 64, and his wife Rosmah Mansor were deeply involved.

    But Mr Najib was trounced in a stunning May 9 election and Malaysia's new government has vowed to investigate not only current allegations that Mr Najib stole billions from sovereign wealth fund 1MDB, but also lift the lid on other unresolved scandals under the graft-plagued former government.
    "We are very encouraged by the quick moves so far on (1MDB) and that the government is taking previous corruption seriously," said Ms Cynthia Gabriel, who heads the Centre to Combat Corruption and Cronyism (C4), a Malaysian NGO.
    "In this regard, scandals like Scorpene cannot be ignored. Pressure is building and its going to get more interesting."


    Mr Najib's immediate concern is allegations that he, his family, and cronies pillaged billions from 1MDB. He is barred from leaving Malaysia and police have seized large amounts of cash, jewels and luxury items from his home and other sites.

    But 1MDB pales in many ways to the Scorpene affair, which has sex, submarines, assassins on the run, and an unfortunate Mongolian model and translator.
    It centres on allegations that French submarine maker DCNS paid "commissions" of more than 114 million euros (S$180.50 million) to a shell company linked to Mr Abdul Razak Baginda, a close Najib associate who brokered the US$1.1 billion submarine deal.
    Mr Najib's opponents said the payments were kickbacks.
    Mr Abdul Razak's Mongolian mistress Altantuya Shaariibuu, who was said to have demanded a payoff for working as a translator in negotiations, was shot dead, her body blown up with military-grade plastic explosives near Kuala Lumpur in 2006.
    Allegations that Mr Najib and Madam Rosmah were involved in the killing - carried out by two government bodyguards - were steadfastly denied by Mr Najib. He also was forced to publicly deny having had an affair with Altantuya.
    The case sank off the radar after a Malaysian court in 2008 cleared Mr Abdul Razak of abetting the murder, sparking allegations of a huge cover-up to protect Mr Najib, promoted to deputy prime minister by then.
    But a key figure now looms as a potential game-changer.
    Sirul Azhar Umar was convicted along with another police bodyguard in the killing, but he has said they were patsies for "important people" who ordered the murder, and has previously threatened to tell all.
    Before he could be jailed, Sirul somehow managed to flee in 2015 to Australia, where he is believed to be in custody.
    He told a Malaysian news outlet on Saturday he was ready to reveal who ordered the murder. “I am willing to assist the new government to tell what actually transpired provided that the government grants me (a) full pardon,” Sirul, who is in Australian immigration custody, told news website Malaysiakini.





    Leading Malaysian politician Anwar Ibrahim, released from jail last week in the wake of the election and who is expected to eventually become prime minister, told AFP on Thursday that Sirul and his accomplice Azilah Hadri should be granted fresh trials.
    "At that time, the judiciary was compromised," Mr Anwar, 70, said in an interview.
    "I don't know to what extent Najib was involved or not, but he's certainly implicated in some way," he added.
    He noted that all traces of Altantuya entering Malaysia before her murder were eliminated, saying that "had to be a higher-up decision".
    Also looming is a slow-moving effort in French courts that could reveal more.
    French judicial sources last year told AFP that investigators there had indicted two former top French executives linked to the Scorpene deal, as well as Mr Abdul Razak.
    Following Malaysia's election, C4 publicly called for an immediate investigation of Mr Najib and others over the submarines and Altantuya's murder, calling the affair "one of the (previous) government's greatest robberies".
    Ms Gabriel admits that the sheer backlog of scandals under the former government, including dodgy land deals, looting of timber resources, and numerous suspicious deaths of government critics while in police custody, could delay justice for Altantuya.
    Powerful vested interests also remain, including former establishment figures now aligned with the new government.
    "It might be tricky. But if they truly are now behind the rule of law, no stone should be unturned," she said.
    Dredging up the truth in the Scorpene case can be risky.
    In 2008, a private investigator deeply involved in the affair, Mr P. Balasubramaniam, implicated several government officials, including Mr Najib, in the murder. He quickly recanted, later saying he had been threatened, and fled to India.
    He returned in 2013 vowing to tell all in the scandal, just as Mr Najib was facing crucial elections, but died two weeks later.

