Page 13 sur 13 PremièrePremière ... 3111213
Affichage des résultats 121 à 124 sur 124

Discussion: Histoires drôles de Vietnamiens qui ont peur de leur femmes

  1. #121
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 750

    Par défaut

    Citation Envoyé par PatC Voir le message
    Tout ceci est tres bien et assez distrayant, neanmoins, ca n'explique pas POURQUOI les hommes vietnamiens ont aussi peur de leur femme. Si quelqu'un a une reponse, je serais tres interessee.

    ....), il semble que les hommes aient tres peur de leur femme et, dans la vie courante, les femmes tres peur de la violence de leur mari...

    Qui croire ???
    Ben ça dépend des quelles... Cette Bui Thi Xuan (écriture chinoise : 裴氏 春,? - 1802) une héroïne vietnamienne, général pendant la rébellion de Tay Son.

    Bui Thi Xuân est née dans district de Tay Son, dans la province de Bình Định. Elle a appris les arts martiaux quand elle était enfant, et était réputé une femme forte en équitation et dressage d'éléphant. La légende veut qu'elle ait sauvé Tran Quang Dieu d'un tigre, puis il devint son mari. Elle et Tran Quang Dieu ont rejoint la rébellion de Tay Son et remporté de nombreuses batailles. Elle a aidé les éléphants armés de Tay Son, qui ont participés à de nombreuses batailles. Elle est connue comme l'une des cinq femmes les plus importantes pendant la dynastie Tây Sơn.

    Le roi Gia Long ayant vaincu les Tay Son grâce au missionnaire Pigeau et ses marins Bretons condamne à mort tous les Tay Son et leurs partisans. Pour les généraux, la mort doit être particulièrement cruelle. Tran Quang Dieu est écorché vif et sa fille puis sa femme doivent etre écrasées par un éléphant.
    Un missionnaire occidental du nom de De La Bissachere (qui a assisté à l'exécution) a été écrit en 1807 un document qui décrit la mort de Thi Bui Xuan de sa fille. Mais l'éléphant a eu peur d'elle !
    " La jeune fille (de Bui Thi Xuan) fut dépouillé de tout vêtement. Un éléphant s'approcha lentement. Elle devint blanche comme du papier. Elle se retourna et regarda vers sa mère et son cri de terreur. Bui Thi Xuan eu une grave réaction: "Vous devez mourir héroïquement pour mériter mon nom ... Puis à son tour (d’être écrasée par l'éléphant), grâce à l'intérieur dans une pellicule étanche le corps, afin d'éviter d’être toute nue!. Elle, très calmement, se plaça devant l'éléphant et a crié un ordre d'une voix forte ; il fait sursauter l'éléphant en arrière. Les soldats se précipitent pour tirer le feu d'artillerie, arbre nette s'est écrasé après que l'animal recul de sorte qu'il devient violent, exécutez l'heure suivante avec son Tangled lancés dans le ciel ... Mais, contrairement à la règle générale, il n'a pas piétiné les condamnés (mais les sectateurs !)que tout occupé à cette course autour de la place d’exécution, la voix hurlant plein de peur que des dizaines de milliers de spectateurs alarmé par ... [8]
    Source à traduire :
    Bùi Thị Xuân
    Bách khoa toàn thư mở Wikipedia


    Tượng Đô đốc Bùi Thị Xuân trong Điện thờ Tây Sơn Tam Kiệt (Bảo tàng Quang Trung, Bình Định)
    (***)
    Bị voi giày

    Được tin đại quân Tây Sơn thua to ở Trấn Ninh, Tư đồ Vũ Văn Dũng và chồng Bùi Thị Xuân là Thái phó Trần Quang Diệu, dù biết không thể giữ được Quy Nhơn, nhưng vẫn gắng gượng đến tháng 3 cùng năm trên mới rời bỏ thành, đem binh tượng đi đường thượng đạo qua Ai Lao ra Nghệ An, ý là để hội quân với vua Cảnh Thịnh cùng lo chống giữ.

    Sử gia C. B. Mabon kể:

    Trần Quang Diệu cùng vợ và con gái, dẫn theo một số tàn quân chạy ra Bắc bằng đường thượng đạo Ai Lao. Đến châu Quy Hợp, Diệu xuống Hương Sơn thì biết tin Nghệ An đã mất. Quân sĩ của Diệu bỏ cả rồi, mấy hôm sau vợ chồng Quang Diệu đều bị bắt cả...Vua Cảnh Thịnh cùng hai em và vài tướng tá vượt qua sông Nhị Hà, tính trốn lên vùng Thượng du cũng bị dân chúng bắt và đóng cũi nộp cho quân Nguyễn...[7]

    Trước khi trích dẫn tài liệu của một giáo sĩ phương Tây tên là De La Bissachère (người có dịp chứng kiến buổi hành hình) được viết năm 1807, mô tả lại cái chết của mẹ con bà Bùi Thị Xuân, sử gia Phạm Văn Sơn đã có lời giới thiệu như sau:

    Mẹ con bà Bùi Thị Xuân, người ta (ý nói đến vua Gia Long) cũng rất căm thù, nên cũng dùng hình phạt dã man nhất. Nguyên nhân là bà đã điều khiển binh sĩ đánh vào lũy Trấn Ninh hết sức kịch liệt, đã làm cho chúa Nguyễn và các tướng sĩ có phút phải thất thần, tưởng chừng nguy khốn đến nơi.

    Trích tài liệu của giáo sĩ De La Bissachère :

    Đứa con gái trẻ của bà (Bùi Thị Xuân) bị lột hết y phục. Một thớt voi từ từ tiến đến. Cô gái biến sắc rồi mặt trắng bệch như tờ giấy. Nàng ngoảnh nhìn mẹ, kêu thất thanh. Bà Xuân nghiêm mặt trách : Con phải chết anh dũng để xứng đáng là con của ta!...Đến lượt bà, nhờ lớp vải ở bên trong quấn kín thân thể, nên tránh khỏi sự lõa lồ. Và bà rất bình thản bước lại trước đầu voi hét một tiếng thật lớn khiến voi giật mình lùi lại. Bọn lính phải vội vàng bắn hỏa pháo,đâm cây nhọn sau đít con vật để nó trở nên hung tợn, chạy bổ tới, giơ vòi quấn lấy bà tung lên trời...Nhưng trái với lệ thường, nó không chà đạp phạm nhân như mọi bận mà bỏ chạy vòng quanh pháp trường, rống lên những tiếng đầy sợ hãi khiến hàng vạn người xem hoảng hốt theo...[8]
    *********

    8^ Chép theo đoạn trích in trong Việt Sử tân biên (quyển 4), tr. 245-246. Theo Thiên Nam nhân vật chí, bà bị xử lăng trì, thi hài bị thiêu rụi... Tác giả Đặng Duy Phúc trong sách Việt Nam anh kiệt (Nxb Hà Nội, năm 2004) cho biết thêm chi tiết: Khi voi đưa chân toan chà đạp, bà đã thét lên một tiếng như sấm dậy khiến voi thất kinh phải thối lui, không chịu theo sự điều khiển của quản tượng. Cuối cùng, vua Nguyễn lệnh cho dùng hình phạt: cột bà vào trụ sắt, lấy vải nhúng sáp nóng quấn khắp người bà rồi đốt cháy một cách man rợ...
    Dernière modification par DédéHeo ; 17/09/2012 à 16h24.

  2. # ADS
    Circuit publicitaire
    Date d'inscription
    Toujours
    Localisation
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs


     

  3. #122
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 750

    Par défaut

    Trích tài liệu của giáo sĩ De La Bissachère :

    Đứa con gái trẻ của bà (Bùi Thị Xuân) bị lột hết y phục. Một thớt voi từ từ tiến đến. Cô gái biến sắc rồi mặt trắng bệch như tờ giấy. Nàng ngoảnh nhìn mẹ, kêu thất thanh. Bà Xuân nghiêm mặt trách : Con phải chết anh dũng để xứng đáng là con của ta!...Đến lượt bà, nhờ lớp vải ở bên trong quấn kín thân thể, nên tránh khỏi sự lõa lồ. Và bà rất bình thản bước lại trước đầu voi hét một tiếng thật lớn khiến voi giật mình lùi lại. Bọn lính phải vội vàng bắn hỏa pháo,đâm cây nhọn sau đít con vật để nó trở nên hung tợn, chạy bổ tới, giơ vòi quấn lấy bà tung lên trời...Nhưng trái với lệ thường, nó không chà đạp phạm nhân như mọi bận mà bỏ chạy vòng quanh pháp trường, rống lên những tiếng đầy sợ hãi khiến hàng vạn người xem hoảng hốt theo...[8]
    Voilà le travail ! Les écrits de Mgr De La Bissachère ont été scannés en texte et en PDF, c'est très intéressant !

