Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 18

Discussion: Epoch Times, le journal chinois qui démasque les collabos de la RPC

  1. #1
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 676

    Par défaut Epoch Times, le journal chinois qui démasque les collabos de la RPC

    Epoch Times, le journal chinois qui démasque les collabos que la République Populaire de Chine place aux plus hauts niveau dans le monde libre.

    Par exemple dands la municipalité de New York :

    Lors des élections des "Comptroller" de New York City 2009, Epoch Times a allégué que le candidat démocrate né à Taiwan John Liu fait partie du «Front uni» du parti communiste chinois pour infiltrer les États-Unis et de subvertir son gouvernement, la démocratie et les droits de l'homme en général. le journal a allégué que «le PCC tenacement et systématiquement place ses agents [...] à des postes clés dans les entreprises, les universités et le gouvernement des États-Unis et d'autres pays."

    Epoch Times a également publié 8 page "édition spéciale", et a également présenté sur son site Web une section axée sur les de liens John Liu a rapporté des liens avec les fonctionnaires du PCC.

    Le journal chinois Epoch Times a aussi une édition Française :

    Epoch Times ? L?actualité en continu : National, International, Chine, Culture, Société
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs


     

  3. #2
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de ngjm95
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    2 870

    Par défaut

    La justice américaine vient de condamner une certaine Wenxia Man de San Diego pour s'être illégalement procurée des moteurs pour l'avion furtif F-35 ainsi que ceux du F-16 pour le compte de l'armée chinoise. elle s' était interessée aussi à l'UAV de surveillance Reaper.
    Elle risque 20 ans de prison pour "exportation sans licence appropriée du matériel de guerre .
    Si la Chine est parfaitement capable de construire des avions modernes,elle n'est pas encore capable de sortir des réacteurs à l'égal de ceux de l'Ouest et de la Russie.
    Et dire qu'on va construire des Airbus en Chine !

    Intellasia East Asia News - Man conspired to export American fighter jet engines to China
    Dernière modification par ngjm95 ; 13/06/2016 à 08h13.

  4. #3
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 676

    Par défaut

    Exemple du travail des collabos - Pourquoi la 2ème carte est-elle fausse ?
    QUOTE=thuong19;165775]une autre vision du conflit exposée dans un article de Cap-vietnam .com
    Le Vietnam au cœur d’une guerre d’influence

    Soumis par Cap Vietnam.
    Publié le mardi 31 mai 2016, 17:32.



    La carte de Cap Vietnam est exacte : La revendication chinoise, selon la carte au "9 traits" ( plan de conquête coloniale illégale depuis l'entrée en vigueur de la Carte des Nations unis, octobre 1945) coute la Zone Économique Exclusive de l'Indonésie (ZEE)

    Mais ATTENTION, il ne faut pas prolonger les 9 traits discontinus de la carte chinoise (C'est un piège ou tout le monde tombe)
    La 2ème carte contient au moins 3 erreurs (ET Ca NE VIENT PAS DE CAP VIETNAM)
    ... Le Vietnam et la Chine s’en disputent la souveraineté, ainsi que la Malaisie, Bruneï, Singapour et l’Indonésie…
    Romain Chicheportiche (probablement que ce monsieur s'est fait avoir par de fausses informations que diffusent les collabos !)
    /QUOTE]

    1) Bien sûr que le trait n3 de la carte chinoise coupe la ZEE de l'Indonésie. On s'en est aperçu récemment !

    2) LE LADD REEF BIEN SÛR
    Sur cette carte le Ladd Reef est chinois. (A l'ouest de l'île Spratly) Pourquoi ?

    Cette info mensongère vient du site internet southchinasea.org géré par le collabo David Rosenberg !

    3) Le trait n4, c'est le haut fond James Shoal
    C'est la 1ere fois que je vois une carte qui contourne le haut-fond James Shoal. Le point LE PLUS Méridional DE LA CHINE !

    Voici la page 4 du cahier de géographie en classe de 3ème des petits Chinois :

    Traduction du chinois : Le point le plus méridional du territoire de notre pays est récif Zengmu Ansha (SIC) dans les îles Nansha. (SIC)

    Depuis 40 ans déjà, les p'tits Chinois apprennent par cœur que le haut-fond James Shoal qui est à 22 mètres sous le niveau de la mer, que la Chine appelle de façon mensongère "récif Zengmu Ansha" EST LE POINT LE PLUS Méridional DE LA CHINE.



    VOICI UNE CARTE EXACTE

    Dernière modification par DédéHeo ; 13/06/2016 à 10h32.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  5. #4
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 676

    Par défaut

    Les prochaines vacances de RDB : La plage de la baie de Yalong.