    Authorities blamed a sudden heart attack.

    Malaisie. L’affaire des sous-marins français refait surface



    Publié le 21/11/2018 - 15:35
    Le 3 septembre 2009, le sous-marin "KD Tunku Abdul Rahman", le premier livré par la France, faisait escale à Port Klang, non loin de Kuala Lumpur, en provenance de Toulon. PHOTO : BAZUKI MUHAMMAD (MALAYSIA MILITARY IMAGES OF THE DAY) / REUTERS

    L’enquête concernant l’achat de sous-marins français avec le versement présumé de pots-de-vin est relancée. L’ancien Premier ministre Najib Razak, ministre de la Défense à l’époque de la transaction, a été entendu le 19 novembre.

    “Le dossier est rouvert”, a confié un responsable de la Commission malaisienne anti-corruption (MACC) au site Malaysiakini peu après la convocation de Najib Razak. Depuis qu’il a été écarté du pouvoir en mai dernier, l’ancien Premier ministre fait face à une multitude de poursuites judiciaires.
    Il devra donc désormais répondre aux soupçons de commissions illégalement perçues lors de l’achat en 2002, pour près d’un milliard d’euros, de deux sous-marins Scorpène et d’un sous-marin Agosta auprès de l’actuel Naval Group (nommé à l’époque DCN), allié à Thales. Des sommes lui auraient été versées via son conseiller Razak Baginda alors qu’il était à la tête du ministère de la Défense.
    Un meurtre lié à la transaction

    Lors des négociations avec le constructeur français, Razak Baginda avait fait appel aux services d’une interprète mongole, Altantuya Shaaribuu, qui, par la suite, avait semble-t-il cherché à le faire chanter. La jeune femme a fini par être “éliminée par deux anciens haut gradés de la police”, rappelle Malaysiakini. Les deux tueurs ont été condamnés à la peine capitale en janvier 2015.
    Najib Razak a toujours nié toute implication dans cette affaire. Tant qu’il était à la tête de la Malaisie, il n’a guère été inquiété. Mais dès le mois de mai et la défaite électorale de l’Umno (Organisation nationale unifiée malaise), le parti au pouvoir depuis l’indépendance, des voix ont appelé à la réouverture de l’enquête.
    Parallèlement, la justice française, saisie par une plainte déposée par une ONG malaisienne, a ouvert une enquête qui a conduit à la mise en examen de plusieurs responsables dans l’Hexagone. En février 2016, note Malaysiakini, Razak Baginda avait reconnu avoir perçu 30 millions d’euros au titre de “consultant” dans la négociation, mais a démenti que l’argent ait servi à corrompre des membres du gouvernement. Interrogé le 19 novembre par le site indépendant à propos de la réouverture de l’enquête, Razak a simplement dit “être toujours prêt à coopérer avec les autorités”.
    Dernière modification par DédéHeo ; 18/12/2019 à 00h35.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

Page 4 sur 4 PremièrePremière ... 234

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 2 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 2 invité(s))

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 19/03/2015, 07h08
  2. Après les "crève la faim", une autre croisade urgente " Sauvons les riches"
    Par robin des bois dans le forum Discussion Libre
    Réponses: 7
    Dernier message: 25/12/2012, 10h39
  3. Réponses: 18
    Dernier message: 28/04/2011, 18h51
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 18/03/2010, 17h24
  5. S.O.S. MẤT "SỬA" VÀ "XÓA" ! ... S.O.S DISPARUS "MODIFIER" ET "EFFACER" !
    Par Thanh Ba.ch dans le forum Aide à l'utilisation du Forum
    Réponses: 2
    Dernier message: 05/04/2006, 11h31

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Le site Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® a pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2013 E-metis Network | Site by E-metis Webdesign
Nous rejoindre
Forumvietnam.fr est propulsé par le moteur vBulletin®.
Copyright © 2013 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Content Relevant URLs by vBSEO 3.6.1