    La relation sur le Tonkin et la Cochinchine : La Bissachère, Pierre Jacques Lemonnier de, 1764-1830 : Free Download & Streaming : Internet Archive
    En PDF (8 méga) : http://archive.org/download/larelati...rlet00labi.pdf

    En texte brut (très leger mais le logiciel se trompe un peu):
    Full text of "La relation sur le Tonkin et la Cochinchine"

    Quant au fameux général Thien-phô estimé et
    regretté de sa famille, et de tous ceux qui le con-
    noissaient, il fit un acte de piété filiale, la veille ou
    le jour même de sa mort, il réussit à faire représenter
    au roy que sa mère âgée d'environ 80 ans ne pouvait
    plus, sous aucun rapport nuire à l'Etat, qu'il deman-
    dait pour elle la vie qu'elle devait perdre a cause de
    lui et il obtint sa demande ; pour lui, il fut simple-
    ment décollé ; il avait une fille de quatorze à 15 ans
    douée de tous les agréments de son sexe, lorsqu'elle
    vit que l'éléphant d'une immense grosseur

    s'approchait d'elle pour la jetter en l'air, elle jetta
    un cri perçant et désolant vers sa mère en lui disant :
    ah, maman sauvez-moi,
    sa mère qui était celle qui avait commandé l'armée lui répondit
    « Comment veux-tu que je te sauve quant je ne puis me
    « sauver moi-même, et tu dois préférer de mourir avec ton
    « père et ta famille que de vivre avec cette sorte de
    « gens-la... »
    Plusieurs spectateurs auraient voulu
    la sauver et détournèrent la vue lorsque l'éléphant
    excité l'enleva et la jetta en l'air en la recevant sur
    ses dents par deux fois.

    Quand le moment du supplice de l'héroïne
    ( Il s'agit de Bùi-thi-Xuân, épouse du général Trân-quang-
    Diêu
    )
    ou de la femme du Général Thien-pho fut venu, elle
    s'avança fièrement vers l'éléphant pour l'agacer et
    lors qu'elle en fut près on lui cria de se mettre à
    genoux afin que l'animal pût mieux la saisir, mais
    elle n'en fit rien, elle continua de marcher jusqu'à
    lui ; on raconte même que malgré que l'animal fut



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 121

    vivement excité, il fallut le forcer en quelque façon
    de la jetter en l'air, comme s'il l'eut encore reconnue
    pour une de ses anciennes maîtresses ; avant son
    supplice, cette femme courageuse avait fait apporter
    dans sa prison plusieurs pièces de soieries
    dont elle s'était fortement entourée les jambes et
    les cuisses et toutes les parties de son corps, jusqu'à
    l'estomac par dessous ses habits, elle voulut par là
    éviter la nudité à laquelle les femmes sont exposées
    dans ce genre de supplice.

    Les exécuteurs pour avoir dit-on son courage,
    mangèrent son cœur son foie, ses poumons et ses
    bras potelés, elle avait causé tant de peur aux soldats
    et même à leur Chef à l'escalade de la muraille qu'on
    livra ses membres à la voracité de ces cannibales.
    Au Tonquin, la chair humaine se mange crue en
    buvant du vin (mais on n'en mange que dans
    de semblables occasions).

    On dit qu'il ny eut que cette courageuse femme
    son mari et le frère cadet du roy Tay-son qui aux
    approches de la mort ne changèrent pas de figure
    — tous les autres étaient pâles et tremblants. .

    Le gouverneur de la province de Xu-nghé un des
    premiers en grade fut haché en mille pièces parce
    que c'était celui qu'on haïssait le plus de tous, c'est
    ce même mandarin qui m'a fait chercher plus de
    sept ans, il avait juré ma perte et désirait me prendre
    surtout sachant que j'étais dans sa province.
    ...une femme forte nommée Thien-pho *1 qui entreprit
    de rétablir les affaires des tay-sons, eut été fidèle-
    ment secondée. Cette héroïne força en quelque
    façon le jeune roy Cants-Thinh à reprendre courage
    et se fit charger par lui de lui lever une armée ;


    1. Il s'agit de Bùi-thi-Xuân, épouse du général Trân-quang-
    Diêu,
    qui avait longtemps tenu en échec les troupes royales dans
    la province de Qui-nhon. Son courage était devenu légendaire
    et elle était célébrée par les Annamites sous le nom de Thiêu-pho,
    qui était un titre dont son mari était revêtu ; on s'explique ainsi
    le nom que lui donne L. B., u étant pris pour n. Comparer ce
    qui se trouve dans MN, au sujet de cette héroïne ; le récit de
    L. B. est suivi assez fidèlement. II, p. 183, 184.

    2. Les pages 71 à 77 du ms. jusqu'à ce point forment la matière
    du chapitre II de S. C, intitulé : Invasion de la Cochinchine par
    le jeune prince. Fuite du roi Tay-Son (p. 232-235). Le texte
    imprimé n'offre guère ici que des différences de forme avec le
    texte manuscrit.



    110 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    elle ressembla en deux mois et demi environ
    300.000 combattans ^1 elle voulut que le jeune roy
    encourageât les troupes par sa présence, fit nommer
    pour la forme un généralissisme, mais [78] de fait
    elle fut l'âme de toute cette expédition, et dirigea
    toutes les opérations militaires ; elle conduisit cette
    armée jusqu'à la muraille qui defend la Cochinchine
    du Tonquin et en fit livrer l'assaut pendant deux
    jours de suite. Le nouveau conquérant qui était du
    côté opposé se défendait de son mieux, mais avec
    l'aide des Eléphans, des Soldats qui creusoient la
    terre au pied de cette même muraille, y eurent
    bientôt fait de grandes brèches en plusieurs endroits s soins auroient été inutiles si
    une femme forte nommée Thien-pho ^ qui entreprit
    de rétablir les affaires des tay-sons, eut été fidèle-
    ment secondée ^. Cette héroïne força en quelque
    façon le jeune roy Cants-Thinh à reprendre courage
    et se fit charger par lui de lui lever une armée ;



    il abandonne ses éléphans... ». Il a tout simplement supprimé
    la difficulté. On pourrait interpréter « hors » par « à moins que »
    et le membre de phrase signifierait : à moins qu'on ne le prît
    pour être apporté à son ennemi.

    1. Il s'agit de Bùi-thi-Xuân, épouse du général Trân-quang-
    Diêu, qui avait longtemps tenu en échec les troupes royales dans
    la province de Qui-nhon. Son courage était devenu légendaire
    et elle était célébrée par les Annamites sous le nom de Thiêu-pho,
    qui était un titre dont son mari était revêtu ; on s'explique ainsi
    le nom que lui donne L. B., u étant pris pour n. Comparer ce
    qui se trouve dans MN, au sujet de cette héroïne ; le récit de
    L. B. est suivi assez fidèlement. II, p. 183, 184.

    2. Les pages 71 à 77 du ms. jusqu'à ce point forment la matière
    du chapitre II de S. C, intitulé : Invasion de la Cochinchine par
    le jeune prince. Fuite du roi Tay-Son (p. 232-235). Le texte
    imprimé n'offre guère ici que des différences de forme avec le
    texte manuscrit.



    110 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    elle ressembla en deux mois et demi environ
    300.000 combattans ^5 elle voulut que le jeune roy
    encourageât les troupes par sa présence, fit nommer
    pour la forme un généralissisme, mais [78] de fait
    elle fut l'âme de toute cette expédition, et dirigea
    toutes les opérations inilitaires ; elle conduisit cette
    armée jusqu'à la muraille qui defîend la Cochinchine
    du Tonquin et en fit livrer l'assaut pendant deux
    jours de suite. Le nouveau conquérant qui était du
    côté opposé se défendait de son mieux, mais avec
    l'aide des Eléphans, des Soldats qui creusoient la
    terre au pied de cette même muraille, y eurent
    bientôt fait de grandes brèches en plusieurs endroits
    de sorte que ceux qui la défendoient se voyant sur
    le point d'être forcés, songeaient à la retraite ; mais
    Dieu pour punir les tay-sons qui persécu [130 /7P]
    toient encore la religion (a) permit que leur défaut
    de marine, joint à la trahison d'un commandant de



    (a) Les tay-sons se sont toujours opposés à ce que leurs sujets
    changeassent de religion, ils faisaient périr les missionnaires (R.).
    La Bissachère, qui habitait une région au pouvoir des Tây-son,
    eut, comme on le sait, beaucoup à souffrir des persécutions
    contre les chrétiens.