    Centre de villégiature balnéaire cinq étoiles dans la baie de Yalong, près de Sanya


    Situé au bord de l'une des plus belles plages de Chine, le Sanya Marriott Yalong Bay Resort Spa offre une superbe vue sur la mer de Chine et met à la disposition des vacanciers plusieurs piscines, un club enfants, une chapelle en bord de mer, l'accès Internet sans fil gratuit dans les espaces publics et un service de navette faisant la liaison avec les boutiques duty free.



    Vous voyez les zolies petites îles ? La base de sous-marins nucléaire est derrière.






    Avec son matelas pneumatique gonflable, il va entrer espionner la grotte des sous-marin nucléaires chinois :


    L'entrée de la grotte est à droite sur la photo ; avec son matelas de plage, RDB n'est pas détecté par les radars. RDB, notre nouveau James Bond !

    La base de sous-marins de Longpo se trouve sous une petite péninsule boisée fermant l'est de la Baie de Yalong. Elle est seulement à quelques km de la station balnéaire de Sanya (population 536.000 en 2006), une destination touristique populaire et le site d'un futur pôle de croisières.5 La base occupe plus 1/3 de la Baie de Yalong ; les 3 ilots au milieu de la baie ont été reliés par des quais pour fermer la base. L'autre partie de la baie et sa plage, à l'ouest, est occupée par des hôtels luxueux tel Banyan Tree, Hilton, Marriott, Sheraton, Ritz Carlton et Holiday Inn.

    La base de sous-marins se trouve au point du territoire chinois le plus proche du plateau continental. Elle est à environ 50 miles nautiques (93 km) de la ligne isobathe de - 200 mètres. Elle est à 150 miles nautiques (280 km) de la plus proche des îles contestées de l'archipel des Paracels ou la ville de Da Nang au Vietnam.

    Et RDB nous révelle que dans la grotte, les Chinois Nazi chargent leur sous-marins nucléaire avec des missiles Julang-2.

    Tiananmen's Tremendous Achievements

    The official blog for Tiananmen’s Tremendous Achievements: The Silent, Peaceful Coup D’état in China by Chan Kai Yee

    China Reveals New Strategic Weapon to Ensure Nuclear Deterrence

    Posted: April 7, 2016 | Author: chankaiyee2 | Filed under: Uncategorized | Tags: 094 submarine, China, JL-2, second-strike |


    Julang-2 submarine-launched strategic nuclear missile


    Submarine launch of Julang-2 strategic missile
    Dernière modification par DédéHeo ; 18/06/2016 à 11h50.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  6. #5
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de ngjm95
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    2 870

    Par défaut

    Citation Envoyé par DédéHeo Voir le message
    Les prochaines vacances de RDB : La plage de la baie de Yalong.

    Vous voyez les zolies petites îles ? La base de sous-marins nucléaire est derrière.
    Avec son matelas pneumatique gonflable, il va entrer espionner la grotte des sous-marin nucléaires chinois :
    Tu envoies l'inspecteur Cluzot
    Pour les sous-marins ou pour les avion disparus ?

    Dernière modification par ngjm95 ; 18/06/2016 à 17h28.

  7. #6
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 676

    Par défaut

    Quand j'étais en vacances à Sanya


    je rencontre celle là

    Moi aussi j'ai une montre, elle est noire (50 k DVN = 2€) c'est une casio. Dédée en bikini à la plage se cache derrière sa montre.


    Je rencontre celle là... Une Chinoise super simpa (Elle, c'est Darci Liu) :
    - Test qui toi
    - Moi, C'est Dédée de Nouméa (En fait je ne veux pas lui dire Dédée d'Halong city)

    - Ben oui, Dédée la surfeuse
    - Tu veux participer au Swatch Girls Pro China ?
    - Tu sai nagée
    - Oui un peu

    Swatch Girls Pro China : J-2

    Du 21 au 25 novembre 2012, les championnats du monde de longboard féminins reprennent leurs quartiers à Wanning sur l'île d'Hainan en Chine.
    Publié le 19 novembre 2012 par Romain FERRAND




    Après la première édition du Swatch Girls Pro China l’an passé, qui a révélé le potentiel surfistique de la Chine, Swatch remet le couvert, réunissant du 21 au 25 novembre 2012 sur l’île d’Hainan les meilleures longboardeuses au monde. L’Europe ne sera pas en reste avec quatre Françaises : Emilie Libier, Coline Ménard, Justine Dupont et Ophélie Ah-Kouen ainsi que l’Anglaise Candice O’Donnell. À quelques jours du lancement de la compétition, les longboardeuses, plus que motivées, nous ont livré leurs commentaires et pronostiques. Laissons la parole aux filles pour vous plonger dans l’ambiance de ce qui promet d’être une deuxième édition mémorable.