    1. Les ouvrages historiques annamites ne parlent que de
    5.000 hommes qu'elle apporta à Quang-Toan (Canh-thinh),
    lequel disposait de 30.000 hommes levés au Tonkin et dans les
    provinces du Nord-Annam. L'erreur sur le chiffre de ses soldats
    ne doit pas être attribuée à L. B. ; le missionnaire reproduit
    probablement les données d'une poésie populaiie composée sur
    l'héroïne qui en inspira plusieurs, — et l'on sait que les auteurs
    de productions de ce genre se laissent volontiers entraîner à
    l'exagération.



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 111

    troupes qui était le plus avancé, ruinât les affaires
    des tay-sons au moment où tout paraissait leur
    assurer la victoire ; la nouvelle amazone, avec sa
    garde pressait les corps des troupes les plus avancés
    l'épée dans les reins d'escalader le mur, les assiégés
    ou plutôt ceux qui le défendoient faisaient sur ceux
    qui se présentoient des décharges de mousqueterie,
    qui tuaient beaucoup de monde. Le commandant
    des tay-sons le plus près de la tranchée [80] regardant
    la mort comme inévitable fit signe aux ennemis,
    qu'il se rendait prisonnier, mit bas les armes moyen-
    nant quoi il eut la liberté de passer de l'autre côté,
    avec huit à neuf cents hommes qu'il commandait ;
    cet incident releva le courage du conquérant, quoique
    dans le fond de son âme, il tremblât. Il affecta de
    la bravoure et fit ouvrir une des portes de la muraille
    et envoya un petit détachement comme pour inviter
    les soldats des tay-sons à passer de son côté.

    Pendant ce tems, notre guerrière n'avait pas perdu
    la tête, elle fit promptement avancer un autre corps
    de troupe pour [131/81] remplacer ceux qui avaient
    si lâchement abandonné leur poste et continuer
    l'attaque ; si elle eut encore continué deux heures,
    il n'y a pas de doute qu'elle ne se fut rendue maî-
    tresse de ce poste important, mais le jeune Roy
    actuel de Cochinchine donna ordre à ses vaisseaux
    de faire mine de débarquer du monde derrière l'armée
    assaillante des tay-sons pour leur couper la retraite ;
    ce mouvement exécuté et le jeune prince tay-son
    en ayant eu connaissance, fit donner ordre à ses
    troupes de faire retraite d'après l'avis de son gêné-



    112 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    ralissime. Il avait déjà même fait une lieue et demie
    de chemin sans que la [82] générale Thien-pho en
    fut instruite, elle continuait à donner ses ordres
    pour presser l'escalade et était au moment de l'exé-
    cuter ce qui aurait décidé la victoire en sa faveur,
    mais les troupes ayant appris la retraite du jeune
    tay-son perdirent courage et firent dire à la comman-
    dante qu'elles vouloient aussi se retirer ce qu'elles
    commencèrent à effectuer. La valeureuse comman-
    dante se dépitant de ce que la victoire lui échappait
    ainsi des mains fit sa retraite bien malgré elle, dès
    ce moment les troupes ne gardèrent plus d'ordre
    dans leurs rangs et se débandèrent en jettant leurs
    armes [83] pour fuir plus vite ; les Commandans
    craignant que le peuple et les soldats ne les maltrai-
    tassent se déguisèrent et abandonnèrent tous leurs
    bagages, il n'y eut que la nouvelle amazone qui
    conserva sa garde et rejoignit le jeune roy de son
    parti, qu'elle reconduisit à la capitale du Tonquin.
    Si le vainqueur se fut mis de suite à la poursuite
    des fuyards il se fut emparé de ce royaume huit à
    neuf mois plutôt (sic), mais il tremblait encore au
    seul nom du mari de la femme qui venait de le
    serrer de si près ; ce général était resté dans les pro-
    vinces les plus reculées de la haute Cochinchine
    avec [84] des forces capables de vaincre par terre
    trois armées comme celle qui avait gagné la bataille,
    mais il manquait de vaisseaux, et il était dans des
    provinces dont une armée ne pouvait sortir que
    difficilement et en passant par des défilés dangereux
    et fortifiés par l'art et la nature et que le jeune roy



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 113

    vainqueur ne manqua pas d'envoyer occuper par
    ses troupes. Ce général tay-son (qu'on eut regardé
    comme un grand homme, même en Europe (a)) ne
    pouvant forcer les défilés se disposait à aller sur les
    barques du pays prendre la ville de Dou-nai et il
    l'eut exécuté en l'absence [132/85] du vainqueur,
    comme précédemment celui-cy avait repris sur lui
    la ville de Qui-phû ^, mais la nouvelle qu'il reçut
    par un bateau que lui envoya sa femme la comman-
    dante de l'armée du mauvais état des affaires, lui
    fit changer de dessein ; il s'achemina par le royaume
    des Laos, et vit périr son armée en route, soit par
    la faim, soit pour avoir bu de l'eau des puits et des
    ruisseaux empoisonnés par les sauvages (b). Il ne
    put arriver aux déserts de la province de Xû-nghé
    que deux jours après la [86] prise de la capitale du

    (a) Il faudrait en dire la raison (R.).

    (b) Probablement les habitans de ces montagnes ne sont pas
    aussi civilisés que les Tonquinois, ce qui fait qu'on les regarde
    comme saui^ages • ils ont d'ailleurs consente leur indépendance

    (R.).

    1. S. C. : « dans l'absence du conquérant, il eût exécuté cette
    entreprise comme précédemment il avait repris sur lui la ville
    de Qui-Phû. » C'est le contraire de ce que dit L. B. En fait, Dieu
    ayant enlevé Qui-nhon en 1801 et se l'étant laissé reprendre en
    1802, — on peut, suivant l'époque considérée, admettre que les
    royaux ou les Tây-son ont eu le dessus. Mais il est clair que le
    narrateur fait ici allusion au dernier événement en date ; c'est
    en 1802 que Dieu, à bout de ressources dans la ville assiégée,
    avait quitté Qui-nhon à la faveur d'une nuit obscure et avait
    réussi à s'engager, avec une partie de la garnison, dans les routes
    des montagnes où les royaux ne le poursuivirent pas.

    S. C. a donc eu tort de changer le texte de L. B.

    8



    114 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    Tonquin ^ ; quoiqu'il n'eut plus qu'une centaine
    d'hommes montés sur des éléphans mourans de
    faim et de fatigue, si il fut arrivé un peu plus tôt,
    la conquête du Tonquin aurait peut-être encore
    échappé au vainqueur, tant la réputation de ce
    général était grande et capable de rétablir les
    affaires ; sa femme qui vint le trouver lui ayant
    appris les nouvelles pertes des tay-sons, il voulut
    prendre la route qu'il avait prise par le désert, monté
    avec sa femme sur le même éléphant. Les troupes
    que le vainqueur dépêcha pour le poursuivre le
    joignirent au [133/^7] désert de la province de
    Xu-thanh et les soldats craignant que si ils vouloient
    le prendre par force, il ne fit une longue résistance
    et ne vendit chèrement sa vie, usèrent d'artifice
    et se déguisèrent en paysans et furent à sa rencontre
    comme pour lui porter les vivres dont il avait grand
    besoin ; de cette manière ils se saisirent de lui et de
    sa femme, sans qu'il eut à opposer la moindre résis-
    tance. Cette prise fut la fin de l'expédition et assura
    au vainqueur la conquête du reste du royaume, qui
    se fit sans la plus petite opposition ^, de la part des
    gouverneurs qui abandonnèrent les places à son [88]
    armée ; le peuple et les soldats prenoient tous les

    1. En fait, il fut pris dans le Thanh-hoa par l'armée royale
    conquérant le Tonkin, au commencement du mois de juillet
    (1802). La ville de Hanoi ne fut conquise que quelques jours
    plus tard.

    2. C'est ici que finit le chapitre III de S. C. intitulé : Femme
    héroïque, dont le courage rétablit les affaires des Tay-Son. Trahison
    qui les ruine entièrement. Le chapitre suivant, — intitulé : Usage
    que Vempereur Gia-Long fait de sa victoire. Commencement d'op-



    SUR LE TONKIN ET LA COCHLNCHINE 115

    grands mandarins et les conduisoient au nouveau
    maitre comme on amène des bœufs et des cochons
    pour en faire présent ; on apportait aussi les piques,
    les fusils et les sabres des vaincus qu'on avait
    ramassés par charges, dans les campagnes. Cela
    donna occasion aux mandarins vainqueurs de vexer
    les peuples, par ce qu'on ne présentait que peu de
    sabres dont la poignée était garnie en or et le fourreau
    couvert d'argent ; on amenait aussi des chevaux
    mais sans selles, ou avec des selles garnies de cuivre
    ou tout [134 /5P] au plus en argent. En conséquence
    on eut ordre de rendre tout ce qu'on avait trouvé
    et on fit des perquisitions sévères à ce sujet, la
    jalousie donna lieu à des accusations, et il y eut des
    particuliers ruinés et rudement frappés pour avoir
    brisé un sabre ; il y eut aussi des villages obligés de
    payer la valeur de 2 à 3.000 piastres pour une selle
    de cheval garnie en or, ou en airain noir (a) qu'on
    avait dérobé. Ce fut là le prélude des mécontente-
    mens contre le nouveau Gouvernement.

    [90] Le Conquérant arrivé à la ville Capitale et



    (a) Vairain noir dont parle ici M^ de la Bissachère, est un
    métal fort dur que les Cochincliinois estiment beaucoup, ce métal
    se vend dans la proportion avec Vor comme 7 : 12 un peu plus de
    la moitié. J'ai tout lieu de croire que c'est de la platine (R.)- S. C.
    fait platine du genre masculin dans son livre.

    pression — débute par quelques lignes qui sont de S. C. : géné-
    ralités sur le triomphe de Gia-long. Il reprend ensuite le texte
    de L. B. qu'il reproduit pendant deux pages (242, 243) avec
    d'assez nombreux changements ; il passe ensuite de la page 91
    du manuscrit à la page 106.



    116 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    Royale du Tonquin des gens de la province de Xu-

    bac vinrent lui amener le jeune roy tay-son Canh- !
    thinh avec son frère cadet, le frère aine qui avait
    été nommé par la courageuse amazone généralissime
    et dont j'ai parlé plus haut s'étant pendu à la selle
    de son éléphant ^ pour ne pas tomber en vie entre
    les mains du vainqueur ; peu de tems après arri-
    vèrent les députés des différentes provinces soumises
    qui vinrent présenter leurs hommages à leur nou-
    veau souverain. Ils auroient bien désiré qu'il se
    contenta (sic) de prendre le titre et l'autorité de
    [135 /9i] Maire du Palais et leur donnât un Roy de
    la famille Lé mais ils ne laissèrent pas par flatterie
    de lui donner d'avance le titre ^ ; il assigna ensuite
    de nouveaux gouverneurs à chaque province et la
    Conquête du Tonquin fut terminée.

    Quelques mois après arrivèrent les mandarins
    Chinois qui de la part de l'Empereur de ce pays lui
    donnèrent l'institution royale, cela fait le nouveau
    roy retourna dans ses Etats de Cochinchine, emme-
    nant avec lui le jeune roy tay-son, ainsi que les
    autres prisonniers de distinction ; ils étoient tous
    enchaînés, mais légèrement, et portés dans des cages
    dorées ou vernissées en [92] rouge selon le grade ou
    la réputation de chacun. Il ne pouvait s'empêcher de
    témoigner l'estime toute particulière qu'il avait

    1. « De son cheval », dil S. C. (p. 242), — ce qui est peu vrai-
    semblable.

    2. S. C. place ici une page qui se trouve p. 108 et 109
    du manuscrit ; il reprend ensuite la page 91 où il l'avait
    laissée.



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 117

    pour le général Thien-pho ^, il le fit sonder désirant
    se l'attacher, mais celui-cy répondit avec grandeur
    « que le roy pourrait user comme bon lui semblerait
    « de la victoire qu'il tenait plutôt du Ciel que de ses
    « talens militaires, que pour lui comme mandarin,
    « il ne servirait pas deux maîtres, il ajoutait que
    « s'il lui faisait grâce de la vie comme lui-même en
    « avait usé à l'égard de la garnison de la ville de
    « Qui-phû, il désirait mener une vie privée payant
    « tribut avec le revenu de son jardin qu'il se ferait
    « un [136/93] plaisir de cultiver lui-même ; il finis-
    « sait par dire, que si son existence pouvait donner la
    « moindre inquiétude au Roy il saurait mourir,
    « comme il avait vécu avec honneur espérant un
    « sort favorable dans le lieu où les morts sont récom-
    « pensés de leurs bonnes actions.

    Le Roy Gia-long étant arrivé à la Capitale de
    la Cochinchine s'y reposa pendant deux mois ou
    environ. Ensuite il s'occupa du supplice de ses pri-
    sonniers (un de mes gens que j'avais envoyé à la
    cour, pour m'obtenir une permission du roy et qui
    fut porté sur la liste de ceux qui pouvoient entrer

    1. C'est bien du général qu'il s'agit et non de sa femme ; —
    Trân-quang-Diêu est nommé par l'un de ses titres qui servait
    aussi à désigner sa femme. MN. (II, p. 182, 183) dit de ce général
    qu'il était « le plus grand homme de guerre qui jamais eut paru
    dans ces contrées, et aussi supérieur à ses compatriotes par
    l'élévation de son âme, que par ses talens militaires ».

    2. Ici débute le chapitre V de S. C. intitulé : Supplice des
    prisonniers ; le manuscrit est ensuite suivi jusqu'à la fin du récit,
    soit à la page 105 du manuscrit ; des changements dans la forme
    seulement et une interversion à la p. 100.

    8.



    118 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    au palais et se tenir devant Sa Majesté pendant un
    mois, se trouva de [94] service le jour de l'exécution,
    et il la vit tout entière depuis le commencement
    jusqu'à la fin. A son retour il m'en a fait le récit,
    je ne puis m'en rappeler aujourd'hui toutes les cir-
    constances qui d'ailleurs sont extrêmement dégoû-
    tantes, je ne rapporterai que ce dont je me souviens,
    ou ce qui m'a frappé le plus du récit qui m'en a été
    fait et qui depuis a été publique (sic) dans tous les
    états du roy de Cochinchine ^.

    Pour commencer par ce qui regarde le jeune roy
    tay-son on le rendit témoin d'un spectacle bien
    douloureux, les cadavres de son père et de sa mère,
    morts depuis dix à douze ans aussi bien que ceux
    [131/95] de ses proches parents furent exhumés,
    on rajusta les os du roy Quang-trung ^ son père et
    de sa mère, morts depuis dix ans comme je l'ai dit
    et ils furent tous décollés pour la forme, afin de
    leur donner une note d'infamie, et principalement
    pour ôter à ces os, selon la croyance du pays la plus
    superstitieuse la vertu de porter bonheur à ses
    descendans ; ensuite on réunit tous les os des tay-
    sons dans un grand panier où les soldats dévoient



    1. MN. se contente de résumer (II, p. 193-195) tout ce long
    récit des supplices infligés pour Gia-long aux princes tây-son
    et à leurs oiïiciers ; S. C. le reproduit sans grands changements
    dans son chapitre V (p, 245-250).

    2. Quang-Tsung, écrit S. C. Le troisième des Tay-son, Nguyên
    Van-Huê, avait pris le litre de période de quang-trung après
    s'être rendu maître du Tonkin en 1788 ; il était mort au mois
    de novembre 1792.



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 119

    aller uriner, après quoi on les réduisit en poudre
    que l'on mit dans un autre panier qui fut placé à
    la vue du jeune roy tay-son, pour le chagriner.
    On lui servit alors un repas assez somptueux [96]
    comme on l'observe dans ce pays à l'égard des cri-
    minels qu'on va exécuter, son frère cadet qui était
    plus brave que le roy, l'ayant vu manger lui en fit
    le reproche, et parce que la table qu'on lui apporta
    toute servie selon l'usage avait les marques distinc-
    tives de la royauté , il dit « qu'on ne manquait pas
    « de table dans sa famille, et qu'il ne devait pas
    « manger sur une table d'emprunt » ; après le repas
    on lui mit un bâillon à la bouche ainsi qu'à plusieurs
    autres, parce qu'on craignait qu'ils ne fissent des
    imprécations contre le nouveau roy, ensuite on lui
    attacha les pieds et les mains à quatre éléphans
    pour être écartelé ; un éléphant lui avait déjà arraché
    une cuisse avec les nerfs, qu'il put encore tourner la
    tête vers le panier qui contenoit les os de ses parents.
    Les exécuteurs à l'aide d'un instrument duquel on
    n'a pas d'idée en Europe, séparèrent en quatre les
    parties, qui étaient encore unies entre elles, ce qui
    joint à la cuisse déjà divisée, forma cinq morceaux
    de chair, on les exposa aux cinq marchés de la ville
    les plus fréquentés chacun sur un poteau fort élevé ;
    ils furent gardés jours et nuits et on menaça de
    grandes peines ceux qui les laisseraient dérober ;

    1. « pour lui rendre ce spectacle plus déchirant », corrige S. C.
    (p. 246).