    Kassia Meador, île de Hainan. © Swatch

    Kassia Meador, longboardeuse du team Swatch, une des grandes favorites, demi-finaliste l’an passé : « C’est une compétition extraordinaire, avec un titre mondial à la clef, l’enjeu est donc très important mais c’est aussi un surf-trip à part entière. La compétition est synonyme de voyage, de découvertes et d’explorations. L’année dernière aucune de nous n’avait déjà été en Chine avant l’événement et personne ne savait à quoi s’attendre. Cette année j’ai hâte de retrouver ce climat tropical, ces montagnes, ces plages magnifiques et cette ambiance de folie. »
    Lindsay Steinriede, championne du monde ASP 2011, l’Américaine couronnée l’an dernier en Chine : « C’était tellement incroyable de remporter le titre mondial en Chine. Ce sentiment d’être les premiers à découvrir la destination et de participer à une compétition sur ce spot, sans parler de l’ambiance entre les concurrents et tous les spectateurs. Tout cela rendait la victoire encore plus spéciale. Mon mari était avec moi pour me soutenir. Vu le niveau des filles cette année, je vais avoir du pain sur la planche ! Chelsea Williams sera difficile à battre, autant que Kassia Meador. Mais je vais tacher de ne pas trop penser aux concurrentes mais à me concentrer à offrir mon meilleur surf. »
    Les longboardeuses locales de Hainan, wildcard en poche. © Swatch


    Monica Guo, 22 ans, locale d’Hainan, wildcard : « Je suis vraiment honorée de recevoir cette wildcard. Je veux représenter mon pays et montrer au monde le potentiel de la Chine pour surfer. J’ai été tellement impressionnée par le niveau des filles l’année dernière, j’ai beaucoup appris en les regardant. Depuis, j’ai participé à des événements locaux sur l’île. J’ai ouvert ma propre boutique de surf et je donne des cours de surf, si vous verriez comment les enfants du quartier sont excités de l’arrivée de ce Swatch Girls Pro ! »
    Emilie Libier, championne d’Europe ASP 2011, originaire de Vieux-Boucau : « J’ai beaucoup voyagé mais je n’ai jamais fait l’Asie, c’est la première fois que je me qualifie pour le World Tour et ce sera ma première participation à l’événement. Je manque d’expérience, j’y vais sans pression avec pour objectif principal de me requalifier l’an prochain. Je vais rencontrer et surfer avec des filles de tous les continents. Mais j’ai aussi hâte de découvrir la culture et la nourriture. J’espère que nous aurons du temps pour profiter et visiter les alentours ».
    Lindsay Steinriede prête à défendre son titre mondial ASP. © Swatch

    Candice O’Donnell, originaire de Grande-Bretagne, âgée de 28 ans : « La Chine est un endroit vraiment intéressant pour disputer un tel championnat. Les paysages, les plages et le potentiel surf sont incroyables mais c’est aussi un pays qui dispose d’une histoire et d’une culture particulièrement riche. C’est une destination fascinante et je me réjouis d’y retourner. »
    Coline Ménard, originaire de La Rochelle, 24 ans : « C’est incroyable comme nous avons été bien traitées l’an passé. Nous étions logées dans un hôtel magnifique et tout le monde était à nos petits soins. L’endroit est magique, il y a encore des plages et des spots vierges mais je doute que ça reste encore longtemps comme ça, et j’ai donc bien l’intention d’en profiter. Question surf, je ne me met pas trop la pression, je me fixe comme principal objectif de me requalifier. »

    Le trophée ASP 2012 en cours de préparation. © Swatch



    Ophélie Ah-Kouen, originaire de La Réunion, 19 ans : « Tout est différent là-bas, l’année dernière j’en ai pris plein les yeux. La culture, les gens et surtout la nourriture changent complètement nos habitudes. Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour m’entraîner parce que je viens juste de commencer des études à Paris et j’ai eu beaucoup d’examens ces derniers temps. Mais je suis vraiment motivée et je compte bien garder ma place dans le classement. »
    Justine Dupont, shortboardeuse sur le World Tour 2011 : « Pour moi ça sera mon 3ème séjour en Chine, j’y suis déjà allée l’année dernière pour le Swatch Girls Pro et aussi pour un événement shortboard en début de saison. Les conditions de surf sont excellentes, le spot est un très long point break. Je dois avouer que je pars là-bas sans pression, le longboard n’a pas vraiment été une de mes priorités ces derniers temps. »
    Suivez ici tous les résultats, photos, extraits vidéos et news.
    Elle me passe une plache, je me couche dessu
    Dédée, elle rame, cest un torpédo
    Je rame assez loin, j'avi pa vue que j'etais au large de la peninsule ; Darci, elle a crjue que j'étai morte en mer
    Je me met debout sur la planche.. ah elle est longue cette vague...flap flap flap, je rentre à la plage
    C'était pas la bonne plage
    J'atterrie en bikini de l'autre coté de la péninsule,
    Dédée, c'est la plus forte, voilà qu'elle surf au milieu des baleine bleu.... merde c'est des sous-marins nucléaires
    Là, Underground facility


    Les militaires chinois m'envoie une colonelle chinoise qui parle français
    - Vous este qui
    - Déedée de Noméa
    - c'est où ?
    - T'es une asiate
    - T'es une Japonaise, ta montre c'est pas une Swach, c'eszt une casio
    - Elle est à qui ta planche
    - C'est Darci qui me l'a préteé
    J'ai du leur donnée ma montre et mon bikini
    - Pouuquoi t'es pas épilée
    - non jamais.
    fouillée, auscultée..
    et j'invente toute histoire que je regarde sur TV 5 Monde , France O
    Après 3 heures interrogatoire, ils mon rendu ma culotte et ma montre.... démagnétisée
    - On va vous ramener Madame
    - Et la planche de ma copine
    Lolo ils mont ramenée en comand car
    ps) maintenant que mon pédigré est devilé, la Chine, je n'y metrai plus les pieds
    je donne quand même le site pour RDB :
    www.sanyasurf.com
    Dernière modification par DédéHeo ; 19/06/2016 à 05h13.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  8. #7
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 676

    Par défaut

    Comme c'est bizard ; Le journal Le Monde investi par les collabos de la 5ème colonne Nazi Chinois ?

    Que ce passe-t'il le 1er juillet 2016 ? Hongkong marche contre le pouvoir de Pékin

    Liberation.fr :

    Par
    Laurence Defranoux — 1 juillet 2016 à 15:00 (mis à jour à 16:15)

    "Durant quatre heures ce vendredi, les manifestants ont réclamé la démission du chef du gouvernement hongkongais, Leung Chun-ying, considéré comme la marionnette de Pékin, qui a récemment laissé entendre qu’il pourrait briguer un second mandat en 2017. Toutes les figures de la révolution des parapluies étaient là, comme Denise Ho, chanteuse qui a resurgi dans l’actualité en juin après que Lancôme a annulé un de ses concerts sous la pression de Pékin. Marteau gonflable pour «taper sur le gouvernement», recyclage des bouteilles d’eau, prises de parole, quelques doigts d’honneur en direction de la police, la manifestation s’est déroulée dans le calme. Quelques drapeaux hongkongais de l’époque coloniale, portant l’emblème britannique, ont resurgi, des manifestants déclarant à la presse que «si le Royaume-Uni peut se séparer de l’Europe, Hongkong peut se séparer de la Chine»."

    Mobilisation ; Hongkong marche contre le pouvoir de Pékin

    Par Laurence Defranoux — 1 juillet 2016 à 15:00 (mis à jour à 16:15)




    «Faites tomber le chien des communistes», sous-entendu le chef de l'exécutif, un des slogans du rassemblement prodémocrate à Hongkong, le 1er juillet. Photo Tyrone Siu. Reuters
    A deux mois des élections législatives, quelques dizaines de milliers de personnes ont réclamé la démission du chef de l'exécutif.