    2. « les marques du nouveau roi », dit avec assez de bonheur
    S. C, car L. B. manque ici de clarté.



    120 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    il fallut attendre qu'ils fussent pourris ou [98] mangés
    par les corbeaux.

    Quant au fameux général Thien-phô estimé et
    regretté de sa famille, et de tous ceux qui le con-
    noissoient, il fit un acte de piété filiale, la veille ou
    le jour même de sa mort, il réussit à faire représenter
    au roy que sa mère âgée d'environ 80 ans ne pouvait
    plus, sous aucun rapport nuire à l'Etat, qu'il deman-
    dait pour elle la vie qu'elle devait perdre a cause de
    lui et il obtint sa demande ; pour lui, il fut simple-
    ment décollé ; il avait une fille de quatorze à 15 ans
    douée de tous les agréments de son sexe, lorsqu'elle
    vit que [139/99] l'éléphant d'une immense grosseur
    s'approchait d'elle pour la jetter en l'air, elle jetta
    un cri perçant et désolant vers sa mère en lui disant :
    ah, maman sauvez-moi, sa mère qui était celle qui
    avait commandé l'armée lui répondit « Comment
    « veux-tu que je te sauve quant je ne puis me sauver
    « moi-même, et tu dois préférer de mourir avec ton
    « père et ta famille que de vivre avec cette sorte de
    « gens-la... » Plusieurs spectateurs auroient voulu
    la sauver et détournèrent la vue lorsque l'éléphant
    excité l'enleva et la jetta en l'air en la recevant sur
    ses dents par deux fois.

    Quand le moment du [100] supplice de l'héroïne
    ou de la femme du Général Thien-pho fut venu elle
    s'avança fièrement vers l'éléphant pour l'agacer et
    lors qu'elle en fut près on lui cria de se mettre à
    genoux afin que l'animal pût mieux la saisir, mais
    elle n'en fit rien, elle continua de marcher jusqu'à
    lui ; on raconte même que malgré que l'animal fut



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 121

    vivement excité, il fallut le forcer en quelque façon
    de la jetter en l'air, comme s'il l'eut encore reconnue
    pour une de ses anciennes maîtresses ; avant son
    supplice, cette femme courageuse avait fait apporter
    dans sa prison plusieurs pièces de soieries [1^0/ 101]
    dont elle s'était fortement entourée les jambes et
    les cuisses et toutes les parties de son corps, jusqu'à
    l'estomac par dessous ses habits, elle voulut par là
    éviter la nudité à laquelle les femmes sont exposées
    dans ce genre de supplice.

    Les exécuteurs pour avoir dit-on son courage,
    mangèrent son cœur son foie, ses poumons et ses
    bras potelés, elle avait causé tant de peur aux soldats
    et même à leur Chef à l'escalade de la muraille qu'on
    livra ses membres à la voracité de ces cannibales.
    Au Tonquin, la chair humaine se mange crue en
    buvant du vin (mais on n'en mange que [102] dans
    de semblables occasions).

    On dit qu'il ny eut que cette courageuse femme
    son mari et le frère cadet du roy tay-son qui aux
    approches de la mort ne changèrent pas de figure
    — tous les autres étoient pâles et tremblants. .

    Le gouverneur de la province de Xu-nghé un des
    premiers en grade fut haché en mille pièces parce
    que c'était celui qu'on haissait le plus de tous, c'est
    ce même mandarin qui m'a fait chercher plus de
    sept ans, il avait juré ma perte et désirait me prendre
    surtout sachant que j'étais dans sa province. Il
    avait fait brûler à petit feu le doigt index
    de la main à un cochinchinois chrétien et à sa fille
    pour les forcer d'avouer que j'étais dans leur village



    122 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    ce qui était efîectivement vrai. Cet événement eut
    lieu quelques mois avant la conquête du Tonquin,
    par le roy, il avait aussi fait mourir plus de 10 chré-
    tiens dans les tourmens et condamné ceux qui refu-
    soient de fouler aux pieds le crucifix à porter pendant
    dix ans une chaine au col et à nettoyer les écuries
    des éléphans de son palais ; il semble que c'est parce
    qu'il persécuta la religion d'une manière si atroce
    que Dieu permit qu'il fut plus mal traité [104] que
    les autres qui furent simplement décollés, seulement
    après leur supplice on coupa les cadavres, les uns
    en dix morceaux, les autres en quatre, ou cinq selon
    le caprice des gardes du roy ; on rendit les corps de
    quelques-uns à leurs femmes, qui auparavant d'avoir
    cette faveur avaient fait des présens au premier
    Général du roy actuel ; pour ceux qui avoient été
    mutilés on mêla ensemble tous les lambeaux de
    chair et on en fit deux monceaux considérables en
    sorte qu'on ne pouvait plus reconnoître les membres
    de personne, le lendemain on les transporta par
    charges d'hommes en un lieu éloigné et où on les
    laissa à la voirie.

    de sorte que ceux qui la défendoient se voyant sur
    le point d'être forcés, songeaient à la retraite ; mais
    Dieu pour punir les tay-sons qui persécu [130 /7P]
    toient encore la religion (a) permit que leur défaut
    de marine, joint à la trahison d'un commandant de



    (a) Les tay-sons se sont toujours opposés à ce que leurs sujets
    changeassent de religion, ils faisaient périr les missionnaires (R.).
    La Bissachère, qui habitait une région au pouvoir des Tây-son,
    eut, comme on le sait, beaucoup à souffrir des persécutions
    contre les chrétiens.

    1. Les ouvrages historiques annamites ne parlent que de
    5.000 hommes qu'elle apporta à Quang-Toan (Canh-thinh),
    lequel disposait de 30.000 hommes levés au Tonkin et dans les
    provinces du Nord-Annam. L'erreur sur le chiffre de ses soldats
    ne doit pas être attribuée à L. B. ; le missionnaire reproduit
    probablement les données d'une poésie populaire composée sur
    l'héroïne qui en inspira plusieurs, — et l'on sait que les auteurs
    de productions de ce genre se laissent volontiers entraîner à
    l'exagération.



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 111

    troupes qui était le plus avancé, ruinât les affaires
    des tay-sons au moment où tout paraissait leur
    assurer la victoire ; la nouvelle amazone, avec sa
    garde pressait les corps des troupes les plus avancés
    l'épée dans les reins d'escalader le mur, les assiégés
    ou plutôt ceux qui le défendoient faisaient sur ceux
    qui se présentoient des décharges de mousqueterie,
    qui tuaient beaucoup de monde. Le commandant
    des tay-sons le plus près de la tranchée [80] regardant
    la mort comme inévitable fit signe aux ennemis,
    qu'il se rendait prisonnier, mit bas les armes moyen-
    nant quoi il eut la liberté de passer de l'autre côté,
    avec huit à neuf cents hommes qu'il commandait ;
    cet incident releva le courage du conquérant, quoique
    dans le fond de son âme, il tremblât. Il affecta de
    la bravoure et fit ouvrir une des portes de la muraille
    et envoya un petit détachement comme pour inviter
    les soldats des tay-sons à passer de son côté.