    • Hongkong marche contre le pouvoir de Pékin

    A Hongkong, le succès d’une mobilisation se mesure en nombre de terrains de foot. Et vendredi, les manifestants qui s’ébranlaient pour le défilé prodémocratique du 1er juillet ne remplissaient que deux des six terrains du parc Victoria. Une participation, estimée à 110 000 personnes par les organisateurs et 19 300 par la police, qui semble modeste au vu de la tension de ces derniers mois entre l’ex-colonie britannique, rétrocédée il y a exactement dix-neuf ans à la Chine, et le pouvoir central de Pékin.
    Pour Edmund W. Cheng, professeur de sciences politiques qui se trouvait à la manif, «beaucoup de gens, surtout les jeunes, sont sceptiques sur l’utilité de manifestations traditionnelles pour obtenir des concessions politiques». L’universitaire se dit néanmoins surpris que l’affaire des «cinq libraires disparus» à l’automne n’ait pas déclenché d’action collective. Deux heures avant le départ de la manif, Lam Wing-kee, 61 ans, a renoncé à en prendre la tête, parlant de «menaces sérieuses» sur sa sécurité. L’éditeur de livres politiques a révélé il y a deux semaines qu’il a été enlevé, forcé à une fausse confession télévisée, et détenu durant huit mois par les autorités chinoises qui cherchaient à obtenir les noms de ses informateurs et clients sur le continent. Pour les opposants, c’est la première violation grave du principe «Un pays, deux systèmes» qui garantit au territoire une certaine autonomie vis-à-vis de la Chine continentale jusqu’en 2047.
    Relire notre reportage A Hongkong, au royaume des livres interdits
    Durant quatre heures ce vendredi, les manifestants ont réclamé la démission du chef du gouvernement hongkongais, Leung Chun-ying, considéré comme la marionnette de Pékin, qui a récemment laissé entendre qu’il pourrait briguer un second mandat en 2017. Toutes les figures de la révolution des parapluies étaient là, comme Denise Ho, chanteuse qui a resurgi dans l’actualité en juin après que Lancôme a annulé un de ses concerts sous la pression de Pékin. Marteau gonflable pour «taper sur le gouvernement», recyclage des bouteilles d’eau, prises de parole, quelques doigts d’honneur en direction de la police, la manifestation s’est déroulée dans le calme. Quelques drapeaux hongkongais de l’époque coloniale, portant l’emblème britannique, ont resurgi, des manifestants déclarant à la presse que «si le Royaume-Uni peut se séparer de l’Europe, Hongkong peut se séparer de la Chine». En début de soirée, plusieurs groupes de militants prodémocratiques ont cherché à s’approcher du Bureau de liaison avec la Chine et du siège du gouvernement, sous haute surveillance policière, dans un «acte de désobéissance civile pacifique».
    A deux mois des élections législatives, le camp prodémocrate est plus que jamais divisé sur la stratégie. Depuis quelques semaines, des groupes radicaux ont brisé un tabou en réclamant l’indépendance vis-à-vis de Pékin. La révolution des parapluies, en 2014, avait défié, en vain, durant neuf semaines, le pouvoir central pour demander l’instauration d’un véritable scrutin universel pour l’élection du chef de l’exécutif. Déçus, les Hongkongais n’avaient été que 48 000 (sur un territoire de 7,8 millions) à défiler pour le droit à l’autodétermination en juillet 2015, la plus basse participation depuis 2008. Depuis, le mouvement anti-establishment a vu deux courants se former : les partis traditionnels qui se contentent de réclamer le droit à l’autodétermination par des voies pacifiques, et des groupes de jeunes indépendantistes qui n’ont pas hésité à se heurter à la police, durant la nuit du Nouvel An chinois, dans des scènes d’émeutes qui ont choqué une partie de la population.
    Néanmoins, pour Edmund W. Cheng, «il est trop tôt pour en conclure que les pro-démocrates vont perdre les élections en septembre».

    Des drapeaux datant de l’époque coloniale (photo HKFP)

    Laurence Defranoux
    Recherche google :
    Ce matin, 2 juillet... Le Monde rien. Désespérant
    Mais le 2 juillet à 11 h...

    Le Monde se réveille 1 jour plus tard... LE MONDE | 02.07.2016 à 10h59 | Par Florence de Changy (Hongkong, correspondance)
    Des Hongkongais en colère dix-neuf ans après la rétrocession à la Chine

    LE MONDE | 02.07.2016 à 10h59 | Par Florence de Changy (Hongkong, correspondance)

    Réagir Classer Partager Tweeter



    Lam Wing-kee, le seul des cinq libraires-éditeurs hongkongais à avoir osé raconter par le menu son enlèvement en Chine par une unité spéciale en octobre 2015, suivi de huit mois de détention hors de tout cadre légal, devait être le porte-étendard et le symbole de la grande manifestation du 1er juillet à Hongkong.

    Depuis la rétrocession du 1er juillet 1997 cette marche sert de porte-voix à tous les maux de la Région administrative spéciale. Elle a souvent, en outre, un thème dominant lié à l’actualité. Cette année, la disparition des cinq libraires-éditeurs en Chine – dont quatre sont à présent revenus à Hongkong – est sans nul doute l’événement le plus inquiétant quant à l’évolution du principe « Un pays, deux systèmes » depuis la rétrocession.
    Lire aussi : A Hongkong, les révélations d’un éditeur « disparu » renforcent la crainte de la Chine
    Finalement, vendredi, deux heures avant le début de la marche, le Front civil des droits de l’homme, organisateur de l’événement, a annoncé que Lam Wing-kee ne viendrait pas. L’homme, qui, jusque-là, déclarait se sentir en sécurité à Hongkong, a finalement admis ressentir « une menace sérieuse ». « Il m’a dit avoir été suivi par des inconnus depuis quelques jours. Il est de plus en plus inquiet quant à sa sécurité personnelle », a précisé son avocat, Albert Ho. « Nous voulons des engagements de la police et du gouvernement quant à la sécurité de M. Lam. S’il devait lui arriver quoi que ce soit, ce serait très grave, tant pour le gouvernement de Hongkong que pour Pékin », a estimé Emily Lau, députée du camp démocrate. Le défilé a donc été ouvert par deux autres anciens détenus en Chine, le journaliste Ching Cheong (3 ans de prison pour « espionnage » entre 2005 et 2008) et l’activiste Lau Shan-ching (10 ans de prison pour « activités contre-révolutionnaires » entre 1981 et 1991).
    « Hongkong coupé en deux »

    Erigé comme des dizaines d’autres en bordure de défilé, le stand d’Amnesty International (AI) est cerné par de nombreux policiers. « On ne sait pas pourquoi. C’est très étrange et assez intimidant. Peut-être est-ce parce que l’on demande cette année à la police de protéger la liberté d’expression et la liberté de rassemblement… », s’étonne Mabel Au, la responsable du bureau d’AI à Hongkong. Elle ajoute : « La situation se détériore. C’est indéniable. » « C.Y. Leung a délibérément coupé Hongkong en deux, même sur la question démocratique, qui devrait tous nous unir », regrette Martin Lee, père du mouvement démocratique de Hongkong.
    La chanteuse de canto-pop Denise Ho, connue pour ses prises de positions pro-démocratie et pro-égalité des genres, a quant à elle participé à la marche sous la bannière du groupe « Big Love Alliance ». Il y a trois semaines, l’annulation impromptue du financement de l’un de ses concerts par Lancôme avait suscité un appel au boycott des produits de la marque française.
    Lire aussi : Quand Lancôme ménage la chèvre Pékin et le chou Hongkong
    En fin de journée, les organisateurs ont estimé que 110 000 personnes avaient participé, 19 300 selon la police. En 2014, plus de 500 000 personnes étaient descendues dans la rue à la suite du Livre blanc publié par Pékin. Mais, après l’échec du mouvement des parapluies (automne 2014) et l’arrêt des réformes constitutionnelles sur le processus démocratique, la population de Hongkong semble fatiguée de protester. « Cela fait des années que l’on défile paisiblement et que cela ne change rien. Moi aussi j’ai hésité à venir », commente une femme au foyer abritée du soleil par un grand parapluie jaune. Les Hongkongais doivent réélire leur parlement (Legco) le 4 septembre.
    Pour les manifestants les plus zélés, la soirée s’est prolongée à plusieurs endroits de la ville. Environ 150 personnes ont marché vers la Maison du gouvernement, résidence du chef de l’exécutif. La police a utilisé du gaz-poivre pour disperser cette assemblée. Plusieurs groupes de la mouvance localiste, qui avaient annoncé leur intention de ne pas s’associer à la marche mais d’aller protester devant le bureau de liaison de Pékin, ont dû renoncer face à l’important dispositif policier déployé.
    Quelques irréductibles nostalgiques de la période coloniale ont quant à eux marché jusqu’au consulat du Royaume-Uni. Plus tôt dans l’après-midi, l’un de ces groupes qui brandissait d’immenses Union Jack et dont les pancartes réclamaient l’indépendance de Hongkong était isolé des autres marcheurs par un épais cordon policier. « C’est un long combat. On ne sait pas comment on va y arriver », explique un jeune masqué de noir. Il est soudainement interrompu par un homme agité, typique de certains agents pro-Pékin, qui hurle à cor et à cri « Ces gens disent n’importe quoi ! Hongkong appartient à la Chine, Hongkong n’appartient à personne d’autre ! », avant que la police n’intervienne pour éviter que l’altercation ne dégénère.

    Florence de Changy (Hongkong, correspondance)
    Journaliste, corrrespondante à Hong Kong
    Dernière modification par DédéHeo ; 02/07/2016 à 17h04.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

  9. #8
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de robin des bois
    Date d'inscription
    décembre 2005
    Messages
    6 152

    Par défaut

    Citation Envoyé par DédéHeo Voir le message
    Comme c'est bizard ; Le journal Le Monde investi par les collabos de la 5ème colonne Nazi Chinois ?
    ...Que ce passe-t'il le 1er juillet 2016 ? [B] Hongkong marche contre le pouvoir de Pékin
    ...Recherche google :
    Ce matin, 2 juillet... Le Monde rien. Désespérant
    Mais le 2 juillet à 11 h...
    ...Le Monde se réveille 1 jour plus tard... LE MONDE | 02.07.2016 à 10h59 | Par Florence de Changy (Hongkong, correspondance)
    Des Hongkongais en colère dix-neuf ans après la rétrocession à la Chine
    Florence de Changy (Hongkong, correspondance)
    Journaliste, corrrespondante à Hong Kong
    Bonjour DédéHéo

    "Marrante votre réaction " : je dirais que certains forumeurs de ce F-V,
    - sans doute peu habitués à gérer la "liberté d'expression au quotidien" dont ils bénéficient sur ce site français,
    - ont pour le moins une mémoire sélective et orientée.

    "Lemonde.fr" : je suis devenu désormais un "lecteur occasionnel"
    ( compte tenu de son prix au n°, il peut encore faire des efforts ; de plus, il est beaucoup trop "Parisianiste"... et n'est pas pour les paysans de la Province, comme rdb !!)