    Pendant ce temps, notre guerrière n'avait pas perdu
    la tête, elle fit promptement avancer un autre corps
    de troupe pour [131/81] remplacer ceux qui avaient
    si lâchement abandonné leur poste et continuer
    l'attaque ; si elle eut encore continué deux heures,
    il n'y a pas de doute qu'elle ne se fut rendue maî-
    tresse de ce poste important, mais le jeune Roy
    actuel de Cochinchine donna ordre à ses vaisseaux
    de faire mine de débarquer du monde derrière l'armée
    assaillante des tay-sons pour leur couper la retraite ;
    ce mouvement exécuté et le jeune prince tay-son
    en ayant eu connaissance, fit donner ordre à ses
    troupes de faire retraite d'après l'avis de son gêné-



    112 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    ralissime. Il avait déjà même fait une lieue et demie
    de chemin sans que la [82] générale Thien-pho en
    fut instruite, elle continuait à donner ses ordres
    pour presser l'escalade et était au moment de l'exé-
    cuter ce qui aurait décidé la victoire en sa faveur,
    mais les troupes ayant appris la retraite du jeune
    tay-son perdirent courage et firent dire à la comman-
    dante qu'elles vouloient aussi se retirer ce qu'elles
    commencèrent à effectuer. La valeureuse comman-
    dante se dépitant de ce que la victoire lui échappait
    ainsi des mains fit sa retraite bien malgré elle, dès
    ce moment les troupes ne gardèrent plus d'ordre
    dans leurs rangs et se débandèrent en jettant leurs
    armes [83] pour fuir plus vite ; les Commandans
    craignant que le peuple et les soldats ne les maltrai-
    tassent se déguisèrent et abandonnèrent tous leurs
    bagages, il n'y eut que la nouvelle amazone qui
    conserva sa garde et rejoignit le jeune roy de son
    parti, qu'elle reconduisit à la capitale du Tonquin.
    Si le vainqueur se fut mis de suite à la poursuite
    des fuyards il se fut emparé de ce royaume huit à
    neuf mois plutôt (sic), mais il tremblait encore au
    seul nom du mari de la femme qui venait de le
    serrer de si près ; ce général était resté dans les pro-
    vinces les plus reculées de la haute Cochinchine
    avec [84] des forces capables de vaincre par terre
    trois armées comme celle qui avait gagné la bataille,
    mais il manquait de vaisseaux, et il était dans des
    provinces dont une armée ne pouvait sortir que
    difficilement et en passant par des défilés dangereux
    et fortifiés par l'art et la nature et que le jeune roy



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 113

    vainqueur ne manqua pas d'envoyer occuper par
    ses troupes. Ce général tay-son (qu'on eut regardé
    comme un grand homme, même en Europe (a)) ne
    pouvant forcer les défilés se disposait à aller sur les
    barques du pays prendre la ville de Dou-nai et il
    l'eut exécuté en l'absence [132/85] du vainqueur,
    comme précédemment celui-cy avait repris sur lui
    la ville de Qui-phû ^, mais la nouvelle qu'il reçut
    par un bateau que lui envoya sa femme la comman-
    dante de l'armée du mauvais état des affaires, lui
    fit changer de dessein ; il s'achemina par le royaume
    des Laos, et vit périr son armée en route, soit par
    la faim, soit pour avoir bu de l'eau des puits et des
    ruisseaux empoisonnés par les sauvages (b). Il ne
    put arriver aux déserts de la province de Xû-nghé
    que deux jours après la [86] prise de la capitale du

    (a) Il faudrait en dire la raison (R.).

    (b) Probablement les habitants de ces montagnes ne sont pas
    aussi civilisés que les Tonquinois, ce qui fait qu'on les regarde
    comme saui^ages • ils ont d'ailleurs consente leur indépendance

    (R.).

    1. S. C. : « dans l'absence du conquérant, il eût exécuté cette
    entreprise comme précédemment il avait repris sur lui la ville
    de Qui-Phû. » C'est le contraire de ce que dit L. B. En fait, Dieu
    ayant enlevé Qui-nhon en 1801 et se l'étant laissé reprendre en
    1802, — on peut, suivant l'époque considérée, admettre que les
    royaux ou les Tây-son ont eu le dessus. Mais il est clair que le
    narrateur fait ici allusion au dernier événement en date ; c'est
    en 1802 que Dieu, à bout de ressources dans la ville assiégée,
    avait quitté Qui-nhon à la faveur d'une nuit obscure et avait
    réussi à s'engager, avec une partie de la garnison, dans les routes
    des montagnes où les royaux ne le poursuivirent pas.

    S. C. a donc eu tort de changer le texte de L. B.

    8



    114 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    Tonquin ^ ; quoiqu'il n'eut plus qu'une centaine
    d'hommes montés sur des éléphans mourans de
    faim et de fatigue, si il fut arrivé un peu plus tôt,
    la conquête du Tonquin aurait peut-être encore
    échappé au vainqueur, tant la réputation de ce
    général était grande et capable de rétablir les
    affaires ; sa femme qui vint le trouver lui ayant
    appris les nouvelles pertes des tay-sons, il voulut
    prendre la route qu'il avait prise par le désert, monté
    avec sa femme sur le même éléphant. Les troupes
    que le vainqueur dépêcha pour le poursuivre le
    joignirent au [133/^7] désert de la province de
    Xu-thanh et les soldats craignant que si ils vouloient
    le prendre par force, il ne fit une longue résistance
    et ne vendit chèrement sa vie, usèrent d'artifice
    et se déguisèrent en paysans et furent à sa rencontre
    comme pour lui porter les vivres dont il avait grand
    besoin ; de cette manière ils se saisirent de lui et de
    sa femme, sans qu'il eut à opposer la moindre résis-
    tance. Cette prise fut la fin de l'expédition et assura
    au vainqueur la conquête du reste du royaume, qui
    se fit sans la plus petite opposition ^, de la part des
    gouverneurs qui abandonnèrent les places à son [88]
    armée ; le peuple et les soldats prenoient tous les

    1. En fait, il fut pris dans le Thanh-hoa par l'armée royale
    conquérant le Tonkin, au commencement du mois de juillet
    (1802). La ville de Hanoi ne fut conquise que quelques jours
    plus tard.

    2. C'est ici que finit le chapitre III de S. C. intitulé : Femme
    héroïque, dont le courage rétablit les affaires des Tay-Son. Trahison
    qui les ruine entièrement. Le chapitre suivant, — intitulé : Usage
    que Vempereur Gia-Long fait de sa victoire. Commencement d'op-



    SUR LE TONKIN ET LA COCHLNCHINE 115

    grands mandarins et les conduisoient au nouveau
    maitre comme on amène des bœufs et des cochons
    pour en faire présent ; on apportait aussi les piques,
    les fusils et les sabres des vaincus qu'on avait
    ramassés par charges, dans les campagnes. Cela
    donna occasion aux mandarins vainqueurs de vexer
    les peuples, par ce qu'on ne présentait que peu de
    sabres dont la poignée était garnie en or et le fourreau
    couvert d'argent ; on amenait aussi des chevaux
    mais sans selles, ou avec des selles garnies de cuivre
    ou tout [134 /5P] au plus en argent. En conséquence
    on eut ordre de rendre tout ce qu'on avait trouvé
    et on fit des perquisitions sévères à ce sujet, la
    jalousie donna lieu à des accusations, et il y eut des
    particuliers ruinés et rudement frappés pour avoir
    brisé un sabre ; il y eut aussi des villages obligés de
    payer la valeur de 2 à 3.000 piastres pour une selle
    de cheval garnie en or, ou en airain noir (a) qu'on
    avait dérobé. Ce fut là le prélude des mécontente-
    mens contre le nouveau Gouvernement.

    [90] Le Conquérant arrivé à la ville Capitale et



    (a) Vairain noir dont parle ici Mrg de la Bissachère, est un
    métal fort dur que les Cochincliinois estiment beaucoup, ce métal
    se vend dans la proportion avec l'or comme 7 : 12 un peu plus de
    la moitié. J'ai tout lieu de croire que c'est de la platine (R.)- S. C.
    fait platine du genre masculin dans son livre.

    pression — débute par quelques lignes qui sont de S. C. : géné-
    ralités sur le triomphe de Gia-long. Il reprend ensuite le texte
    de L. B. qu'il reproduit pendant deux pages (242, 243) avec
    d'assez nombreux changements ; il passe ensuite de la page 91
    du manuscrit à la page 106.



    116 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    Royale du Tonquin des gens de la province de Xu-

    bac vinrent lui amener le jeune roy tay-son Canh- !
    thinh avec son frère cadet, le frère ainé qui avait
    été nommé par la courageuse amazone généralissime
    et dont j'ai parlé plus haut s'étant pendu à la selle
    de son éléphant ^1 pour ne pas tomber en vie entre
    les mains du vainqueur ; peu de temps après arri-
    vèrent les députés des différentes provinces soumises
    qui vinrent présenter leurs hommages à leur nou-
    veau souverain. Ils auroient bien désiré qu'il se
    contenta (sic) de prendre le titre et l'autorité de
    [135 /9i] Maire du Palais et leur donnât un Roy de
    la famille Lé mais ils ne laissèrent pas par flatterie
    de lui donner d'avance le titre ^ ; il assigna ensuite
    de nouveaux gouverneurs à chaque province et la
    Conquête du Tonquin fut terminée.