    Ceci dit il a des mérites , et Monsieur DédéHéo, lisez bien ce qui suit :
    - le 22 juin 2016n lemonde.fr
    * sur ce lien :
    Le chef de l?exécutif de Hongkong réclame des explications à Pékin
    * avait déjà sorti un article titré
    Le chef de l’exécutif de Hongkong réclame des explications à Pékin
    LE MONDE | 22.06.2016 à 11h37 |

    - et, puisque mine de rien sans y toucher, vous emblez vouloir donner des leçons de "liberté d'expression" aux journaux du bon "Petit Peuple Français", je vous ressors avec plaisir un article du " monde.fr" beaucoup plus ancien, que "par pudeur" je n'avais pas osé publier sur ce forum par "pure politesse asiatique" : c'est vous dire

    * sur ce lien :
    Au Vietnam, le blogueur Nguyen Huu Vinh condamné à cinq ans de prison
    * le titre de cet article :

    Au Vietnam, le blogueur Nguyen Huu Vinh condamné à cinq ans de prison

    Le Monde.fr avec AFP | 23.03.2016 à 12h43

    ... M.DédéHéo, pourquoi SVP, M. NGUYEN HUU VINH n'est-il pas venu s'exprimer sur Forum-Vietnam ? Je vous le demande

    ...Quelle différence de traitement avec vous, M.DédéHéo : je ne comprends pas !

  10. #9
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de robin des bois
    Date d'inscription
    décembre 2005
    Messages
    6 152

    Par défaut

    Au fait M.DédéHéo, je vois que vous préférez désormais citer le quotidien Libé au Monde : vous avez tout à fait raison !
    Je suis étonné que vous n'ayez pas relevé cet excellent article sur la Chine ..et sur vos centres d'intérêt, de plus superbement illustrés (qu'on ne trouve pas dans lemonde.fr. ; par contre sur Sigfredi à poil : si !!)

    - sur ce lien :
    En Chine, des «maîtresses» châtiées en pleine rue - Libération

    - cet article :
    Histoire

    En Chine, des «maîtresses» châtiées en pleine rue
    Par Laurence Defranoux
    — 1 juillet 2016 à 18:10


    Captures d'écran de quatre vidéos diffusées sur les réseaux sociaux chinois en 2014 et 2016.

    En quelques jours, deux nouvelles vidéos de femmes battues et dénudées en pleine rue par des épouses flouées ont été postées sur les réseaux sociaux.

    En Chine, des «maîtresses» châtiées en pleine rue


    Les images sont choquantes, et le scénario presque toujours identique : une jeune femme jetée à terre, ses habits arrachés, frappée durant de longues minutes.
    Les agresseurs sont toujours des femmes, et les passants observent la scène sans intervenir, filmant ou prenant des photos qu’ils postent sur les réseaux sociaux.
    Vendredi dernier, une femme se recroqueville sur le goudron, pendant qu’une dame en souliers noirs attaque sa chevelure aux ciseaux et qu’une autre lui déchire sa robe blanche.
    Mercredi, c’est tout un groupe de femmes d’âge moyen qui s’acharne sur une jeune fille très mince, lacérant ses habits et la frappant violemment à coups de pied et de poings en lui aboyant dessus.
    En octobre 2014, une autre victime était traînée à terre entièrement nue à Puyang, deux mois après une scène similaire sur le seuil d’un grand magasin d’électroménager de Yulin.
    Dans tous les cas, il s’agit de la «vengeance» d’une épouse trompée contre la «maîtresse» présumée de son mari.

    Coups de marteau sur la BMW

    Selon Marylène Lieber, sociologue à l’Université de Genève et auteure de Chinoises au XXIe siècle (1), ce type de violences semble révélateur de plusieurs choses spécifiques à la Chine :
    «Avec l’enrichissement général de la population, le fait d’avoir une "concubine" est un phénomène de plus en plus courant, un signe extérieur de richesse pour les hommes».
    Une pratique traditionnellement admise pour les hommes riches dans l'ancienne Chine impériale, où les concubines avaient alors une existence officielle.
    Les époux volages ne semblent pas être l’objet du même châtiment, même si, en octobre, une femme trompée s’est acharnée à coups de marteau sur la BMW de son mari, à Shenzhen, expliquant qu’elle avait servi à transporter sa rivale.
    Pour la sociologue, ces incidents renseignent sur les inégalités entre les sexes et sur le statut des femmes en général dans la Chine actuelle :
    «Pour beaucoup de jeunes femmes, être entretenues par un homme est une option acceptable pour permettre de s’assurer sécurité financière et mobilité sociale.
    Et pour les épouses, cette liaison est un risque de perdre le statut économique lié à leur mariage
    .» Les femmes, qui peuvent être particulièrement désavantagées en cas de divorce et risquent de se retrouver sans logement, sont poussées à protéger coûte que coûte leur mariage.
    Souvent bien loin de la logique sentimentale.