    Quelques mois après arrivèrent les mandarins
    Chinois qui de la part de l'Empereur de ce pays lui
    donnèrent l'institution royale, cela fait le nouveau
    roy retourna dans ses Etats de Cochinchine, emme-
    nant avec lui le jeune roy tay-son, ainsi que les
    autres prisonniers de distinction ; ils étoient tous
    enchaînés, mais légèrement, et portés dans des cages
    dorées ou vernissées en [92] rouge selon le grade ou
    la réputation de chacun. Il ne pouvait s'empêcher de
    témoigner l'estime toute particulière qu'il avait

    1. « De son cheval », dil S. C. (p. 242), — ce qui est peu vrai-
    semblable.

    2. S. C. place ici une page qui se trouve p. 108 et 109
    du manuscrit ; il reprend ensuite la page 91 où il l'avait
    laissée.



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 117

    pour le général Thien-pho ^, il le fit sonder désirant
    se l'attacher, mais celui-cy répondit avec grandeur
    « que le roy pourrait user comme bon lui semblerait
    « de la victoire qu'il tenait plutôt du Ciel que de ses
    « talens militaires, que pour lui comme mandarin,
    « il ne servirait pas deux maîtres, il ajoutait que
    « s'il lui faisait grâce de la vie comme lui-même en
    « avait usé à l'égard de la garnison de la ville de
    « Qui-phû, il désirait mener une vie privée payant
    « tribut avec le revenu de son jardin qu'il se ferait
    « un [136/93] plaisir de cultiver lui-même ; il finis-
    « sait par dire, que si son existence pouvait donner la
    « moindre inquiétude au Roy il saurait mourir,
    « comme il avait vécu avec honneur espérant un
    « sort favorable dans le lieu où les morts sont récom-
    « pensés de leurs bonnes actions.

    Le Roy Gia-long étant arrivé ^ à la Capitale de
    la Cochinchine s'y reposa pendant deux mois ou
    environ. Ensuite il s'occupa du supplice de ses pri-
    sonniers (un de mes gens que j'avais envoyé à la
    cour, pour m'obtenir une permission du roy et qui
    fut porté sur la liste de ceux qui pouvoient entrer

    1. C'est bien du général qu'il s'agit et non de sa femme ; —
    Trân-quang-Diêu est nommé par l'un de ses titres qui servait
    aussi à désigner sa femme. MN. (II, p. 182, 183) dit de ce général
    qu'il était « le plus grand homme cîe guerre qui jamais eut paru
    dans ces contrées, et aussi supérieur à ses compatriotes par
    l'élévation de son âme, que par ses talens militaires ».

    2. Ici débute le chapitre V de S. C. intitulé : Supplice des
    prisonniers ; le manuscrit est ensuite suivi jusqu'à la fin du récit,
    soit à la page 105 du manuscrit ; des changements dans la forme
    seulement et une interversion à la p. 100.

    8.



    118 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    au palais et se tenir devant Sa Majesté pendant un
    mois, se trouva de [94] service le jour de l'exécution,
    et il la vit tout entière depuis le commencement
    jusqu'à la fin. A son retour il m'en a fait le récit,
    je ne puis m'en rappeler aujourd'hui toutes les cir-
    constances qui d'ailleurs sont extrêmement dégoû-
    tantes, je ne rapporterai que ce dont je me souviens,
    ou ce qui m'a frappé le plus du récit qui m'en a été
    fait et qui depuis a été publique (sic) dans tous les
    états du roy de Cochinchine ^.

    Pour commencer par ce qui regarde le jeune roy
    tay-son on le rendit témoin d'un spectacle bien
    douloureux, les cadavres de son père et de sa mère,
    morts depuis dix à douze ans aussi bien que ceux
    [131/95] de ses proches parents furent exhumés,
    on rajusta les os du roy Quang-trung ^ son père et
    de sa mère, morts depuis dix ans comme je l'ai dit
    et ils furent tous décollés pour la forme, afin de
    leur donner une note d'infamie, et principalement
    pour ôter à ces os, selon la croyance du pays la plus
    superstitieuse la vertu de porter bonheur à ses
    descendants ; ensuite on réunit tous les os des tay-
    sons dans un grand panier où les soldats dévaient



    1. MN. se contente de résumer (II, p. 193-195) tout ce long
    récit des supplices infligés pour Gia-long aux princes tây-son
    et à leurs oiïiciers ; S. C. le reproduit sans grands changements
    dans son chapitre V (p, 245-250).

    2. Quang-Tsung, écrit S. C. Le troisième des Tay-son, Nguyên
    Van-Huê, avait pris le litre de période de quang-trung après
    s'être rendu maître du Tonkin en 1788 ; il était mort au mois
    de novembre 1792.



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 119

    aller uriner, après quoi on les réduisit en poudre
    que l'on mit dans un autre panier qui fut placé à
    la vue du jeune roy tay-son, pour le chagriner^.
    On lui servit alors un repas assez somptueux [96]
    comme on l'observe dans ce pays à l'égard des cri-
    minels qu'on va exécuter, son frère cadet qui était
    plus brave que le roy, l'ayant vu manger lui en fit
    le reproche, et parce que la table qu'on lui apporta
    toute servie selon l'usage avait les marques distinc-
    tives de la royauté ^, il dit « qu'on ne manquait pas
    « de table dans sa famille, et qu'il ne devait pas
    « manger sur une table d'emprunt » ; après le repas
    on lui mit un bâillon à la bouche ainsi qu'à plusieurs
    autres, parce qu'on craignait qu'ils ne fissent des
    imprécations contre le nouveau roy, ensuite on lui
    attacha les pieds et les mains à quatre éléphants
    pour être écartelé ; un éléphant lui avait déjà arraché
    une cuisse avec les nerfs, qu'il put encore tourner la
    tête vers le panier qui contenait les os de ses parents.
    Les exécuteurs à l'aide d'un instrument duquel on
    n'a pas d'idée en Europe, séparèrent en quatre les
    parties, qui étaient encore unies entre elles, ce qui
    joint à la cuisse déjà divisée, forma cinq morceaux
    de chair, on les exposa aux cinq marchés de la ville
    les plus fréquentés chacun sur un poteau fort élevé ;
    ils furent gardés jours et nuits et on menaça de
    grandes peines ceux qui les laisseraient dérober ;

    1. « pour lui rendre ce spectacle plus déchirant », corrige S. C.
    (p. 246).

    2. « les marques du nouveau roi », dit avec assez de bonheur
    S. C, car L. B. manque ici de clarté.



    120 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    il fallut attendre qu'ils fussent pourris ou [98] mangés
    par les corbeaux.

    Quant au fameux général Thien-phô estimé et
    regretté de sa famille, et de tous ceux qui le con-
    noissoient, il fit un acte de piété filiale, la veille ou
    le jour même de sa mort, il réussit à faire représenter
    au roy que sa mère âgée d'environ 80 ans ne pouvait
    plus, sous aucun rapport nuire à l'Etat, qu'il deman-
    dait pour elle la vie qu'elle devait perdre a cause de
    lui et il obtint sa demande ; pour lui, il fut simple-
    ment décollé ; il avait une fille de quatorze à 15 ans
    douée de tous les agréments de son sexe, lorsqu'elle
    vit que [139/99] l'éléphant d'une immense grosseur
    s'approchait d'elle pour la jetter en l'air, elle jetta
    un cri perçant et désolant vers sa mère en lui disant :
    ah, maman sauvez-moi, sa mère qui était celle qui
    avait commandé l'armée lui répondit « Comment
    « veux-tu que je te sauve quant je ne puis me sauver
    « moi-même, et tu dois préférer de mourir avec ton
    « père et ta famille que de vivre avec cette sorte de
    « gens-la... » Plusieurs spectateurs auroient voulu
    la sauver et détournèrent la vue lorsque l'éléphant
    excité l'enleva et la jetta en l'air en la recevant sur
    ses dents par deux fois.

    Quand le moment du [100] supplice de l'héroïne
    ou de la femme du Général Thien-pho fut venu elle
    s'avança fièrement vers l'éléphant pour l'agacer et
    lors qu'elle en fut près on lui cria de se mettre à
    genoux afin que l'animal pût mieux la saisir, mais
    elle n'en fit rien, elle continua de marcher jusqu'à
    lui ; on raconte même que malgré que l'animal fut



    SUR LE TONKIN ET LA COCHINCHINE 121

    vivement excité, il fallut le forcer en quelque façon
    de la jetter en l'air, comme s'il l'eut encore reconnue
    pour une de ses anciennes maîtresses ; avant son
    supplice, cette femme courageuse avait fait apporter
    dans sa prison plusieurs pièces de soieries [1^0/ 101]
    dont elle s'était fortement entourée les jambes et
    les cuisses et toutes les parties de son corps, jusqu'à
    l'estomac par dessous ses habits, elle voulut par là
    éviter la nudité à laquelle les femmes sont exposées
    dans ce genre de supplice.

    Les exécuteurs pour avoir dit-on son courage,
    mangèrent son cœur son foie, ses poumons et ses
    bras potelés, elle avait causé tant de peur aux soldats
    et même à leur Chef à l'escalade de la muraille qu'on
    livra ses membres à la voracité de ces cannibales.
    Au Tonquin, la chair humaine se mange crue en
    buvant du vin (mais on n'en mange que [102] dans
    de semblables occasions).

    On dit qu'il ny eut que cette courageuse femme
    son mari et le frère cadet du roy tay-son qui aux
    approches de la mort ne changèrent pas de figure
    — tous les autres étoient pâles et tremblants. .

    Le gouverneur de la province de Xu-nghé un des
    premiers en grade fut haché en mille pièces parce
    que c'était celui qu'on baissait le plus de tous, c'est
    ce même mandarin qui m'a fait chercher plus de
    sept ans, il avait juré ma perte et désirait me prendre
    surtout sachant que j'étais dans sa province. Il
    avait fait [1^1/103] brûler à petit feu le doigt index
    de la main à un cochinchinois chrétien et à sa fdle
    pour les forcer d'avouer que j'étais dans leur village



    122 RELATION DE M. DE LA BISSACHÈRE

    ce qui était efîectivement vrai. Cet événement eut
    lieu quelques mois avant la conquête du Tonquin,
    par le roy, il avait aussi fait mourir plus de 10 chré-
    tiens dans les tourmens et condamné ceux qui refu-
    soient de fouler aux pieds le crucifix à porter pendant
    dix ans une chaine au col et à nettoyer les écuries
    des éléphans de son palais ; il semble que c'est parce
    qu'il persécuta la religion d'une manière si atroce
    que Dieu permit qu'il fut plus mal traité [104] que
    les autres qui furent simplement décollés, seulement
    après leur supplice on coupa les cadavres, les uns
    en dix morceaux, les autres en quatre, ou cinq selon
    le caprice des gardes du roy ; on rendit les corps de
    quelques-uns à leurs femmes, qui auparavant d'avoir
    cette faveur avaient fait des présens au premier
    Général du roy actuel ; pour ceux qui avoient été
    mutilés on mêla ensemble tous les lambeaux de
    chair et on en fit deux monceaux considérables en
    sorte qu'on ne pouvait plus reconnoître les membres
    de personne, le lendemain on les transporta par
    charges d'hommes en un lieu éloigné et où on les
    laissa à la voirie.
    Dernière modification par DédéHeo ; 17/09/2012 à 18h24.

  4. #123
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 750

    Par défaut

    Uống hết gần 9 lít rượu trắng, 5 phụ nữ cao hứng rủ nhau cởi phăng áo ngoài rồi vắt lên vai, vừa hát nghêu ngao.
    9 litres d'alcool de riz pure partagé entre 5 Vietnamiennes !
    Après, elles ont fait le tour du village en plein soleil : Elles enlèvent leur chemise et se la mette sur l'épaule :
    - Et alors, il fait chaud ; on fait comme les hommes

    Et moi qui croyais que les Nordistes étaient les pires !

  5. #124
    Le Việt Nam est fier de toi Avatar de DédéHeo
    Date d'inscription
    août 2006
    Localisation
    Halong Hanoi
    Messages
    8 750

    Par défaut

    maintenant que le garde spam a été enfermé, je peux remettre mon message à sa place :
    Citation Envoyé par DédéHeo Voir le message

    9 litres, 5 phu ! Elles tiennent bien !
    Uống hết gần 9 lít rượu trắng, 5 phụ nữ cao hứng rủ nhau cởi phăng áo ngoài rồi vắt lên vai, vừa hát nghêu ngao.

    Après avoir raporté cette histoire raconté par Nguoi Lao Dong, le journal des travailleurs, je me suis encore fais mordre par notre Rantanplan.
    Uống hết gần 9 lít rượu trắng, 5 phụ nữ = après avoir "descendu" 9 litres d'alcool de riz blanc, 5 femmes...
    cởi phăng áo ngoài = ...tombent la chemise
    vắt lên vai = ...chemise sur l'épaule
    vừa hát nghêu ngao. = et elles chantent à tue tête (en plein midi et en faisant le tour du village)

    La milice leur demande :
    - Qu'est ce que vous faites, mesdames ?
    - On fait comme les hommes
    (- "Nam nữ bình đẳng, đám đàn ông nhậu say cởi trần được thì tụi tui cũng cởi trần được, hà cớ gì mấy bà mắng mỏ tụi tui?")
    - "Nam nữ bình đẳng = - Egalité des sexes
    "đám đàn ông nhậu say cởi trần được " = les hommes quand ils sont saoul, ont le droit de tomber la chemise
    "thì tụi tui cũng cởi trần được" = alors nous aussi, on a le droit de nous mettre torse nue
    " hà cớ gì mấy bà mắng mỏ tụi tui? = Mesdames (de la milice), vous ne pouvez vraiment rien nous reprocher

    Et moi qui croyais que les femmes du Nord, Nord-Est d'Halong city Quang Ninh étaient les pires, là c'est de Sud Sud-Ouest Vietnam ; leurs maris rasent les murs !
    Mais il semble que les femmes du centre-sud soit pire encore :

    Tượng Bồ tát Tara (cao 1,14 m) là tượng bằng đồng lớn nhất của nghệ thuật Chăm, thể hiện hóa thân nữ của Bồ tát Avalokitesvara. Tượng có niên đại cuối thế kỷ 9 đầu thế kỷ 10 ở Đồng Dương (Quảng Nam). Tượng khoác sarong hai lớp, từ thắt lưng dài đến mắt cá chân. Bồ tát được thể hiện đứng thẳng, hai tay đưa ra phía trước. Ngoài nét độc đáo của chiếc váy thì nét đẹp ngoại hình của nhân vật khiến cho tác phẩm này đạt đến đỉnh cao của nghệ thuật tạo hình. Đó là vẻ đẹp của người phụ nữ có ngoại hình cân đối. Tượng mình trần, cổ cao có ba ngấn đẹp, đôi vai rộng càng làm nổi bật chiếc eo thon nhỏ nâng cặp vú tròn căng đầy sức sống. Ảnh: Chammuseum.

Page 13 sur 13 PremièrePremière ... 3111213

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Discussions similaires

  1. Histoires drôles des années 80 et de l'économie subventionnée
    Par DédéHeo dans le forum Diễn Ðàn Tiếng Việt ( Forum en Vietnamien)
    Réponses: 35
    Dernier message: 13/03/2015, 20h47
  2. Histoires drôles de menteurs
    Par DédéHeo dans le forum Diễn Ðàn Tiếng Việt ( Forum en Vietnamien)
    Réponses: 7
    Dernier message: 12/03/2008, 20h03
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 21/02/2007, 01h20
  4. Histoires drôles du VN
    Par jeune linguiste dans le forum La Culture au Vietnam
    Réponses: 18
    Dernier message: 04/11/2006, 16h41

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
A Propos

Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® est le 1er Forum de discussion de référence sur le Vietnam pour les pays francophones. Le site Forumvietnam.fr® - Forum vietnam® a pour objectif de proposer à toutes les personnes s'intéressant au Viêt-Nam, un espace de discussions, d'échanges et d'offrir une bonne source d'informations, d'avis, et d'expériences sur les sujets qui traversent la société vietnamienne.

Si vous souhaitez nous contacter, utilisez notre formulaire de contact


© 2013 E-metis Network | Site by E-metis Webdesign
Nous rejoindre
Forumvietnam.fr est propulsé par le moteur vBulletin®.
Copyright © 2013 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Content Relevant URLs by vBSEO 3.6.1