    Hommes de main

    L’absence de réaction des passants interroge.
    Marylène Lieber fait le rapprochement avec les Françaises qui avaient soi-disant trahi leur pays rasées après la fin de l’Occupation :
    «Ces formes de violences en public servent de réaffirmation des normes de moralité féminine.»
    Une grande partie de la population chinoise, très conservatrice, supporte mal l’évolution rapide des mœurs, entraînée par le développement économique et l’influence étrangère.
    Les commentaires postés par les internautes sont d'ailleurs partagés : si certains critiquent le comportement des épouses et des maris, la plupart hurlent avec les louves.
    En janvier, après que la photo d’une voiture taguée à Hubei de l’infamante insulte «maîtresse» a été publiée, des internautes avaient lancé la technique éprouvée du «moteur de recherche de chair humaine» pour identifier la conductrice.
    Une vaste opération de recherche d’informations par un réseau d’internautes qui s’attaque aux personnes accusées d’un comportement immoral et peut avoir des conséquences graves dans la vie réelle.
    Pour écarter une rivale, il existe aussi des moyens plus chers et moins visibles.
    En 2015, un journaliste de Quartz avait enquêté sur les nombreux contrats passés par des épouses auprès d’hommes de main.
    A partir de 500 euros, un certain Li assurait intimidations et menaces.
    L’attaque au couteau ou à l’acide était facturée, elle, 16 000 euros.


    (1) coécrit avec Tania Angeloff, éditions La Découverte

    Laurence Defranoux

  11. #10
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 676

    Par défaut

    Exemple du travail de barbouzes - Pourquoi la carte "Le Monde" est-elle fausse ?

    Carte 1
    Soumis par Cap Vietnam.
    Publié le mardi 31 mai 2016, 17:32.



    La carte de Cap Vietnam est exacte : La revendication chinoise, selon la carte au "9 traits" ( Un plan de conquête coloniale illégale depuis l'entrée en vigueur de la Charte des Nations unis, octobre 1945) coupe la Zone Économique Exclusive de l'Indonésie (ZEE)


    VOICI UNE deuxieme CARTE EXACTE



    Bien sûr que le trait n°3 de la carte chinoise coupe la ZEE de l'Indonésie. On s'en est aperçu récemment ! Les Indonésiens ayant araisoné un bateau usine de pêche chinois dans leur eaux.


    Une carte publié par LIBERATION
    dans l'article:
    Chine Méridionale: bras de fer pour un bras de mer - Libération



    Il n'y a pas la ZEE d'Indonésie mais la carte est exacte. Par contre, il y a les îles Natuna qui apartiennent à l'Indonésie (Des vraies îles volcaniques, habitées depuis des siecles, indisputées et pas des cayes ou des récifs ou des cailloux comme les Spratly)

    Libération donne comme l'une des sources... Le Monde ! (ya la Marine USA aussi)

    MAINTENANT, Le Monde :

    Dans l'article du Monde (qui est assez neutre), la carte est fausse. Pourquoi ?

    L'article:
    Le ton monte entre Pékin et Manille après le jugement sur la mer de Chine méridionale

    La carte:




    C'est quoi cette "revendication chinoise" en forme de fesses?

    La carte publiée par Courrier International est fausse aussi :



    Regardez! La revendication chinoise s'arrete juste à la limite de la ZEE indonésienne. GROS MENSONGE!

    La source semble être cette fausse carte "Technip" :



    Joli travail de barbouzes et de colabos!
    Dernière modification par DédéHeo ; 09/12/2016 à 02h32.
    ceci n'est pas une pipe
    Peut envoyer des images dans les signatures : Non

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. 50 ans apres , le journal d'un soldat rendu
    Par duc dans le forum Le Vietnam, son passé, son histoire
    Réponses: 3
    Dernier message: 22/09/2012, 07h51
  2. [Courrier du Vietnam] recherche journal 26/07/08
    Par sompinette dans le forum Discussion Libre
    Réponses: 11
    Dernier message: 16/09/2009, 18h51
  3. journal papier de bac ninh
    Par sompinette dans le forum S'installer et vivre au Vietnam
    Réponses: 4
    Dernier message: 14/09/2009, 10h57
  4. Nul n'est censé ignorer le Journal Officiel
    Par Agemon dans le forum Discussion Libre
    Réponses: 2
    Dernier message: 08/08/2009, 17h12
  5. [Publication] Journal of Vietnamese Studies
    Par virgule dans le forum Le Vietnam, son passé, son histoire
    Réponses: 0
    Dernier message: 20/10/2006, 17h49

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Le site Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® a pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2013 E-metis Network | Site by E-metis Webdesign
Nous rejoindre
Forumvietnam.fr est propulsé par le moteur vBulletin®.
Copyright © 2013 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Content Relevant URLs by vBSEO 3.6.1